Elections FIDE Kirsan Ilyumzhinov réélu !
Le président de la FIDE, Kirsan Ilyumzhinov, a été réélu par 96 voix contre 54. Visiblement ému, le candidat Kirsan laissa parler son coeur, concluant par cette sentence allégorique empruntée autant à l'Américain Fischer, qu'au dissident Kortchnoi : "Chess is my life !" Les salves d'applaudissements fusèrent.

Kirsan dans un fauteuil

Le vendredi 2 juin, à 10h00, soit dès l'ouverture de cette Assemblée générale élective, le ticket "Chess FIDE Fidelity" de Kirsan avait diffusé un communiqué de presse triomphateur. Il annonçait que 87 fédérations soutenaient "clairement" le Président sortant. C'était un dernier signal fort adressé aux délégués présents dans le centre des congrès du Torino Media Center, situé dans le coeur historique de Turin. Les derniers indécis - qui tournent avec le vent - savaient à quoi s'en tenir.

Cette AG a débuté par un discours fleuve de près d'une heure de Kirsan Ilyumzhinov, en sa qualité de Président. Elle s'est poursuivie par un combat juridique intense. La question était de savoir s'il fallait autoriser ou non à voter... le Pérou !? La tension était réelle et il fallut près de trois heures pour solder cette seule question procédurière.
Et finalement, malgré les "avis favorables" émis par Kirsan Ilyumzhinov et les conseillers de l'équipe adverse de Bessel Kok, le Pérou n'a pas voté ! Le n°2 de la FIDE Makropoulos, quant à lui, s'y était opposé. Cette élection s'est résumée à cette passe d'armes sans conséquences.

Chess is my Life !

Lorsque Bessel Kok monta enfin à la tribune, vers 17h00, les jeux étaient déjà faits. Le candidat soutenu par la France stigmatisa une fois de plus le statu quo. Son discours - d'un quart d'heure - était techniquement au point. Il avait été inspiré par l'Américain Yasser Seirawan. Il reste que Bessel ne s'adressait pas au conseil d'administration d'une multinationale. Le gentleman néerlandais alla jusqu'à saluer l'engagement passé de Kirsan. Mais les délégués acquis à la partie adverse n'apprécièrent que poliment cet exercice de style de "chairman à l'américaine", quasiment parfait.

Le discours du Russe fut bien plus bref. Visiblement ému, le candidat Kirsan laissa parler son coeur, concluant par cette sentence allégorique empruntée autant à l'Américain Fischer, qu'au dissident Kortchnoi : "Chess is my life !" Les salves d'applaudissements fusèrent.

Le premier pays à voter fut l'Afghanistan - qui de toute évidence avait "promis" sa voix aussi bien à Bessel qu'à Kirsan. Tout est dit. Deux heures après, le verdict tombait. Il était sans appel. Les délégués avaient été fidèles à leurs engagements passés. Il avaient opté pour le statu quo.
Avec près de 60% des suffrages, Kirsan pouvait sourire et remercier ses électeurs en leur rappelant une dernière fois cette vérité profonde : "J'ai toujours été ouvert aux demandes de chacun de vous".
La FIDE avait confirmé son Président en exercice. Qu'aucun champion du Monde n'ait été présent lors de cette AG capitale n'était qu'un "accident fortuit du calendrier", comme le précisa l'un des proches de Kirsan.

Les prochaines élections auront lieu en 2010. D'ici là, la FIDE aura sans doute eu le temps de mettre un terme final à l'anarchie présidant au niveau du calendrier international.


Publié le 03/06/2006 - 15:00 , Mis à jour le 03/06/2006 - 16:40