Interview exclusive de Garry Kasparov (1)
Avant de quitter Valence, Garry Kasparov a reçu l'équipe d'Europe Echecs pour une longue interview en vidéo. Le GM Robert Fontaine a tout voulu savoir sur ce match ; les préparations, le niveau, la stratégie, les variantes calculées, les fautes, et bien d'autres choses encore. Vidéo à ne manquer sous aucun prétexte !


Transcription par Frédéric Friedel de www.chessbase.com
Voir, voire revoir, la seconde partie de l'interview

Intro: "Let's not forget, I'm working with Magnus, and that's my professional work..."

Garry Kasparov: Two old guys - we are still here, and we are creating the biggest show in the world of chess. I think that is wrong.

Playing chess, being at the chessboard, almost five years after retirement, that was quite a challenge. If I hadn't started my cooperation with Magnus earlier this year I would not have accepted the offer, because I knew the difficulties I would face. Even in preparation, because you lose your instincts. It is very hard to explain to non-professionals. If you don't play chess, at the chessboard, in the auditorium, facing real opponents - nothing can substitute that. Even if you do chess studies at home, if you play chess on the Internet, there's a huge difference. Internet blitz is causing some damage, because you play with a different kind of instincts.

Kateryna Lahno, Garry Kasparov & Robert Fontaine. Photo © www.europe-echecs.com

It is quite funny that this experience both helped me and caused me damage. The quality of some of my moves was not quite sufficient. A typical Internet move was ...f4 in game one.

Karpov, Ana (2619) - Kasparov,G (2812)
Match Valencia ESP (1), 22.09.2009

20...f4!? Of course I would play 20...Ne4 in a classical game, five years ago, because I saw that the moves gives Black a very comfortable game - Black is not substantially, but definitely better. But ...f4 is a move of the Internet, especially in bullet, when you want to follow one idea - you want to have your knight on d4 - and it creates threats. So it is a bad move, but it actually worked well for me, because what I learned on the Internet is how to manage time, so I never lost on time. Karpov was always having huge problems.

Karpov: Time for thinking during the game - first you have time, and then you don't have time. This is a problem of rapid chess, and this is the problem of zeitnot in time trouble in a normal game.

Kasparov: So quality-wise I was disappointed, because certain moves I made were ugly and hurt my chess intellect. In game four Karpov has five seconds left and I have two or three minutes. It's typical: you make a short move. You understand it, but it is hard to explain to normal chess players why you make s short move. Because that's the way you play. I got really upset, because after 32.hxg6 hxg6 33.Rh1 I had a very nice game. From almost an even position I got a strategically complete winning position, in Karpov's style, by the way.

Garry Kasparov & Robert Fontaine. Photo © www.europe-echecs.com

So I had these difficulties preparing for the match. I tried to use my professional instincts. On my political blog on the Wall Street Journal I announced a timeout, and for one week I was out of politics, so don't bother me. I went to Oslo, we had a session with Magnus. It was not about my match, it was getting back into the normal chess atmosphere. We worked, and we played a few blitz games. I did not play rapid with Magnus, but I played some rapid in Moscow, against one of the strong GMs. It was real, I played with a very strong grandmaster, and I was happy with my game. Most important was that my mind was clearing up and getting ready for chess.

I had certain ideas, but I also had some restrictions, because I did not want to play anything that could jeopardise my work with Magnus, because he needs ideas in China [at the Nanjing Super-GM tournament] than I need here. So I played something simple. Karpov made a conscious choice to play very simple positions with black and something sharp with white. Actually I was quite happy - except for the totally stupid game one in blitz, where something happened and I could not recover after playing 12.exd5, because after castles, castles, Rc1 I think that Black is in real trouble.

I like this position, for me it was easy, I always had a good result with white - I remember a game with Spassky twenty years ago in Barcelona, and other good games - so Karpov's choice was natural for him, but I was quite pleased. So I did not want to make big changes. Also in games five and seven I went for some deviations, but in the end I like these structures. I had no risks, and the fact is that Karpov lost five games out of six, which probably gives you an idea that this was not the smartest choice. Maybe he expected more of e4, that is my suspicion. And also having Bologan [as a second] he concentrated on defending against 1.e4, where he had serious problems lately.

Robert Fontaine, Kateryna Lahno & Garry Kasparov. Photo © www.europe-echecs.com

Magnus plays Gruenfeld and Queen's Gambit - sometimes Meran. That means that I am probably studying these openings, I have to look at them. So Gruenfeld was definitely one of their prime choices, and he prepared a very sharp opening. I thought it's tough, but it offers me interesting opening positions. It might be worse, but there were complications. I had enough ideas to not actually show what Magnus plays.

Game one - Gruenfeld: I think it was quite an important game, because before Sutovsky and others always play ...Re8, which in my view is a little premature, because with the rook on f8 you can actually play ...f5, and that is what I did. I was quite happy, and the fact is that Karpov did not repeat it, and he found by the way an interesting move - it is amazing that 13.Be3 is a new move...

Transcription by www.chessbase.com

Traduction en Français par « El Cave » de www.france-echecs.com

Intro : "N'oublions pas que je travaille avec Magnus, c'est même mon métier actuellement..."

Garry Kasparov : Deux vieux mecs... Nous sommes toujours là, et c'est nous qui sommes l'événement du moment pour le microcosme des échecs. Quelque chose ne va pas là-dedans.

Jouer, sur l'échiquier je veux dire, environ cinq ans après m'être arrêté constituait un vrai challenge. J'aurais décliné l'offre si je n'avais pas débuté cette année ma coopération avec Magnus, parce que je savais à quelles difficultés je devais

m'attendre. Même pour ce qui est de la préparation, vous finissez par perdre votre instinct. C'est assez difficile à expliquer à ceux qui n'ont jamais fait cet effort.

La pratique en direct face à des adversaires en chair et en os est irremplaçable.
Résoudre des études ou jouer chez soi sur internet, ça n'a rien à voir. Le blitz provoque même des dégâts sur votre jeu, parce

que vous faites appel à un autre type d'intuition.

Il est amusant de constater que cette pratique cybernétique est à la fois une aide et un handicap. J'ai joué certains coups de qualité médiocre, par exemple ...f4 dans la première partie.

Naturellement voici cinq ans j'aurais joué 20...Ce4 en partie officielle, qui assure aux Noirs un avantage léger mais durable.

20...f4 !? est un coup typique de partie sur internet, en particulier en bullet, avec une idée fixe - mettre un Cavalier en d4 - et la création de menaces diverses. C'est objectivement un coup médiocre, mais qui m'a réussi en pratique parce qu'il y a une chose qu'internet m'a enseigné, c'est à bien gérer le temps, ce qui me permet de ne jamais perdre pour cette raison. A contrario Karpov a connu sans cesse des problèmes à ce sujet.

Anatoly Karpov : La réflexion pendant la partie - au début vous avez du temps, et de plus en plus vous en manquez. C'est la difficulté des cadences rapides, et du zeitnot en partie lente.

Garry Kasparov : Qualitativement j'ai été déçu de ma prestation, certains de mes coups étaient horribles et heurtaient mon esthétique de joueur d'échecs. Dans la quatrième il me restait deux ou trois minutes contre cinq secondes à Karpov. Et là réflexe typique, j'ai joué un coup médiocre pour passer le temps. C'est compréhensible, mais difficile à justifier auprès des joueurs d'échecs.

Ca m'a vraiment contrarié parce que j'avais réalisé une belle partie, en obtenant une position écrasante stratégiquement à partir d'un milieu de jeu quasiment égal, dans le style de Karpov du reste.

Je reviens sur ces difficultés pour préparer le match. Je me suis efforcé de retrouver mes sensations de joueur professionnel.

J'ai annoncé une suspension temporaire de mon blog politique du Wall Street Journal et me suis éloigné une semaine de la politique afin d'être tranquille. Je suis allé à Oslo pour une session d'entrainement avec Magnus. Il ne s'agissait pas réellement de préparer mon match, plutôt de me replonger dans une atmosphère échiquéenne.

Nous avons travaillé, joué quelques blitzs. Je n'ai pas joué de semi-rapides avec lui, mais j'en ai disputé à Moscou contre un très fort grand-maitre, et j'ai trouvé mon jeu plutôt satisfaisant.

Le plus important étant malgré tout de me clarifier les idées et d'être dans les dispositions requises pour jouer aux échecs.

J'avais quelques idées prêtes mais avec le soin de ne pas jouer quoi que ce soit qui puisse dévoiler mes préparations avec Magnus, étant donné qu'il en avait plus besoin pour le super-tournoi qu'il devait disputer en Chine que moi ici.

Donc j'ai joué simple. Karpov avait décidé de jouer des positions aussi simples que possible avec les noirs et agressivement avec les blancs. Ce qui me convenait plutôt bien, si j'excepte mon choix ridicule dans le premier blitz lorsque j'ai joué le coup idiot 12 exd5 après lequel je n'ai pu revenir dans la partie, alors que Tc1 après un roque de part et d'autre était prometteur.

J'aime cette position que je connais bien, j'ai toujours eu de bons résultats avec en ayant les blancs, en particulier une belle partie à Barcelone contre Spassky voici vingt ans. Le choix de Karpov, quoique naturel pour lui, me plaisait donc et je ne voyais pas de raison de l'inciter à en changer. J'ai quelque peu changé de variantes dans les parties 5 et 7 mais en restant dans des structures familières. Je pouvais le mettre sous pression sans risques, et le résultat obtenu par Karpov, cinq défaites sur six parties, indique clairement que ce choix était malheureux.

Je suspecte qu'il attendait davantage de e4, et qu'il avait pris Bologan comme secondant à cet effet après avoir rencontré récemment des problèmes dans ce secteur.

Magnus joue la Grunfeld et le gambit dame, parfois la Meran. Ce qui signifie que j'étudie très probablement ces ouvertures. La Grunfeld était indéniablement un de leurs premiers choix, il a préparé des suites très aigües.

D'un côté c'était difficile, mais ça donnait des positions intéressantes, et j'avais assez d'idées en réserve pour ne pas avoir à dévoiler ce que joue Magnus donc ce n'était pas si mal.

La première partie me semble importante pour la théorie de la Grunfeld, car précédemment Sutovsky et d'autres avaient joué Te8, un peu prématurément à mes yeux car la tour en f8 permet de jouer f5, ce que j'ai d'ailleurs fait.

J'étais plutôt content de la position, ce que corrobore le refus de Karpov de la rejouer. Il a d'ailleurs trouvé l'intéressant Fe3, qui bizarrement est une nouveauté.

Fin de la première partie de la vidéo.

Garry Kasparov, Robert Fontaine & Gérard Demuydt. Photo © www.europe-echecs.com

Publié le 29/09/2009 - 18:39 , Mis à jour le 17/12/2009 - 16:35