Amoureux et Gendre (7/11)
Ce de Lacroix qui se mêle de tout est décidément partout !, pensa M. Montrichard en reculant.

Episode 1 Episode 2 Episode 3 Episode 4 Episode 5 Episode 6

Episode 7 - Au Café de la Régence

  Je ne puis souffrir ce monsieur, dit-il, il est mal élevé.

  Ah ! dit Mlle Clara.

  Oui, mademoiselle, il est mal élevé.

  Il a une jolie figure, se hasarda à dire Mme Montrichard.

  Une jolie figure ! répondit le mari ; encore, ma femme ! c'est une figure de Judas, il ne vous regarde jamais en face, mais de travers. Cet homme finira mal.

  Mon père !

  Oui, il finira mal : j'ai lu cela dans sa physionomie. Voilà ce qui m'a troublé quand nous jouions aux échecs... sans cela vous comprenez qu'il ne l'aurait pas emporté sur moi... moi qui ne crains personne au Café de la Régence.
M. Montrichard se leva et se pendit au cordon de sa sonnette. Sa cuisinière arriva.

  Victoire, si jamais ce monsieur qui loge sur notre palier se permet de venir chez moi, vous direz que je n'y suis pas, ni ma femme, ni personne.

  Qui ? demanda Victoire, ce joli garçon qui vient de sortir ?... C'est bien, monsieur.

  En voilà encore une qui le trouve joli garçon, dit-il entre ses dents ; et il ajouta tout haut : Demain, je vais chez le commissaire.
Le soir même M. Montrichard se trouvait au Café de la Régence, vis-à-vis un joueur novice sur lequel il l'emporta facilement.

  Échec et mat ! dit-il d'une voix triomphante, quand il eut gagné la partie. Imaginez, monsieur, ajouta-t-il en s'adressant à son adversaire, que, ce matin, j'ai perdu une partie le plus singulièrement du monde : un jeune homme, beaucoup moins fort que vous, un musicien, c'est tout dire, l'a emporté sur moi... Je me suis compromis mal à propos.
M. de Lacroix vint tout à coup placer sa tête entre les deux joueurs.

  Vous êtes là ? s'écria M. Montrichard en reculant.

  Oui, monsieur, oui, mon cher voisin, répondit M. de Lacroix d'un ton doux et poli ; je viens de vous apercevoir, et je me suis permis de suivre votre jeu... Vous avez raison, monsieur, vous êtes plus habile que moi : quelle sûreté de coup d'œil ! quelles combinaisons savantes ! Oui, vous êtes plus fort que moi.


Publié le 29/12/2006 - 00:00