1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fb5 d6 [C62]
La défense Steinitz de l'Espagnole. 3...d6 est un coup peu joué. Il évite de manière générale toute théorie. Dans cette variante, nous allons retrouver 2 types de structure. La première sera un centre fermé, la deuxième nous amènera plus vers une structure de type Italienne.

1.e4 e5 2.f3 c6 3.b5 d6

La défense Steinitz de l'Espagnole. 3...d6 est un coup peu joué. Il évite de manière générale toute théorie. Dans cette variante, nous allons retrouver 2 types de structure. La première sera un centre fermé avec, pour les Blancs, des pions en e4-d5-c4. Dans cette configuration, il est clair que le jeu blanc se développera à l'aile Dame avec une attaque à base de b4 et c5. Les Noirs quant à eux, joueront sur l'aile Roi en espérant mater. On retrouve donc un combat du genre Est-Indienne.

La deuxième structure de pions centraux nous amène plus vers une structure de type Italienne. Les Blancs vont essayer de s'emparer du centre lentement, mais sûrement. Pour cela, ils joueront avec c3 et d3. Après une bonne préparation, ils occuperont inéluctablement le centre par d3-d4. Aux Noirs de bien s'y préparer. Cette variante est assez calme, donc les joueurs tactiques, passez à une autre ligne! Il faut aussi se méfier des interventions de coups qui amènent dans plusieurs cas de figure à une même position.

4.d4
Le plus direct qui donne un petit avantage.

4.c3 d7 (4...f6 5.d4 Pseudo sacrifice de pion. 5...d7 (5...xe4?? perd en réalité une pièce. 6.d5 a6 7.e2 Un des deux Cavaliers est perdu. Car si 7...b8 8.a4+ Gagne le Cavalier e4.) 6.bd2 Les Noirs menaçaient réellement e4... 6...e7 7.0-0 0-0 8.e1 exd4 9.cxd4 g4 10.xc6 bxc6 11.h3 Les Blancs ont obtenu un petit avantage car le centre est très solide.) 5.0-0 f6 6.e1 e7 7.d4 0-0 8.h3 e8 9.d5 b8 10.xd7 bxd7 11.c4 g6 12.c3 h5 Avec une position incertaine ou les chances sont réciproques.

4...exd4
4...d7 est un peu passif. Les Noirs délaissent le centre et font beaucoup de concessions. 5.0-0 (5.d5 b8 6.xd7+ xd7 7.c4 e7 8.c3 g6 9.0-0 g7 On obtient une position qui a l'air supérieure aux Blancs, mais il faut faire attention au jeu noir à base de f5-f4-g5 etc. Comme dans une Est-Indienne) 5...f6 6.c3 e7 (6...exd4 7.xd4 e7 ne change rien à l'évaluation de la position.) 7.e1 exd4 8.xd4 Les Blancs ont l'avantage : 2 belles cases en d5 et f5 pour les Cavaliers, mieux développés...

5.xd4

5.xd4 est possible mais doit concéder la paire de fous. 5...d7 6.xc6 xc6 7.c3 f6 8.g5 e7 9.0-0-0 0-0 10.h4 e8 11.he1 avec un petit avantage blanc, mais plutôt symbolique.

5...d7 6.c3 f6 7.0-0
7.xc6 bxc6 8.0-0 revient au même. Mais pourquoi s'empresser de donner le Fou de cases blanches?!

7...e7 8.e1 0-0 9.xc6!

9.f1 Les Blancs, par ce dernier coup, veulent conserver un maximum de pièces sur l'échiquier et ainsi compliquer la position. 9...e8 (9...xd4 10.xd4 e6 11.f4 h5 12.e3 Avec l'avantage blanc, Erenburg-Erturan, 1/2 en 2006.) 10.f4 f8 11.h3 g6 12.xc6 xc6 13.e5 h5 14.h2 dxe5 15.xe5 petit avantage blanc, Parligras-Abramovic 1/2 en 2005.

9...bxc6 10.b3
10.f4 b8 11.b3 c5 12.f3 e6 13.d3 suivi de Cd5 et de bonnes perspectives pour les Blancs. Polgar-Boowmeester, 2000.

10...e8 11.b2 f8 12.f3

Les Blancs sont un peu mieux. Ils peuvent développer la dernière pièce qui ne joue pas, à savoir la Tour a1. Puis tenter de percer e4-e5 avec l'appui du Fou b2.


Publié le 11/01/2010 - 17:51