Ivanchuk et sa femme attaqués !
Ivanchuk et sa femme ont subi une attaque à main armée à seulement vingt mètres de leur hôtel, au moment de prendre un taxi qui les emmenait à l'aéroport.

Ivanchuk et sa femme Oksana ont subi une attaque à main armée à seulement vingt mètres de leur hôtel de São Paulo, au moment où ils allaient prendre un taxi pour se rendre à l'aéroport. Les voleurs se sont entre autres emparés du passeport de la femme du joueur ukrainien. Ivanchuk refuse de continuer le tournoi à Bilbao, qui débute jeudi, si sa femme n'est pas avec lui; elle a pu obtenir un sauf-conduit pour retourner en Ukraine, mais elle ne peut pas rester sur le territoire espagnol sans passeport. Les organisateurs recherchent une solution d'urgence. Article de Leonxto García sur www.elpais.com et sur Twitter.

Hikaru Nakamura, qui doit affronter Ivanchuk le 6 octobre, écrivait peu après sur Twitter: « Je suis très triste d'entendre les nouvelles de São Paulo concernant l'agression sur Ivanchuk. J'espère que nous pourrons repousser la partie jusqu'au jour de repos, le 9 octobre». Cependant, nous l'avons appris par Leonxto García ce mercredi matin, Ivanchuk a refusé cette offre et préfère jouer demain «sans privilèges».

Sans passeport, la femme d'Ivanchuk ne peut pas s'envoler vers l'Espagne ou tout autre pays que l'Ukraine. Tandis que certains pays ont des procédures d'urgence pour remplacer un passeport dans un délai de 24 heures, ce n'est pas le cas de l'Ukraine. Ainsi, Oksana ne pourra rejoindre Bilbao pour le 6 octobre. Le couple se rendra à Munich, en Allemagne, où elle continuera vers l'Ukraine, tandis que Vassily ira à Bilbao. Espérons qu'Ivanchuk sera capable de surmonter cet incident et pourra continuer à jouer le tournoi dans de bonnes conditions.

Dans l'émission de radio « No es un dia cualquíera », de Pepa Fernández, diffusée tous les samedis et dimanches de 8 h 00 à 13 h 00, Leonxto García attirait justement l'attention sur les dangers de la ville de São Paulo. Il racontait que tous ceux qui en avaient les moyens atterrissaient en hélicoptère sur les toits des supermarchés afin d'éviter les rues.

L'État de São Paulo a enregistré 4.543 homicides en 2010, soit un taux de 10,48 cas pour 100.000 habitants. Un taux encore au-dessus de celui fixé par l'Organisation Mondiale de la Santé qui estime qu'au delà de 10 cas on rentre dans une situation de «violence pandémique».

Si la criminalité a diminué dans son ensemble, le nombre total d'agressions pour vol reste encore préoccupant dans l'État de São Paulo (232.907) et dans l'Etat de Rio, où il a été multiplié par 4 entre 1999 et 2010.

La favela Morumbi, dans cette ville de Sao Paulo. Les écarts de richesses sont souvent abyssaux et visibles.
"À São Paulo l’hélicoptère n’est pas un produit de luxe, mais un besoin", explique M. Rogério Andrade. Il est PDG à Helisolutions, la plus grande entreprise de copropriété d’hélicoptères au monde. 
 
Le nombre d’hélicoptères circulant dans la ville de São Paulo est de 483 selon l’autorité brésilienne d’aviation (ANAC). C’est un chiffre qui signifie concrètement que chaque jour croisent le ciel de São Paulo entre 300 à 500 hélicoptères, selon l’association brésilienne d’hélicoptères (ABRAPHE). La peur de la déliquance fait prendre les airs aux plus riches. L’explication officieuse de ce choix est la délinquance. La peur des enlèvements et de la violence est toujours dans les esprits.
 
C’est pendant le week-end que l'on enregistre le plus grand nombre de mouvements. Nombre de familles nanties vont faire des courses en se déplaçant verticalement, et d’autres se rendent à l’Eglise en traversant les cieux en hélicoptère. Source www.contre-feux.com

Publié le 06/10/2011 - 10:15 , Mis à jour le 06/10/2011 - 10:30
Les réactions (9)
Tous nos membres ayant un abonnement en cours de validité (hors période d'essai) peuvent commenter les articles. Abonnez-vous!
Sawamu - 04/10/2011 17:01
@Reyes : pas de problème. Leonxto c'est trompé.
C'est comme j'ai dit: il faut seulement penser à l'infrastructure nécessaire pour accommoder un hélicoptère à disons... 10 supermarchés. C'est impracticable.

Reyes - 04/10/2011 15:32
@Sawamu: Je n'ai fait que traduire une partie de l'émission de radio de Leonxto Garcia qui se trouve dans la ronde 5 du dossier 4ème Finale du Grand Slam. Et j'ai ajouté un lien dans l'article.


Sawamu - 04/10/2011 14:53
L’affirmation “tous ceux qui en avaient les moyens atterrissaient en hélicoptère sur les toits des supermarchés afin d'éviter les rues » est tout à fait ridicule !

J’habite à São Paulo et il est vrai que c’est un lieu dangereux comme tous les grand villes au monde (Paris y inclus). Mais il faut penser seulement quelques minutes pour se rendre compte qui cette image des gens en train de prendre des hélicoptères pour aller au supermarché est venue des anciens films de science-fiction sur l’avenir, où tout le monde portait des avions !

Nous y avons beaucoup des hélicoptères, mais vraiment pas de supermarchés avec un endroit pour les « stationner ».