54e tournoi de Reggio Emilia
Première grande victoire pour Anish Giri qui remporte Reggio Emilia. Commentaires du GMI Robert Fontaine.

Du 27 décembre 2011 au 6 janvier 2012 s'est déroulé la 54e édition du tournoi de Reggio Emilia. En Italie, connu sous le nom de Torneo di Capodanno (tournoi du nouvel an), parce qu'il commence juste après Noël et se termine le 6 janvier.

Disputé pour la première fois en 1947, le tournoi de Reggio-Emilia a lieu tous les ans depuis 1959. A la fin des années 1990 il avait acquis une certaine réputation internationale, culminant avec l'édition 1991-1992 : premier tournoi de catégorie 18 jamais joué et remporté par l'Indien Viswanathan Anand.

Cette année le format a un peu changé, avec six joueurs qui s'affrontaient dans un tournoi double-ronde. Chaque participant affrontait chacun des autres deux fois, une fois avec les Blancs et une fois avec les Noirs. De plus, les organisateurs ont choisi d'appliquer la victoire à 3 points (1 point pour le match nul, zéro pour la défaite).

Le vainqueur de l'an passé, Vugar Gashimov, a finalement renoncé, il a joué le tournoi de San Sebastian à la place. Alexander Morozevich l'a remplacé.

Site officiel avec parties en direct à la cadence 40 coups /1h40 + 30 minutes K.O., avec un incrément de 30 secondes par coup. Jour de repos le 1er janvier.

Classement final 1 2 3 4 5 6 Score
1. Giri, Anish g NED 2714 * * 0 ½ 0 1 1 ½ ½ 1 ½ 1 16 2822
2. Morozevich, Alexander g RUS 2762 1 ½ * * ½ 1 1 0 0 ½ 1 0 15 2776
3. Nakamura, Hikaru g USA 2758 1 0 ½ 0 * * ½ ½ 1 0 1 1 15 2777
4. Caruana, Fabiano g ITA 2727 0 ½ 0 1 ½ ½ * * 0 1 1 1 15 2783
5. Ivanchuk, Vassily g UKR 2775 ½ 0 1 ½ 0 1 1 0 * * ½ 0 12 2702
6. Vitiugov, Nikita g RUS 2729 ½ 0 0 1 0 0 0 0 ½ 1 * * 8 2598
Anish Giri | Photo © www.fredlucas.eu

Le tournoi a connu de nombreux rebondissements, entre mauvais départ et défaites consécutives. C'est finalement le Néerlandais Anish Giri (plus faible Elo du tournoi), malgré deux défaites et deux nulles pour commencer, qui l'emporte au terme d'une dernière ronde chanceuse. Nakamura a terminé sur les rotules et Morozevich a perdu contre la lanterne rouge à trop vouloir jouer pour le gain. 

Cela ne retire rien à la performance de Giri, qui d'un point de vue comptable réalise une excellente opération avec +15.0 et 2729 Elo. Alexander Morozevich ne gagne que 1,8 point (2764.8), Hikaru Nakamura +2.8 (2761.8). Vassily Ivanchuk limite la casse avec -10.0 (2756). Hikaru Nakamura, encore lui, a déclaré au sujet de l'Ukrainien : «Maintenant je commence à comprendre pourquoi le classement Elo d'Ivanchuk fluctue tellement en jouant tout le temps...»  Fabiano Caruana engrange +7.8 (2743.8) malgré son mauvais départ. Quant à Nikita Vitiugov, il abandonne 17.0 points (2709). Voir le classement en direct sur www.2700chess.com

Parmi les plus virulents anti-victoire à 3 points, Mig Greengard, de www.chessninja.com, ne fait pas dans la dentelle sur Twitter. « Reggio Emilia a été un tournoi des plus bizarre. Autant d’effondrements incroyables et de parties décisives font presque paraître plausible l'argument de collusion. Collusion possible avec le calcul 3-1-0, où en double ronde on peut échanger des victoires avec avantage. Je ne pense pas qu'il y ait eu tricherie, mais il est important de souligner la stupidité du 3-1-0 en double ronde. »

Sans aller jusque-là, il nous semble inutile de «motiver», avec une prime à la «combativité», des joueurs qui sont déjà combatifs, jouent pratiquement toujours pour le gain et qui n'ont jamais eu la réputation d'annuler sans jouer. Surtout que comme on peut le constater en comparant les classements : la victoire à 3 points n'a rien apporté.

Ronde 10

Ronde 10
Anish Giri 2714 - Fabiano Caruana 2727 : ½-½ (28) Partie anglaise
Nikita Vitiugov 2729 - Alexander Morozevich 2762 : 1-0 (67) Anglo-Grünfeld
Vassily Ivanchuk 2775 - Hikaru Nakamura 2758 : 1-0 (67) Espagnole Berlininoise

Giri-Caruana : ½-½

Le Néerlandais vient d'enchaîner 4 victoires en 5 matchs ! Son adversaire, après un début de tournoi raté, se reprend. Giri opte pour une partie anglaise et obtient un léger avantage grâce à son pion en d5 qui affaiblit la colonne "c" des Noirs. Ceci contraint Caruana à se débarasser de ce pion c, mais au prix d'un pion faible en d6.

Les 2 joueurs ont dépensé beaucoup de temps, et alors qu'il reste une quinzaine de coups à jouer, il ne reste que 10 minutes à Giri et 15 à Caruana. Ce manque de temps est peut être la raison qui les conduit à faire nulle au 28e coup. Rétrospectivement, c'est cette nulle qui assure la victoire finale à Giri car les 2 autres co-leaders ont perdu.

Vitiugov-Morozevitch 1-0

Nikita Vitiugov, assuré de la dernière place quelque soit le résultat de cette partie, est passé à côté de son tournoi avec une victoire, deux nulles et six défaites. Face à Morozevitch en lutte pour la 1ère place, il devra faire preuve de solidité.

Grâce à son Fou posté en g2, les Blancs dominent la diagonale a8-h1 et leur Tour exerce uune pression sur le pion b7. Morozevitch doit s'employer pour résoudre ce problème :14...De8, 15 b6, 16...Fa6 17... e4. Il lance alors son offensive sur le Roi blanc.

Avec respectivement 3 et 6 minutes pour les 10 derniers coups avant le contrôle de temps, tout risque de se jouer pendant le zeitnot. Et malheureusement pour Morozevitch, en manque de temps il ne voit pas 37...Td8 et à la place gaffe par ...Fxb3. Le 40e coup passé, Morozevitch doit jouer une finale très compliquée, les pions d4 et b6 étant extrêmement dangereux.

«Moro» doit sacrifier et la finale Tour pion contre Fou pion est théoriquement gagnée pour les Blancs selon les tables des finales. Vitiugov connait le plan de gain; il sacrifie sa Tour pour entrer dans une finale de pion gagnante.

Ivanchuk-Nakamura : 1-0

Il n'est jamais simple de choisir une ouverture face à Ivanchuk, dont les connaissances encyclopédiques lui permettent un large répertoire. Nakamura choisit la solide défense de Berlin de la partie Espagnole, remise sur le devant de la scène à l'occasion du match Kasparov-Kramnik à Londres. Malgré des pions doublés et un Roi déroqué, il a été démontré que la position des Noirs est jouable.

A l'approche du 40e coup, il semble que le contrôle de la colonne "d" confère un léger avantage aux Blancs. Petit à petit, Ivanchuk améliore sa position face à un Nakamura réduit à l'impuissance. L'avantage positionnel se transforme en avantage matériel au 51e coup. La finale de Tour est complètement gagnante pour l'Ukrainien. 
Commentaire de Nakamura après la partie : « Curieux de voir si je peux faire pire à Wijk aan Zee.»

Nikita Vitiugov | Photo © www.ippogrifoscacchi.it
Ronde 9
Hikaru Nakamura 2758 - Anish Giri 2714 : 0-1 (43) Défense Petroff
Alexander Morozevich 2762 - Vassily Ivanchuk 2775 : ½-½ (24) Défense slave
Fabiano Caruana 2727 - Nikita Vitiugov 2729 : 1-0 (43) Défense siclienne

Ronde 9

Fabiano Caruana profite d'une gaffe juste avant le contrôle de temps de Nikita Vitiugov (36. Tgc8 ?) et l'Italien gagne une pièce. Le 40e coup passé le Russe abandonne.

Courte nulle entre Morozevitch et Ivanchuk : 24 petits coups et le partage du point est signé. L'Ukrainien met un terme à sa série noire et doit avoir hâte que ce tournoi s'achève.

La dernière partie opposait Hikaru Nakamura à Anish Giri. Le choix de la défense Petroff s'avère judicieux et le jeune Néerlandais sort de l'ouverture avec avantage. Il a réussi à doubler les pions de son adversaire sur les colonnes "c" et "f". L'Américain tente de répéter les coups, mais l'Italien est décidé à jouer pour le gain. Sans contre-jeu, Nakamura voit les pions noirs s'avancer tranquillement sans réellement pouvoir s'y opposer. Au 34e coup, les Noirs sacrifient la qualité au profit d'un puissant pion en f2, qui fait la décision une fois le contrôle de temps passé.

Après la partie, Nakamura déclarait sur son compte Twitter : « Je tombe en panne d'essence. J'espère pouvoir me mobiliser pour la dernière ronde et Wijk aan Zee. Quatre tournois consécutifs c'est beaucoup trop après tout.  »

Fabiano Caruana | Photo © www.ippogrifoscacchi.it


 

Ronde 8
Anish Giri 2714 - Nikita Vitiugov 2729 : 1-0 (54) Sicilienne Paulsen
Vassily Ivanchuk 2775 - Fabiano Caruana 2727 : 0-1 (34) Système de Londres
Hikaru Nakamura 2758 - Alexander Morozevich 2762 : 0-1 (32) Défense Française

Les commentaires de la ronde 8 par le GMI Robert Fontaine

Nakamura - Morozevich : 0-1

Le choc du jour et de la fin de tournoi! Les deux leaders s'affrontent et bien entendu le match nul favorise Nakamura qui possède 4 points d'avance.

Nakamura opte une nouvelle fois pour 1.e4 montrant ainsi son intention de "jouer". Morozevich réplique comme prévu par la défense Française. Le Russe se montre entreprenant en jouant une ligne risquée (8...Dxb2).

Nakamura est surpris de ce choix, et ne réagit pas au mieux avec notamment 16.Tb3? Morozevich garde ses deux pions de plus et le centre, accentue son avantage...Pas de surprise au final avec un gain propre du Russe qui fond sur l'Américain à seulement 2 rondes de la fin!

Ivanchuk - Caruana : 0-1

Ivanchuk joue le système de Londres, qui évite toute théorie. L'Ukrainien s'est-il remis de sa gaffe de la veille? Quoi qu'il en soit, il joue très rapidement les 15 premiers coups.

Et la réponse tombe au 26e coup avec le terrible 26.Fb5?? , où Ivanchuk comme hier, voit une marée de pions déferler sur son Roi. Quatrième défaite consécutive  pour l'Ukrainien, qui, à la fin de la partie, a donné ses pièces une par une! Le pire est peut-être à venir pour les deux dernières rondes...

Giri - Vitiugov : 1-0

Vitiugov abandonne sa défense Française pour une sicilienne Paulsen. Dès l'ouverure, Giri joue de manière agressive en donnant une qualité en compensation d'un Fou "monstrueux" en "d6", empêchant les Noirs de roquer.

19.f5 suivi de 20.e6! ouvre toutes les lignes sur le Roi Noir de Vitiugov. Grâce à sa position, Giri regagne le matériel investi, et a gagné un pion en passage. Sans faillir, il gagne la finale de Dame avec un pion de plus.

Vassily Ivanchuk | Photo © www.ippogrifoscacchi.it
Ronde 7
Alexander Morozevich 2762 - Anish Giri 2714 : ½-½ (17) Gambit Dame
Fabiano Caruana 2727 - Hikaru Nakamura 2758 : ½-½ (21) Sicilienne Kann
Nikita Vitiugov 2729 - Vassily Ivanchuk 2775 : 1-0 (31) Nimzo-Indienne

La Ronde 7 par le GMI Robert Fontaine

Morozevich - Giri : ½-½

Il semble que seul Morozevich puisse rivaliser avec Nakamura dans ce tournoi. Seule une victoire garderait le suspens pour la première place, l'Américain de Saint-Louis possédant déjà 4 points d'avance (victoire à 3 points).

Comme à son habitude, le Russe fait preuve d'originalité et d'agressivité : 7.g4, 8.h4, 9.g5, 10.g6!

Giri continue de développer ses pièces et roque. Les joueurs répètent alors les coups rapidement. Nulle en 17 petits coups.

Caruana - Nakamura : ½-½

Et si Caruana avait la bonne idée d'accrocher consécutivement le scalp des deux leaders du tournoi ? Méfiance pour Hikaru, qui twittait hier "The freight train appears to be back on track!" (Le train de marchandises a l'air de revenir comme prévu!).

Caruana fait face à une ligne rare de la Kann (2...e6 puis 6...e5). La dernière partie en date de cette variante fut jouée entre Karjakin et Svidler au Mémorial Tal. L'Italien a préparé cette variante et sort sa nouveauté au 11e coup (Cd5).

Les pièces s'échangent et nous arrivons dans une position avec structure de pions qui rappelle la Svechnikov. En 21 coups la nulle est soudainement signée. Nakamura se rapproche un peu plus de la première place.

Vitiugov - Ivanchuk : 1-0

Tout comme Morozevich, Ivanchuk doit battre le dernier du tournoi pour accrocher le podium. L'Ukrainien décide de ne pas répéter son ouverture douteuse d'hier et se lance dans la Nimzo-Indienne.

Vitiugov opte pour la ligne avec 4.Cf3. Les Blancs enchaînent avec un développement fianchetto et semblent obtenir un léger avantage grâce à l'avantage d'espace. Au 25e coup, l'ordinateur annonce 0,00 comme évaluation mais, visuellement, grâce au contrôle des cases blanches et au pion Noir arriéré "d7", le Russe semble toujours mieux.

Ivanchuk a gaffé au 30e avec 30...Cxc4?? 31. Cxc4 1-0 Il faudra attendre les explications du GMI ukrainien sur ce choix suprenant.

Ivanchuk se détend | Photo © www.ippogrifoscacchi.it
Ronde 6
Anish Giri 2714 - Vassily Ivanchuk 2775 : 1-0 (51) Défense Bogo-Indienne
Hikaru Nakamura 2758 - Nikita Vitiugov 2729 : 1-0 (66) Défense française
Alexander Morozevich 2762 - Fabiano Caruana 2727 : 0-1 (44) Défense Gruenfeld

La Ronde 6 par le GMI Robert Fontaine

Après une brève pause lors du 1er janvier, le tournoi de Reggio Emilia reprend ses droits. Nakamura part le favori pour remporter ce tournoi, l'Américain possédant une légère avance sur Morozevich.

Giri - Ivanchuk : 1-0

On a vu sur quelques photos un Ivanchuk décontracté, allongé sur un canapé. L'Ukrainien, une fois de plus, change d'ouverture et choisit la solide défense Bogo-Indienne, évitant ainsi sans doute la préparation du jeune Néerlandais.

Ivanchuk décide d'accepter de doubler ses pions sur la colonne "f" avec 10...h6? obtenant immédiatement une finale inférieure. Décision suprenante... qui laisse les Blancs avec un net avantage.

Giri accentue cet avantage petit à petit, gagnant un pion net. La transposition en finale de pions est gagnante pour les Blancs. Ivanchuk doit abandonner... Une partie très étrange de la part de l'Ukrainien.

Nakamura - Vitiugov : 1-0

Lors de leur confrontation de la première ronde, Nakamura avait réussi en zeitnot à créer le déséquilibre et à l'emporter. Nakamura troque 1.c4 pour 1.e4 et opte pour la variante Boleslavsky de l'habituelle défense française de son adversaire.

10...Dc7 est une nouveauté intéressante de la part de Vitiugov, dans une position qui a été jouée de nombreuses fois. La position est complexe, mais Nakamura donne intelligemment la paire de Fous afin d'obtenir une paire de Cavaliers redoutable, frappant sur la faiblesse en "d6".

Encore une fois, pendant le zeitnot, Nakamura accroît son avantage réussissant à garder son précieux Cavalier en "d6". La victoire au 40e coup ne fait plus l'ombre d'un doute... Et c'est ce qu'il advint après une vaine résistance de Vitiugov. L'Américain réalise à ce moment du tournoi une performance à 3012 Elo, gagne 18,5 points et occupe maintenant la 5e place mondiale. Voir le classement live sur www.2700chess.com

Morozevich - Caruana : 0-1

Le grand favori de cette partie est bien entendu Morozevich face à un Caruana hors de forme. L'Italien qui joue "à la maison", subit une pression supplémentaire. Elève de Boris Avrukh, c'est sans surprise que l'on voit la défense Gruenfeld apparaître sur l'échiquier. Avrukh a sorti il y a peu de temps deux livres complets traitant de cette ouverture.

Le Russe marque un temps d'arrêt et se lance ensuite dans l'agressive variante de Stockholm 4.Fg5 et 5.h4!?. Cette continuation est peu connue et la position qui survient au 6e coup n'avait jamais été jouée auparavant. Caruana réagit naturellement par 6...c5 et fait exploser le centre de pions Blancs.

La finale qui en découle est égale, voire même légèrement supérieure pour les Noirs. Les deux joueurs accélèrent le rythme et tout va se décider en zeitnot, vers le 25e coup! Les Blancs ont un pion de moins mais possèdent du jeu pour leurs pièces.

Le 39e coup est fatal à Morozevich qui gaffe et donne le point entier à Caruana, même si sur l'ensemble de la partie l'Italien méritait amplement de gagner!

Ronde 5
Fabiano Caruana 2727 - Anish Giri 2714 : 0-1 (33) Défense Pétroff
Alexander Morozevich 2762 - Nikita Vitiugov 2729 : 1-0 (41) Défense Nimzovich
Hikaru Nakamura 2758 - Vassily Ivanchuk 2775 : 1-0 (57) Ouverture Anglaise

La Ronde 5 par le GMI Robert Fontaine

Nakamura - Ivanchuk : 1-0

L'Américain commence régulièrement par 1.c4 au premier coup ces derniers temps. Il réitère aujourd'hui contre l'Ukrainien. L'ouverture blanche ne donne aucun avantage et visuellement les Noirs ont l'air mieux, avec un bon centre de pions.

Ivanchuk prend graduellement l'avantage en continuant de garder le centre et en affaiblissant le Roi blanc. L'Américain est dans les cordes ! Alors qu'Ivanchuk se dirigeait vers sa 3e victoire de suite, l'Ukrainien gaffe par 37. Dg3?, alors que Cg4 gagnait, et doit sauver la partie au sortir du zeitnot. Dans une position difficile Vassily commet quelques erreurs (52. Da4, 55. g6) qui scellent le sort de la partie.

Morozevich - Vitiugov : 1-0

Les deux joueurs russes se connaissent parfaitement et c'est sans surprise que Morozevich emploie 4.Dc2 dans la défense Nimzovich. Les Blancs jouent avec beaucoup d'imagination se créant sciemment des pions doublés sur la colonne "f" pour faire ensuite 0-0-0 et trouver du jeu sur "g".

Au 24e coup, Vitiugov décide de donner le pion "b" pour un peu de jeu. Les Blancs prennent alors simplement l'avantage malgré leur Roi devenu faible. Au 29e coup, Vitiugov recupère son pion, au prix d'une dégradation de sa position.

Position après 27... Txh5

Une des Tours noires est exilée en h5, l'autre va devoir parer la menace de mat en g7 après 28. Dd4. La Dame doit empêcher l'avancer des pions de l'aile-dame, notamment le pion "b". Du côté blanc, une Tour contrôle la colonne "e", l'autre est idéalement placée sur la colonne "g" semi-ouverte et la Dame soutient les pions.

Alexander Morozevich exploite à merveille la désorganisation des pièces noires. Il va prendre possession de la 7e rangée et en combinant menaces sur le Roi noir et poussée du pion b. Celles-ci s'avéreront fatales.

Superbe partie de Morozevich !

 

Caruana - Giri : 0-1

L'Italien est malheureux depuis le début de la compétition. Si la Pétroff est une surprise, 7...Fb4+ en est une encore plus grosse car ce coup est vraiment peu joué!

La position qui en découle est avec pion isolé "d" pour les Blancs. La position est égale jusqu'au terrible 24.Rf1?? qui permet le joli 24...Cxf2 qui gagne de suite la partie! L'Italien abandonne en 33 coups...Dure fin d'année!

Ivanchuk spectateur attentif | Photo © www.ippogrifoscacchi.it
Ronde 4
Anish Giri 2714 - Hikaru Nakamura 2758 : 0-1 (59) Est-indienne Mar del Plata
Vassily Ivanchuk 2775 - Alexander Morozevitch 2762 : 1-0 (52) Partie espagnole
Nikita Vitiugov 2729 - Fabiano Caruana 2727 : 0-1 (46) Trompovsky

Le leader, Alexander Morozevich, n'avait pas la tâche facile avec les Noirs contre Vassily Ivanchuk. Dans cette partie, tout se joua pendant le zeitnot. Les 2 adversaires durent jouer à partir du 30e coup uniquement avec l'incrément de 30 secondes, occasionnant de nombreuses erreurs selon les évaluations des moteurs d'analyse. Le contrôle de temps passé, c'est l'Ukrainien qui émergeait avec un avantage décisif. Morozevitch poursuivra jusqu'au mat.


A l'autre extrémité du classement, Fabiano Caruana, en méforme, se devait de réagir. Nikita Vitiugov choisit la peu courante attaque Trompowsky (1. d4 Cf6 2. Fg5), mais c'est l'Italien qui obtenait l'avantage au sortir de l'ouverture. Le Russe tentait alors de pêcher en eaux troubles en sacrifiant une pièce (18. Cxe6) mais, malgré un Roi déroqué, la position noire restait solide. Au fur et à mesure des échanges, l'avantage de l'Italien augmentait et la pièce de plus lui permettait de faire la différence en finale.


Le dernier match opposait Anish Giri à Hikaru Nakamura. Dans l'unes des grandes variantes de l'Est-indienne, il semble que ce soit l'Américain qui innove le premier par 16...Tf7. Anish Giri, un peu trop optimiste, sacrifie une pièce par 24. Fxc5, mais avait probablement omis la contre-pointe des Noirs 27...Fc5+!, le Fou étant imprenable à cause de Dd4+. Dans une position inférieure, mais tenable, il optait ensuite pour le mauvais plan en échangeant les Dames. La supériorité du couple Fou-Cavalier sur la Tour permettait de liquider les pions de l'aile-dame et la majorité de pions blancs à l'aile-roi faisait la différence.

Hikaru Nakamura | Photo © www.ippogrifoscacchi.it
Ronde 3
Nikita Vitiugov 2729 - Anish Giri 2714 : ½-½ (41) Défense Gruenfeld
Fabiano Caruana 2727 - Vassily Ivanchuk 2775 : 0-1 (83) Sicilienne Sveshnikov
Alexander Morozevich 2762 - Hikaru Nakamura 2758 : ½-½ (24) Gambit Dame

La ronde 3 par le GMI Robert Fontaine

Morozevich - Nakamura :

Choc au sommet dans cette troisième ronde avec le match Nakamura-Morozevitch, qui opposera deux joueurs très spectaculaires. Malheureusement, la partie qui les oppose s'avère assez plate. Nakamura est devenu très solide avec les Noirs et sort d'un gambit Dame avec l'égalité.

Avec un pion isolé, l'Américain parvient à échanger les pièces. Morozevich ne prend pas de risque et propose la nulle en 24 coups. Le Russe gère son début de tournoi parfaitement...

Vitiugov - Giri :

A l'opposé, duel de mal-classés entre Vitiugov et Giri, qui ont déjà une défaite au compteur, tout comme Caruana qui lui affrontera Ivanchuk.

Giri sort parfaitement de l'ouverture contre Vitiugov, qui a choisi une sous-variante de la Gruenfeld (3.f3) mais n'a rien obtenu. Le Néerlandais joue avec énergie et égalise tranquillement. L'échange des pièces est rapide, et nous sommes déjà en finale au 20e coup.

Giri tente de forcer les événements dans la finale Tour+Cavalier mais il n'y a pas grand chose à faire. La nulle signée après le zeitnot.

Caruana - Ivanchuk :

Dans la dernière partie du jour qui oppose Ivanchuk à Caruana, on assiste à une ouverture qui a disparu du Top niveau ces dernières années, à savoir la sicilienne Sveshnikov. Caruana semble déstabilisé et ne joue pas la grande variante.

Ivanchuk obtient un léger avantage avec la paire de Fous, la position blanche restant néanmoins solide grâce au contrôle de la fameuse case "d5". Et au terme d'une finale technique, l'Ukrainien remporte une très belle victoire, qui lui permet d'être 2e ex-aequo au classement.

Anish Giri Photo © www.ippogrifoscacchi.it
Ronde 2
Anish Giri 2714 - Alexander Morozevich 2762 : 0-1 (33) Défense slave
Hikaru Nakamura 2758 - Fabiano Caruana 2727 : ½-½ (43) Partie anglaise
Vassily Ivanchuk 2775 - Nikita Vitiugov 2729 : ½-½ (29) Partie indienne


Fabiano Caruana devra se remettre de sa cruelle désillusion d'hier ; avec les Noirs face à Nakamura, il n'aura pas la tâche facile. L'année  dernière au Championnat du Monde de Blitz, l'Américain l'avait emporté sur l'Italien. Au terme d'une partie stratégique avec beaucoup de manoeuvres, les deux joueurs partagent le point au 43e coup.

Alexander Morozevich, avec les Noirs pour la 2e fois consécutive, affronte le benjamin de ce tournoi, le Néerlandais Anish Giri, âgé de 17 ans. Les deux joueurs suivent une partie Tregubov-Inarkiev de 2009. Giri est le premier à innover, il joue 14... Cxc3 au lieu de Fa5 dans la partie précitée. Morozevitch bénéficie de nouveau de gaffes de son adversaire (25. Txa5? et 26. Fg2??), et en profite pour exploiter avec ses pièces lourdes la faiblesse du Roi blanc resté au centre. Après avoir évité les derniers pièges, Morozevich l'emporte au 33e coup. Sur Twitter, Anish Giri constate ironiquement que sa position au sortir de l'ouverture n'est pas solide, et que ses coups suicidaires ne l'ont pas aidé.

La dernière rencontre au programme oppose Vassily Ivanchuk à Nikita Vitiugov. Après une passe d'armes tactique débutée au 20e coup par Cd5, plusieurs pièces s'échangent. Dans une finale au matériel asymétrique (Dame, Tour, 2 Cavaliers, 3 pions contre Dame , 2 Tours et 5 pions), l'Ukrainien propose nulle, acceptée par son adversaire.

Nikita Vitiugov | Photo © www.ippogrifoscacchi.it


 

Ronde 1
Vassily Ivanchuk 2775 - Anish Giri 2714 : ½-½ (42) Gambit Dame, variante Gligoric
Nikita Vitiugov 2729 - Hikaru Nakamura 2758 : 0-1 (42) Gambit Dame refusé
Fabiano Caruana 2727 - Alexander Morozevich 2762 : 0-1 (49) Espagnole, variante Zaïtsev

Les commentaires du GMI Robert Fontaine :

Le célèbre tournoi de Reggio Emilia débute aujourd’hui. Morozevich remplace au dernier moment Vugar Gashimov. Ce dernier voulait venir avec sa famille afin de fêter le Nouvel An ensemble mais il semblerait que les organisateurs n’aient pas envoyé les invitations pour le visa en temps et en heure…

Ivanchuk-Giri :

Ivanchuk et Giri se retrouvent pour la première ronde peu de temps après s’être quittés au Mind Games en Chine. Le Néerlandais opte pour le solide gambit Dame refusé.

15.Fxf7+ met le feu à l'échiquier et les Blancs semblent prendre le meilleur ! Et en effet, ils gagnent une qualité 3 coups plus tard.  Mais Ivanchuk ne parvient pas à concrétiser son avantage, et doit même rendre le matériel au 27e coup. La finale Fou contre Cavalier est égale, et les deux joueurs partagent le point au 42e coup.

Nakamura-Vitiugov :

Nakamura semble s’assagir avec le temps ! Exit la tranchante Est-Indienne pour le solide gambit Dame. Un choix qui ne doit pas déplaire au Russe Vitiugov, joueur positionnel.

Pourtant, c'est Nakamura qui va dominer positionnellement son adversaire. Son pion "c" protégé est un poison pour les Blancs. Vitiugov sacrifie un pion pour tenter de trouver du contre-jeu (24. d5), mais après la prise de la Dame par le pion (28 ... gxf6) la position des Noirs est renforcée.  L'Américain conclut par une jolie touche finale, et victoire en 42 coups.

Nakamura, fervent utilisateur du réseau social Twitter, s'y réjouissait de son bon départ, et y publie une photo de Reggio Emilia.

Caruana-Morozevich :

Caruana et Morozevich ressorte la grande ligne de l’espagnole employée à de nombreuses reprises lors du championnat du Monde à Lyon en 1990 entre Kasparov et Karpov. Résultat : la pendule de l’Italien indique 1h35 après 20 coups !

17...c4 est une option rare, déjà jouée par le Russe le 05 novembre 2011 contre Stellwagen lors du championnat d'Europe par équipes.

Caruana-Morozevich, après 47. Cc7

Après le contrôle de temps, l'Italien, mieux positionnellement grâce à son pion d, a intérêt à garder les pièces. Malheureusement, en manque de temps, il va gaffer (47. Cc7 ??, alors que Dd3 gagne), et Morozevitch remporte la partie grâce à la combinaison tactique suivante :

47... Fxc4 ! (le pion d6 n'est plus protégé) 48. Dxc4 Cxd6 (fourchette, la Dame en c4 et la Tour en f7 sont attaquées, et le Cavalier c7 n'est plus protégé qu'une fois !) 49. Ce6 Cxc4 et les Blancs restent avec une pièce de plus après 50. Cxd8 Txd8.

 

 

 

 
Sopiko Guramishvili | Photo © www.ippogrifoscacchi.it

Tournoi féminin

Parallèlement, se déroule également un tournoi fermé avec six joueuses.

Classement final 1 2 3 4 5 6 Score
1. Guramishvili, Sopiko wg GEO 2374 * * 0 ½ 1 1 1 1 1 1 1 ½ 8 2431
2. Sharevich, Anna wg BLR 2267 1 ½ * * 0 ½ 1 ½ ½ 1 1 1 7 2361
3. Brunello, Marina wm ITA 2221 0 0 1 ½ * * ½ 1 ½ 1 1 1 2331
4. Videnova, Iva wg BUL 2297 0 0 0 ½ ½ 0 * * ½ 1 0 1 2096
5. De Rosa, Mariagrazia wf ITA 2122 0 0 ½ 0 ½ 0 ½ 0 * * 1 ½ 3 2092
6. Chierici, Marianna wf ITA 2048 0 ½ 0 0 0 0 1 0 0 ½ * * 2 2016
Maria De Rosa, Marina Brunello et Marianna Chierici | Photo © www.ippogrifoscacchi.it


 


Ronde 10
Marianna Chierici 2048 - Iva Videnova 2297 : 0-1 (45) Sicilienne Alapin
Sopiko Guramishvili 2374 - Anna Sharevich 2267 : ½-½ (19) Gambit Dame
Mariagrazia De Rosa 2122 - Marina Brunello 2221 : 0-1 (33) Sicilienne Najdorf

Ronde 9
Marina Brunello 2267 - Marianna Chierici 2048 : 1-0 (49) Défense Alekhine
Anna Sharevich 2297 - Mariagrazia De Rosa 2221 : 1-0 (26) Gambit Dame accepté
Iva Videnova 2374 - Sopiko Guramishvili 2122 : 0-1 (60) Défense des 2 Cavaliers.

Ronde 8
Marianna Chierici 2048 - Sopiko Guramishvili 2374 : ½-½ (63) Sicilienne Alapin
Mariagrazia De Rosa 2122 - Iva Videnova 2297 : 0-1 (15) Sicilienne, étau de Maroczy
Marina Brunello 2221 - Anna Sharevich 2267 : ½-½ (48) Sicilienne Alapin

Ronde 7
Anna Sharevich 2267 - Marianna Chierici 2048 : 1-0 (42) Défense Grünfeld
Iva Videnova 2297 - Marina Brunello 2221 : 0-1 (66) Sicilienne Najdorf
Sopiko Guramishvili 2374 - Mariagrazia De Rosa 2122 : 1-0 (42) Gambit Dame accepté

Ronde 6
Marianna Chierici 2048 - Mariagrazia De Rosa 2122 : ½-½ (42) Sicilienne Najdorf
Marina Brunello 2221 - Sopiko Guramishvili 2374 : 0-1 (34) Sicilienne Alapin
Anna Sharevich 2267 - Iva Videnova 2297 : ½-½ (20) Partie catalane
Marina Brunello | Photo © www.ippogrifoscacchi.it
Ronde 5
Iva Videnova 2297 - Marianna Chierici 2048 : 0-1 (41) Défense Alekhine
Anna Sharevich 2267 - Sopiko Guramishvili 2374 : 1-0 (35) Défense slave
Marina Brunello 2221 - Mariagrazia De Rosa 2122 : ½-½ (36) Sicilienne Alapin

Ronde 3
Sopiko Guramishvili 2374 - Marianna Chierici 2048 : 1-0 (27) Défense Grünfeld
Iva Videnova 2297 - Mariagrazia De Rosa 2122 : ½-½ (49) Défense sicilienne
Anna Sharevich 2267 - Marina Brunello 2221 : 0-1 (55) Défense Benoni

Ronde 3
Sopiko Guramishvili 2374 - Marianna Chierici 2048 : 1-0 (27) Défense Grünfeld
Iva Videnova 2297 - Mariagrazia De Rosa 2122 : ½-½ (49) Défense sicilienne
Anna Sharevich 2267 - Marina Brunello 2221 : 0-1 (55) Défense Benoni

Ronde 2
Marianna Chierici 2048 - Anna Sharevich 2267 : 0-1 (24) Sicilienne Alapin
Marina Brunello 2221 - Iva Videnova 2297 : ½-½ (53) Partie espagnole, 4 Cavaliers
Mariagrazia De Rosa 2122 - Sopiko Guramishvili 2374 : 0-1 (42) Partie espagnole, variante Breyer

Ronde 1
Mariagrazia De Rosa 2122 - Marianna Chierici 2048 : 1-0 (51) Sicilienne, attaque de Venise
Sopiko Guramishvili 2374 - Marina Brunello 2221 : 1-0 (52) Sicilienne, Maroczy
Iva Videnova 2297 - Anna Sharevich 2267 : 0-1 (46) Sicilienne Kan

Participants

Vassily Ivanchuk (Ukraine - 2775 Elo)
Alexander Morozevich (Russie - 2762 Elo)
 
Hikaru Nakamura (USA - 2758 Elo)
Nikita Vitiugov (Russie - 2729 Elo)
 
Fabiano Caruana (Italie - 2727 Elo)
Anish Giri (Pays-Bas - 2714 Elo)
 

Reggio Emilia sur Wikipédia

Reggio d'Émilie est située le long de la voie émilienne. La voie émilienne est située entre la plaine du Pô, intensément cultivée mais aussi riche d'installations industrielles, et les premières ondulations de l'Apennin. Cette chaîne a sa montagne plus haute dans la province de Reggio in Monte Cusna (2121 m). Une montagne très caractéristique pour son aspect et son histoire géologique est la Pietra di Bismantova (1047 m).

Le centre-ville
Le centre historique a la forme d'un hexagone allongé, traversé par la voie émilienne. Les monuments principaux sont le théâtre municipal (néoclassique), les basiliques renaissance et baroque de Saint-Prosper et de la Vierge de la Ghiara, le dôme et nombre de palais.

Les places de la ville sont intéressantes ainsi que les rues toutes en arcades (Piazza del duomo, piazza del Monte, Piazza San Prospero et Piazza Fontanesi). La via Emilia est bordée de palais.

Dans la salle des honneurs de l'hôtel de ville (XVIIe siècle) se trouve le premier drapeau tricolore de la République cisalpine.

Histoire
Au moment de sa fondation par le général romain Lépide, Rhegium Lepidi appartenait à la Gaule cisalpine, dans le territoire des Boïens. Par la suite, après l'intégration de la Gaule cisalpine à l'Italie romaine, elle fit partie de la région VIII, Aemilia. Lors des invasions barbares, en 409 elle fut détruite par les Goths, quelques siècle plus tard elle fut relevée par Charlemagne. Devenue l'une des républiques lombardes au Moyen Âge, elle finit par tomber sous la domination de la maison d'Este en 1290.

Elle fut prise par les Français en 1702, par le prince Eugène de Savoie-Carignan en 1706 et par le roi de Sardaigne Charles-Emmanuel III en 1742.

Au XIXe siècle, Reggio fit partie de la République cispadane, puis cisalpine, où elle fut le chef-lieu du département du Crostolo. Napoléon Ier donna le titre de duc de Reggio au maréchal Oudinot.

Le congrès de Vienne donna Reggio au duc de Modène. En 1831, une révolte y éclata, Carlo Zucchi prend la tête d'une troupe et, le 7 mars, est nommé chef du gouvernement provisoire , qui fut aussitôt réprimée par les Autrichiens. Elle fut ensuite rattachée au royaume de Sardaigne et finalement à celui d'Italie.

Rivale de Parme, les habitants de Reggio sont moqués par les Parmesans pour leur tête carrée.

Au XXe siècle, après la Seconde Guerre mondiale, Reggio fut gouvernée à la majorité absolue par le Parti communiste italien, ce qui lui valut comme au reste de la région l'épithète de « rouge ». Depuis les années 1990, elle est dirigée par la coalition de l'Olivier.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Reggio_Emilia

Géographie


Agrandir le plan

Publié le 07/01/2012 - 06:00 , Mis à jour le 05/02/2012 - 19:41
Les réactions (3)
Tous nos membres ayant un abonnement en cours de validité (hors période d'essai) peuvent commenter les articles. Abonnez-vous!
francoisfrancois - 06/01/2012 19:09
Bravo à Giri,
Et comme d'hab, la palme de la modestie avec le twit de Nakamura : "curieux de voir si je peux faire pire à Wijk Aan Zee". Avec une perf à 2777 ...

metalgods - 05/01/2012 09:29
bonjour à tous!4 défaites d'affilées,dont 3 sur des gaffes énormes pour un joueur que je considère comme un génie aux échecs.apparemment quelque chose ne tourne pas rond soit il est en méforme soit il est à nouveau victime de ses nerfs qui sont fragiles.c'est dommage je le voyais remporter ce tournoi!je suis sur qu'il va rebondir dans 15 jours en hollande lors du tournoi tata steel.allez va sy tchouky!!