La chronique de Georges Bertola du 03 janvier 2007
Alekseev - Vitiugov, Moscou 2006 ; Georgiev - Ivanchuk, Carlos Torre Memorial 2006 ; Perez - Milov, Merida 2006 ; Lehmann M. - Zozulia, Zürich 2006 ; Jenni - Klauser, Zürich 2006 et Kasparov - Andersson, Tilburg 1981.

ECHECS EN SUISSE :
La chronique de Georges Bertola du 03 janvier 2007

www.tribune.ch

ALEKSEEV CHAMPION DE RUSSIE
Le jeune Evgueny Alekseev, 21 ans, remporte la super finale du championnat russe, aux départages, face à la révélation du tournoi, Jakovenko, 23 ans.
Il devance Inarkiev (encore un talent révélé par Dvorestsky, vous trouverez sa dernière chronique sur http://www.chesscafe.com) et le grand favori multiple champion de Russie, Peter Svidler.
Il faut noter que plusieurs grosses pointures des échecs russes étaient absentes de cette épreuve, notamment le champion du monde Kramnik, Morozevich et Grischuk.
Alekseev n'est pas tout à fait un inconnu puisque qu'il y a deux ou trois ans, il était l'un des rares juniors à remporter l'Open International de Genève. Il se fit également remarquer lors de son passage au Youngmasters à Lausanne en s'imposant face au prodige norvégien Carlsen et en 2006 à Bienne il était l'un des vainqueurs de l'Open.
Son style rappelle Karpov, un virtuose dans le traitement positionnel capable de convertir en victoire des avantages microscopiques.
Il est dans la lignée des grands stratèges où la tactique ne peut s'exprimer que lorsque il y a déjà un important déséquilibre ou plus souvent lorsque elle n'est que la conséquence directe d'une gaffe.
Voici une partie que l'on pourrait attribuer au champion suédois Ulf Andersson dans ses meilleures années.
A Bienne, il y a plus de 20 ans, je me souviens de cette remarque de Polougaevsky qui venait de perdre contre Ulf: « Jouer contre lui est épuisant, il se limite à vouloir contrôler toutes les cases de l'échiquier, sans vraiment manifester son intention de jouer pour le gain. Toutefois, il peut exercer cette pression pendant des heures. »

ALEKSEEV (RUS 2639) - VITUIGOV (RUS 2596)
Semi Slave D43, Moscou 2006

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cf3 d5 4.Cc3 c6 5.Fg5 h6 6.Fxf6 Dxf6 7.e3 Cd7 8.Fd3 dxc4 9.Fxc4

La variante de Moscou, pour la paire de fous les blancs obtiennent de l'espace et l'initiative.

9...g6

Installer le fou de cases noires sur la grande diagonale est considéré comme le plus prometteur par Pedersen dans son livre «The Botvinnik Semi-Slav» (Gambit 2000)

10.e4 De7 11.0-0 Fg7 12.e5 0-0 13.Te1 Td8

Remettre en question la solidité du centre blanc, et notamment le pion arriéré «d4», passe par un plan basé sur la poussée «c5» qui est sans doute la suite critique.

14.Fd3 b6 15.De2 Tb8 16.Tad1 Fb7 17.Fe4

Avec l'idée d'échanger le fou de cases blanches, l'une des pièces adverses qui peut devenir des plus dangereuses.

17...Cf8?

Trop passif, selon le GM Sakaev le cavalier devait participer au contre-jeu sur l'aile dame. Il recommande 17...b5!?

18.h4!

Cette poussé, qui vise à fragiliser le roque, assure une légère initiative aux blancs.

18...Td7 19.Td2 c5

Jusqu'ici les noirs s'étaient contentés de jouer sur les 3 premières traverses. Ce coup est l'achèvement de la réalisation du plan noir pour trouver la voie de l'égalisation et il initie aussi une volonté de se dégager en forçant quelques échanges.

20.dxc5 Dxc5 21.Fxb7 Tbxb7 22.Ce4 Txd2 23.Dxd2 De7 24.g4!



Les blancs, malgré les simplifications, exercent toujours une nette domination positionnelle. Alekseev menace notamment de fixer l'aile roi avec la poussée «g5» ce qui mettra les pièces mineures adverses en grosses difficultés. En effet, ces dernières vont se retrouver dans une situation très embarrassante car dans l'impossibilité de devenir actives.

24...f5?!

A double tranchant car les pions de l'aile roi vont se retrouver affaiblis et c'est donc encore une petite concession à l'avantage du futur champion russe.

25.exf6 Fxf6 26.Cxf6 Dxf6 27.Rg2 Rh7 28.Ce5



Ce cavalier exerce maintenant une position dominante alors que celui des noirs reste totalement passif. C'est sur ce cumul de micro-avantages que le jeune champion construit sa victoire auquel il faut encore ajouter l'espace et une meilleure mobilité des pièces en général.

28...Dxh4 29.Th1 Df6 30.Dxh6 Rg8 31.De3 Th7 32.Tc1 Dh4 33.Rf3!?

Avec l'intention de sécuriser le roi sur «e2» et les pièces blanches, mieux centralisées, dégagent une plus grande activité.

33...Dd8 34.Re2 Tc7 35.Txc7 Dxc7 36.Dc3!



Une invitation pour entrer dans une finale à l'avantage blanc, une variante 36...Dxc3 37.bxc3 g5 (37...Rg7? 38.g5! Ch7 39.f4 Cf8 40.Rd3 +-) 38.Re3 Rg7 39.Rd4 et si 39...Cg6? 40.Cxg6 Rxg6 41.Re5 +-

36...Db7 37.Re3 De7 38.b4!

Ici Sakaev commente: « Les blancs gagnent de l'espace et fixent la structure sur l'aile dame, la partie est stratégiquement gagnée. »

38...g5 39.b5 Rh7?

Probablement une imprécision. A considérer 39...Cd7!? avec l'idée d'activer le cavalier car si 40.Cc6 Dd6 41.Cxa7 Df4 etc.

40.a4 Rg8

Les noirs sont en «zeitnot», si 40...Cd7? 41.Dd3 +-

41.Cc6 Df7 42.De5

Les blancs n'ont jamais desserré leur étreinte; espace, activité et mobilité des pièces permettent de gagner du matériel si 42...Ch7 43.Cd4 +-

42...Cg6 43.Dxg5 Rh7 44.Ce5 Cxe5 45.Dxe5 De7 46.Rf4 Df8 47.Rg3 De7 48.De4 Rg7 49.f4 Dd7 50.Rh4 Dd8 51.g5 Dd7 52.De5 Rg8 53.g6

Les noirs ne peuvent à la fois empêcher le mat et défendre le pion «e6» après 53...Dd8 54.Rh5 Dd1 55.Rh6 Dh1 56.Rg5 etc.

1-0

Un véritable exercice de style de la part d'Alekseev où l'illustration du raffinement de la torture positionnelle.

IVANCHUK REMPORTE LE MEMORIAL TORRE
Pour la deuxième année consécutive le GM ukrainien, Vassily Ivanchuk, remporte ce très fort tournoi de Merida au Mexique en battant en finale dans les rapides l'ex-champion du monde junior Lazzaro Bruzon, par ailleurs vainqueur de la 3ème édition du Youngmasters Lausanne.

Ivanchuk restera pour moi l'une des énigmes les plus intéressantes des échecs de la 2ème moitié du 20ème siècle. Rapidement présenté par Kasparov comme son dauphin et digne successeur, il n'a jamais réussi à être un candidat sérieux en mesure de décrocher le titre mondial même s'il faillit quelques années plus tôt le toucher du doigt dans son match contre Ponomariov.
Cela me fait penser à cette altercation que le compositeur Anton Bruckner eut au XIXème siècle avec un critique qui le présentait comme «mi dieu, mi fou» et qui reçut cette réponse cinglante:
« Il m'arrive ce qui est arrivé à Beethoven, lui non plus n'était pas compris des imbéciles. »
J'extrais de l'excellent recueil de parties «The World's Greatest Chess Games» (Robinson 1998) signés Burgess, Nunn et Emms:
« Ivanchuk est un des plus talentueux joueurs des échecs modernes. Sa connaissance encyclopédique des ouvertures est légendaire et sa rapidité de réflexion est également remarquable. S'il était capable d'utiliser son talent au maximum il serait certainement un candidat à la place de numéro un mondial mais il est un joueur extrêmement émotif qui encaisse très mal ses défaites, avec une tendance à précipiter des décisions critiques lorsqu'il est sous pression et quelquefois il manque de motivation. Toutefois, il a confortablement maintenu sa position dans le top mondial depuis 1990. »

GEORGIEV (MKD 2532) - IVANCHUK (UKR 2741)
Pion Dame A46, Carlos Torre Memorial 2006

1.d4 e6 2.Cf3 c5 3.c3 Cf6 4.Ff4 Fe7 5.Cbd2

Peut-être une imprécision, 5.e3 b6 6.h3 Fb7 7.Fd3 0-0 8.Cbd2 est la marche à suivre pour réaliser le développement naturel du système de Londres.

5...cxd4

Logique puisque le cavalier sur «d2» ne dispose plus de l'option «Cc3».

6.cxd4 Cc6 7.e3 Ch5

Permet en tous temps de gagner la petite qualité soit la paire de fous.

8.Fg3 b6

Rien ne presse, tant que les blancs n'ont pas roqué il n'y a aucune raison d'ouvrir la colonne «h».

9.a3

Certainement afin d'assurer la case «d3» pour le fou de cases blanches, si c'est le cas on peut en déduire que les blancs n'ont rien obtenu dans l'ouverture.

9...Fb7 10.Fd3 0-0 11.Ce5 g6!

Les noirs questionnent ainsi les blancs pour connaître l'adresse du roi.

12.Cxc6 dxc6 13.Fe4?!

Avec le souci d'empêcher le fou de cases blanches (comme dans la partie précédente) d'obtenir une position dominante après la poussée «c5». Intéressant devait être 13.Df3!? et si 13.Cxg3 hxg3 14.e5 g4! 15.exd4 Dh3 +=



13...f5!

Les noirs s'emparent d'une dangereuse initiative.

14.Ff3 f4 15.Fxh5?!

Amène des complications hasardeuses au prix d'un sacrifice de pièce mais la solution positionnelle 15.exf4 Dxd4 16.De2 Cxf4 17.Fxf4 Dxf4 18.Dxe6 Rh8 =+ restait confortable pour les noirs. Indiscutablement les noirs ont remporté la bataille de l'ouverture.

15...fxg3 16.hxg3

Si 16.Ff3 gxf2 17.Rxf2 c5 et c'est le roi blanc qui se retrouvait sous le feu de l'attaque.

16...gxh5 17.Dxh5 Tf7

Le roi noir dispose de suffisamment de défenseurs pour assurer sa sécurité.

18.Dg4 Rh8 19.Cf3 Dg8 20.Dxe6 Te8

Les blancs ont obtenu une compensation matérielle avec 3 pions pour la pièce mais l'activité déployée par les pièces lourdes avec la menace directe 21...Fb4 assure une dangereuse initiative noire.



21.0-0-0?

Du côté de la mort, 21.Dc4 c5 22.dxc5 Fc5 23.Dc3 permettait de naviguer en eau trouble après l'échange des dames (23...Tg7? 24.Cg5!)

21...Fxa3! 22.Da2 Fd6 23.Dxa7?

L'ouverture des lignes sur l'aile dame ne peut se faire qu'au détriment du roi blanc car les tours noires peuvent en profiter.

23...Tc7 24.Db6?! Dc4+ 25.Rb1 Ta8 25.d5??

Croyant sans doute parer la menace 25...Ta6!

25...De4

Et le roi blanc ne peut se soustraire à l'attaque après 26.Rc1 cxd5 27.Rd2 Fb4 28.Re2 Fa6 etc.

0-1

Le Suisse Vadim Milov, éliminé rapidement par Elvehst, réussissait toutefois à remporter l'Open.
Voici une partie qui caractérise son style dans une variante peu explorée de la Sicilienne. Un système rampant quelque peu provocant sur le plan du développement mais loin d'être réfuté. Un milieu de partie aux chances plus ou moins égales mais riches en possibilités et complications. Un dénouement un peu chanceux mais les bons joueurs ont souvent de la chance aimait à préciser le grand Tarrasch!

PEREZ (CUB 2385) - MILOV (SUI 2657)
Sicilienne B54, Merida 2006

1.e4 c5 2.Cf3 e6 3.Cc3 a6 4.d4 cxd4 5.Cxd4 d6 6.Fe3 b5!? 7.Dd2?!

Afficher clairement son intention de roquer du grand côté ne peut que conforter le choix de l'adversaire qui est prêt à entamer une attaque de minorité via la colonne «c».

7...Fb7 8.f3 Ce7!?

Un développement rampant qui permet de ramener ce cavalier sur l'aile dame car sur la case naturelle «f6» le cavalier était exposé à la contre-attaque via la poussée «g2-g4-g5».

9.0-0-0 Cec6



Certainement une position intéressante pour les noirs car malgré le retard de développement et la pression exercée sur «d6», la contre-attaque noire arrive très rapidement sur l'aile dame.

10.Df2!?

Probablement joué avec l'idée si 10...Fe7 11.Dg3 0-0 12.h4!? etc.

10...Cd7!? 11.Rb1 Tc8 12.Cxc6 Fxc6 13.h4 Dc7

La pression exercée via la colonne «c» est une réalité alors que les blancs n'ont encore rien de concret sur l'aile roi.

14.Fd3

Cela ressemble à une imprécision, à considérer 14.a3!? Fe7 15.Dg3 avec pression sur l'aile roi et «d6».

14...Fe7 15.Ce2

Initie une manœuvre visant à recentrer le cavalier dont l'objectif est loin d'être apparent dans cette position difficile à évaluer.

15...Cc5 16.Cd4 Fb7 17.Fg5

Revenant, sans trop convaincre, sur le problème posé par la défense du pion «d6», le fil conducteur de la prochaine séquence.

17...0-0 18.The1 Tfe8 19.Fxe7 Dxe7 20.g4 g6 21.Ff1 e5!

Une réaction très instructive qui permet de gagner un tempo pour recycler le cavalier sur «f4» avec l'objectif d'appuyer la poussée libératrice «d6-d5» réduisant à néant le plan adverse.

22.Cb3 Ce6 23.Td2 Ted8 24.Ted1 Cf4 25.Ca5 Fa8 26.Db6 d5!



Une petite victoire à l'actif des noirs qui, avec la conquête du centre, peuvent s'emparer de l'initiative.

27.Dxa6

La position est explosive comme le montre la variante 27.exd5 Cxd5 si la dame se montre gourmande après 28.Dxa6 Dxh4 29.Dxb5 (29.Fxb5? Cb4!) Cc3!! 30.bxc3 Txd2 31.Txd2 De1 -+

27...Dxh4

Plus percutant était d'abord ouvrir la colonne avec 27...dxe4 et si 28.Td7 Dxh4, le fou «a8» retrouvait ainsi une dangereuse activité.

28.Cb3

Probablement joué sous la pression du temps, la situation est loin d'être claire et il fallait certainement considérer l'actif 28.Cb7!?

28...Dg3 29.Fxb5 Dxf3 30.exd5 Cxd5 31.a4 Tf8 32.Fd7?



Finalement la partie se décide tactiquement.

32...Txc2!

Devant les menaces 33...Cb4 et 33...Dxd1 la tour reste tabou.

33.Fc6??

Une gaffe qui brade la partie mais 33.Dd3 Ce3! 34.Te1 Fe4 35.Txe3 Fxd3 36.Texd3 Txd2 37.Txf3 Txd7 laissait les noirs avec un net avantage matériel.

33...Txc6 0-1


ZURICH 2006

Voici une partie instructive opposant l'un des juniors suisses des plus prometteurs, Marco Lehmann, 15 ans, face à une féminine «Grand Maître».

LEHMANN M. (SUI 2219) - ZOZULIA (UKR 2363)
Défense moderne B06, Zürich 2006

1.e4 g6 2.d4 Fg7 3.Cc3 a6 4.f4 d6 5.Fe3 Cd7 6.Cf3 e6 7.a4

Insérer ce coup prophylactique n'est peut-être pas nécessaire. Plus efficace semble 7.Fd3 b5 8.De2 Fb7 9.0-0 si 9...Ce7 10.f5! ou 9...Cgf6 10.e5 avec initiative blanche.

7...b6 8.Fd3 Ce7

Un typique développement «Hippopotamus» popularisé par Spasski.

9.0-0 0-0 10.De1

Probablement avec l'idée de jouer sur l'aile roi en lorgnant la case «h4» mais cela semble trop lent.



10...c5!

Amenant une position hybride «Sicilienne», intéressante pour les noirs.

11.Rh1

Encore un tempo pour les noirs même si c'est usuel dans beaucoup de variantes de la Sicilienne pour éviter les surprises tactiques via la diagonale «a7-g1».

11...Fb7 12.Td1 cxd4 13.Fxd4 e5 14.fxe5 Cc6 15.Fe3 Ccxe5

Il ne reste plus rien de l'imposant centre blanc et les pièces mineures noires sont devenues très actives.

16.Fe2 Dc7 17.Dd2

Mettant le doigt sur la principale faiblesse du jeu noir, le pion isolé «d6», mais les blancs doivent aussi compter avec la faiblesse de leur pion «e4», ce qui égalise les chances.

17...Cxf3 18.Txf3!?

A première vue une erreur qui perd un pion mais ce coup provoque des complications maximales.

18...Fxc3 19.bxc3 Fxe4 20.Th3



Pour le pion sacrifié, les blancs ont affaibli les cases noires du roque avec des bonnes chances pratiques d'attaque.

20...Dc6

Intéressant était 20...Te8!? qui visait aussi indirectement «g2», 21.Dxd6 (21.Fd4 f5 22.Dh6 Fxg2!) Dxc3 22.Dxd7 Ff5 23.Dxf5 gxf5 24.Tg3 Rh8 25.Fd4 Dxd4 26.Txd4 Txe2 etc.

21.Ff1 Cc5?!

Facilite la tâche des blancs en permettant de gagner un tempo pour amener la dame sur «h6». Si 21...d5 22.c4! conduisait à des complications pour le moins peu claires.

22.Fxc5 dxc5

22...Dxc5!? avait l'avantage de défendre le pion «g» après 23.Dh6 g5 etc.

23.Dh6 g5 24.Td6 Dxa4 25.Dxg5 Fg6

N'était pas mieux 25...Rh8 26.Tg3! Fg6 27.h4!

26.Tf3!

Certainement un excellent coup qui empêche de se libérer avec la poussée «f6».

26...Dxc2

Verrouiller la case «c4» avec 26...b5!? offrait une résistance plus opiniâtre après 26.h4 f6 27.Tdxf6 Txf6 28.Dxf6 Dg4 etc.

27.h4 f6?

Il n'y avait plus rien à opposer à la poussée «h5» mais ce coup précipite la fin.

28.Tdxf6 Txf6 29.Fc4 Tf7 30.Fxf7 Rg7 31.Df6 Rh6 32.h5 Rxh5?

Conduit au mat, mais 35...Dc1 36.Rh2 Dg5 37.De6 +- ne sauvait pas les noirs.

33.Th3 Rg4 34.Th4 1-0

JENNI (SUI 2521) - KLAUSER (SUI 2388)
Espagnole C91, Zürich 2006

1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fb5 a6 4.Fa4 Cf6 5.0-0 Fe7 6.Te1 b5 7.Bb3 d6 8.c3 0-0 9.d4 Fg4

En économisant le prophylactique 9.h3, les blancs permettent d'accentuer la pression sur le centre.

10.Fe3

L'autre grande variante est 10.d5 mais maintenir la tension à aussi ses partisans puisque le faible 10...Cxe4? ne va pas à cause de 11.Fd5!

10...exd4 11.cxd4 d5 12.e5 Ce4 13.h3 Fh5 14.Cc3 Cxc3 15.bxc3 Dd7

Possible est 11...f5 car après 12.exf6?! Txf6 le clouage est gênant.

16.g4!?

Usuel est ici 16.Fc2 f5 (16...Fg6!? ou 16..Rh8!?) 17.exf6 Fxf6 18.Dd3 qui permet de se débarrasser du clouage et après 18...Fg6 la dernière édition de l'Encyclopédie juge la position égale au vu de la partie Panchenko-I. Sokolov (Palma de Majorque 1989)

16...Fg6 17.Cd2

A double tranchant, les blancs préparent la poussée du pion «f» pour inquiéter le fou de cases blanches.

17...Ca5 18.f4 Cxb3 19.axb3!?



Un renforcement par rapport à Formanek-Kovacs (Reggio Emilia 1977-78) où les blancs avaient repris avec le cavalier. En le maintenant centralisé, Jenni lui destine un avenir plus ambitieux.

19...f5 20.exf6 Fxf6

A considérer 20..Txf6 et si 21.f5 Fxf5!? 22.gxf5 (22.Fg5 Dd6!?) Dxf5 et le roi blanc devenait très exposé si 23.De2 Tg6 24.Rh1 Tf8! avec la menace 25...Fd6 etc.

21.f5 Ff7 22.Cf3 Tfe8 23.Ff4 Te4

Peut-être trop optimiste, 23...Txe1 24.Dxe1 a5 avec l'idée de se créer un pion passé sur la colonne «a» était à considérer.

24.Ce5!!



Vicieux, les blancs invitent l'adversaire à niveler la position avec un sacrifice de pion.

24...Fxe5 25.Txe4! dxe4 26.dxe5 Dxd1 27.Txd1 Fxb3

Avec un pion de plus et un pion «a» passé, la position est apparemment stratégiquement perdue pour les blancs.

28.Td7!

C'est oublier la force d'une tour sur la 7ème traverse qui, avec l'aide des pions centraux et l'installation du fou sur «e5», va être en mesure de créer un réseau de mat malgré le matériel réduit.

28...a5 29.e6 a4 30.Fe5 a3 31.Txg7 Rf8 32.Txh7 Ta5 33.Ff6

La position finale vaut bien un diagramme.



1-0


LES MEILLEURES PARTIES DE GARRY KASPAROV
Volume 1 - Igor Stohl
(Traduit de l'anglais par François-Xavier Priour)
http://www.olibris.fr

C'est le dernier né de la collection Olibris.
L'auteur, le GM slovaque Igor Stohl, « bien connu pour la profondeur et la précision de ses commentaires - ne tombe pas pour autant dans l'hagiographie et soumet les parties à un examen critique sans concession, améliorant à l'occasion les analyses de Kasparov lui-même. »
C'est ce que nous dit notamment la notice au dos de la couverture et voici un petit test pour vérifier.

J'ai choisi la 15ème partie, très connue, en comparant ce que l'auteur apportait par rapport aux nombreuses analyses déjà publiées, s'il en avait dégagé la synthèse et si ses apports personnels étaient importants.

KASPAROV - ANDERSSON
Défense Ouest Indienne, Tilburg 1981

1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cf3 b6 4.a3

Dans une partie antérieure (la 10ème contre Akesson) j'extrais le commentaire de Stohl :
« Ce système porte le nom de Petrossian, le 9ème champion du monde, dont il incarne bien le style prophylactique en empêchant ...Fb4, les blancs veulent s'assurer la mainmise sur le centre par Cc3, suivi éventuellement de d5 et e4. Kasparov se l'est approprié avec succès lors de son premier tournoi international, Banja Luka 1979, et il lui vaudra une longue série d'impressionnantes victoires dans la première moitié des années 80.»

Le GM Timman dans «On the Attack» apporte un complément d'information intéressant: « ...Kasparov lui a apporté beaucoup par son travail pour transformer le système Petrossian en une dangereuse arme d'attaque. La raison pour laquelle ce petit coup de pion peut conduire une attaque dévastatrice et qu'il permet de construire un fort centre en empêchant des coups ennuyeux comme ...Fb4 ».

4...Fb7 5.Cc3 Ce4

« Dans l'ouverture en particulier, un contrôle latent des cases centrales s'avère souvent préférable à une occupation directe. Par conséquent pour empêcher d5 et e4, il est plus efficace de s'appuyer sur 5...d5 ». Stohl

Certainement une vérité sur le plan théorique mais c'est oublier le côté humain, comme le souligne Zinser dans Europe Echecs (no 278) : « La manœuvre du texte est très caractéristique de la défense Ouest indienne, et il est bien dans le style d'Andersson de rechercher de rapides simplifications, mais elle a le désavantage de perdre du temps, ce qui ne laisse pas d'être dangereux face à un joueur au style énergique comme Kasparov.»

Et Kasparov le savait puisqu'il avouait dans « L'épreuve du temps » (Grasset 1985) « Le GM suédois affectionnait cette continuation » et dans Schaakbulletin (no 168) cette révélation encore plus étonnante : « Andersson régulièrement opte pour des continuations qui, en ce qui me concerne, ne sont pas particulièrement prometteuses. »

Il est pourtant certainement excessif de sanctionner ce coup avec un «?» comme le font Smith et Hall dans «Modern Art of Attack».

6.Cxe4 Fxe4 7.Cd2

« La continuation la plus ambitieuse: les blancs recherchent un centre étendu. 7.e3 ou 7.Ff4 ne promettent au mieux qu'un petit plus. » Stohl

Ici Kasparov est trop laconique dans « L'épreuve du temps »:
« La suite la plus tranchante » et il accompagne ce coup d'un «!».
Le commentaire de Mikhael Gurevich dans « Queen's Indian Defence Kasparov System» (Batsford 1991) est assez remarquable:
« Ce coup est considéré comme fondamental. En exploitant le fait que le fou n'est pas protégé, les blancs occupent le centre avec leurs pions. L'illusion d'optique créée par le puissant centre de pions fut au premier abord si impressionnante que les théoriciens considérèrent ce schéma comme la réfutation virtuelle de la variante 5...Ce4. Actuellement, ce n'est pas aussi simple que cela. Premièrement 7.Cd2 retarde quelque peu le développement de l'aile dame et deuxièmement le centre blanc peut devenir l'objet d'une attaque. Dans tous les cas, la pratique des échecs modernes ne donne aucune raison d'être excessivement optimiste. »

7...Fg6?!

« Une nouveauté, mais de qualité discutable. On trouve encore sporadiquement quelques adeptes de ce coup d'Andersson, mais l'abandon délibéré de la grande diagonale ne fait pas bonne impression. 7...Fb7 est plus naturel. Maintenant 8.e4 Df6 (le passif 8...d6 9.Fd3 laisse beaucoup d'espace et un jeu agréable aux blancs) 9.d5 Fc5 10.Cf3 Dg6, le mieux pour les blancs est l'entreprenant 11.b4!? Dxe4 12.Fe2 Fe7 13.0-0 avec une initiative prometteuse pour le matériel sacrifié. Dans la partie, toutefois, ce sera gratuit. » Stohl

La plupart des commentateurs corroborent ce jugement. Timman apporte une précision intéressante : « La pratique a démontré qu'après 7...Fb7 il n'y a pas de voie qui assurent aux blancs un net avantage. Andersson devait être déterminé à sortir son adversaire de sa préparation à tout prix. Ceci était une très dangereuse chose à faire. Maintenant Kasparov est prêt à exploiter la faiblesse de la longue diagonale h1-a8 que le fou vient juste de quitter. »
Curieux toutefois que dans l'Informateur Kasparov ponctue «!?»

8.g3!

« En dépit de quelques succès enregistrés ultérieurement par la suite 8.e4 Cc6 9.d5 Cd4 10.Fd3 il ne semble pas nécessaire de concéder la case d4 au cavalier noir. Le choix de Kasparov est plus solide et très logique ; les blancs font tout de suite main basse sur la diagonale fraîchement désertée. » Stohl

Kasparov ponctue aussi ce coup par «!» et mentionne dans le livre du tournoi que si 8.e4 Cc6!
« Mais surtout pas 8.e4?! Cc6! 9.d5 Cd4 10.Cf3 Cxf3 11.Dxf3 Fc5 et la tâche de défendre leur centre de pions n'est pas simple. » commente Gufeld dans son livre «Garri Kasparov» (Grasset 1984)

8...Cc6

« Toujours dans l'esprit quelque peu extravagant du coup précédent : il est assez inhabituel de placer un cavalier devant le pion «c» dans une partie fermée. Ceci dit après 8...c5 0.d5 suivi de e4, le fou g6 reste passif et les blancs sont clairement mieux. Les tentatives récentes de réhabilitation de cette ligne s'articulent plutôt autour de 8...Fe7, mais l'énergique 9.Fg2 d5 10.e4! favorise les blancs. 10...Cc6? ne fonctionne plus, car après 11.cxd5 le pion d4 est tabou, tandis que 10...c6 11.exd5 cxd5 12.cxd5 exd5 13.Da4 démontre la vulnérabilité de l'aile dame noire en l'absence du fou égaré en «g6». Les noirs sont quasiment forcés de donner un pion pour des compensations fumeuses sur 13...Dd7 14.Dxd7 Cxd7 15.Fxd5. Enfin les prises en «c4» ou «e4» concèdent trop d'espace et de maîtrise du centre. » Stohl

Stohl renforce par rapport à la recommandation de Kasparov dans « L'épreuve du temps » 8...c6 9.Fg2 d5 10.0-0 Fe7 11.e4 où il n'accordait aux blancs que des chances à peine meilleures. Lalic poursuit avec 11...0-0 12.b3 += dans « The Queen's Indian Defence » (Cadogan 1996) mais ce n'est que l'analyse de Kasparov dans l'Informateur 32/590

9.e3 a6?!

« 9...e5 10.d5 Cb8 11.h4! h5 12.e4 a5 13.b3 Ca6 14.Fh3 Cc5 15.Dc2 Fe7 16.Fb2 d6 17.0-0 Ff6 18.Tab1 Cd7 19.b4 et les blancs ont clairement l'avantage, Psakhis-Gurgenidze, Ch.URSS (Riga) 1985. Le coup du texte a pour idée de préparer ...d5 sans craindre de clouage sur la diagonale a4-e8 (9...d5? perd sur le champ ; 10.Da4 Dd7 11.cxd5 Dxd5 12.Tg1). Il est malheureusement trop passif. 9...a5 10.b3 Fe7 est un peu meilleur, même si 11.Fb2 ou 11.h4!? restent satisfaisants pour les blancs. » Stohl

A nouveau un commentaire étoffé par rapport à celui de Kasparov dans « L'épreuve du temps » :
« Les noirs veulent encore disputer le centre, au lieu de songer à développer leurs figures sur l'aile roi. »

Repris par Youdovictch sur un ton sentencieux dans son livre « Garry Kasparov » (Ed. Radouga 1988): « Un mépris plein d'insouciance des lois classiques des échecs. Il fallait développer les pièces de l'aile roi. »

L'inconvénient de donner trop de variantes et qu'elles sont souvent sujettes à caution. Deux exemples :
a) Gurevich recommande de sacrifier un pion dans la partie Psakhis-Gurgenidze en jouant 16...0-0 et si 17.Fxe5 Te8 qui établit la fondation du contre-jeu au centre.
b) Dans l'un des derniers ouvrages sur l'Ouest Indienne, signés Jouni Yrjöla et Jussi Tella « The Queen's Indian » (Gambit 2003), je retiens la nouvelle approche 9...a5 10.b3 e5 11.d5 Cb8 12.h4 h6 13.Fb2 Fd6 14.e4 0-0 15.g4 (15.Fh3+= est plus sûr. Les pièces blanches semblent mieux) 15...Ca6 16.Df3 De7 17.Fe2 c6 18.Cf1 Fc5 19.Fd3 Fd4 et maintenant les noirs ont de bonnes contre chances. Rustemov-Chernyshov (Elista 2001)

10.b4!

« Kasparov l'Energique est fidèle à lui-même. 10.b3 d5 11.Fb2 Fe7 12.Tc1 Dd7 suffit pour être mieux, mais le coup du texte est plus ambitieux. » Stohl



« Jouable était aussi 10.b3, mais je décidai de provoquer des actions plus énergiques de la part des noirs.» Kasparov
Ce qui devient chez Franco Pezzi et Massimo Diversi « 101 meraviglie scacchistiche 1967-1993 » (Prisma 1995) « ...Kasparov voulait inviter le toujours compassé Ulf à prendre des risques stratégiques excessifs, jusqu'à dépasser le point de non retour. »

10...b5

« Le 10ème coup blanc est certes une prise d'espace, mais il a aussi des visées très concrètes. Si les noirs se contentent de calquer la note précédente par 10...d5 11.Fb2 Fe7 12.Tc1 Dd7 alors ils vont devoir se résigner à de nouvelles concessions positionnelles après 13.Fg2 avec la menace Db3. » Stohl

Ici Stohl ne fait que reprendre l'analyse de Kasparov dans l'Informateur qui poursuivait avec 13...0-0 14.cxd5 exd5 15.Db3 avec avantage blanc.
Timman commente :
« Une autre réaction de principe. Mais c'est aussi le signal pour les blancs de poursuivre l'offensive. Les noirs essayaient de geler la situation au centre mais les blancs ont une réponse sur mesure. »

En ce qui me concerne, je ne comprends pas pourquoi les noirs ne pouvaient continuer à jouer style hérisson sur les trois premières rangées avec 10...Fe7 car, à part l'espace, il n'y a qu'une pièce en jeu pour les blancs.

11.cxb5

« 11.Fb2 est fort également. Les menaces cxb5 et d5 forcent plus ou moins 11...bxc4 12.Fxc4 d5 13.Fe2 avec un avantage positionnel durable pour les blancs.» Stohl

11...axb5 12.Fb2

« Faible serait 12.Fxb5? Cxb4 » Stohl

12...Ca7

« Maintenant si les noirs parviennent à jouer ...d5 et terminer le développement de l'aile roi, ils seront à peu près OK. L'avantage blanc est dynamique et non pas durable. Il faut agir vite. » Stohl

« Ulf appréciait en ce moment sa position avec optimisme. Il est vrai qu'après d7-d5 les noirs n'ont plus rien à craindre. Cependant ils n'auront plus de répit jusqu'à la fin de la partie. » Kasparov

« Les noirs mettent tous leurs espoirs dans la manœuvre de consolidation d7-d5, c6, Cc8-b6-c4 qui se révélerait efficace après un coup stéréotypé comme 13.Fg2?! mais le talent et probablement même le génie de Kasparov réside dans une superbe imagination stratégique. » Zinser

Le GM Lalic approuve :
« Si 13.Fg2 les noirs disposent du simple plan 13...c6 suivi par ...Cc8-b6-c4 »

13.h4!

« Le jeu sur tout l'échiquier! Ayant obtenu de l'espace à l'aile dame, Kasparov resserre l'adversaire aussi dans l'autre secteur avant d'ouvrir le centre. » remarque avec pertinence Gufeld.

13...h6?

« Ce n'était pas facile à prévoir à ce moment-là, mais il se trouve que ce coup apparemment solide est en fait une erreur sérieuse, voire décisive. Les noirs devaient risquer 13...h5!? Il est vrai que le pion est exposé sur case blanche, mais la position après 14.Fe2 d5 reste fermée, ce qui rend ce facteur difficile à exploiter. Par conséquent, Kasparov aurait probablement continué comme dans la partie; 14.d5!? exd5 15.Fg2 c6 16.0-0 f6 17.Tfe1 (17.e4 dxe4 18.Cxe4 d5 est moins convaincant) 17...Fe7. L'importante case g4 est désormais inaccessible à la dame blanche, et même si la pression et l'initiative ne se démentent pas après 18.e4 dxe4 19.Cxe4 0-0 20.Cc5!, les noirs ont encore les moyens de lutter. La réalité sera moins reluisante. » Stohl

Commentaire très instructif alors que Kasparov se limite à :
« Avec 13...h5, les noirs obtenaient plus de chances de se défendre. »

Timman est en désaccord sans argumenter :
« L'autre possibilité 13...h5 aurait même affaiblit davantage la position. »

14.d5!

« Peut-être Andersson n'avait-il envisagé que 14.e4?! d5! Le sacrifice de pion ouvre la grande diagonale et les noirs ne connaîtront plus de répit. » Stohl

Jesper Hall est plus pédagogique dans « Comment s'entraîner aux échecs » (Olibris 2006):
« Kasparov ouvre la position pour son fou, compliquant par la même la mise en sécurité du roi adverse. Les blancs sont maintenant en avance de développement, ils ont un plan naturel à base de Fg2, 0-0, Te1 et e4 suivi d'une attaque contre le roi. Tout ça pour un malheureux pion. »

Youdovitch à nouveau moralise :
« Voilà ce que coûte la rupture non justifiée de l'équilibre. Les blancs obtiennent une possibilité d'attaque redoutable. »

Alors que Zinser apprécie tout en finesse :
« A nouveau un coup de pion sous forme d'un superbe sacrifice positionnel; la diagonale du Fb2 est ouverte et le développement de l'aile roi est compliqué. »

Silman dans « Chess annual 1981/2 » s'enflamme avec «!!» mais jusqu'ici ses commentaires étaient un peu à côté de la plaque.

14...exd5 15.Fg2 c6

Ici silence radio mais je suis surpris de constater que mon vieil ordinateur qui tourne sur Rybca 2.1 insiste pour jouer 15...Cc8!? et si 16.Fxd5 c6 ou 16.0-0 Cb6 etc. Ils ne sont donc plus si matérialistes. De plus, la position d'Andersson était-elle vraiment comme le Titanic, a peine effleurée par la profondeur de l'iceberg Kasparov et déjà sur le point de couler ?

16.0-0



« Et soudain non seulement les blancs sont nettement mieux développés. Mais ils sont sur le point d'ouvrir la position en poussant e4. » Stohl

Kasparov est plus volubile:
« Voici la position à laquelle aspiraient les blancs. Le développement des figures noires est différé, et la menace d'une ouverture du jeu par e3-e4 est pratiquement imparable (l'antidote 16...f5 a le désavantage de créer des faiblesses irréparables dans le camp noir). Andersson essaie d'effectuer un roque artificiel, ce qui entraîne un affaiblissement catastrophique des cases blanches. »

16...f6

« Les noirs espèrent au moins déployer leur fou f8. 16...f5 était le seul moyen d'empêcher la percée centrale sus mentionnée, mais alors les cases noires ressemblent à un de gruyère. (Un Suisse ne se laisse pas abuser s'il s'agit de parler de trous, Emmenthal est correct) Après 17.Cf3 De7 (17...d6 18.Cd4 Dd7 19.a4! est similaire) 18.Ce5 De6 19.a4!, les blancs ravagent l'aile dame pendant que les troupes adverses du flanc opposé restent consignées à la caserne. » Stohl

C'est à nouveau la proposition de Kasparov dans l'Informateur.

17.Te1!?

« Kasparov est patient. 17.e4 dxe4 18.Fxe4 autorise 18...Ff7, évitant l'échange de l'important fou de cases blanches. Même si l'attaque blanche reste dangereuse après 19.Te1 Fe7 20.Dg4 0-0 21.Df5 g6 22.Df4, les noirs ont au moins réussi à roquer. » Stohl

C'est l'expression d'un commentaire plus laconique de Kasparov:
« Un immédiat 17.e4 eût été moins bon à cause de 17...dxe4 18.Fxe4 Ff7!.»

17...Fe7

« 17...Ff7 18.e4 dxe4? 19.Cxe4 perd maintenant sans délai, mais au vu de la partie, 17...Rf7!? semble plus opiniâtre. » Stohl

18.Dg4

« A ce moment-là Andersson regrette sans aucun doute 13...h6?. La séquence suivante est forcée. » Stohl

Plus lyrique Zinser commente:
« Les blancs jouent avec une formidable énergie, et il est rare de voir Andersson, grand spécialiste de la défense de Caïssa, bousculé de cette façon. »

18...Rf7 19.h5 Fh7 20.e4 dxe4 21.Fxe4 Fxe4 22.Cxe4 Cc8

« Les noirs aimeraient roquer à la main, mais ils perdent immédiatement à la fois sur 22...Tf8 23.Tad1 d5 24.Cxf6! et sur 22...Te8 23.Dg6 Rf8 24.g4! suivi de Cg3-f5 ou g5. Par ailleurs, 22...d5 23.Cc5! Fxc5 24.De6 Rf8 25.bxc5 ne vaut pas mieux : les noirs n'arrivent pas à se dépêtrer, la tour a1 a tout le temps de s'inviter à l'aile roi. » Stohl

Même si ses commentaires sont inspirés par Kasparov, Stohl est lumineux par rapport à Youdovitch:
« La loi stratégique de coordination des pièces est violée par les noirs et ils signent leur arrêt de mort. Le cavalier a7 prend un grand retard à s'acheminer à pied d'œuvre. »

23.Tad1 Ta7



« Les noirs parviennent tant bien que mal à colmater les trous de leur position, mais une combinaison bien simple permet aux blancs de faire sauter les ouvrages défensifs adverses. » Kasparov

Vous ne voyez pas un petit coup de pouce avec le commentaire de Youdovitch :
« Le coup tactique pour punir les erreurs ».

Un petit coup de chapeau à Sylvain Zinser qui dans Europe Echecs voyait clair par rapport à des sommités dont je tairai les noms.

Vous trouverez la solution dans le livre de Stohl qui, à mon avis, vaut largement le détour ; un bon dosage entre commentaires verbaux et analyses, un travail très sérieux et d'une qualité largement au dessus de la moyenne. Il a l'avantage d'être plus didactique que celui de Kasparov et plus profond que Timman dans «On the Attack» mais sans doute d'une lecture plus facile. Stohl par contre ne tombe pas dans les travers délirants de Tibor Karolyi et Nick Aplin de «Kasparov's Fighting Chess» où l'on peut trouver à plusieurs reprises plus d'une page d'analyses sur des coups qui n'ont même pas été joués.
Une réelle plus-value pour le joueur de club.
http://www.olobris.fr

ANNONCES DE TOURNOI ET RESULTATS

PELLETIER REMPORTE L'OPEN DE ZURICH
Classement final après 7 rondes:
1. Pelletier g (SUI 2588) 6 points. 2-4. Jenni g (SUI 2442), Kveinys g (LTU 2540), Zude m (GER 2410) et Malakhatko (UKR 2617) tous 5,5 points. 6-15.Warakomski f (POL 2446), Miralles g (FRA 2502), Andersson (SWE 2542), Fleck m (GER 2429), Pikula g (SRB 2542), Nemet g (SUI 2367), Milliet gf (FRA 2394), Milov L. m (GER 2505), Galdunts g (ARM 2502) tous 5 points.
116 participants.
Le tournoi général :
1.Joller (SUI 2000) 7 points. 2-6. Künzli (SUI 1964), Mäder (SUI 1983), Peter (SUI 1913), Sëring (GER 1951) et Canduzzi (SUI 1880) tous 6 points. 228 participants.
http://www.weihnachtsopen.ch

OPEN DE ZURICH
Blitz du 26 12 2006
Pikula (SCG 2515) 9 points. 2-4. Cvitan (CRO 2479), Kelecevic (BIH 2357), Moor R. (SUI 2371) tous 8,5 points. 5.Warakomski (POL 2446) 8 points. 6-9. Malakhatko (UKR 2617), Vulevic (SUI 2341), Vucenovic (SUI 2286), Gloor (SUI 2063) tous 7,5 points. 10. Nemet (Sui 2349) 7 points. 82 participants.

Blitz du 28 12 2006
1.Warakomski (POL 2446) 10 points. 2.Malakhato (UKR 2617) 9 points. 3-7. Golstern (SUI 2381), Likavsky (SLO 2480), Ginsburg (GER 2506), Vulevic (SUI 2341) tous 8 points. 8-10. Milov (GER 2505), Hindermann (SUI 2270) Zozulia (UKR 2363) tous 7,5 points. 92 participants.

OPEN DE BERNE
Classement après 7 rondes :
1.Varga g (HUN 2508) 5,5 points. 2-6. Vajda g (ROM 2534), Rausis g (BAN 2520), Cebalo g (CRO 2489), Gonda m (HUN 2495), Jaracz g (POL 2476) tous 5 points. 7-10. Perdy m (HUN 2311), Djuric g (SCG 2468), Ivkov g (SCG 2456), Kümin m (SUI 2393) tous 4,5 points. 87 participants.
http://www.beochess.ch

OPEN DE BERNE
Blitz 9 rondes:
1. Rausis (BAN 2520) 8 points. 2-3. Vajda (ROM 2534) et Jaracz (POL 2476) 7 points. 4. Gonda (HUN 2495) 6,5 points. 5. Fejzullahu (SCG 2305) 6 points. 32 participants.

61ème OPEN DE L'ECHIQUIER ROMAND
Classement après 7 rondes: 1-3. Ruiz (2022), Jagstaidt (2021) et Kupalov (2031) tous 5,5 points. 4-5.Sudan (2048) et Meyer (1917) 5 points. 6-10. Lopez (2006), Bahi (1848), Conus (1849), Michaud (2106) et Surchat (f1887) tous 4,5 points. etc. 32 participants
UN SALUT AMICAL A NOS VOISINS

19-25 février 2007 : 5e festival de Meurthe et Moselle à Nancy (des tournois fermés de 10 joueurs pour tous les Elo, 9 rondes 2h+30 sec, 110 joueurs et 11 groupes en 2006).
Renseignements : http://philippechess.free.fr/Festival2007/F07.html
MI Christophe PHILIPPE

GENEVE TOURNOI FINAL DES U12 ET U14
La finale annuelle, réunissant 12 participants par catégorie, a été organisée à Genève du 10 au 12 novembre 2006.
En U12, le tournoi fut très serré et la logique Elo relativement bien respectée avec la victoire du favori, le joueur de Winterthur Gabriel Gähwiler, qui s'impose au départage devant Lars Rindlisbacher et Patrick Grandadam, tous deux âgés de 10 ans seulement.
En U14, grosse surprise puisque les deux grands favoris, Kambez Nuri et Sebastian Muheim, terminent hors du podium. Le titre est remporté par Jonathan Rosenthal devant Jonathan Tordeur et Nicolas Grandadam. (Pierre Meylan)
http://www.lechessblog.com/article-4498191.html

GENEVE INTERSCOLAIRE 2006-12-06
Le 12 novembre l'Ecole de Dardagny a remporté :

  le trophée de la Fédération Genevoise d'Echecs à l'école genevoise dont les 3 joueurs les mieux classés totalisent le meilleur score du championnat et,

  le trophée du Service des loisirs de la jeunesse à l'école genevoise réunissant le pourcentage de participants le plus élevé.
En marge des tournois, un débat intéressant sur l'enseignement des échecs à Genève a été animé par le Grand Maître Gilles Miralles.
253 jeunes joueurs ont participé à cette compétition.
http://www.lechessblog.com/article-4510336.html

OPEN DU JURA
Joué du 17 au 19 novembre classement final après 5 rondes :
1-2.Hamdouchi g (MAR 2582) et Lalic g (CRO 2491) 4,5 points. 3-9. Maze m (FRA 2510), Wenger (SUI 1841), Peric m SCG 2297), Cross (FRA 2064), El Mais (DSSUI 1919), Roelli (SUI 2075), Montavon (SUI 2118) tous 4 points. 10.Schaeffer (FRA 2065) 3,5 points etc. 94 participants
http://www.juraopen.org

OPEN DE LA GRUYERE
Joué du 24 au 26 novembre classement final après 5 rondes :
1-3. Avni Ermeni (2286), Lindo Duratti (2221) et Jacques Kolly (2269) tous 4.5 points ; 4-9. Jaspaul Bagri (2196), Tomohiko Matsuo (2236), Jean-Jacques Dousse (2124), Tobie Gobet (2007), Stéphane Gendre (2136), Olivier Chervet (2017) tous 4 points ; 10. David Burnier (2293) 3,5 points etc. 72 participants.

GENEVE ACTIV CHESS
Joué le 3 décembre, Richard Gerber m (2365) remporte le tournoi avec 6 points et devance Landenbergue m (2446), Stojanov (2319), Lamoureux m (2370) tous 5,5 points. Le premier junior, Aleksander Rusev, est 11ème avec 4,5 points et Numa Bertola 1er cadet, 14ème avec 4 points.
44 participants.
http://www.lechessblog.com/article-4788062.html

BALE FESTIVAL D'ECHECS HILTON
Du 1 au 7 janvier, nombreux tournois.
http://www.beochess.ch

WIL CHAMPIONNAT SUISSE U10 U12 U14
Renseignements: E-mail hakarer@freesurf.ch

ALTDORF ACTIV CHESS
Le 7 janvier, 7 rondes de 25 minutes.
Renseignements: E-mail NSch@freesurf.ch

BADEN TOUNOI BLITZ
Le 7 janvier, 7-9 rondes de 5 minutes
Renseignements: E-mail kwilhelm@pop.agri.ch

BERNE BUMPLITZ ACTIV CHESS
Le 14 janvier plusieurs catégories, 7 rondes de 20 minutes
http://www.hasler-cs.ch/skb/

GRANGES ACTIV CHESS BALOISE
Le 14 janvier, 7 rondes de 25 minutes.
http://www.skgrenchen.ch

LE CHABLE/BAGNES ACTIV CHESS
Le 14 janvier, 7 rondes de 25 minutes, 1er prix 600.-CHF
Renseignements: E-mail jpguex@verbier.ch

GENEVE OPEN INTERNATONAL
Du 20 au 28 janvier, 9 rondes, 1er prix 3500.-CHF
http://www.geneve-echecs.ch

LES SITES INDISPENSABLES POUR SUIVRE L'ACTUALITE EN SUISSE:

* LE SITE DE LA FEDERATION SUISSE
http://www.schachbund.ch

* LE SITE DE LA FEDERATION VAUDOISE
http://www.fvde.ch

* LE SITE DU SWISS CHESS TOUR
http://www.beochess.ch

* UNION VALAISANNE DES ECHECS
http://www.uve-wsb.ch

* L'INFO SUR GENEVE
http://www.ceg.ch

A DECOUVRIR POUR LES PARTIES COMMENTEES:

* LE SITE DE REYES "MIEUX JOUER AUX ECHECS"
Avec la partie culture animée par Dany Sénéchaud.
http://www.mjae.com/

* DECOUVREZ LE SITE QUI MONTE A LA POINTE DE L'INFO!
Un travail exemplaire de la part de Thierry Foissez.
http://www.echiquier-nicois.org

* LE SITE DU FAMEUX CHRONIQUEUR DE LIBE JEAN-PIERRE MERCIER
http://echecs.blogs.liberation.fr/

* CHESS BASE et les fameux logiciels
http://www.chessbase.com
http://www.chessbase.ch

* LES EDITOS DE DAMIR LEVACIC
http://www.cannes-echecs.org/

* LE SITE D'ALEXANDRA KOSTENIUK
http://www.kosteniuk.com

* L'INFO EN ALLEMAND
http://www.schach.com/ie4/index.htm

* L'INFO EN ANGLAIS
http://www.chesscenter.com/twic/twic.html

* SOUTENEZ L'ACP LE SITE DES JOUEURS PROFESSIONNELS
http://www.chess-players.org/eng/index.html

* LES STAGES INTERNATIONAUX Echecs & Patrimoine en Provence.
http://www.echecsetpatrimoine.org

* UN PETIT CLIN D'ŒIL A :
CRISTOPHE BOUTON
http://echecs64.blog.20minutes.fr/

GILLES MIRALLES
Le mentor des juniors genevois
http://www.lechessblog.com

LE JOURNALISTE QUI S'IMPOSE PIERRE BARTHELEMY
http://echecs-info.blogspot.com/

LA REVUE ITALIENNE
Torre & Cavallo Scacco !
http://www.messaggerie.it

* TRIBUNE DE GENEVE
Tous les samedis dans la "TRIBUNE DE GENEVE" une chronique d'échecs avec info, parties et études.

POUR M'ENVOYER UNE INFO OU UNE CRITIQUE CONSTRUCTIVE : g.bertola@hispeed.ch

Georges Bertola

Les chroniques précédentes:
Consultez la liste de toutes les chroniques et retrouvez toutes les parties commentées

www.tribune.ch


Publié le 03/01/2007 - 08:30 , Mis à jour le 25/01/2007 - 09:49