Corruption à la fédération turque?
Un article publié sur un blog du New-York Times fait état d'un audit prouvant que la fédération turque aurait acheté, en 2008, le droit d'organiser les Olympiades 2012. La polémique enfle.

L'origine de la polémique

Dans l'article, l'auteur, Dylan Loeb Mc Clain, publie un extrait d'un audit financier de la fédération turque :

"Il a été detecté dans les documents officiels, les archives et les listings, que, pour accueillir les Olympiades 2012 à Istanbul, 177 724,32 livres turques (environ 90 000 euros) ont été allouées pour la location d'un stand, des souvenirs, des activités de lobbying, mais également l'hébergement, les transports et les dépenses de nourritures de certains délégués de la Fide,afin qu'ils votent pour notre pays lors de l'assemblée générale de la Fide qui se tenait à Dresde, en Allemagne. Ceci a été approuvé par le comité directeur [de la fédération], et des fonds supplémentaires ont été transférés dans le budget de la fédération par le directoire du Bureau de la Jeunesse et du Sport du Premier Ministre turc, qui ont été dépensés en accord avec les statuts de la fédération et les autres règlements. "


La réponse d'Ali Yazici

Ali Yazici

Dans une réponse envoyée au site ChessVibes.com, le président de la fédération turque se justifie. La somme dépensée par la fédération turque a servi à principalement servi à payer les frais de transport et de séjour de notre délégation, ainsi qu'un stand et à organiser la "nuit turque" et autres actions de lobbying. M. Yazici rappelle que la campagne a été une réussite, puisqu'Istanbul l'a emporté 90 à 45. Concernant les dépenses, elles peuvent toutes êtres justifiées par des factures de tierce partie.

Cette polémique serait en fait une manœuvre politique d'opposants selon le président de la fédération turque, qui chercheraient à lui faire perdre sa place après avoir perdu les élections. Elle surgit juste avant l'assemblée générale financière de la fédération turque, qui a lieu le 27 novembre.

Les journalistes de ChessVibes ont néanmoins obtenu une version différente, lors d'un entretien sur Skype avec M. Yazici. Il reconnait "avoir payé les frais de voyages de certains délégués, qui n'auraient pu venir autrement".

Les GMI Suat Atalik et Ivan Sokolov, opposants de M. Yazici, l'accusent également d'avoir corrompu des délégués lors des dernières élections à l'European Chess Union.


La réponse de Kirsan Ilyumzhinov

Kirsan Ilyumzhinov

Dans une réponse par mail à l'auteur de l'article, Kirsan Ilyumzhinov, président de la Fédération Internationale Des Echecs, déclare qu'une enquête va être menée, et qu' "Acheter des votes n'est pas autorisé par la FIDE et par ses membres". Au regard des différents scandales lors des élections à la FIDE, cette déclaration ne manque pas de saveur.

Comme le rappelle Dylan Loeb Mc Clain, Ali Yazici fut membre du ticket de Bessel Kok à l'occasion des élections en 2006, battu par le ticket conduit par Ilyumzhinov. Après l'élection, M. Yazici accusa Ilyumzhinov d'avoir acheté les votes. On lui aurait offert un poste à la Fide, une somme d'argent, et la présence de Gurevitch dans l'équipe turque. Il aurait refusé.
Depuis, le président de la Fide et celui de la fédération turque se sont réconciliés, Yazici étant présent sur le ticket d'Ilyumzhinov lors des dernières élections, et Mikhail Gurevitch joue désormais pour la Turquie.

La Fide a également publié un communiqué de presse, dans lequel la Fide soutient sans réserve Ali Yazici et la fédération turque. Elle dément également toute enquête sur l'attribution des Olympiades 2012 à Istanbul.


Epilogue ?

Le 27 novembre, le comité directeur de la fédération turque a approuvé à la majorité des votes le bilan financier.

L'information sur le site de la fédération turque.












Publié le 28/11/2010 - 10:17 , Mis à jour le 28/11/2010 - 14:39