Interdiction de jouer assis ?
Une nouvelle mesure pourrait voir le jour : l'obligation de jouer les parties d'échecs debout.

Dans cette perspective d’un meilleur ancrage du jeu d’échecs au sein de  la  famille  sportive,  une  décision  importante  serait sur le point d'être  prise :  l’interdiction  de jouer aux échecs assis,  lors  des  championnats  jeunes  et  adultes.  C’est  une évolution qui va dans le sens d’une plus grande sportivité de notre discipline. En effet, la possibilité de jouer assis, bien que culturellement acceptée aux échecs, est parfaitement atypique dans le cadre d’une activité sportive.

Pour le promoteur de cette mesure, M. Sanchez, originaire du Chili, c'est une saine mesure qui s'inscrit dans la modernité. Ca mettra un terme à une anomalie. Les échecs sont, en effet, le seul sport où deux adversaires peuvent jouer assis.


Symboliquement, son mouvement « les Debouts » a été lancé sur l'ile de Pâques. M. Sanchez a pris pour emblème de sa campagne les statues mégalithiques de cette ile, les Moaïs. Sur ce territoire chilien dont les habitants vivent majoritairement du poisson, M. Sanchez a organisé une partie entre deux joueurs, qui jouaient aux échecs debout. « C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. » Il espère voir la mesure  entrer en vigueur définitivement d'ici 10 ans, en 2022, à l'occasion du tricentenaire de la découverte de cette île par Jakob Roggeveen.

 

Sa proposition s'appuie sur un constat simple : les évènements échiquéens qui attirent le plus de gens sont les simultanées. Le succès s'explique car il y a un joueur debout, ce qui donne indéniablement un aspect sportif à la partie d'échecs et attire donc le public. M. Sanchez compte s'appuyer sur les forts joueurs, habitués à jouer debout lors des simultanées pour appuyer sa démarche. Quand on évoque les éventuelles objections que pourraient soulever l'application d'une telle mesure, il ne change pas sa position : «Il est hors de question de se coucher devant l'obstacle.»

Le mouvement n'a pour l'instant ni locaux, ni siège, mais d'ici peu promet-il,  « les gens pourront joindre les Debouts » et oeuvrer pour que, grâce à cette mesure, les échecs soient enfin reconnus comme sport.

 

Ceci était bien evidemment un poisson d'avril, il ne serait pas sérieux de vouloir ainsi modifier les règles au nom de la «sportivité».

Merci à tous ceux qui ont contribué, parfois involontairement...


Publié le 01/04/2012 - 00:25 , Mis à jour le 02/04/2012 - 10:37
Les réactions (31)
Tous nos membres ayant un abonnement en cours de validité (hors période d'essai) peuvent commenter les articles. Abonnez-vous!
misterchocolate - 29/04/2012 17:21
les echecs sont un sport cerebral c'est pourquoi nous sommes assis
etre debout met en contribution la force physique et le resultat est juste de fatiguer et deconcentrer

Infotographe - 11/04/2012 00:17
bon ben voilà .... je lis les news en décalage ....
Mais bon une fois lu le papier, entre le nom du protagoniste et le reste des ficelles ... et bien évidemment la date ... le poisson était trop gros la ligne à lâchée !
vivement le cru 2013 ... quoique .. cela ne serait pas la fin du monde en 2012 ? ^^

Copeau - 04/04/2012 10:36
Bien vu. Cependant, en cyclisme et en équitation aussi, les pratiquants sont assis. Devront-ils eux aussi, être debout pour pratiquer leur sport ? Et que dire des nageurs qui pratiquent couchés ?

Elian1 - 03/04/2012 19:54
J'avais oublié qu'on était le 1/04
Celui de l'an dernier était pas mal non plus, quelle imagination !

Laurasik - 03/04/2012 17:40
Faudrait organiser cela pour le jeu en différé. Certains se plaignent de partie qui durent six heures. Ce sont des petits joueurs. Des parties qui durent soixante jours debout, ça, ce serait vraiment sportif.
Par delà le poisson d'avril donc, il faudra militer activement pour que cette règle devienne effective.