Décès d'Andor Lilienthal
Le plus vieux Grand Maître du monde vient de disparaitre. Agé de 99 ans, Andor Lilienthal avait notamment battu Alekhine, Botvinik, Lasker entre autres.

Né le 5 mai 1911 à Moscou, Andor Lilenthal était le fils de deux immigrés hongrois à Moscou. Revenu avec sa famille en Hongrie à l'âge de 2 ans, il découvrit les échecs lors de son adolescence. Andor Lilienthal fréquentait beaucoup les cafés dédiés aux échecs. Au célèbre café parisien "La Régence", Andor Lilienthal, alors quasi inconnu, battit Alekhine dans un match en 4 parties. Peu après, le Hongrois n'avait pas de quoi se payer l'inscription ; c'est Alekhine qui généreusement paya sa participation, et après que Lilienthal a gagné le tournoi, refusa que celui-ci le rembourse.
Dans les années 1930, il participa à 3 Olympiades pour la Hongrie (Folkestone 1933, Varsovie 1935 et Stockholm 1937), décrochant deux fois la médaille d'or à son echiquier lors des deux premières. C'est également au cours de cette décennie qu'il joue une partie magnifique contre Capablanca au tournoi d'Hastings 1934-1935.

Après e5xf6 !!, les Blancs disposent d'une attaque gagnante. Ce sacrifice est l'un des plus célèbre des Echecs. Près de 60 ans après, en 1992, le croisant à l'occasion de son match revanche contre Boris Spassky, Bobby Fischer interpella ainsi Andor Lilienthal "Pion e5 prend f6".

Après avoir émigré en URSS en 1935, Andor Lilienthal acquit la nationalité soviétique en 1939. Il participa à 8 championnats d'URSS, terminant 1er ex-aequo en 1940. En 1948, il participa au tournois des Candidats, terminant 5e.

En 1950, il fit partie des joueurs à recevoir le titre de Grand Maitre lors de sa création par la FIDE. De 1951 à 1960, il fut l'entraineur de Tigran Petrossian (futur Champion du Monde). En 1965, Andor Lilienthal mit un terme à sa carrière échiquéenne, ne participant qu'occasionnellement à des tournois, avant de retourner vivre en Hongrie en 1976.

Europe-Echecs a eu l'occasion de rencontrer Andor Lilienthal, notamment lors du tournoi du Cap d'Agde en 2003, dont il était invité d'honneur. Sa gentillesse, son humilité nous ont marqué, comme tous ceux qui eurent la chance de croiser ce grand homme des échecs.


Publié le 08/05/2010 - 20:14 , Mis à jour le 04/06/2010 - 02:18