Akopian-Kasparov, 2002
Il ne suffit pas de jouer l'« étau de Maroczy » pour gagner une partie d'échecs. Voici d'ailleurs un bel exemple de la démolition de l'avant-poste en d5 par Garry Kasparov.
Accès abonnés
► Cet article est accessible aux abonnés au service Vidéos.
Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous pour bénéficier de tous vos services

Les réactions (2)
MarcQuenehen - 05/12/2013 22:11
Bonjour PoleNord,
Nous pouvons effectivement voir dans le PGN téléchargeable de la partie que Tiviakov et Hou-Yifan ont tous deux poursuivi en jouant ce Cavalier.

PoleNord - 25/11/2013 22:49
Bonjour Marc
Après 12) e7-e6, le centre retenu des Noirs semble être une bonne mesure pour essayer de casser le centre des Blancs. Mais à quoi le coup 13) Ta1-c1 ? Les Blancs ont bien du "sentir" que le coup d6-d5 allait prendre forme. N'auraient-ils pas mieux faits de recycler leur cavalier D4 qui voit son activité réduite même s'il est centralisé. D'autant plus qu'en le déplaçant, ils auraient dégagé la colonne D pour leur dame qui aurait controlé une fois de plus la case D5 !
Bien amicalement