Korchnoï versus Uhlmann
Viktor Kortchnoi, Zurich 2015 | Photo Etery Kublashvili | (DR)
Korchnoï face à Uhlmann, une affiche dont la première datait de plus d’un demi-siècle. Les deux hommes s’étaient mesurés pour la première fois au Club Central à Moscou en 1960. Par Georges Bertola.
Viktor Kortschnoi, 1960
Wolfgang Uhlmann, 1960

Zürich 16 février 2015 : Viktor Korchnoï face à Wolfgang Uhlmann, une affiche dont la première datait de plus d’un demi-siècle. Les deux hommes s’étaient mesurés pour la première fois au Club Central à Moscou durant l’été 1960.

Viktor était alors en pleine ascension, auréolé du titre de champion de l’URSS qu’il avait remporté avec brio, à la Tal, précisait Salo Flohr, alors que le magicien de Riga venait de conquérir le titre de champion du monde face à Botvinnik. Korchnoï était déjà la bête noire de Tal à l’époque. Ce dernier ironisa « jusqu’ici le score est égal entre nous, soit 5 à 5! Plus exactement 5 victoires et 5 nulles pour Viktor! »

Mikhaïl Tal et Viktor Kortschnoi, 1960

Voici cette première partie avec Uhlmann :

Kortschnoj,Viktor - Uhlmann,Wolfgang
Moscow CCCT (5), 1960
Défense Est-Indienne
[E64]

1.d4 f6 2.c4 g6 3.g3 g7 4.g2 0–0 5.c3 d6 6.d5 c5 7.f3 a6 8.0–0 c7 9.a4 a6 10.f4 b8 11.a5 b5 12.axb6 xb6 13.a2 f5

Cette variante était sous le feu des projecteurs et Gligoric, quelques mois plus tard, jouera 13...e8! 14.b3 e5 15.dxe6 xe6 16.a4 xf4! 17.xb6 xb6 18.gxf4 e4 Kortchnoï-Gligoric (Buenos Aires 1960) avec des compensations pour la qualité car les pièces noires sont très actives. Une partie retenue par Viktor comme l’une de ses meilleures en conduisant les blancs.

14.e1! b8 15.e4 g4 16.f3 d7 17.d3

Les blancs exercent une forte domination sur le centre avec en option la poussée e5.

17...e5 18.e3 b7 19.d2 a8 20.d1 b3 21.1f2 c8 22.c1 b4 23.b3 b8 24.fd3 b7 25.b2 d7

26.b4! cxb4 27.b3 f5 28.a5 f4 29.f2 b6 30.fb1 e8 31.c6 c7 32.e7+ h8 33.xc8 xc8 34.xb6 xb6 35.xb4 xc4 36.xc4 xc4 37.b8 1–0

Les deux hommes partagèrent le point dans le plus fort tournoi organisé en Argentine jusqu’ici. Il marquait le 150ème anniversaire de la République d’Argentine et pour la première fois Korchnoï, ainsi qu’Uhlmann, affrontèrent Fischer :

Bobby Fischer à Buenos Aires en 1960

« Seize Grands-Maîtres étaient en compétition, Reshevsky joua très bien, s’emparant rapidement de la tête, pour devancer ses rivaux avec une marge considérable. Sur la fin il réduisit quelque peu la cadence et j’ai réussi à partager la première place. Je me souviens, c’était ma première rencontre avec Fischer. Dans cette partie il obtint un léger avantage positionnel, de plus j’avais des problèmes avec la pendule. Peut-être pensait-il que j’étais le seul pouvant rejoindre Reshevsky, qui jouait si magnifiquement, et il était peu enclin à essayer de me battre. » Korchnoï

Une grande rivalité opposait les deux Américains mais ce fut surtout l’un des plus mauvais résultats de toute la carrière de Bobby, qui passa en dessous de la barre des 50%. D’autres sources m’ont confié que l’hiver austral avait permis à Bobby de s’initier à de nouvelles expériences et qu’il apparaissait quelque peu dissipé devant l’échiquier, comme Ivkov trois ans auparavant après avoir épousé Miss « Mar del Plata » !

Uhlmann, au contraire, préférait « les Françaises » auxquelles il resta fidèle toute sa carrière. En voici une avec quelques commentaires du spécialiste.

Fischer,Robert James - Uhlmann,Wolfgang
Buenos Aires (8), 02.07.1960
Défense Française
[C19]
 

1.e4 e6 2.d4 d5 3.c3 b4 4.e5 c5 5.a3 xc3+ 6.bxc3 e7 7.f3 d7 8.a4 a5 9.d2 bc6 10.d3 c4

Fischer renforcera avec 10…f6!, toujours contre Uhlmann, à Stockholm en 1962 !

11.e2 f6 12.a3 g6?!

« Une attaque prématurée du pion e5, qui ne permet pas de toute façon de le gagner. D’ailleurs cela prive les noirs de la possibilité, après avoir attendu la venue du fou blanc sur d6, de parer cette éventualité avec la manœuvre Ce7–f5. Correct était ici de jouer immédiatement 12.0–0–0. »

13.0–0 0–0–0

« Gagner le pion avec 13...fxe5? 14.xe5 gxe5 15.dxe5 xe5 n’allait pas après 16.g5! g6 17.h5! avec avantage décisif. »

14.d6 ce7 15.h4!?

« Empêche 15…Cf5, les blancs revendiquent la diagonale h2–b8 pour leur puissant fou de case noire. En compensation, les noirs obtiendront l’ouverture de la colonne h qu’ils pourront utiliser pour conduire l’attaque. »

15...de8 16.xg6?! hxg6 17.exf6 gxf6 18.h3!

« Fischer a deux objectifs en vue, une case de retraite pour son fou après l’attendu 18…Cf5 et au-delà empêcher l’attaque noire via la colonne h. »

18...f5 19.h2 g5 20.f4?!

« Préférable 20.Tfe1! Maintenant les noirs disposent d’une opportunité pour améliorer la position du cavalier. »

20...d6 21.f3

« Nécessaire 21.fxg5 e4 22.e3 xc3 23.xc3 xc3 24.f3 fxg5 25.a5! avec un léger avantage blanc. »

21...g4!!

« Ce subtil sacrifice positionnel de pion réduit le fou h2 à la passivité et assure une initiative durable aux noirs. Maintenant mes deux tours jouent avec un maximum d’efficacité, alors que le centre est fermé. »

22.hxg4

« Après 22.xg4 e4 23.e3 f5 24.f3 xc3 l’avantage noir est évident. »

22...f5! 23.g5

« Encore plus faible était 23.gxf5 exf5 car les noirs disposaient aussi de la colonne g pour l’attaque. »

23...e7 24.g3 e8 25.e3 e4! 26.xe4

« Ce cavalier dominateur doit forcément être éliminé. »

26...dxe4 27.f2

« Ici ou au coup suivant il fallait considérer le sacrifice de pion 27.d5!? pour créer des possibilités de jeu pour la dame blanche. »

27...eh7 28.fb1 d5! 29.e1?!

Après 29.Dd2 (Uhlmann) ou 29.a5 (Mednis) le gain restait à démontrer.

29...h1 30.xh1?

« Encore un coup faible (le coup perdant!) dans une position difficile. Meilleur pour se défendre » 30.e3 xb1 31.xb1 xa4 32.a1 xc2 33.xa7 b8 34.a1 d3

30...e3+!

« Ce joli coup intermédiaire oblige le roi ennemi à se rendre sur g1 empêchant ainsi les tours de s’activer. L’importance de la venue du fou sur c6 sera aussi cruciale pour la poursuite de la lutte. »

31.g1 xh1+ 32.xh1 e2 33.b5?

« Facilite le travail des noirs pour obtenir la victoire. Mais sans espoir est 33.g1 e4 34.ac1 d8 car la venue du roi noir sur l’aile roi, ajoutée à celle du fou sur c6, conduiront à la perte des pions c3, c2 ou d4. »

33...xb5 34.axb5 xb5 35.e1 a5 36.xe2 a4 37.xe6 a3 38.g6 d7 39.e5 b6 40.h4 a2 41.e1 g7 42.a1 xg6 0–1

« Après 42...xg6 43.xa2 h5 44.g3 f3+ 45.h2 xc3 46.f6 b5 et la majorité noire sur l’aile dame forcera rapidement la décision. »

Bobby Fischer, Bled 1959

A cette époque, l’Allemagne était divisée et Wolfgang Uhlmann portait haut les couleurs de la RDA et Wolfgang Unzicker celles de la RFA. Ils étaient tous deux présents à Buenos Aires.

Caricatures Uhlmann et Unzicker

Korchnoï-Uhlmann 2015 !

Viktor Korchnoi en 1978

55 ans plus tard, l’hôtel Savoy accueillait dans le cadre du « Zürich Chess Challenge 2015 » ces deux joueurs devenus légendaires. C’était la 4ème édition de ce prestigieux tournoi qui repose, comme souvent aux échecs, sur la générosité d’un mécène; Oleg Skvortsov, passionné et fort joueur.
Parmi les spectateurs, je remarquais William Wirth, contemporain, ami de Korchnoï, qui fut lui aussi l’organisateur et le mécène de nombreux tournois. Les toujours vaillants et présents Christian Issler et Georg Kradolfer, garants du dynamisme des échecs zurichois.
L’arrivée de Viktor en chaise roulante, ranima des souvenirs d’une époque révolue. En 1977, Viktor Korchnoï, alors apatride, fut invité par un mécène lausannois car il allait devoir affronter son ex-compatriote Lev Polougaïevsky dans un match des demi-finales des candidats à Evian.
La venue d’un Grand-Maître d’une telle renommée était un événement. Viktor était secondé par deux Grands-Maîtres anglais; Keene et Stean. Keene était particulièrement fier d’avoir contribué à introduire une nouvelle ouverture dans le répertoire de Korchnoï, la défense anglaise !

Signature de Viktor Korchnoi en 1977

Dans la sixième du match on put observer cette position jugée insolite.

1.d4 e6 2.c4 b6 3.e4 b7 4.c2 h4!

« Viktor avait analysé ce genre de coup bizarre quelques jours avant cette partie, mais pour Polougaïevsky c’était une déplaisante nouveauté. Il est étonnamment difficile de repousser l’insolente dame noire. » Keene. Après une lutte titanesque, Viktor remporta la victoire en conduisant les noirs.

La poignée de main historique depuis que Viktor avait quitté l’URSS.

Ce jour-là, à Zürich, Uhlmann, 80 ans, apparaissait beaucoup plus en forme malgré une légère claudication. Il n’était pourtant pas le favori car il n’avait battu Viktor qu’une seule fois pour 11 défaites. A 11 heures débuta le 3ème semi-rapide que Viktor, toujours aussi terrible, entama à la cadence d’un blitz!

Uhlmann - Korchnoi, Zürich 2015 | Photo Georg Kradolfer | (DR)

Uhlmann,Wolfgang (2326) - Korchnoi,Viktor (2499)
Zurich Challenge Match (3), 16.02.2015
Partie Anglaise
[A29]

1.c4 e5 2.c3 f6 3.f3 c6 4.g3 d5 5.cxd5 xd5 6.g2 de7

Usuel est 9…Cb6, cette retraite est quelque peu marginale et fut jouée à tempo.

7.0–0 g6 8.b4 a6 9.b1

En 1993, Korchnoï fut l’auteur d’une monographie sur l’Anglaise des 4 cavaliers dans la collection de l’Informateur des Echecs, la référence incontournable à l’époque avec comme variante principale : 9.a4 g7 10.a3 0–0 11.b5 d4 12.e3 xf3+ 13.xf3 e8 (céder à la tentation avec 13...xd2? perd du matériel après 14.e4 d7 15.fd1+–) 14.e2 h5 avec un léger avantage blanc.

9...g7 10.a4 0–0 11.d3 d4

Uhlmann fut déjà confronté à cette variante, 11...h6 12.e3 f5 13.e4 invite à endommager la structure pour la paire de fous. 13...xe4 14.dxe4 xd1 15.xd1 fd8 16.d2 c8 17.b5 axb5 18.axb5 6a7 19.f1 d6 20.c3 xe4 21.xd8+ xd8 22.xe5 xe5 23.xe5 avec une position à peu près égale. 23...d5?! Uhlmann,W (2510) -Putzbach,G (2275) Hamburg 1993. Ici la tactique 24.xf7! amenait des complications intéressantes.

12.d2 c6 13.e3 e6 14.e2

S’écarte de la partie Ghosh-Mchedishvili (Dubaï 2013) qui se poursuivit avec 14.c4 d5 15.d2 avec des chances à peu près égales. 1/2 (30)–1/2 (30) Ghosh,D (2451) -Mchedlishvili,M (2640) Dubai UAE 2013

14...d5 15.xd5 cxd5

Rétablit la symétrie de la structure de pions, les noirs ont sans doute égalisé.

16.f4?!

Projette une opération ambitieuse sur la colonne f mais cette poussée est à double tranchant car elle affaiblit la position.

16...exf4 17.gxf4

Sinon le cavalier disposait de la case d4.

17...e8 18.b3 d6 19.f3 xb4!?

Presque joué à tempo, Viktor prend le pion qu’on lui offre quitte à perdre l’initiative !

20.f5! gxf5

Très risqué car l’aile roi est dangereusement affaiblie, 20…Cd8!? méritait considération, je ne regrettais pas le voyage car le spectacle était au rendez-vous !

21.xf5 d8 22.xd5 xa4 23.c5 c2 24.b6

L’activité des pièces blanches compense avantageusement le pion sacrifié.

24...e6 25.h5

Prometteur était 25.Cxe6! qui élimait un défenseur important.

25...g4?!

26.g5?

Meilleur 26.xg4! xc5 27.b2! et la menace de mat gagne du matériel par exemple 27...xe3+ 28.h1 e5 29.xe5 xe5 30.xb7 xb7 31.xb7 d5+ 32.g2+–

26...e5!

Permet de gagner un tempo pour mobiliser les pièces en défense.

27.xg4 xc5 28.b4

Mais pas 28.b2?? xb6 29.xe5 xe3+–+

28...g5 29.f4 g6

Maintenant cette tour noire a réussi à se rendre utile à la fois en défense et pour l’attaque avec toujours un bon pion de plus.

30.e4 b5 31.a3 f6 32.h4 xf1+ 33.xf1 e6 34.d4

Avec l’espoir de créer un fort contre-jeu grâce à ce pion passé.

34...b1?

Décisif 34...b3! 35.d5 (35.c5 f5!) 35...xd5 36.c4 g5+–+

35.g4? h8?

A nouveau 35...b3! 36.c1 c3–+

36.d5 f8 37.e7?

Après 38.De7 rien n’était joué !

37...g6 38.xg6

Obsédé par l’avance du pion passé Uhlmann oublie l’essentiel.

38...xg6+

Ici le GM allemand poussa le pion "d" avant d’être interpellé par un retentissant « Schach ! » de la part de Viktor.

39.g2 c8 40.h3 c1+ 41.f2 c2+ 42.f3 d1+ 43.f4 c4+ 44.e4 xd5!? 0–1

Plus sûr était 44...d4 car sur 44...xd5 les blancs pouvaient encore poursuivre avec 45.c8+ xc8 46.exd5 mais 46...f8! met fin aux espoirs de succès du pion passé précisa le GM Yannick Pelletier.

Signature de Viktor Korchnoi le 16 février 2015

 

Peu avant le début de la dernière partie, Uhlmann manifesta sa déception avec ce commentaire laconique lorsque je l’abordais pour une dédicace: « Un scandale! L’ordinateur affichait +3 en ma faveur. » (Voir le commentaire du 26ème coup). Même à 80 ans, l’envie de gagner, la rage de vaincre, en ce qui concerne Viktor, reste toujours essentiel…

Je remercie Georg Kradolfer et les organisateurs qui m’ont permis d’utiliser les photos de Zürich 2015.

Georges Bertola

Viktor Kortchnoi | Photo Etery Kublashvili | (DR)

Publié le 23/02/2015 - 06:40 , Mis à jour le 04/03/2015 - 09:43
Les réactions (6)
Tous nos membres ayant un abonnement en cours de validité (hors période d'essai) peuvent commenter les articles. Abonnez-vous!
jhenri - 24/02/2015 20:44
Oui, Georges, toujours autant de plaisir à lire tes articles documentés et un brun irrévérencieux comme nous montrer cette défaite de notre Fischer vénéré, mais juste ce qu'il faut ! bonjour à vous deux, M et toi

gbchess - 22/02/2015 15:49
« Merci pour ces réactions très positives aux publications de mes articles sur le site ou dans la revue. Effectivement, j'envisage de publier une "Histoire des échecs depuis 1836, la naissance du Palamède, jusqu'à ...? J'espère trouver le temps et l'énergie pour réaliser ce projet. Georges Bertola »

karkas - 22/02/2015 09:38
Merci Mr BERTOLA, pourquoi ne pas compiler tous vos articles dans des livres ?


Ikaros - 21/02/2015 15:25
Superbe histoire que cette histoire d'anciens grands champions! Merci à l'auteur.

diagana - 20/02/2015 22:45
Merci pour cet article passionnant. J'adore ces articles de Georges Bertola.