« Sacrifices intuitifs et positionnels »
eGG-one school, Europe Echecs et Jean Hébert présentent « Les sacrifices intuitifs et positionnels » le vendredi 10 juin 2016 de 19h00 à 21h00.

Combinaisons et sacrifices intuitifs à long terme
« Un bon sacrifice est celui qui, sans être nécessairement correct, laisse votre adversaire abasourdi et confus. » - Rudolf Spielmann

La définition la plus courante de «combinaison» : suite de coups forcés comprenant un ou plusieurs sacrifices dans le but d'obtenir un avantage ou une amélioration quelconque de sa position.

C'est l'essence même du jeu tactique qui se démarque du jeu stratégique par son horizon. Si la stratégie vise à organiser le long terme par des opérations positionnelles aux effets durables, le jeu tactique s'applique surtout à prendre soin du court terme et par conséquent des variantes et combinaisons calculables aux effets immédiats.

Mais entre les deux, on retrouve la notion plus profonde du sacrifice positionnel aux objectifs plus lointains qui repose moins sur le calcul des variantes (sans l'écarter totalement) que sur l'intuition. Or, l'intuition aux échecs joue un rôle qu'on ne pourra jamais surévaluer. L'intuition, c'est la somme des connaissances et de l'expérience accumulées qui nous permet d'évaluer les positions qui ne peuvent guère être calculées jusqu'au bout (sauf parfois pour l'ordinateur), et de prendre les décisions audacieuses qu'elles requièrent. Puisque notre cerveau fonctionne bien différemment de celui de l'ordinateur orienté vers le calcul, il faut compenser avec autre chose dont l'ordinateur est dépourvu : l'intuition

Contrairement à ce beaucoup croient, la «magie» des très grands tacticiens et joueurs d'attaque tel que Tal, Alekhine ou Kasparov, repose d'abord sur une intuition hyper-développée (jugement et compréhension), supportée ensuite par des capacités de calcul importantes mais très faillibles. C'est d'ailleurs pour cette raison que l'amateur moyen a du mal à améliorer son jeu tactique autant qu'il le voudrait. En résolvant des positions tactiques fournies toutes cuites dans le bec par des sites ou des livres, il développe ses capacités de calculs mais très peu l'intuition dont il a souvent besoin en pratique, puisqu'on lui dit à l'avance ce qu'il doit chercher sans qu'il ait trop à se questionner sur l'essence de la position. D'autre part, il faut ajouter que les combinaisons et sacrifices davantage basés sur l'intuition se prêtent moins facilement à des exercices avec des réponses précises.

Dans cette Masterclass nous allons donc nous étendre sur la part de l'intuition, versus celle du calcul pur, dans le jeu combinatoire et en particulier les sacrifices.

  • Quand faut-il calculer et quand faut-il s'en remettre à l'intuition et à une évaluation générale des possibilités dynamiques ou des facteurs positionnels ?
     
  • Comment peut-on développer son intuition pour qu'elle vienne supporter nos calculs et non le contraire ?

La présentation s'adresse à des joueurs de compétition de tous les niveaux. Les inscrits recevront une série d'exercices en format pdf pour évaluer et développer leur intuition et leur capacité de calcul.

Comment s'inscrire ?

1) Créez un compte si ce n'est pas déjà fait sur http://school.egg-one.com
2) Réservez votre place sur la page de l'événement
3) Quelques minutes avant l'heure, identifiez-vous sur le site eGG-one Chess
4) Un bouton rouge « LIVE » sera présent sur cette page pour rejoindre la masterclass.

Pour rejoindre le tchat : dans la fenêtre à côté de la vidéo, entrez votre pseudo à « Nickname » puis cliquez sur « Join chat »; Vous pourrez ensuite intervenir avec votre pseudo. Replay : les inscrits pourront voir et revoir la vidéo à volonté, via un lien qu'ils recevront.


« Les sacrifices intuitifs et positionnels »
  Vendredi 10 juin 2016 de 19h à 21h
Inscrivez-vous sur http://school.egg-one.com/masterclass/home/masterclass
Comme toujours, si vous ne pouvez assister au direct vous recevrez le lien-vidéo
Prix 11 €

A propos de l'auteur

Jean Hébert

Jean Hébert est un joueur d'échecs et un journaliste canadien né le 11 novembre 1957 à Québec. En 1978, Jean Hébert remporta le championnat du Canada à Toronto qui le qualifiait au tournoi interzonal de 1979 et lui permit d'obtenir le titre de maître international et le d'occuper le premier échiquier du Canada lors de l'olympiade d'échecs de 1978 à Buenos Aires. Il a obtenu le titre de grand maître international par correspondance en 1984. Il a remporté le championnat open du Canada à Montréal en 2002 et cinq fois le championnat open du Québec (en 1989, 1990, 1994, 2002 et 2005). En 2007, Jean Hébert finit premier ex æquo du championnat canadien. En 2009, il remporta le championnat national.


Publié le 29/05/2016 - 20:57 , Mis à jour le 31/05/2016 - 14:36
Les réactions
Tous nos membres ayant un abonnement en cours de validité (hors période d'essai) peuvent commenter les articles. Abonnez-vous!
Aucune réaction pour le moment