L'AIDEF
Depuis le 81e congrès de la FIDE de Khanty-Mansiysk en 2010, l'Association Internationale des Echecs Francophones a officiellement été reconnue en tant qu'organisation internationale affiliée.
L'AIDEF - Association Internationale des Echecs Francophones

Depuis un peu plus d'un an maintenant, j'ai repris la présidence de l'AIDEF, beaucoup de choses ont changé et évolué depuis le début de mon mandat. En précisant ses objectifs, en rappelant son historique, il convient maintenant de faire un premier bilan et de définir sa feuille de route.
 
Rappelons que l'AIDEF réunit des individus issus des quatre coins de la planète ayant comme point commun les échecs et la langue française qui agissent comme liens entre eux et que rien n'aurait rapprochés si ce n'est justement la langue et la passion pour ce jeu.
 
Elle offre la possibilité aux joueurs d'échecs francophones de se rassembler en une association internationale qui affirmera son statut d'interlocuteur crédible, écouté et respecté auprès des institutions officielles et auprès de partenaires financiers.
 
L'AIDEF a pour but de promouvoir et d'encourager l'utilisation de la langue française dans le monde des échecs, elle doit établir des bases concrètes de collaboration au sein même de l'espace international francophone. conclure des partenariats, créer des relations, obtenir des avantages et des privilèges dont ses membres seront les bénéficiaires immédiats. Depuis le 81e congrès de la Fédération Internationale des Echecs qui s'est tenu lors des olympiades d'échecs du 24 septembre au 3 octobre 2010 à Khanty-Mansiysk, l'Association Internationale des Echecs Francophones a officiellement été reconnue par la FIDE en tant organisation internationale affiliée. www.fide.com/component/fidedirectory/?comid=79&task=committee
 
L'historique
Sa création remonte au 24 février 2007 lorsqu'eut lieu à Cannes, à l'initiative de la Fédération Française des Echecs et présidée par Monsieur Jean-Claude Moingt son assemblée constitutive.
Neuf fédérations qui furent donc les membres fondateurs étaient représentées : la Fédération Echiquéenne Francophone de Belgique, la Fédération Royale Belge des Echecs, la Fédération Française des Echecs, la Fédération Suisse des Echecs, la Fédération Monégasque des Echecs, la Fédération Luxembourgeoise des Echecs, la Fédération Tunisienne des Echecs et le Comité Valdôtain des Echecs.
 
Monsieur Noureddine TABBANE (Tunisie) en accepta la présidence et son siège social fut établi dans les locaux de la FFE. Son objet initial était de favoriser et d'aider le développement de la pratique du jeu d'échecs dans les pays membres de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) Il faudra ensuite attendre plus de deux ans pour que soit organisée à Arvier, en septembre 2009 dans la vallée d'Aoste, la première manifestation de l'AIDEF, le 1er Festival des Echecs Francophones, Cet open de 9 rondes a réuni 25 joueurs de 14 nationalités différentes et a été remporté par le maître international québécois Jean HEBERT.
 
Une seconde édition de ce tournoi eut lieu au même endroit en septembre 2010, 33 joueurs de 7 nationalités différentes y ont pris part et ce fut le grand-maître roumain Mihai SUBA qui le remportât. En prélude au 24e open international de Cannes, les 26 & 27 février 2010 lors du Festival des Jeux, L'AIDEF a organisé en partenariat avec le club Cannes-Echecs et la fédération française un match de parties rapides entre une sélection de 4 joueurs francophones de l'AIDEF et une autre de 4 joueurs français. La rencontre s'est déroulée dans les salons de l'hôtel Novotel Cannes Montfleury, en 8 parties de 15 minutes + 10 sec/coup. L'équipe de l'AIDEF composée de 2 Québécois, un Monégasque et un Tunisien s'est imposée sur le score final de 19-13.
 
Le premier championnat individuel des échecs francophones, organisé en collaboration avec la fédération tunisienne des échecs eut lieu la même année, du 24 avril au 2 mai à Hammamet. Cette première édition qui a connu un réel succès, 66 joueurs de 6 nations différentes y ont pris part, fut remportée par le maître fide belge Stéphane Hautot.
 
Pendant les 2 années qui ont suivi, plus rien n'a été organisé, l'AIDEF est entrée en léthargie, fin 2012 elle n'était plus qu'une coquille vide, tout comme sa caisse d'ailleurs. Les relations se sont détérioriées au sein de son comité directeur et ce seront finalement tous les membres de ce comité qui sont démissionnaires lors de l'assemblée générale de l'AIDEF qui s'est tenue pour la première fois depuis sa création à Clichy, le 28 septembre 2012 alors que d'après les statuts, elle aurait dû avoir lieu au moins une fois par an.
 
Le renouveau : Connu à la fois comme joueur d'échecs passionné et amoureux de la langue française, il m'a été proposé de prendre la place du président démissionnaire. Sans trop me poser de questions, la survie de l'association et sa continuité étant en cause, j'ai accepté cette proposition et je me suis mis à consacrer une partie de mon temps libre pour relancer cette belle idée de défendre les valeurs véhiculées à la fois par la francophonie et le jeu d'échecs.
 
Mon premier travail fut d'abord de remettre de l'ordre au sein l'AIDEF afin de lui permettre de fonctionner normalement :

– les anciens statuts ont été profondément retravaillés afin d'être mieux adaptés à notre fonctionnement, les assemblées générales auront dorénavant lieu tous les deux ans lors des olympiades.
– l'objet de l'association a été défini de façon plus présice : elle est devenue une association à la fois sportive et culturelle rassemblant des individus issus des quatre coins de la planète ayant comme points communs les échecs et la langue française. Son objet est d'aider au développement et à l'enseignement de la pratique des échecs dans l'ensemble des territoires de ses membres, mais aussi de promouvoir et d'encourager l'utilisation de la langue française dans le monde des échecs. En organisant des manifestations et des compétitions, elle favorise les échanges et les relations entre les joueurs d'échecs francophones et a pour but de créer un espace d'entraide et de développement durable.
– Les possibilités d'adhésion ont été étendues : Auparavant, seules les fédérations d'échecs des Etats et Gouvernements membres ou observateurs de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) pouvaient prétendre à devenir membre. Maintenant des entités régionales constituées pour la pratique du jeu d'échecs qui ont un ressort territorial et qui représentent un groupement, une association de joueurs francophones et ce dans tous les pays du monde peuvent également poser leur candidature.
– Le siège social a été transféré à Nice et toutes les démarches administratives entreprises afin de régulariser la situation.
– Toutes les fédérations d'échecs des pays membres de la Francophonie ont été relancés à plusieurs reprises et régulièrement informées des changements intervenus au sein de notre association. Le résultat ne se fit pas attendre, nous sommes passés de 11 à 28 membres en quelques mois.
– Le site internet de l'AIDEF a été modifié, réactualisé et remis en fonction.
– L'AIDEF a également introduit une requête officielle auprès de la FIDE, afin qu'elle soit examinée lors de leur comité directeur qui s'est tenu à Erevan en janvier 2013. Le but était de sensibiliser leurs dirigeants au problème que l'AIDEF rencontrait dans certains territoires. En effet, de par l'absence de fédération ou plus fréquemment, par suspension temporaire d'une fédération ayant un litige avec la FIDE, il ne lui était pas possible d'y organiser des tournois homologués. L'AIDEF a officiellement obtenu l'accord de la FIDE pour organiser un tournoi au Maroc dès lors que la fédération marocaine était suspendue, ce fut une victoire car jamais auparavant cela n'avait été autorisé. Cela a rendu possible l'homologation pour le classement Elo FIDE du tournoi de Marrakech qui a eu lieu en octobre 2013.
 
Trois mois plus tard, fort ces premiers résultats, une nouvelle assemblée générale est convoquée : hormis le Maroc tous les membres sont présents, 5 nouvelles personnes vont compléter l'équipe dirigeante, 15 nouvelles fédérations seront acceptées en tant que membre et les nouveaux statuts sont votés à l'unanimité. Ce ne sera qu'en janvier 2013 que je recevrai la première partie des documents d'archives de l'AIDEF des mains de Monsieur Jean-Claude Moingt et qu'ensuite, fin mars, le secrétariat de la FFE me fera suivre le reste.
 
Après un premier tri et analyse des documents, j'ai constaté de nombreuses irrégularités, une réelle comptabilité en bonne et due forme n'ayant jamais été tenue. Seulement une partie des extraits de compte de l'association s'y trouvaient, pour certaines dépenses et chèques émis il n'y avait pas de justificatif, certaines factures et notes de frais n'étaient pas justifiées, leur réelle destination étant maquillée dans le bilan.
 
En effet, l'analyse de ces éléments a pu me convaincre que des sommes d'argent auraient été dépensées sans rapport avec l'objet de l'AIDEF d'une part et que les anciens dirigeants auraient manqué à leurs obligations comptables et légales d'autre part. Les documents en provenance de la FFE m'ont eux permis, ainsi qu'aux autres membres du bureau, de prendre connaissance du contenu du contrat existant depuis début 2010 entre d'une part l'AIDEF et Kasparov International Management.
 
La clause 2 de ce contrat précisait que les fonds versés (l'AIDEF a reçu 25.000 dollars) devaient servir à promouvoir les échecs particulièrement dans les pays africains. Or, de l'aveu même d'un dirigeant rien n'a été fait dans ce sens, l'argent qui leur était destiné, a été utilisé à d'autres fins. La prise de conscience de cet état de faits fut l'élément déclencheur qui m'obligea, dans un souci de tranparence et d'honnêteté, ma responsabilité morale et pénale pouvant être engagée, de décider de créer une commission d'audit de l'association et de consulter un avocat.
 
L'audit interne et confidentiel étant teminé, les membres de l'AIDEF furent mis au courant de cette situation et décidèrent à Marrakech, lors des 1ères Rencontres Internationales des Echecs Francophones en octobre 2013 de saisir la justice afin de déterminer les responsabilités et obtenir réparation et remboursement. Le nouveau président de la FFE, Monsieur Diego Salazar qui y était également présent a lui même condamné la façon dont la FFE a profité des fonds de l'AIDEF du temps de ses prédécesseurs. Les dossiers sont actuellement en cours et feront certainement l'objet de développements futurs. 
 
Revenons maintenant sur un sujet plus positif, à savoir le bilan 2013 et les perspectives futures : Dans le but d'intégrer une manifestation d'échecs aux 7° Jeux de la Francophonie qui eurent lieu à Nice en septembre, pendant plusieurs mois, de nombreux échanges et réunions eurent lieu avec les organisateurs et les autorités locales. Ce ne fût pas chose aisée, mais finalement cela permit à l'AIDEF, en partenariat avec l’échiquier Niçois, la Ville de Nice et le Comité National des Jeux de la Francophonie Nice-France 2013 d'organiser le dimanche 8 septembre, place Masséna, au sein du village des partenaires, le " Tournoi des Espoirs Francophones ". 32 jeunes joueurs de moins de 25 ans, pour la plupart accompagnés de leurs parents ont bravé les trombes d’eau qui se sont abattues ce matin-là sur Nice pour ne pas manquer cet évènement. Ils n’ont pas été déçus car le soleil est revenu en tout début d’après-midi et la manifestation s’est déroulée de façon très sympathique et conviviale. En plus de la collation qui leur a été offerte, les participants et les parents ont eu le temps de visiter les différentes échoppes du village et ont pu déguster les spécialités de différents pays qui leur ont été gracieusement proposées, la raclette suisse ayant remporté un grand succès ! De nombreux prix de valeur ont été distribués à tous les lauréats de chaque catégorie et tous les participants se sont vu remettre une médaille commémorative.
 
La victoire est revenue à Pierre Villegas représentant le fédération monégasque des échecs. La Côte d'Ivoire a été désignée comme prochain pays hôte de la 8°édition des Jeux de la Francophonie en 2017. Pendant la durée de ceux de Nice il m'a été possible de rencontrer différents responsables impliqués dans cette prochaine organisation. Les contacts et les échanges vont se poursuivre afin d'aboutir à l'intégration des échecs aux compétitions officielles prévues et de préparer l'organisation d'une importante manifestation à Abidjan dans 4 ans.
 
C'est assurément la préparation des 1ères Rencontres Internationales des Echecs Francophones de Marrakech, son tournoi et ses colloques qui ces derniers temps ont mobilisé l'essentiel de l'énergie de l'équipe dirigeante de l'AIDEF. Ce fut une organisation très lourde qui a nécéssité plusieurs voyages de préparation et un important soutien financier personnel de Monsieur Larbi HOUARI.
 
Le tournoi international de Marrakech, un open en 9 rondes réservé aux joueurs de -2200 Elo a été organisé dans des conditions de jeu exceptionnelles. 66 joueurs de 15 nationalités différentes y ont pris part et c’est finalement un jeune joueur malgache de 14 ans, Fy Antenaina ROKOTOMAHARO qui remporte le premier prix. La seconde place revient au représentant monégasque Karl Johan RIBBEGREN, le joueur Marocain Chafik IDRISSI complètant le podium.
 
Lors des colloques qui ont suivi, les attentes et préoccupations des participants ont été recueillies et regroupées en 5 points : 1. fonctionnement (bureau, budget) 2. tournois, 3. soutien (matériel, encadrement, développement) 4. projets (objectifs, plan stratégique, développement) 5. rayonnement (médiatisation, échanges). Cela a permis de dresser la liste des actions à mener en 2014 devant constituer la feuille de route des membres du bureau. Une liste des compétitions annuelles a été définie : championnat individuel de l'AIDEF en 2 catégories, championnat rapide et blitz et un tournoi fermé à normes. Ces tournois seront dorénavant réservés exclusivement aux joueurs des membres de l'AIDEF.
 
Pour l'organisation du championnat individuel de 2014, deux candidats se sont déclarés. Il s'agit de la fédération libanaise et de la fédération tunisienne. L'organisation sera attribuée en janvier au meilleur dossier. 
 
Le bureau de l'AIDEF a été remanié et se compose actuellement de 8 membres : Patrick Van Hoolandt (Monaco) Président, Mohamed Zouaoui (Tunisie) 1°vice-président chargé de la recherche de financement, Ahmed Ould Taleb Mohamed (Mauritanie) 2°vice-président, Yves Rakotomaharo (Madagascar) 3°vice-président chargé du développement dans l'océan indien, Raymond Van Melsen (Belgique) trésorier, Frédéric Kouevi (Togo) secrétaire général, Laurent Freyd (France) directeur technique, Bernard Labadie (Quebec) chargé des relations internationales.
 
Monsieur Larbi Houari a quant a lui quitté l'ancienne équipe pour se consacrer plus spécifiquement au développement des pays africains et a créé la WACA (West African Chess Association). Il a été convenu que l'AIDEF et la WACA seront partenaires et travailleront ensemble pour le développement des échecs dans cette région.
 
La campagne pour l'élection du prochain président de la FIDE s'est également invitée lors de ces colloques. A ce jour, deux candidats se sont déclarés, le président actuel Kirsan Ilyumzhinov et Garry Kasparov. Une délégation de la FIDE composée de Geoffrey Borg, son directeur exécutif, et de Lakhdar Mazouz, président de la zone Afrique, y a pris la parole. Le lendemain, Garry Kasparov a exposé son projet futur pour le monde des échecs et plus particulièrement pour l'Afrique. L'AIDEF observera lors de cette élection une position de neutralité, laissant le libre choix à chacun de ses membres de voter en fonction de ses intérêts personnels.
 
Les colloques de Marrakech ont non seulement permis aux membres de l'AIDEF de dresser la liste des priorités, des objectifs et les moyens pour y parvenir, d'élargir l'équipe des dirigeants et de prendre d'importantes décisions mais ont également contribué à établir de nouvelles relations humaines, créer et entretenir des liens d'amitié avec des hommes et des femmes de race, de religion, de couleur, d'horizons différents afin de permettre aux valeurs sportives, artistiques, intellectuelles et morales que véhiculent les échecs de se répandre à travers nous et ainsi apporter notre petite contribution pour un monde de paix et de tolérance.
 
Par rapport à la FIDE, qui devient de plus en plus anglophone et russophone, l'AIDEF entend défendre l'utilisation de la langue française. Actuellement, en plus des 220 millions de francophones dans le monde, 116 millions l'apprennent ! C'est la deuxième langue enseignée après l'anglais. La moitié de ces francophones se trouvent en Afrique, un pourcentage qui devrait passer à 85% en 2050 pour 715 millions de francophones envisagés. La francophonie est en progrès constant. Lors du Tournoi des Petits Etats de Monaco, les discussions que j'ai pu avoir avec Geoffrey Borg ont abouti à un engagement à traduire en Français les principaux manuels officiels destinés aux arbitres, entraîneurs et organisateurs. Ils ne sont actuellement disponibles qu'en Anglais sur le site de la FIDE."
 
Aujourd'hui, suite à l'adhésion récente de la Fédération Genevoise d'échecs représentée par son dynamique président Gilles Miralles, l'AIDEF compte 30 membres et est repartie sur de bonnes bases.
 
Toutes les actions entreprises depuis mon élection ont représenté une somme de travail considérable, mais mon équipe actuelle s'y consacre avec un véritable dévouement car telle est sa passion sans matérialisme primaire et sans cupidité.
 
Au revoir 2013, bonjour 2014 ! Que cette année soit placée sous le signe de la réussite et de la joie pour tous les joueurs d’échecs francophones du monde entier, sans oublier une excellente santé et beaucoup de réussite échiquéenne !
 
Patrick VAN HOOLANDT, Président de l'AIDEF
Site officiel : http://aidef.ffechecs.org

Publié le 27/01/2014 - 14:06 , Mis à jour le 28/01/2014 - 13:26
Les réactions (1)
Tous nos membres ayant un abonnement en cours de validité (hors période d'essai) peuvent commenter les articles. Abonnez-vous!
ZORGLUB94 - 27/01/2014 21:32
Ce serait bien aussi d'aider Europe-Echecs a commenter en direct et en français les grands tournois internationaux