1ère Coupe du Monde rapide de l'ACP
L'Association of Chess Professionals (ACP), sponsorisée par la « Bank Pivdennyi », organise sa première coupe du monde d'échecs rapides, dans la ville d'Odessa (Ukraine), à l'hôtel « Londonskaya », du 4 au 8 janvier 2007.

16 grands-maîtres qui se sont illustrés lors des ACP Tours 2004/2005 et 2005/2006 participent à ce tournoi au système Knock-Out. Cadence de jeu : 2 parties de 20 minutes + 5 secondes par coup. En cas de nulle on jouera un match de 2 blitz en 5+2, et si l'égalité persiste, un blitz « mort subite » avec 5 minutes pour les Blancs, 4 pour les Noirs, mais où la nulle suffit aux Noirs pour l'emporter, départagera les compétiteurs. Montant total des prix : 136,000 dollars. 4,000 dollars pour les joueurs éliminés au premier tour ; 6,000 pour les quart de finalistes ; 10,000 pour les demi-finalistes ; 20,000 pour le second et 40,000 pour le vainqueur. Site officiel : http://worldcup.pivdenny.com Voir aussi www.chess-players.org

Vidéos

  Morozevich-Harikrishna, 7 min
  Morozevich-Harikrishna, 10 min
  Bacrot-Bologan, 10 min
  Bacrot-Bologan, 7 min
  Bacrot-Bologan, 9 min

Liste des participants

Alexander Morozevich (Russie), Peter Leko (Hongrie), Boris Gelfand (Israël), Teimour Radjabov (Azerbaijan), Alexei Shirov (Espagne), Etienne Bacrot (France), Sergey Rublevsky (Russie), Evgeny Bareev (Russie), Arkadij Naiditsch (Allemagne), Pentala Harikrishna (Inde), Ivan Sokolov (Pays-Bas), Victor Bologan (Moldavie), Hikaru Nakamura (USA), Farrukh Amonatov (Tajikistan). Et sur proposition de la « Bank Pivdennyi », deux invitations ont été données à Vassily Ivanchuk (Ukraine) et Ilia Smirin (Israël).

Peter Leko vainqueur !

Finale : 08 janvier 2007

  Leko, Peter - Ivanchuk, Vassily : ½-½ (46 coups)
  Ivanchuk, Vassily - Leko, Peter : ½-½ (42 coups)
  Ivanchuk, Vassily - Leko, Peter : ½-½ (50 coups)
  Leko, Peter - Ivanchuk, Vassily : 1-0 (? coups)

Et voilà le moment de la grande finale. Après avoir suivi toutes les parties, je fais de Vassily Ivanchuk le favori. Et ce pour deux raisons : 1. l'Ukrainien a jusqu'ici joué beaucoup plus vite que Leko, et 2. Peter Leko a, au moins à deux reprises, gâché un clair avantage à trop vouloir jouer la sécurité.

Partie 1 : Le choix de la défense Alekhine a de quoi surprendre, mais on le sait depuis longtemps, Ivanchuk est capable de tout jouer ! Néanmoins, la surprise n'eut que peu d'effet sur la pendule de Leko et les Blancs sortirent de l'ouverture avec un avantage. De plus, pour la première fois depuis le début de cette coupe du monde de l'ACP, « Chuky » n'était pas en avance au temps. En face, Peter Leko , qui semblait vouloir gagner sans prendre de risques, n'augmenta pas cet avantage. Puis, petit à petit, l'Ukrainien accéléra le rythme pour finalement prendre plus de 3 minutes d'avance au 30e coup, tout en ayant équilibré la position ! Au 35e coup (4,20 - 7,00) la finale de pièces mineures était égale, même si le Cavalier inscrusté en e4 avait fière allure.

Partie 2 : L'ouest-Indienne fut l'ouverture de cette seconde partie, dans laquelle Ivanchuk ne rechercha pas forcément un avantage. Au contraire, l'Ukrainien semblait vouloir atteindre une sorte de "demi-finale" et jouer son jeu. Au 18e coup, la position était composée de 2 Tours chacun et paire de Cavaliers pour Leko contre Fou et Cavalier pour Vassily. Les pendules affichaient alors : 18 minutes pour Ivanchuk et 15 pour Leko et les grandes manoeuvres débutèrent... Au 25e coup, après l'échange d'une Tour, nous avions : 17' et 12' et une certaine égalité. C'est le moment que choisit Ivanchuk pour tourner son regard vers le Roi noir. Au 30e coup (12' - 6'), Vassily se décida pour un sacrifice de pion par 30.gxf6 afin d'éparpiller les pions noirs. Au 36e coup (8' - 3'), « Chuky », qui pouvait alors accepter une répétition des coups, préféra prendre le risque de continuer mais, raisonnablement, prit l'échec perpétuel quelques coups plus tard.

Départage 1 : Nouvelle ouest-Indienne, mais là encore, en parties de 3+2, il est difficile de commenter quoi que ce soit. On nota simplement qu'Ivanchuk joua à la vitesse de l'éclair, jusqu'à posséder 1 minute d'avance au 20e coup. La suite se joua très vite de part et d'autre, mais s'acheva par une nulle.

Départage 2 : Encore une défense Alekhine, sauf que cette fois l'avantage blanc semblait plus clair. Malheureusement le direct « planta » et nous vîmes apparaître uniquement le résultat final : gain de Peter Leko qui remporte donc le titre ! Bravo Peter, même si Vassily a été beaucoup plus impressionnant.

Demi-finale : 08 janvier 2007

  Gelfand, Boris - Leko, Peter : ½-½ (43 coups)
  Leko, Peter - Gelfand, Boris : ½-½ (22 coups)
  Leko, Peter - Gelfand, Boris : 1-0 (27 coups)
  Gelfand, Boris - Leko, Peter : 1-0 (66 coups)
  Gelfand, Boris - Leko, Peter : 0-1 (52 coups)

Partie 1 : Une Slave, dans laquelle les Blancs offrirent un pion par 7.g4, déboucha immédiatement sur une tentative d'attaque directe, bien que les Noirs ne prirent pas le pion. Les deux belligérant consommèrent plus des 2/3 de leur temps pour jouer moins de 20 coups, mais au final Peter Leko repoussa l'attaque, avant de retourner ses forces sur le Roi de Boris Gelfand resté au centre. Cependant, comme lors de sa première partie contre Sergey Rublevsky du quart de finale, Leko, toujours soucieux de ne prendre aucun risque 26...Dd8?! laissa filer une grande partie de son avantage. La nulle qui sanctionna cette première rencontre dut donner d'énormes regrets à Peter Leko.
Partie 2 : La Sicilienne Najdorf avec 6.f3 e5 donna, comme à son habitude, ce genre de position où l'on ne sait pas vraiment qui attaque et qui défend. La réflexion des joueurs débuta réellement vers le 16e coup, puis une répétition des coups mit aussitôt un terme à la partie.
Départage 1 : Difficile à retransmettre, pratiquement impossible à commenter, contentons-nous de dire que ce premier blitz en 3+2 s'ouvrit sur la même ouverture que la partie 2, mais que Leko prit très vite l'avantage avant de l'emporter.
Départage 2 : La défense Ouest-Indienne offrit une facile égalité à Peter Leko. 22.Fxe6?! de Boris Gelfand perdit un pion, puis, dans la finale gagnante de Fou contre Cavalier qui survint, Leko, en manque de temps, commit gaffe sur gaffe avant de s'incliner.
Départage 3 : Et nous voici arrivés au fameux blitz « Mort subite », avec 5 minutes pour les Blancs, 4 pour les Noirs, mais où la nulle suffit aux Noirs pour l'emporter. Nouvelle Ouest-Indienne et Leko, qui de toute évidence jouait pour annuler, échangea tout ce qui se présenta. Une dernière combinaison d'échange 35...Txf4, aurait dû sceller la nulle, mais Gelfand ne pouvant pas le permettre, finit par perdre. Leko est donc en finale !


  Ivanchuk, Vassily - Radjabov, Teimour : 1-0 (72 coups)
  Radjabov, Teimour - Ivanchuk, Vassily : 0-1 (44 coups)

Partie 1 : Pas de surprise de la part de Radjabov, qui est l'un des derniers joueurs du top niveau à oser la jouer : Défense Est-Indienne. Si l'ouverture n'apporta aucun avantage théorique à Ivanchuk, l'Ukrainien en ressortit quand-même avec plus de 10 minutes d'avance au 20e coup ! Puis, lorsque Vassily prit du temps de réflexion, ce fut pour gagner un pion par 26.Fh4! Pion qu'il redonna immédiatement en jouant 29.Fe2?! au lieu de 29.Fd4!. Cette bonne occasion passée, la finale de pièces mineures ne semblait pas poser de problèmes particuliers à Radjabov, si ce n'est un retard à la pendule de plus de 2 minutes : 2,30 - 0,12 au 38e coup. C'est le moment que « Chuky » choisit pour manoeuvrer comme il en a le secret et (re)gagner un pion, puis la finale. Superbe partie d'Ivanchuk qui prend ainsi une option pour rejoindre Peter Leko !
Partie 2 : Radjabov, condamné à gagner, dut affronter la solide Slave avec 4...a6. Jouant toujours aussi vite, Ivanchuk réalisa la poussée thématique et libératrice ...e5, dès le 11e coup. Mais le génial Ukrainien n'est pas du genre à se contenter de l'égalité lorsqu'une possibilité de prendre l'avantage existe. 15...d4! lui donna l'occasion de s'emparer de l'initiative, tout en conservant une avance de 8 minutes à la pendule ! Dès le 24e coup la cause était entendue, et seul un miracle pouvait sauver Radjabov. Cependant, face à un Ivanchuk en grande forme, Radjabov n'eut pas cette chance et fut littéralement balayé. En route vers la finale !

Quart de finale : 07 janvier 2007

  Leko, Peter - Rublevsky, Sergey : 1-0 (39 coups)
  Rublevsky, Sergey - Leko, Peter : 0-1 (32 coups)

Dans la première partie Rublevsky obtint une mauvaise position dès l'ouverture (une Sicilienne Paulsen ou Kan, dont il est pourtant le spécialiste mondial), et s'il fallut 39 coups à Leko pour l'emporter, c'est simplement parce que le Hongrois préféra un gain technique à la poursuite de l'attaque. Dans la seconde rencontre, la partie Ecossaise n'apporta rien à Sergey et le Russe choisit même de se laisser mater plutôt que d'accepter un perpétuel.


  Shirov, Alexeï - Gelfand, Boris : 0-1 (38 coups)
  Gelfand, Boris - Shirov, Alexeï : ½-½ (66 coups)

Partie 1 : Une Slave avec 4...a6 apporta une confortable égalité à Boris Gelfand. Après 16.g3, les Noirs avaient même un échec perpétuel à leur portée. L'Israélien, confiant en ses possibilités, décida cependant de jouer pour le gain. Mal lui en prit, puisque moins de 5 coups plus tard, l'attaque noire s'évapora, la Dame se retrouvait hors-jeu, et les Blancs prirent l'avantage. Shirov choisit ce moment pour se tromper à sont tour avec un prématuré 27.e5?! qui l'amena à sacrifier une qualité. Une derrière faute du néo-espagnol 34.Tb4? offrit un gain en quelques coups.
Partie 2 : Avec les Blancs, contre une défense Ouest-Indienne, Gelfand joua pacifiquement, laissant à son adversaire le soin de prendre des risques. De longues manoeuvres s'ensuivirent, sans l'ombre d'un avantage pour l'un ou l'autre, sinon 2 minutes d'avance pour Shirov. Lorsque la partie se décanta, vers le 35e coup, les Blancs obtinrent une position supérieure. La fin fut un combat avec quelques secondes chacun à la pendule où tout pouvait arriver, mais sanctionné par la nulle.


  Morozevich, Alexander - Radjabov, Teimour : 0-1 (64 coups)
  Radjabov, Teimour - Morozevich, Alexander : ½-½ (50 coups)

Partie 1 : La Sicilienne Rossolimo avec 3...e6 prit rapidement une tournure nouvelle avec 5.De2!? puis 6.Ce5 NT. Nouveau n'étant pas forcément synonyme de plus fort aux échecs, la partie fut très rapidement équilibrée. Néanmoins, à partir du 25e coup, le temps entra en jeu. Avec 6 minutes pour « Moro », contre 2 pour Radjabov, l'avantage était dans les mains des Blancs. Souvenons-nous que Morozevich remporta le blitz « Mort subite » contre Harikrishna, au temps, dans une finale de Tour avec deux pions de moins ! Après 26...Tg6?! l'avantage blanc se situait aussi sur l'échiquier. Alors que la victoire lui tendait les bras, Morozevich craqua complètement par 64.b5?? laissant sa Tour sans défense ! Incroyable !

Partie 2 : Le choix d'une Est-Indienne donnait le ton de la revanche : Morozevich voulait un combat sanglant ! Malgré toute cette bonne volonté, la position obtenue n'offrit que trop peu de jeu aux Noirs pour espérer quoi que ce soit. Obligé de fuir les échanges, un Cavalier coincé en h6, Morozevich en réussit pas à gommer les effets de sa terrible gaffe de la première partie, et dut laisser Radjabov, qui joua d'ailleurs parfaitement contre la pièce mal positionnée, poursuivre son parcours.


  Bacrot, Etienne - Ivanchuk, Vassily : ½-½ (28 coups)
  Ivanchuk, Vassily - Bacrot, Etienne : 1-0 (55 coups)

Partie 1 : Les débats entre le plus créatif des joueurs et le plus fort représentant des échecs Français, s'ouvrirent sur un gambit dame refusé, variante Tartakower. Etienne réussit à se défaire du contrôle de la case e4 par les Noirs après une vingtaine de coups, et suite à de nombreux échanges, la finale de Fous de même couleur était complètement égale.
Partie 2 : Sans surprise, Bacrot choisit de répondre au pion dame d'Ivanchuk par une Slave avec 4...a6 L'Ukrainien poursuivit par la poussée c5, qui on ne sait plus si elle est bonne ou mauvaise, en regard des dernières analyses publiées sur le sujet. Toujours est-il, le Français obtint au moins l'égalité : Fort Cavalier en d5 + pion blanc en d4 arriéré. Après environ 20 coups, pendant qu'Etienne liquidait l'aide dame, Vassily dirigeait ses forces vers un Roi noir bien seul. Cependant les imprécisions noires semblent se situer sur 27...Cxe3 et 29...Ta7 qui, après le très fort 30.d5! d'Ivanchuk, révéla au grand jour le mauvais placement de la Tour noire. L'affaire ayant coûté un pion, Bacrot rechercha son salut dans une finale Dame+Tour. Malheureusement, même la finale de Dame était perdante. Dommage pour Etienne et bravo Ivanchuk !

1er Tour : 06 janvier 2007

  Harikrishna, Pentala - Morozevich, Alexander : 0-1 (34 coups)
  Morozevich, Alexander - Harikrishna, Pentala : 0-1 (54 coups)
  Morozevich, Alexander - Harikrishna, Pentala : 1-0 (42 coups)
  Harikrishna, Pentala - Morozevich, Alexander : 1-0 (44 coups)
  Morozevich, Alexander - Harikrishna, Pentala : 1-0 (45 coups)

  Bareev, Evgeny - Radjabov, Teimour : ½-½ (34 coups)
  Radjabov, Teimour - Bareev, Evgeny : 1-0 (34 coups)

  Bologan, Victor - Bacrot, Etienne : 0-1 (72 coups)
  Bacrot, Etienne - Bologan, Victor : 0-1 (33 coups)
  Bacrot, Etienne - Bologan, Victor : 1-0 (28 coups)
  Bologan, Victor - Bacrot, Etienne : 1-0 (91 coups)
  Bacrot, Etienne - Bologan, Victor : 1-0 (47 coups)

  Ivanchuk, Vassily - Amonatov, Farrukh : 1-0 (66 coups)
  Amonatov, Farrukh - Ivanchuk, Vassily : 0-1 (74 coups)

1er Tour : 05 janvier 2007

  Sokolov, Ivan - Leko, Peter : ½-½ (71 coups)
  Leko, Peter - Sokolov, Ivan : 1-0 (21 coups)

  Rublevsky, Sergey - Naiditsch, Arkadij : ½-½ (33 coups)
  Naiditsch, Arkadij - Rublevsky, Sergey : 0-1 (39 coups)

  Smirin, Ilia - Shirov, Alexeï : 0-1 (68 coups)
  Shirov, Alexeï - Smirin, Ilia : ½-½ (25 coups)

  Gelfand, Boris - Nakamura, Hikaru : 1-0 (73 coups)
  Nakamura, Hikaru - Gelfand, Boris : 0-1 (70 coups)


Publié le 15/01/2007 - 00:00