Interview du Président de la FFE Jean-Claude Moingt
Ses impressions sur le Championnat de France Jeunes d'Aix-les-Bains; L'organisation du Championnat de France de Besançon; L'absence de Marie Sebag et Vlad Tkachiev en équipe de France, etc.

Vous revenez du Championnat de France Jeunes d'Aix-les-Bains ? Quelles sont vos impressions sur cette compétition ?

Plutôt bonnes ! A part le premier jour, quand il a plu 15 minutes, j'ai vu des gens heureux toute la semaine. Il faut quand même préciser que les Aixois sont très accueillants, très pro et que la ville est magnifique et très attractive. Plusieurs personnes m'ont dit que les jeunes ont joué dans des conditions dignes d'un championnat du Monde. C'est un beau compliment qu'il convient d'adresser à l'équipe d'arbitrage et aux salariés de la FFE, Joëlle, Erick, Stephen et Karim, qui ont œuvré en dormant peu pendant 9 jours.

D'après vous, comment se présente l'organisation du Championnat de France qui se déroulera à Besançon ?

Le site sera magnifique, et le spectacle au rendez-vous ! Il n'y aura pas de problème d'hébergement à Besançon, et la ville est superbe et bien desservie. Toutes les conditions sont donc réunies pour faire de l'édition 2006 un très grand cru ! Maintenant, je suis perplexe... Car tous les professionnels du tourisme vous le diront, depuis 3 à 4 ans, les habitudes des français pour les vacances ont changé. Depuis l'édition 2000 à Marseille, il y a chaque année un peu moins de joueurs. Un coup, c'est parce que l'on joue encore dans une station des Alpes. Une autre fois il faut revenir en Savoie, parce que Chartres à part la Cathédrale, c'est pas terrible, etc... J'attends donc de voir ce que l'on va nous trouver cette année... Je pense que le Championnat de France est trop long, pour les opens en tout cas, et que les gens n'ont pas forcément les moyens d'investir autant dans un tournoi. Maintenant, ce n'est que ma vision des choses, je souhaite vivement me tromper !

Comment expliquer l'absence de Marie Sebag et de Vlad Tkachiev en équipe de France pour les olympiades de Turin ?

Les deux cas sont très différents. Vlad était en attente de sa naturalisation. Cela pouvait durer quelques jours, ce fut le cas, comme plusieurs semaines. Une sélection avait été pré-établie et par correction et afin que les joueurs s'organisent, il fallait communiquer l'équipe. C'est ce qu'a fait Pavel Tregubov, le sélectionneur.

Le cas de Marie Sebag n'a rien à voir. Marie, qui est en ce moment la meilleure joueuse française, a des problèmes dés qu'il s'agit de disputer une compétition par équipes. Ce fut le cas à Calvia en 2004, ou elle a réussi l'exploit de faire sortir Manu Apicella de ses gonds ( !) et malgré des « représailles » fédérales à l'époque (elle n'avait pas touché la prime pour l'excellente 5e place des françaises), elle a recommencé à Goteborg. Tout cela à contribué à mettre une ambiance détestable dans le groupe France, au grand dam de Christine Flear et d'Arnaud Hauchard. Marie à toujours une bonne raison pour faire ce qu'elle veut, être désagréable avec ses coéquipiers, ou ne pas se préparer dans les meilleures conditions.

Maintenant, contrairement à ce qu'elle répand, la FFE continue à l'aider et je pense que certains GMI masculins français à plus de 2600 aimeraient être aussi bien soutenus financièrement par la FFE...

Notamment, nous lui payons des cours particuliers, car elle fait partie du Pôle Espoir (comme Maxime Vachier-Lagrave, Romain Edouard, Sophie Milliet et Jonathan Dourerassou). Nous lui avons octroyé une aide financière importante pour le Championnat du Monde individuel en Russie, et nous lui avons payé tous les frais pour les Championnats d'Europe en Turquie (inscription, avion, hôtel et repas). Elle rejouera en équipe de France quand elle aura compris que la FFE ne cédera pas, et que c'est à elle de faire des efforts. Un dixième de ses frasques dans tout autre sport lui aurait valu une suspension. Elle est à des années-lumière d'être dans ce cas avec la FFE...

Le déménagement de la FFE est programmé. Pourquoi ce déplacement géographique et qu'est-ce que cela va apporter à la FFE ?

Déjà, il va nous permettre de disposer de locaux dignes d'une fédération sportive, et dignes de recevoir des salariés. Cela nous permettra d'être plus performants dans des locaux bien équipés et spacieux. En termes économiques, nous allons payer 67 € par an le mètre carré au lieu de 250 € pour des locaux de ce type en région parisienne. Je rappelle qu'à Montpellier, le m² /annuel nous coûte 80 €... La Communauté d'Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines a refait à neuf les peintures, la moquette, l'électricité, la mise en réseau informatique et nous a donné tout le mobilier nécessaire, sans que cela ne coûte un sou à la FFE ! Nous allons pouvoir bénéficier d'aides à l'emploi et de subventions de la Régions IDF que nous n'avions pas dans le Languedoc (emplois-tremplin). Enfin, à Saint-Quentin-en-Yvelines, il y a plus de 3.000 grandes entreprises. C'est une chance supplémentaire de trouver des partenaires.

Almira Skripchenko, Jean-Claude Moingt, Gilles Catoire, Dominique Strauss-Kahn et Jean-Paul Huchon. Photo © Mairie de Clichy
Almira Skripchenko, Jean-Claude Moingt, Gilles Catoire, Dominique Strauss-Kahn et Jean-Paul Huchon. Photo © Mairie de Clichy

Justement, pouvez-vous déjà établir un bilan par rapport à la recherche de partenaires ?

Nous avons budgété 100.000 € de recettes publicitaires pour notre revue dans le prévisionnel 2005/2006. Actuellement, nous avons déjà 81.400 € et il reste un numéro d'Echec et Mat à sortir. Nous avons des annonceurs prestigieux, d'envergure internationale, tels Nintendo ou HSBC. En ce qui concerne les partenaires, beaucoup de gens se sont montrés sceptiques que nous budgétions là encore 100.000 €. J'ai le plaisir de vous annoncer que nous en sommes à 134.500 € et que la saison est loin d'être terminée... C'est la Compagnie Nationale du Rhône, qui a augmenté son aide pour le Championnat de France à Besançon, qui se taille pour le moment la part du lion. Mais je suis heureux également que Jean-Michel Noir, PDG de « La Halle », ait aussi décidé de nous soutenir financièrement pour deux ans. Nous avons également un important partenariat avec le Centre National des Etudes Spatiales qui, outre des insertions publicitaires dans Echec et Mat, tiendra un important stand d'animation à Besançon. Enfin, DrWeb est le partenaire officiel du Championnat de France de blitz sur Internet qui commencera lundi prochain. A peine plus d'un mois à la tête de la FFE, je lisais quelque part : « il faut noter l'incapacité de la nouvelle équipe à trouver des partenaires ! »...

Où en êtes-vous avec le dossier très important de Fédération délégataire ?

Nous déposerons le dossier à la rentrée prochaine. J'ai décidé de différer cette demande auprès du Ministère des Sports, en accord avec le Bureau et le Comité Directeur, afin de mettre le plus d'atouts possibles de notre côté. En effet, je suis parfois sidéré par le manque de culture sportive dont nous faisons preuve ! Il y a un gros travail pédagogique à faire afin que nous soyons irréprochables. Il faut aussi modifier nos statuts en ce qui concerne la filière disciplinaire. Cela sera fait à Besançon, lors de l'Assemblée Générale Extraordinaire que nous allons convoquer (le dimanche 20 août, lors de la journée de repos du Championnat de France). En attendant, j'ai profité des bonnes relations nouées depuis un an avec le CNOSF pour déposer un dossier d'adhésion, afin que la FFE devienne membre associé de cet organe représentatif du mouvement sportif français. Je rappelle que la dernière fois, en 2002 je crois, notre demande avait été rejetée, ce qui n'avait pas été le cas pour la Pêche à la Mouche ! Nos relations avec le Ministère sont excellentes, notamment grâce au travail de Laurent Vérat, notre Directeur Général.

Comment qualifier la communication, les rapports entre la FFE et la FIDE ?

Tout d'abord, j'aimerais rappeler que l'on ne peut pas attraper les mouches avec du vinaigre ! Sans communication tournée vers l'extérieur, nous ne pouvons pas espérer trouver des partenaires, des villes pour nos organisations, qui sont de plus en plus lourdes, donc très coûteuses, ainsi que de nouveaux licenciés. C'est un passage obligé afin de mettre en place le programme pour lequel nous avons été élus. Maintenant, c'est compliqué la communication ! Car dés que l'on dit ce que nous faisons, certains estiment que l'on en fait trop et que c'est de la propagande et si on ne dit rien, alors les gens pensent que l'on ne fait rien !

En ce qui concerne la Fide, je peux vous dire que nos relations vont s'améliorer considérablement après le 2 juin...

Ressentez-vous le manque de compétition ?

Quand je vois mon niveau de jeu, non ! Par contre, je tiens à préciser que je n'ai jamais perdu, ni même lâché un demi-point , contre Léo Battesti ! (lol)

Si vous deviez faire passer un message, que serait-il, et adressé à quel(s) destinataire(s) ?

Il serait adressé à certains présidents de ligues... Aujourd'hui, nous avons un problème : les effectifs stagnent depuis deux ans. Ils sont même en très légère baisse. C'est lié en partie à la disparition des emplois-jeunes, qui allaient dans les écoles et qui n'ont pas été remplacés ni pérennisés. C'est aussi dû aux joueurs de plus en plus présents sur les sites Internet de jeu en direct. Une tendance qui s'opère bien entendu au détriment des clubs. J'ai constaté que les Ligues qui étaient en phase avec notre politique, je pense notamment à la Bretagne, n'avaient pas ce genre de problème et étaient même en très nette augmentation au niveau de leurs effectifs. Mais la Ligue de Bretagne, pour reprendre cet exemple, a sa propre communication, une politique jeune volontariste, investit dans des outils pédagogiques, a la « culture sport », forme ses dirigeants et fait l'indispensable travail de lobbying auprès des élus. Je ne suis pas étonné par sa réussite ! J'espère seulement que certains auront la bonne idée de s'en inspirer...


Publié le 24/05/2006 - 00:30 , Mis à jour le 24/05/2006 - 06:28