La FFE intente une action disciplinaire
La Fédération Française des Echecs saisit sa Commission de Discipline contre des membres de l'équipe de France, pour «triche». Sébastien Feller et son avocat, Me Morel répondent. Présent à Wijk An Zee, Europe-Echecs a interviewé Laurent Fressinet et Maxime Vachier-Lagrave. « Tout est parti d'un témoignage de la vice-présidente de la Fédération... »

Interview de Laurent Fressinet et Maxime Vachier-Lagrave

La Fédération Française des Echecs (FFE) annonce qu'elle a engagé, le 22 décembre 2010, une action disciplinaire contre les Grand-Maîtres Internationaux Sébastien Feller et Arnaud Hauchard, ainsi que contre le Maître International Cyril Marzolo, à la suite de soupçons de « triche organisée, manquement grave à l'éthique sportive, atteinte portée à l'image de l'équipe nationale olympique, dans le cadre du Championnat du Monde d'Echecs par équipes qui s'est déroulé à Khanty-Mansyik (Russie), du 21 septembre au 3 octobre 2010. »

Une information sur cette procédure a par ailleurs été adressée à la Fédération Internationale des Echecs (FIDE), ainsi qu'au Ministère des Sports, en tant qu'administration de tutelle de la FFE.

www.echecs.asso.fr
Saint-Quentin-en-Yvelines, le 21 janvier

Message de Sébastien Feller

Sébastien Feller

Je conteste totalement les accusations de tricherie de la Fédération Française d' Echecs. Cette procédure disciplinaire est en réalité liée au fait que j'ai soutenu lors des Olympiades,l'actuel président de la FIDE en opposition avec l 'actuelle direction de la Fédération Française des Echecs. Le président de la FIDE est d' ailleurs diffamé sur le blog de Jean-Claude Moingt, lequel prétend qu 'il a bénéficié de procurations fictives.
De plus, j' ai fait état lors de conversations privées, lesquelles ont été répétées, d'irrégularités comptables de la Fédération Française (des précisions seront données ultérieurement), lesquelles ont déclenché la colère du président.

J'ai demandé à mon avocat, Me Charles Morel, d' engager une action en justice en dommages et intérêts contre la Fédération Française pour avoir de façon injustifiée cité mon nom dans un communiqué, repris sur tous les sites français et étrangers, ainsi que dans la presse internationale.

Cordialement,
Sébastien Feller
Le 24 janvier 2011 www.mr-jon.com

Interview de Léo Battesti

Quel est exactement le système de triche qui a été utilisé ? Les auteurs de cette triche ont-il reconnu les faits ?

Vous comprenez qu'il me soit difficile de m'exprimer sur des faits qui font l'objet d'une instruction. Ce que je peux vous dire c'est que les derniers à souhaiter qu'une telle procédure soit engagée, c'est nous mêmes, dirigeants fédéraux. A moins d'être masochistes... C'est, en effet, vraiment pénible et très douloureux. Et je profite de l'occasion pour féliciter Jean-Claude Moingt , notre Président, et Joanna Pomian, Vice-Présidente, pour leur courage. Tous deux sont témoins dans ce lourd dossier. Ils ont fait passer l'intérêt sportif avant leur propre confort. lls auraient pu jouer la politique de l'autruche plutôt que d'assumer leurs responsabilités. Ils ont parfaitement eu raison d'agir ainsi. C'est dans ce type de situation que l'on juge les dirigeants. Dans un monde où le cynisme tient souvent lieu de politique, cela fait chaud au cœur de voir de tels comportements.
Je tiens à préciser que tous deux étant appelés à témoigner, le bureau m'a désigné comme porte-parole fédéral pour cette affaire.

Qu'est-ce qui a poussé la FFE à révéler cette affaire au grand jour ?

Précisément ce souci de défendre les valeurs sportives. Nous mettons en avant les vertus socio-éducatives des échecs, nous aurions été en totale contradiction en nous taisant lâchement pour préserver notre propre tranquillité. Enfin je puis vous dire, eu égard aux témoignages et aux faits portés à la connaissance des membres du bureau, que nous sommes malheureusement fondés à engager de telles poursuites.

Léo Battesti

A Khanty-Mansysk, comme partout maintenant, les arbitres sont pourtant très attentifs à la triche, n'y a t-il donc aucun moyen de l'empêcher ?

Il est difficile de faire face aux évolutions technologiques. Rien de plus simple, lors de retransmissions en direct, que de relayer des indications. Une aide même ponctuelle, dans des situations complexes, et c'est un gain quasi assuré. En tant qu'organisateur d'événements internationaux j'ai souvent été alerté par certains comportements. Mais souvent, au nom de la légitime présomption d'innocence, et sans preuve, sans témoignages précis, il est difficile d'intervenir.
Toutefois il faut agir, tant via le corps arbitral que par des moyens techniques pour limiter l'actuelle dérive. Nous allons ainsi proposer au prochain Comité Directeur de la FFE, le 29 janvier, des moyens techniques pour l'organisation du prochain championnat d'Europe à Aix-les-Bains : délai d'au moins 15 minutes dans la retransmission internet des parties, interdiction des portables etc... Il est vrai, toutefois, que dès qu'il y a des enjeux financiers, les risques de triche sont de plus en plus élevés. A mon avis, et cela n'engage que moi, faute de moyens techniques adéquats, on peut craindre le pire pour l'avenir des parties à cadences classiques avec dotation de prix. Nous ne sommes pas dans une dérive généralisée type cyclisme professionnel, mais il faut être sur nos gardes et agir.

Et maintenant, quelles sont les procédures prévues, nationales et internationales, pour la suite des évènements ?

La commission de discipline de la FFE a été saisie. L'instruction est en cours. La FIDE a bien évidemment été informée. A aucun moment nous n'avons hésité à engager les actions appropriées. On en ne transige pas, on ne négocie pas dans de telles circonstances. Et cette ligne de conduite prévaudra dans toutes nos options futures.

A votre avis, quelles seront les conséquences sur l'image des échecs en général et sur l'équipe de France en particulier ?

Paradoxalement je pense que l'image fédérale va être encore plus positive. J'ai d'ailleurs jeté un œil sur des forums français ou internationaux et nombre d'internautes vantent le courage politique de la FFE. Je pense que dès l'instant où l'on agit pour défendre les intérêts sportifs des échecs, on n'a aucune crainte à avoir.
Ce qui aurait été fortement préjudiciable, c'est le silence. Tant pour nos consciences pour que pour l'intérêt des Echecs.
Ce que je tiens également à dire c'est que les autres membres de l'équipe de France ne sont absolument pas concernés. Ils sont même, selon moi, victimes de cette situation. Mais nous sommes très fiers d'eux, de leur talent naturel et de leur probité. La tricherie est, fort heureusement, un fait marginal. 99 % de nos joueurs sont des sportifs. On peut donc être raisonnablement optimistes.

Que pensez vous des dénégations de Sébastien Feller ?

Pathétique ! Et insultant pour notre président et sa fédération. Je pense que ce jeune joueur est mal conseillé car au lieu de prendre ses responsabilités, il cherche à faire diversion en salissant l'honneur d'un grand monsieur des Echecs français.

Le 23 et 24 janvier 2010

La position de Maître Morel, avocat de Sébastien Feller

Contacté par Europe-Echecs, Maître Morel nous a déclaré que, suite à la publication du communiqué sur le site de la FFE, il allait assigner la Fédération, en raison du préjudice causé par cette annonce à Sébastien Feller.

Concernant la procédure disciplinaire, il n'a pas pour l'heure accès au dossier, mais ne doute pas de la mise hors de cause de son client si la procédure devant la commission disciplinaire se déroule dans des conditions normales, non-partisanes et équitables.

Le 26 janvier 2010

Interrogée à ce sujet, la FFE n'a pas souhaité s'exprimer.

Communiqué de l'équipe de France

La Fédération Française des Echecs (FFE) a annoncé, le 21 janvier 2011, qu'elle a engagé, le 22 décembre dernier, une action disciplinaire contre deux Grand-Maîtres Internationaux membres de l'équipe de France, ainsi que contre un Maître International français, à la suite « de soupçons de triche organisée, manquement grave à l'éthique sportive, atteinte portée à l'image de l'équipe nationale olympique, dans le cadre des Olympiades d'échecs qui se sont déroulées à Khanty-Mansyik (Russie), du 21 septembre au 3 octobre 2010 ».

En qualité de membres de l'équipe de France d'échecs engagés dans cette compétition, nous souhaitons exprimer notre profonde stupéfaction à la lecture de la gravité des accusations portées, et notre plus ferme détermination à ce que toute la lumière soit établie sur cette affaire.

Les griefs invoqués sont graves, car ils peuvent être de nature à jeter le discrédit sur le jeu d'échecs, en tant que sport de haut niveau, mais également comme loisir ouvert au plus grand nombre de pratiquants, qu'ils soient licenciés assidus d'un club ou bien simples amateurs.

C'est pourquoi, sans préjuger de l'issue des procédures en cours ou qui pourraient être déclenchées ultérieurement, nous manifestons notre entier soutien à la FFE dans les démarches de recherche de vérité qu'elle a entreprises, ainsi que dans la volonté qu'elle affiche de tout mettre en œuvre pour lutter contre la tricherie. Nous faisons ainsi entière confiance à la Commission de Discipline fédérale pour se prononcer sur la véracité des faits allégués, dans le respect des nécessaires exigences d'indépendance et d'impartialité, et nous nous tenons à son entière disposition. Si les faits étaient avérés, nous les condamnerions fermement.

Enfin, nous souhaitons rappeler l'importance que nous attachons aux valeurs de fair-play, de respect de l'adversaire et d'exemplarité par le dépassement de soi, qui constituent les principes éthiques universels de l'esprit olympique, mais également de la singularité de notre sport, fondé sur les capacités d'analyse et de créativité propres à la réflexion humaine.

Maxime Vachier-Lagrave
Laurent Fressinet
Vladislav Tkachiev
Romain Edouard


Membres de l'équipe de France d'échecs
 

Maxime Vachier-Lagrave
Laurent Fressinet
Vlad Tkachiev
Romain Edouard

Droit de réponse d'Arnaud Hauchard

La déclaration des droits de l'homme et des citoyens rappelle que tout homme est présumé innocent jusqu'à ce qu'il soit déclaré coupable.
La Convention Européenne des Droits de l'homme, édicte quant à elle, dans son article 6, alinéa 2 que « toute personne accusée d'une infraction est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie »
Enfin l'article 9-1 du Code Civil découlant de la Loi n° 2511 du 15 juin 2000, dispose que chacun a droit au respect de la présomption d'innocence.
C'est ainsi qu'est réprimé le fait de présenter publiquement une personne, avant toute condamnation, comme coupable de faits, objet d'une enquête ou d'une instruction.
Le fait d'imputer à une personne des délits blesse des valeurs sociales que la présomption d'innocence entend faire respecter.

L'une de ses valeurs est le droit de tout homme à l'honneur et la considération, l'autre est l'autorité et la sérénité de la justice. Il semble évident que la fédération n'ait pas tenu compte de ces articles en publiant mon nom sur son site officiel avant la fin de l'instruction.
J'attends la commission de discipline afin de m'exprimer davantage sur cette affaire et récuse les faits qui me sont reprochés sur le site fédéral.

Arnaud Hauchard, Grand Maître International

 

Communiqué du Comité Directeur de la FFE

Le Comité Directeur de la FFE, réuni le 29 janvier 2011 à Paris, a pris connaissance des circonstances ayant amené les membres du Bureau Fédéral à saisir la Commission de Discipline le 22 décembre 2010, pour une action disciplinaire contre les Grand-Maîtres Internationaux Sébastien Feller et Arnaud Hauchard, ainsi que contre le Maître International Cyril Marzolo, au motif de : « soupçons de triche organisée, manquement grave à l'éthique sportive, atteinte portée à l'image de l'équipe nationale olympique, dans le cadre du Championnat du Monde d'Echecs par équipes qui s'est déroulé à Khanty-Mansyik (Russie), du 21 septembre au 3 octobre 2010 ».

Le Comité Directeur a pris la mesure des accusations portées, et de la constitution d'un dossier contenant les éléments de preuve. Il a décidé de soutenir pleinement l'action entreprise, à l'unanimité.

De surcroît, compte tenu de la gravité des faits allégués et de la présence d'éléments nouveaux laissant à penser que la « triche organisée » ne s'est pas limitée aux Olympiades de Khanty-Mansyik, le Comité Directeur a mandaté le Bureau Fédéral afin de porter cette affaire devant les juridictions pénales.

Par ailleurs, le Comité Directeur réaffirme sa volonté de lutter contre toute forme de tricherie et se félicite que les 4 membres de l'équipe de France Maxime Vachier-Lagrave, Laurent Fressinet, Vladislav Tkachiev et Romain Edouard, aient affirmé publiquement leur soutien total à cette démarche.

Le Comité Directeur de la FFE

Paris, le 29 janvier 2011

 

Communiqué officiel du Festival international d'échecs de Bienne

Le comité d'organisation du Festival international d'échecs a pris connaissance du communiqué du 21 janvier 2011 de la Fédération française des échecs (FFE), dans lequel il est annoncé qu'une action disciplinaire a été engagée le 22 décembre 2010 contre les Grands Maîtres internationaux Sébastien Feller et Arnaud Hauchard, ainsi que contre le Maître International Cyril Marzolo, à la suite de soupçons de «triche organisée, manquement grave à l'éthique sportive, atteinte portée à l'image de l'équipe nationale olympique dans le cadre des Olympiades de Khanty Mansiysk du 21 septembre au 3 octobre 2010.»

Lors de différents articles et interviews parus sur de nombreux sites, il a été fait état de l'Open du Festival de Bienne 2010, qui aurait, selon ces sources, été susceptible lui aussi d'être le théâtre d'une «triche organisée», impliquant les trois joueurs précités.

Invité à plusieurs reprises à se prononcer par différents acteurs directs ou indirects de cette affaire, le Festival de Bienne tient à diffuser le communiqué officiel suivant:

1. Selon le communiqué de la FFE, l'action disciplinaire concerne les Olympiades de Khanty Mansiysk. Il n'est pas stipulé dans ce communiqué que Bienne est concerné. A ce jour, nous n'avons reçu aucune demande de la FFE.
2. L'Open de Bienne 2010 a bel et bien vu la participation des GM Arnaud Hauchard et Sébastien Feller. Le MI Cyril Marzolo fut bel et bien présent durant quelques jours au Palais des Congrès, mais sans participer à l'Open.
3. A aucun moment durant l'Open, une plainte directe et officielle d'un joueur n'a été signalée à l'un des arbitres du tournoi concernant les joueurs mis en cause. Le bureau du Festival a juste le souvenir, en effet, d'un joueur qui est venu se plaindre de «soupçons de tricherie». Comme le bureau a régulièrement affaire à des déclarations, souvent sans fondement, elle a indiqué au joueur d'aller contacter un arbitre pour faire part de ses soupçons. Mais aucun arbitre n'a été contacté à la connaissance de l'arbitre principal et à la connaissance d'autres membres du comité d'organisation.
4. Il va de soi qu'en cas de plainte sérieuse, l'un des arbitres aurait enquêté sur l'affaire, avec ses moyens à disposition.
5. Ce n'est qu'en septembre, soit un bon mois après l'Open de Bienne que nous avons reçu par email, via un intermédiaire, trois témoignages anonymes de joueurs accusant directement les joueurs précités de «triche organisée.» Les accusations sont en effet très détaillées. Elles prennent notamment l'exemple d'une partie qui aurait été manipulée. Mais le GM qui en aurait été la victime n'a sur le moment rien noté d'anormal.
6. A partir du moment où nous ne connaissons pas l'identité de ces trois témoins et vu l'impossibilité de mener une enquête plusieurs semaines après, sans preuves avérées, le Festival n'a, pour l'instant, pas été en mesure de donner suite à ces soupçons.
7. Suite à cette affaire, il d'ores et déjà été décidé de renforcer le dispositif de surveillance pour le prochain Festival de Bienne, qui se déroulera du 16 au 29 juillet 2011.

Festival international d'échecs de Bienne
Le Comité d'organisation, 30.01.2011
Peter Bohnenblust, président
Peter Burri, directeur
Olivier Breisacher, responsable de la communication et du tournoi des grands maîtres
Matthias Gallus, arbitre principal

 

Droit de réponse de Sébastien Feller

Suite à la publication, le 21 janvier 2010, d'un communiqué par lequel la FFE annonçait avoir saisi sa Commission de Discipline suite à une suspicion de « triche organisée », M. Sébastien Feller a souhaité, conformément aux dispositions de l'article 6 de la loi 2004-575, que soit publié le « droit de réponse » ci-dessous :

« La Fédération Française des Echecs ayant cru devoir, par une démarche très inhabituelle, porter à la connaissance du public la procédure disciplinaire en cours en publiant un communiqué sur la première page de son site, je suis contraint de dénoncer la publicité donnée à cette mise en cause totalement infondée, et me réserve d'y donner les suites judiciaires qui conviennent. »

Sébastien Feller, le 01 février 2011.

« Tout est parti d'un témoignage de la vice-présidente de la Fédération, qui aurait vu un SMS sur le téléphone d'Arnaud Hauchard disant : dépêche-toi de me filer des coups, témoigne Christian Feller, le père de Sébastien. Mais ça ne tient pas debout. » La famille Feller a donc organisé la contre-attaque et déposé plainte pour faux témoignage.

Il y a moins de dix jours, la FFE a saisi le tribunal de Nanterre pour demander le relevé des textos entrants et sortants sur le téléphone portable de Cyril Marzolo. Et avant-hier, devant la même juridiction, la vice-présidente a proposé de verser au dossier des copies de communications téléphoniques qu'elle se serait elle-même procuré.

Me Charles Morel, avocat de Sébastien Feller, se veut confiant : « Nous attendons la date d'audience devant la Commission d'action disciplinaire (commission interne à la Fédération française d'échecs, NDLR). Mais jusqu'ici, aucune preuve de tricherie n'a été apportée. Sébastien a juste reçu une lettre ubuesque de l'instructeur qui lui demandait s'il confirmait ou non les accusations portées contre lui, sans préciser le contenu de ces accusations ».

Quoi qu'il en soit, la réputation du GMI tervillois est durablement entachée. « Sébastien le vit très mal. Il a déjà perdu des contrats auprès de clubs allemands ou belges, qui préfèrent attendre que l'affaire se tasse. Autrement dit il perd de l'argent, note Christian Feller. Et chaque jour, des articles paraissent et démolissent son image.

Lire l'article complet de Stéphanie Pichard du 26/02/2011
www.republicain-lorrain.fr/Le-Grand-maitre-Feller-dans-la-tourmente


Publié le 27/02/2011 - 00:05 , Mis à jour le 26/11/2012 - 02:55