Coupe de France et Top 12 féminin
Fidèle à sa réputation d'organisateur d'événements échiquéens, l'Échiquier Chalonnais accueillera au Conseil Général de la Marne les demi-finales et finale du Top 12 féminin Fiducial, les 26 & 27 juin, ainsi que la finale de la Coupe de France, le 27 juin 2010. [Interviews de Pascal Deiller, Marc Perrin et Arnaud Hauchard.]

Une manifestation qui vient clore la belle saison sportive au cours de laquelle le club champenois s'est brillamment illustré en remportant début juin un premier titre de champion de France des clubs, après seulement 2 années d'existence dans la division de l'élite.
Le site Internet de l'échiquier chalonnais

Top 12 féminin Fiducial : Lors des demi-finales qui débuteront le 26 juin à 15h, Naujac affrontera Mulhouse tandis qu'Évry sera opposé à Clichy, champion de France des clubs féminins 2009. Le lendemain, le dimanche 27 juin, les équipes vainqueurs se retrouveront face à face pour la finale qui débutera à 13h.

  1ère demi-finale : Naujac - Mulhouse
  2e demi-finale : Évry - Clichy.

Finale de la Coupe de France : Révélation de la saison, Metz Fischer figure pour la première fois dans le livre des finalistes de la Coupe de France. La formation lorraine sera opposée à Evry, champion de France des clubs 2009.

  Finale : Metz - Evry

Le doublé pour Evry ! Vainqueur de la Coupe de France et champion de France féminin des clubs ! Top 12 féminin : Avec 4 victoires face à Naujac, Evry vient de remporter le titre national féminin pour la 2e fois. Mulhouse prend la 3e place en s'imposant face à Clichy par 3 à 0.

Finale très tendue entre Metz et Evry. Après que Sébastien Feller ait ouvert la marque pour Evry, Iordachescu (Metz) ramene le score à égalité en s'imposant face à Arnaud Hauchard. 17h45 : La partie entre Maxime Vachier-Lagrave (Evry) et Jean-René Koch (Metz) venant de se solder par la partage du point, le sort du match repose sur la partie qui oppose Michael Adams et Benoît Taddeï. Cette dernière vient de s'achever par la victoire de Michael Adams. Evry remporte donc la Coupe de France.

Réactions après le match (victoire d'Evry 2-1)

Pascal Deiller (capitaine de Metz Fischer) :
Le match a été tendu tout le temps et cela s'est joué sur des détails.
Notre premier échiquier a joué pour gagner à tout prix car nous pensions qu'un match nul avec une victoire au premier échiquier suffisait. Je me suis rendu compte de ce point du règlement une fois le match démarré et je n'ai pas voulu en parler aux joueurs durant le match pour ne pas les déstabiliser.
Au quatrième échiquier nous avons gagné normalement (victoire de Iordachescu contre Hauchard) et au troisième échiquier j'ai demandé à Taddei de continuer à jouer malgré la proposition de nulle d'Adams. La situation du match l'exigeait car Jean-Koch était complètement perdant contre Maxime Vachier-Lagrave. C'est dommage car finalement Koch a annulé miraculeusement.
Dans la dernière partie à jouer Adams-Taddei beaucoup d'observateurs (mais aussi différents GMI) ont indiqué que la nulle était envisageable à condition de sacrifier l'une des Tours contre le Fou d'Adams de manière à obtenir une forteresse Dame + pions vs Tour + pions.
Nous passons aujourd'hui tout près d'un bel exploit mais je crois que même si Taddei avait annulé contre Adams, le match de départage qui aurait suivi aurait été totalement en notre défaveur. Je n'ai donc pas de regret et je suis fier du comportement de mes joueurs.

Marc Perrin (capitaine d'Evry Grand Roque) :
Ce fut un match très compliqué et je dois dire que malgré la composition de l'équipe de Metz cela n'a pas été un match facile. Sébastien Feller au 1e échiquier a gagné assez vite mais dans le même temps Arnaud Hauchard a été rapidement très mal. Les choses se sont ensuite compliquées pour Evry avec la gaffe de Maxime qui a permis à son adversaire d'annuler miraculeusement grâce à un perpétuel. Finalement Adams nous a délivrés du rapide en gagnant contre Taddei. Je dois avouer que pendant très longtemps nous avons cru qu'il nous faudrait passer par un match de départage. Certains joueurs sont d'ailleurs passés à la boulangerie pour acheter de quoi se sustenter en prévision du match rapide !
Les finales de Coupe de France sont toujours un peu problématiques pour Maxime mais je dois dire aussi que Jean-René Koch n'en est pas à son coup d'essai. J'ai souvenir d'un match de TOP 16 il y a quelques années entre Evry et Clichy où, à l'époque joueur de Clichy, Koch avait déjà sauvé son club en défendant une position perdante.
J'aimerais terminer en remerciant l'Échiquier Châlonnais pour son accueil et la qualité de son organisation.

Réactions avant le match, au moment de la remise des compositions d'équipe.

Pascal Deiller (capitaine de Metz Fischer) :

Je suis un peu surpris par la composition d'Evry car je m'attendais d'avantage à voir évoluer Adams au 1e échiquier et Feller au 3e. Je pensais par ailleurs qu'Hauchard ne jouerait pas et qu'il serait remplacé par Dorfman. En revanche j'étais quasiment certain qu'Eljanov ne viendrait pas car quelques contacts m'avaient indiqué qu'il ne jouerait pas de tournois pendant un moment.
Pour ce qui est de mon équipe j'ai dû m'adapter au calendrier et à la disponibilité de chacun. Evgeny Postny n'était pas libre, tout comme Jacques Elbilia et Alexander Riazantsev qui était pris à l'Université. Quant au local, Olivier Pucher, il est actuellement en Indonésie et ne reviendra que début juillet.
Pour ce qui est du match lui-même, je dirais qu'il sera difficile. On le savait avant même de connaître la composition de l'équipe d'Evry mais dans la mesure où nous avons les Blancs au 1e et au 4e échiquier j'estime que nous avons une bonne carte à jouer. Disons qu'avant le match j'estimais nos chances de remporter la Coupe à 40 % et après la remise des compositions je dirais que nous avons environ 70 %. Je suis très optimiste !

Marc Perrin (capitaine d'Evry Grand Roque) :

Pour la formation de l'équipe au niveau des étrangers j'ai principalement tenu compte de la disponibilité des joueurs. Nous avons des joueurs qui font partie du TOP 30 mondial et ils sont tous assez pris à la suite d'une saison harassante. Par ailleurs Adams et Nakamura n'avaient pas encore joué la moindre partie mais ce dernier n'était pas libre. D'où le choix logique de faire venir Michael Adams.
Par ailleurs nous avons estimé que jouer avec un seul étranger était suffisant puisque d'une certaine manière le classement Elo de 2710 de Maxime correspond à celui d'un étranger !
Je ne suis pas spécialement surpris par la composition de Metz. On pensait bien qu'ils allaient aligner deux étrangers. Mais nous avons eu une petite frayeur car on nous avait annoncé Evry-Metz alors qu'en fait c'est Metz-Evry.
Nous avons été surpris et du coup nous avons dû changer notre composition au dernier moment et faire jouer Maxime et Michael aux 2e et au 3e échiquier avec les Blancs alors qu'initialement ils étaient prévus au 1e et au 4e échiquier. Concernant le match je dirais que sur quatre échiquiers c'est toujours tendu mais j'estime que nous avons 80 % de gagner la Coupe.

La Coupe de France d'échecs produit invariablement le même phénomène tous les ans : lors des premiers tours aucun joueur n'y fait vraiment attention.
Certains se font même porter pâle pour éviter un déplacement qui viendrait gâcher un paisible week-end en famille. D'autres préfèrent participer à un tournoi rapide ou simplement regarder un bon match de football à la télévision. Quelques présidents espèrent même secrètement se faire éliminer le plus vite possible pour éviter quelques dépenses inutiles qui viendraient grever un budget déjà famélique.

Pascal Deiller, le valeureux capitaine du CE Metz Fischer, abonde dans ce sens lorsqu'il nous explique son début de parcours : " Lors de notre entrée en lice dans la compétition trouver quatre joueurs était très compliqué car le match se situait entre les interclubs et le TOP 16 . J'ai finalement aligné une équipe en trouvant des joueurs au dernier moment.".

Mais les tours passant l'épreuve gagne en popularité. Les esprits changent et la curiosité remplace progressivement la nonchalance et l'indifférence.
L'excitation monte crescendo et la petite dose d'adrénaline commence à faire son effet à mesure qu'approche une possible qualification.
Avec l'arrivée du printemps certaines équipes, souvent après un parcours moyen en championnat, décident alors de redorer leur blason en se découvrant quelques ambitions en Coupe de France.
On vibre alors pleinement pour ces matchs couperet qui permettent à quelques joueurs de passer instantanément de l'ombre à la lumière. Alors la magie opère, les candidats se font de plus en plus nombreux, les malades de plus en plus rares et les matches de plus en plus intenses et intéressants à disputer.
Cette année plus de 250 équipes ont pris part à la Coupe de France.
Le 27 juin la finale opposera deux clubs du TOP 16, Evry Grand Roque et le Cercle d'Echecs de Metz Fischer.
Le site du Club de l'échiquier chalonnais relatera l'évènement auprès des passionnés du monde entier. Les internautes pourront suivre les parties en direct des plus grands champions présents.

Palmarès de la Coupe de France

1961 Paris Caïssa
1962 Paris Caïssa
1963 Paris Caïssa
1964 Bordeaux Echiquier Aquitaine
1965 Paris Caïssa
1966 Paris Caïssa
1967 Paris Caïssa
1968 Marseille
1969 CE Strasbourg
1970 CE Strasbourg
1971 CE Strasbourg
1972 CE Strasbourg
1973 Grenoble
1974 CE Strasbourg
1975 CE Strasbourg
1976 Jouy-en-Josas
1977 Issy-les-Moulineaux
1978 Toulouse
1979 Evry
1980 CE Strasbourg
1981 CE Strasbourg
1982 CE Strasbourg
1983 CE Strasbourg
1984 Cannes Echecs
1985 CE Strasbourg
1986 CE Strasbourg
1987 non attribué
1988 Dortan
1989 Montpellier Karpov
1990 CE Strasbourg
1991 Lyon Oyonnax Echecs
1992 Clichy Echecs
1993 CE Strasbourg
1994 Lyon Oyonnax Echecs
1995 Lyon Oyonnax Echecs
1996 Clichy Echecs 92
1997 Montpellier Echecs
1998 Clichy Echecs 92
1999 Mulhouse Echecs
2000 Echiquier Nancéien
2001 Clichy Echecs 92
2002 Paris NAO
2003 Paris NAO
2004 Paris NAO
2005 Paris NAO
2006 Clichy Echecs 92
2007 CE Strasbourg
2008 Clichy Echecs 92
2009 Clichy Echecs 92

GMI Arnaud Hauchard, capitaine d'Evry Grand Roque

Ton club s'est qualifié pour la finale de la Coupe de France 2010 en s'imposant en demi-finale contre Marseille (1-0). En tant que capitaine quel est ton sentiment ?

Je pense que nous n'avons jamais été en danger dans ce match. Au sortir de l'ouverture, Peter Svidler a obtenu une position gagnante contre Étienne Bacrot (les deux joueurs ont débité quasiment 25 coups comme des machines - ce qui me laisse à penser qu'il s'agit d'une erreur de préparation d'Étienne). Au premier échiquier, Maxime Vachier-Lagrave dominait alors que derrière Iosif Dorfman et Sébastien Feller avaient une légère initiative. En voyant que Maxime allait l'emporter Peter s'est malheureusement relâché et n'a pu faire mieux que la nulle. Peut-être n'était-il pas assez motivé.

Au début de la saison quel était l'objectif du club en Coupe de France ?
Bien entendu la victoire en finale!

Cette saison quel est le match de Coupe de France qui a été le plus délicat ?
Incontestablement le quart de finale contre Lyon. Au premier échiquier, Sébastien Feller, avec les Noirs, a très rapidement obtenu une position très délicate contre Clovis Vernay. J'ai alors commencé à « psychoter » car d'un coup mon échiquier (je jouai au quatrième) est devenu primordial (si je perdais on était éliminé). J'avais une position supérieure mais subitement mon état psychologique m'a fait jouer contre nature. La position réclamait un jeu dynamique pour l'emporter mais assez curieusement je me suis mis à jouer pour la nulle, j'ai fait n'importe quoi et je me suis finalement incliné. Heureusement pour Evry, le joueur lyonnais a manqué de technique et Sébastien est parvenu à arracher le nul avec un pion de moins. Force est de reconnaître que j'ai fait un mauvais choix au niveau de la composition d'équipe car il aurait été préférable de placer le meilleur joueur au premier échiquier.

En finale ton club affrontera Metz Fischer. Pourrais-tu nous dire un mot sur ton adversaire et nous indiquer tes objectifs ?
Nous voulons gagner la Coupe et nous ferons tout pour laisser le moins de chance possible à nos valeureux adversaires.

En finale quel est le joueur adverse que tu redouteras le plus et pourquoi ?
C'est un secret ! Ce serait une faute professionnelle de répondre à une telle question !

Arnaud Hauchard, Besançon 1999.
Photo © www.europe-echecs.com

Pourrais-tu nous raconter une anecdote survenue au cours de la saison en Coupe ?
Je n'ai pas d'anecdote particulière mais j'aime beaucoup l'ambiance qui règne au sein de l'équipe de coupe car je suis avec de jeunes joueurs plein d'énergie. Parfois je dois avouer que le trop plein d'énergie est fatiguant (Maxime et Sébastien n'arrêtent pas de plaisanter) mais nous passons toujours de bons moments.

La finale de la Coupe se déroulera à Châlons-en-Champagne le nouveau champion de France. As-tu un mot à dire sur ce club ou sur l'organisation ?
Nous nous attendons à une organisation parfaite et à boire du bon champagne, comme c'est le cas chaque fois que nous venons à Châlons. Je félicite le club de Châlons-en-Champagne pour son titre mais je tiens à préciser que le club d'Evry mettra tout en oeuvre pour reconquérir le titre de champion de France dès la saison prochaine.

Malheureusement force est de constater qu'il y a des problèmes financiers dans la plupart des clubs. Le fait de voir Clichy qui brillait par le passé ne plus avoir les moyens de jouer à fond jusqu'au bout me fait assez peur pour l'avenir (Arnaud Hauchard fait allusion au match de quart de finale Clichy-Marseille dans lequel le club francilien a fait le déplacement avec une équipe inhabituelle. Ch.G).
J'espère qu'un jour nous sortirons de la crise et qu'à un moment nous reverrons dans notre championnat quelques-uns des meilleurs joueurs mondiaux. Qui se souvient qu'il y a encore quelques années Karpov, Kasparov, Kramnik et Anand participaient à notre championnat ? Les joueurs d'échecs ne sont pas toujours faciles à gérer et ils doivent se rendre compte de l'importance des bénévoles et de l'énergie qu'il faut déployer pour trouver de l'argent car hélas cela ne tombe pas du ciel. C'est pour cette raison que je suis toujours très respectueux des clubs de haut niveau car je sais combien il est difficile de maintenir la barque à flot !

Texte et interview par Christophe Guéneau du club de l'échiquier chalonnais

Arnaud Hauchard et Maxime Vachier-Lagrave.

Publié le 27/06/2010 - 00:00 , Mis à jour le 28/06/2010 - 08:52