Finales Artistiques - Le Flambeau soviétique
Les Problèmes apprennent à calculer vite et de manière correcte. Il en est de même pour les Etudes, et notamment pour les Finales Artistiques, dont la connaissance se révèle parfois si précieuse en fin de partie.

Ci-contre, le 2e champion du Monde Emmanuel Lasker, disséquant une composition, en 1896.

Les problémistes donnent libre cours à leur imagination. Leur créativité débridée ne se soucie que très peu de la vraisemblance de la position, par rapport à la pratique. Les compositeurs d'études, quant à eux, nous ramènent à la partie.
Les positions de départ sont plausibles. Outre leur aspect esthétique, leur intérêt pédagogique est encore plus évident. Se souvenir d'un thème de promotion, par exemple, après l'avoir assimilé en résolvant une finale artistique, peut se révéler être le facteur décisif.

Une démonstration magistrale de Reti

Voici l'une des finales artistiques les plus célèbres. A priori, cette position de départ ne laisse pas la moindre chance aux Blancs. Elle a été inventée en 1921 par le théoricien tchèque Richard Reti (1889-1929), l'un des fondateurs de la Révolution Hypermoderne. C'est un thème fantastique. Pourquoi abandonner ? La course à la promotion du pion n'est peut-être pas perdue...

N°1 - Richard Reti, 1921

Les Blancs jouent et font nulle

Voici trois autres finales artistiques. Elles ont un point commun. La beauté, la clarté et la profondeur de leur solution ne se révèlent qu'après un examen attentif. La logique prévaut. Si l'on y regarde bien, la position respective des deux Rois est le premier facteur dynamique sur lequel peuvent s'appuyer les Blancs, pour trouver le chemin de la victoire.

Le flambeau soviétique

Les études N°2 et N°3 ont été créées par Emmanuel Lasker (1868-1941), détenteur du titre mondial de 1894 à 1921. L'Allemand aimait les études pour leur côté à la fois ludique et pédagogique.
Comme tant de champions de son époque, il disputa de nombreuses compétitions en Russie. Lasker vécut même en exil à Moscou, de 1935 à 1937. Les influences avec les premiers compositeurs soviétiques furent réciproques.
La N°4 est l'œuvre de Vassily Nikolaevich Platov (1881-1952), qui fut l'un des fondateurs de la prestigieuse Ecole soviétique des études. La précision quasi mathématique des champions de l'ex-URSS, dans le jeu des finales, s'explique naturellement par cette passion pour la composition. Le 7e champion du Monde, Vasya Smyslov, sacré en 1957, en aura été l'un des plus dignes représentants.
Smyslov s'était inscrit dans la lignée des Platov et autres Troitzki et Kubbel. A son tour, il a transmis le flambeau à Oleg Pervakov, qui est par ailleurs l'un des principaux collaborateurs du magazine russe « 64 ». Aujourd'hui, ce spécialiste des "longues" finales artistiques est considéré comme l'un des plus brillants compositeurs au monde. C'est avec plaisir que cette rubrique consacrera l'un de ses prochains articles au virtuose Pervakov.

N°2 - Emmanuel Lasker, 1894

Les Blancs jouent et gagnent

N°3 - Emmanuel Lasker, 1921

Les Blancs jouent et gagnent

N°4 - Vassily Platov, 1925

Les Blancs jouent et gagnent.

Solutions

N°1 - Reti 1921
1.g7 h4
C'est le thème stupéfiant de cette étude. Les Blancs réussissent à sauver la nulle en infléchissant la course leur Roi. Ils forcent ...b6, ce qui leur permet de gagner un tempo crucial : si 1...b6 2.f6 h4 3.e5 h3 4.d6 h2 5.c7 nulle.

2.f6 b6
Le Roi noir doit empêcher la promotion du pion c6. Si 2...h3 3.e6 nulle suivant le même thème.

3.e5
Et la nulle peut être conclue. 0,5-0,5

N°2 - Lasker 1894
1.b8 b2+ 2.a8 c2 3.f6+ a5
Le Roi noir ne peut occuper la colonne "b". Celle-ci doit rester libre pour donner des échecs avec la Tour.

4.b7 b2+ 5.a7 c2 6.f5+ a4 7.b7 b2+ 8.a6 c2 9.f4+ a3 10.b6 b2+ 11.a5 c2 12.f3+ a2 13.xf2! xf2 14.c8
Et les Blancs gagnent. 1-0

N°3 - Lasker 1921
1.b3!
1.b5+? cxb5+ 2.b4 b7 3.xb5 a6+= ; 1.a3! b5 2.a6! avec la même idée que dans la partie.

1...b7
1...b5 2.a6 xa6 3.a4 revient au même.

2.a6+! xa6
2...c7 3.a4 d7 4.b5 c7 5.bxc6 c8 6.c7! xc7 7.b5 d7 8.c6+ d6 9.c7 xc7 10.c5+-.

3.a4 b7 4.b5! a6
4...cxb5+ 5.xb5 c7 6.a6 b8 7.c6 a8! 8.b5! b8 9.c5+-.

5.bxc6+ xc6 6.a5 b7 7.c6+! xc6 8.xa6 c7 9.b5
Et les Blancs gagnent. 1-0

N°4 - Platov 1925
1.b2!!
Les Blancs menacent 2.e4. Les Noirs doivent donc avancer leur pion "g" sans tarder. 1.b3? a4+! 2.a3 g2 3.d3+ a5!-+.

1...g2 2.d3+ a4
2...c6? 3.e4++-.

3.e4! g1 4.c6+! b5 5.e4!!
Menaçant c2 mat. Les Noirs sont obligés de donner leur Dame pour éviter le mat, car si 5..b4?? 6.c6 mat.

5...f2+ 6.c2+ xc2+ 7.xc2
Et la finale de pions est gagnée à un tempo près par les Blancs.

7...b4 8.c4! b3+ 9.b2 b4 10.c5!
Il est important que ce soit le pion « c » qui aille à Dame (et non le pion « d »), car il doit se promouvoir en donnant échec.

10...a4 11.c6 a3+ 12.a1 b2+ 13.a2 c3 14.c7 c2 15.c8+
Et les Blancs gagnent. 1-0


Publié le 23/05/2006 - 00:00 , Mis à jour le 23/05/2006 - 16:10