La chronique de Georges Bertola du 05 juin 2007
Chatambashev - Rojas, Neuchâtel 2007 ; Bex - Gofshtein, Neuchâtel 2007 ; Gallagher - Leuba, Neuchâtel 2007 ; Caruana - Neubauer, Mitropa Cup 2007 ; Ramirez - Milov, Chicago 2007.

ECHECS EN SUISSE :
La chronique de Georges Bertola du 05 juin 2007

www.tribune.ch

OPEN DE NEUCHATEL
Plus d'une centaine de participants dans ce traditionnel Open de la Pentecôte. Les titrés monopolisent les premières places, comme à l'accoutumée. Seul le local, le GM Joe Gallagher, ne réussit pas à s'imposer à cause d'une défaite encaissée dans la dernière ronde en voulant jouer son va-tout face au maître FIDE Leuba. Le GM Hebden, par contre, très fair play, propose nulle alors qu'il pouvait essayer de gagner au temps face au MI Olivier.
http://www.neuchatel-echecs.ch

Classement après 7 rondes :
1-2. Chatalbashev g (BUL 2546) et Kveinys g (LTU 2546) 6 points. 3-8.Hebden g (ENG 2519), Rojas m (CHI 2414), Olivier m (FRA 2363), Känel m (SUI 2366), Gofshtein g (ISR 2545) et Leuba f (SUI 2263) tous 5,5 points. 9-15.Miralles g (FRA 2486), Kolly (SUI 2268), Vernay f (FRA 2347), Charmier (FRA 2133), Robert (SUI 2235), Berset (SUI 2147) et Wilhelm (SUI 2118) tous 5 points. 116 participants.

CHATALBASHEV (BUL 2546)-ROJAS (CHI 2414)
Semi-Slave D12, Neuchâtel 2007

1.c4 c6 2.Cf3 d5 3.e3 Cf6 4.d4

Les blancs quittent l'ouverture anglaise et transposent dans une Slave.

4...Ff5 5.Cc3 e6 6.Ch4 Fg6 7.Fd2!?

Ici presque de rigueur est le gain immédiat de la paire de fous avec 7.Cxg6 qui fut à plusieurs reprises joué dans le match au sommet Kramnik-Topalov (Elista 2006), voici par exemple la 12ème du match 7.Cxg6 hxg6 8.g3 Cbd7 9.Fd2 Fb4 10.Dc3 Fxc3 11.Fxc3 Ce4 12.Fg2 Cxc3 13.Dxc3 f5 14.0-0 De7 15.cxd5 exd5 16.b4 Cf6 17.Tfc1 (la classique attaque de minorité) Ce4 18.Db2 0-0 19.b5 Tac8 20.bxc6 bxc6 21.De2 g5 22.Tab1 Dd7 23.Tc2 Tf6 24.Tbc1 += avec une faiblesse qui laisse les noirs avec une position passive mais encore défendable.

7...Cbd7 8.Cxg6 hxg6 9.Dc2!?

Les blancs projettent de roquer du grand côté pour réduire à néant les possibilités d'attaque qui pouvaient découler de l'ouverture de la colonne
« h ».

9...Dc7 10.h3 Fb4

Les noirs vont faire un usage discutable de ce qui est, au vu de leur structure de pions, le bon fou.

11.0-0-0 0-0-0 12.Rb1

Prépare l'ouverture de la colonne « c » avec des perspectives d'attaque sur l'aile dame.

12...Fxc3?!

Un échange plus que douteux qui laisse les blancs avec une paire de fous opposée à une paire de cavaliers. Le caractère momentanément fermé de la position peut sembler avantager les cavaliers mais ce n'est qu'une illusion.

13.Fxc3 Ce4 14.Fb4 Rb8 15.Tc1 f5

Cette construction « stonewall », destinée à soutenir le cavalier, souffre d'un défaut majeur puisque ce dernier ne pourra se maintenir au centre.

16.Fd3 Cdf6 17.f3 Cg5



Supériorité positionnelle blanche, les cavaliers noirs sont excentrés sur l'aile roi alors que les forces de l'adversaire, mieux coordonnées, se disposent à agir sur l'aile dame.

18.cxd5 Cxd5 19.Fd2 Cf7 20.Thd1 e5

Risqué, les noirs favorisent l'ouverture du jeu au service de la paire de fous adverse.

21.e4 fxe4 22.fxe4 Cf4 23.d5 c5?!

Une position critique. Cette poussée est une concession majeure qui engendre la création d'un pion passé protégé. Toutefois, prendre le pion avec 23...Cxg2 permettait aux forces blanches de progresser en puissance avec 24.Ff1 Cf4 25.Da4 (menace 26.Fa5) c5 26.Fe3 b6 27.c4 +- À considérer 23...Cxd3 24.Dxd3 Dd7 25.Fe3 etc.

24.Ff1 Tc8 25.Fe3 Dd7

N'était pas meilleur 25...b6 26.Fa6 suivi de 27.b4 +-

26.Fxc5 Cd6

Si 26...b6 27.Db3!

27.Dc3 Tce8?

Un coup faible mais les noirs sont au-delà du bien et du mal.

28.Db4 Td8 29.Tc3 b6




30.Fa6 Cb7 31.Fxb6 !

Un pseudo sacrifice qui permet de récupérer rapidement la pièce avec l'arrivée de la tour sur « b3 ».

31...axb6 32.Dxb6 Tdf8 33.Fxb7 1-0

LA SURPRISE DU TOURNOI
L'amateur, Pierre-Alain Bex, crée la surprise dans la troisième ronde avec une victoire très disputée et méritée contre l'un des grands favoris.

BEX (SUI 2220) - GOFSHTEIN (ISR 2545)
Sicilienne B50, Neuchâtel 2007

1.e4 c5 2.Cf3 d6 3.c3 Cf6 4.Fe2

Un système anti-sicilien qui avait vu son apogée avec la victoire de Svidler sur Kasparov à Tilburg en 1997. L'idée est de prévenir le clouage « ...Fg4 » avec l'intention, tôt ou tard, d'occuper le centre avec la poussée « d4 ». Bien sûr si 4...Cxe4?? 5.Da4 et les noirs peuvent signer la feuille de partie.

4...Fd7 5.d3

Le secondant de Kasparov, Dokhoian, avait alors déclaré en salle de presse :
« Si on commence à analyser les systèmes avec « c3» et « d3 » contre la Sicilienne nous ne faisons rien de sérieux! »

5...g6 6.0-0 Fg7 7.Te1 0-0 8.Ff1 Fc6

Plus logique est 8...Cc6 car 9.h3 est un peu lent et transpose dans une
Est-indienne avec couleurs inversées où les noirs font mieux qu'égaliser après 9...e5!? 10.Ca3 h6 11.Cc4 Dc7 12.a4 Tfe8 13.g3 d5 14.exd5 Cxd5 15.Fg2 Fe6 Salov-Gelfand (Wijk aan Zee 1998).

9.h3 Cbd7 10.Cbd2 Dc7 11.d4 e6 12.Fd3 b5 13.Cf1 Cb6 14.De2 a6 15.Ff4



Les blancs ont obtenu un centre idéal et le caractère fermé de la position justifie les manœuvres louvoyantes des pièces mineures.

15...Ch5

Plus ou moins forcé devant la menace 16.dxc5.

16.Fe3 c4 17.Fc2 e5 18.Tad1 Tfe8 19.d5 Fd7 20.g4

Après la fermeture du jeu au centre, il est sans doute conséquent de jouer sur les ailes mais ce coup est très risqué car l'aile roi se retrouve dangereusement affaiblie.

20...Cf4 21.Fxf4 exf4 22.Dd2 Fe5

Les noirs s'accrochent au pion « f » mais 22...b4!? 23.cxb4 Fxb2 avec l'idée de créer un pion passé sur la colonne « c » après 23.cxb4 Fxb2 était aussi à considérer.

23.C1h2 Rg7! 24.Ch4?!

Plus prudent était 24.Rh1 qui anticipait sur une éventuelle ouverture du jeu sur l'aile roi.

24...h5!

Révèle la subtilité de 23.Rg7! si maintenant 25.gxh5 Th8! et l'ouverture de la colonne « h » sert avantageusement les noirs.

25.Cg2?!

La cavalerie s'embourbe et le pion « g4 » est faible.

25...hxg4 26.hxg4



26...f3?!

Aventureux, consolider avec 26...g5 suivi de 27...Th8 mettait les blancs en difficultés avec des cavaliers mal placés devant la menace d'un rapide doublement des tours via la colonne « h ».

27.Ce3 Dc8 28.Cxf3 Fxg4 29.Cxe5!

Une ressource qui avait sans doute échappé aux noirs, si 29...Fxd1 30.Cf5! gxf5 31.Dg5 Rf8 32.Dh6 Re7 33.Dg4 et c'est l'échec perpétuel.

29...dxe5



30.Cf5!!

C'est l'arroseur arrosé, maintenant c'est les pièces blanches qui investissent l'aile roi comme le montre la jolie variante 30...Rg8 31.Dh6 gxf5 32.exf5 Fxd1 (32...Fxf5 33.Rh2!) 33.Te3 +-

30...gxf5 31.Dg5 Rf8 32.exf5! Fxd1! 33.d6?!

Les blancs jouent sans doute toujours pour le perpétuel mais 33.Fxd1! était décisif :
a) 33...Cxd5? 34.Dh6 Rg8 (34...Re7 35.Txe5) 35.Rh2 Dxf5 36.Tg1 +-
b) 33...Cd7? 34.d6 +-

33...Te6?

Après 33...Fxc2 34.Dh6 Rg8 35.Dg5 c'est échec perpétuel.

34.fxe6 Dxe6 35.Txd1 Cd7 36.Fh7!

Le roi noir manque de cases.

36...f5 37.Fxf5 Df6 38.Dg4! Cb6 39.Rf1!

Avec l'idée « Re2 » pour permettre à la tour d'intervenir sur l'aile roi.

39...Td8 40.Fe6 Dg7 41.Df5 Re8 42.Re2! Td7




43.Fxd7

Une conclusion magistrale était 43.Tg1!! Dxg1 44.Dh5 suivi de 45.Dh8 mat. Toutefois l'avantage est trop grand pour que le GM soit en mesure de renverser la vapeur, la cause est entendue.

43...Cxd7 44.Th1 Cf6 45.Dc8 Rf7 46.Dc7 Rf6 47.Dxg7 Rxg7 48.Re3 Rf6 49.Re4 Re6 50.Th6 Rd7 51.Rd5! e4 52.Tf6 Re8 53.Txf8 Rxf8 54.Rxe4 1-0

LES DEBOIRES DE JOE GALLAGHER
Le GM Joe Gallagher qui réside depuis de nombreuses années à Neuchâtel n'était pas en forme et apparemment pas préparé pour jouer à cette cadence, 1 heure 30 minutes pour 36 coups et 30 minutes au K.O. Dans la 5ème ronde survint une situation cocasse voire kafkaïenne, un témoin rapporte:
« Il reste quelques secondes à Joe Gallagher contre plus de vingt minutes à Kolly qui a deux pions de plus. Mais Joe a une violente initiative et joue pour le gain. Kolly décide de ne plus marquer les coups!! Joe proteste. L'arbitre intervient mais ne crédite Joe d'aucun bonus. Kolly annonce alors une répétition de coups puis annule la partie. Joe s'insurge, un « tricheur » ne peut pas demander la nulle puisqu'il n'a pas noté les coups! Sinon Joe prétend qu'il aurait joué autrement. »

Dans la dernière ronde il joue son va-tout mais le maître FIDE Leuba fait mieux que de la résistance.

GALLAGHER (SUI 2509) - LEUBA (SUI 2263)
Française C06, Neuchâtel 2007

1.e4 e6 2.d4 d5 3.Cd2 Fe7 4.Cgf3 Cf6 5.e5 Cfd7 6.Fd3 c5 7.c3 Cc6 8.0-0 Db6 9.Te1 cxd4 10.Cxd4 ?!

Tout était théorique jusqu'ici, mais cet ordre de coups, par rapport à 10.cxd4, permet d'introduire une option intéressante avec 10...Cdxe5!?

10...Cxd4 11.cxd4 Dxd4 12.Cf3

Une variante, où pour le pion sacrifié, les blancs obtiennent une dangereuse initiative avec d'excellentes perspectives sur l'aile roi. Toutefois selon Pedersen, dans son ouvrage « The French Tarrasch Variation » (Gambit 2005), préférable est 12.Cb3 Da4 13.Fc2 Cb6 14.Cd4 Da5 15.a3 Fd7 16.Fd2 Dc5 Hartman-Benjamin (Philadelphia 1986) au vu de 17.Dg4 Ff8 18.Fb4 Dc7 19.Fd6 indiqué par Benjamin.

12...Db6 13.Da4 Db4

Une invitation à l'échange car depuis la 4ème traverse la dame blanche peut accéder sur l'aile roi avec des possibilités d'attaque.

14.Dc2 Cc5!?

Les noirs veulent liquider le dangereux fou de cases blanches alors que l'autre possibilité 14...Dc5 continuait à harceler la dame blanche.

15.Fd2 Da4 16.b3 Da3?!

La dame est quelque peu hors jeu, logique semblait 16...Dd7 pour ramener la dame en défense et si 17.Fxh7 g6!? 18.Fxg6 fxg6 19.Dxg6 Rd8 car avec 2 pions pour la pièce l'attaque blanche était probablement un peu optimiste.

17.Fxh7!? Fd7!?

Cette fois après 17...g6 18.Fxg6 fxg6 19.Dxg6 Rd8 20.Cg5!? le roi noir a des problèmes 20...Rc7 (20...Rd7 21.Tac1!) 21.Tac1! Rb8 et, avec la tour « a8 » hors-jeu, l'attaque blanche est très dangereuse 22.Cf7 Tf8 23.Cd6 etc.

18.Te3! Da6?!

Plus solide 18...Ca6 19.b4 Da4 etc.

19.b4

19.Tc3!? avec l'idée de tripler sur la colonne posait plus de problèmes.

19...Ca4 20.Fd3 Fb5 21.Fxb5 Dxb5 22.Cd4 Dd7

La dame réintègre son camp pour assurer la défense, la position semble ok pour les noirs.

23.Tg3 g6?!

Un affaiblissement inutile, 23...Tc8!?



24.Txg6! Tc8

L'acceptation du sacrifice conduisait au désastre après 24...gxf6 25.Dxg6 Rd8 26.Cxe6 Rc8 27.Tc1 Rb8 28.Tc7 +- si 28...De8 29.Dg7 Dh5 30.Txb7! etc.

25.Dd3 Tc4!?

Dans une position extrêmement tendue, où le zeitnot sévissait dangereusement, Joe va trouver une suite pour rester la tête hors de l'eau tout en débitant ses coups presque à tempo.

26.Tg3 Fxb4 27.Fxb4 Txb4 28.Tc1 Cb6 29.a3 Tc4 30.Tb1 a6 31.h3!?

Le coup précédent était un appel de phare ou plus spécialement une invitation pour conclure avec un mat du couloir.

31...Ca4 32.Dd2 Cc5 33.Df4 Da4

Le maître FIDE tient la dragée haute à son illustre adversaire et réussit à trouver des ressources pour compliquer.

34.Df6?

Joe boit la tasse, pourtant après 34.Tg4 rien n'était joué. Maintenant une suite logique était 34...Tf8 35.Cf3 Ce4 36.Dg7 Dc2 37.Txb7 Dxf2 38.Rh2 Dxg3 -+ mais la pendule avait sans doute rendu l'âme.

0-1

RENAISSANCE DES ECHECS EN ITALIE

Le jeune Fabiano Caruana, 14 ans (né à Miami le 30 juillet 1992), est en passe de devenir le plus jeune GM qu'ait connu l'Italie. C'est certainement une retombée positive des Olympiades disputées à Turin en 2006. Depuis le début de l'année, Fabiano a déjà réalisé 2 normes de grand-maître, en mars au « First Saturday » de Budapest où il remporte le tournoi avec 7,5 points sur 10, puis il récidive, toujours en Hongrie, un mois plus tard.
Il débute la Mitropa Cup par une victoire contre le GM zurichois Jenni et pour la première fois, sans doute de son histoire, la Suisse s'incline dans le cadre de la Mitropa Cup sur le score sans appel de 4-0 face à l'Italie. Site officiel : http://web.t-online.hu/passant/sakkversenyek/index.html

CARUANA (ITA 2513) - NEUBAUER (AUT 2474)
Française C14, Mitopa Cup 2007

1.e4 e6 2.d4 d5 3.Cc3 Cf6 4.Fg5 Fe7 5.e5 Cfd7 6.h4

Ce gambit attribué au joueur français Chatard, introduit dans la pratique des maîtres par Alekhine dans sa partie contre Fahrni en 1914, conserve toute sa fraîcheur.

6...Cc6

Son acceptation est dangereuse car l'ouverture de la colonne « h » assure une dangereuse initiative aux blancs en permettant aux pièces lourdes d'exercer une forte pression sur l'aile roi. Le coup de la partie est toutefois marginal et suspect sur le plan positionnel car les noirs ne sont plus en mesure de fragiliser le centre avec la poussée « c7-c5 ».

7.Cf3

Plus ambitieux que 7.Fxe7 recommandé par la dernière édition de l'Encyclopédie qui facilite le développement des noirs après 7...Dxe7 8.Dd2 Cb6 9.0-0-0 Fd7 Weiming-Hua (Singapore 2006) et le roi peut trouver facilement refuge sur l'aile dame.

7...Cb6 8.Fd3

8.a3!? pour verrouiller la case « b4 » fut joué dans la partie Hector-Carlsson (Linköping 2001) et après 8...f6 9.exf6 gxf6 10.Fh6 Fd6 11.Cb5 De7 12.a4 += l'avantage blanc est minime.

8...Fd7?!

Remettre en question la position de ce fou avec 8...Cb4!? est sans doute un renforcement à considérer.

9.a3!

Pas de deuxième chance, la partie Freiberger-Buhmann (Allemagne 2006) se poursuivit avec 9.Ce2 Cb4 10.c3 Cxd3 11.Dd3 h6 12.Fxe7 Dxe7 13.Th3 0-0-0 et, par rapport à la partie, les noirs ont pu sécuriser leur roi et éliminer le dangereux fou de cases blanches.

9...a6

Ce coup prophylactique semble un peu lent mais remettre en question le centre avec 9...f6?! permettait 10.exf6 gxf6 11.Ce5! Cxe5 12.fxe5 fxg5 13.Dh5 Rf8 14.Th3 et l'attaque blanche semble très prometteuse. Si 14...De8 15.Dh6 suivi de 16.hxg5! ou 14...g4 15.Dxg4 avec des problèmes insolubles pour le roi noir.

10.Th3 h6 11.Fe3

Ce retrait laisse les noirs avec le problème difficile du développement de l'aile dame et notamment de pouvoir soustraire le roi du champ de bataille si le jeu s'ouvre.

11...Ca7

Avec l'idée « ...Fb5,...Dd7,...0-0-0 ».

12.Tg3 Ff8 13.Ce2 Fb5 14.Cf4

Une position critique, il fallait probablement se résoudre à lâcher un pion avec 14...Fxd3 15.Dxd3 Dd7 16.Ch5 0-0-0 avec des chances de lutter pour le partage du point.

14...Cd7?! 15.Ch5 g6



16.Txg6!!

Superbe sacrifice qui démolit l'aile roi et invite le roi à s'exposer en première ligne.

16...fxg6?

Le refuser avec 16...De7 suivi de 17...0-0-0 offrait plus de résistance ou même 16...c5!? 17.Tg4 cxd4 18.Fxd4 Cc6 qui ouvrait la position mais affaiblissait le centre avec une situation confuse.

17.Fxg6 Re7



18.Cg5!!

Deuxième coup de massue qui permet aux pièces blanches d'envahir l'aile roi avec des effets dévastateurs.

18...Fg7?

Le roi noir manque de cases mais ce coup fait partie du problème et non de la solution.

19.Cxe6 Dg8

Si 19...Rxe6 20.Cxg7 Re7 21.Cf5 Re6 22.Dg4 +-

20.Cexg7 Tf8 21.f4 Rd8

Le roi noir a échappé au pire mais maintenant la paire de pions passés liés centraux « e » + « f » décide de l'issue de la partie.

22.f5 Rc8 23.Dg4 c5 24.0-0-0 cxd4 25.Ff4 Cc6 26.f6 1-0

MILOV VAINQUEUR A CHICAGO
Invaincu avec 6 points sur 7, le GM Vadim Milov empoche le 1er prix de l'Open de Chicago (10.000 US dollars).

Site officiel: http://www.chesstournamentservices.com/chicago/
Voici sa victoire contre le jeune GM Ramirez du Costa Rica. Il utilise une variante provocatrice qui enfreint les règles du développement avec 8 coups de pions avant finalement de sortir la dame. Ceci peut laisser perplexe mais c'est apparemment tout à fait jouable. De quoi embarrasser les dogmatiques qui prônent les vertus du développement rapides des pièces comme incontournables.

RAMIREZ (CRC 2507) - MILOV (SUI 2675)
Sicilienne B54, Chicago 2007

1.e4 c5 2.Cc3 e6 3.Cf3 a6 4.d4 cxd4 5.Cxd4 d6 6.Fe2

La pratique retient 6.Fe3 b5 7.Dd2 Fb7 8.f3 Ce7 9.0-0-0 Cec6 et fut l'objet d'une partie Perez-Milov (Merida 2006) analysée dans ma chronique du 3 janvier.

6...b5 7.f4 b4

C'est vraiment deux concepts opposés qui s'affrontent, les blancs à la manière des classiques développent les pièces et occupent le centre alors qui Milov s'appuie sur la souplesse de sa structure pour déstabiliser l'adversaire avec cette poussée aventureuse.

8.Ca4

Même si les exemples sont plutôt rares, l'autre possibilité 8.Cb1 Fb7 9.Ff3 Cd7 10.0-0 Cgf6 11.De2 e5! 12.Cb3?! a5 =+ ne fut pas un succès dans la partie Mestel-Ljubojevic (Londres 1982).

8...Da5



On ne peut pas vraiment parler d'une nouveauté puisque le seul exemple que l'on trouve dans la Mega Database 2007 est le peu convaincant 8...Fb7 9.Ff3 Cf6 10.e5 Cd5 11.0-0 dxe5 12.fxe5 Cd7 13.c4 bxc3ep 14.Cxc3 Cxc3 15.bxc3 Fxf3 16.Cf3 Fe7 Mortensen-Heim (Lucerne 1982) qui laisse les noirs avec la meilleure structure.

9.b3 Cf6 10.Ff3 e5!?

Et, pour reprendre une expression du MI Partos, le fou se retrouve avec de la ouate dans le nez.

11.fxe5

Fritz 9 suggère l'intéressant 11.0-0!? car si 11...exd4? 12.e5!

11...dxe5 12.Cf5 Dc7!?

Encore une transgression aux vieux principes, ne pas jouer deux fois la même pièce dans l'ouverture! Une recommandation de Fritz 12...Fxf5 13.exf5 e4 semble pas trop fiable car faciliter l'ouverture du jeu avec le roi au centre permet de compliquer à la manière des romantiques avec 14.0-0!? exf3 15.Dxf3 Ta7 16.Fe3 Td7 17.Fb6 Dd5 18.Tae1 Fe7 19.Txe7! Rxe7 (19...Txe7 20.Td1) 20.Fc5 Rd8 21.Dg3 etc.

13.0-0 Cbd7 14.De1

Avec l'idée de transférer la dame sur l'aile roi mais c'est sans doute l'expression d'un certain malaise pour trouver un plan car les pièces mineures blanches sont mal coordonnées, même si mieux développées. Les blancs n'ont donc rien obtenu de l'ouverture.

14...Cc5 15.Cxc5 Fxc5 16.Rh1 Fxf5!

Permet de fermer la colonne « f ».

17.exf5 Td8

Après ce petit tour de passe-passe, les pièces noires sont devenues plus actives.

18.Dg3 Rf8! 19.Fb2 Fd6 20.De1 h5!



C'était l'idée de 18...Rf8, les noirs veulent pousser le pion « h » pour activer la tour depuis sa case d'origine.

21.c4 Te8 22.Fe4

Une décision pénible car le fou se voit réduit à un simple rôle de bloqueur.

22...Rg8!?

Milov assure la position du roi avec ce coup tranquille.

23.a3 h4!

Pas de menace concrète sur l'aile dame alors que l'orage s'amoncelle sur l'aile roi.

24.Tf3

Affaiblit quelque peu la 1ère rangée il fallait se résoudre à stopper l'avance du pion avec 24...h3 affaiblissait la case «g3».

24...bxa3 25.Fxa3 Fxa3 26.Txa3 Td8

Introduit la menace du mat du couloir après 27.Txa6? Cxe4!

27.Ta1 Td4 28.Te3 h3! 29.Txa6 Th6!

Une petite subtilité pour maintenir la tour active après un échec au roi.

30.Ta1?

Il y urgence devant la faiblesse de la 1ère rangée mais 30.Rg1!? était plus coriace.



30...Txe4! 31.Txe4 hxg2 32.Rg1

Si 32.Rxg2? Dc6 -+

32...Dc5

Après 33.De3 Cxe4 gagne du matériel.

0-1

COMMENT JOUER DYNAMIQUE
Valeri Beim (Olibris 2007)

Un livre particulièrement intéressant qui a retenu toute mon attention grâce à la richesse de son contenu et la profondeur de ses analyses.
Non sans peine car, tout d'abord, je me suis heurté sur les significations ou les définitions de « facteurs dynamiques » opposé aux « facteurs statiques ».
Percevoir l'aspect dynamique du jeu me semblait une évidence et la définition apportée par l'auteur ; « Par dynamique il faut comprendre avant tout la liberté de mouvement des pièces et pions sur l'échiquier » m'est apparue limpide.
Par contre, le terme statique et ce qu'il englobe exactement me semble sujet à confusion. La définition de l'auteur « Les éléments statiques comprennent la répartition du matériel, la présence de certaines pièces sur l'échiquier - et avant tout la dispositions des pions, avec tout ce qui en découle en termes de cases faibles ou fortes, de faiblesses de pions etc. » m'interpella sans répondre vraiment à mes attentes.
Cette définition permet d'écarter:
-Qui est fixé, qui n'évolue pas
pour préférer :
- Relatif à l'équilibre des forces, aux états d'équilibre.
Le GM Dorfman dans « La méthode aux échecs » parle de la constitution d'un bilan statique au moyen d'une échelle dégressive selon les critères suivants classés par ordre d'importance :
-La position du roi.
-Le rapport matériel des forces.
-Qui a une meilleure position après l'échange des dames ?
-La structure de pions.
J'en déduis peut-être hâtivement qu'il doit s'agir de quantifier la capacité de résister aux forces dynamiques auxquels nous sommes soumis généralement de la part de l'adversaire.

L'un des exemples où je me suis particulièrement égaré et celui présenté p.27 par Valeri Beim :
« Voici maintenant une partie de Leonid Stein dans laquelle il ne se gêne pas pour reléguer très tôt les éléments statiques à l'arrière plan.

STEIN -SMYSLOV
Moscou 1972

1.c4 Cf6 2.Cc3 e6 3.Cf3 b6 4.e4 Fb7 5.De2 Fb4 6.e5 Cg8 7.d4 d6 8.a3 Fxc3 9.bxc3 Ce7 10.h4! Cd7 11.h5 Fxf3?

« Hélas, ce coup s'avère catastrophique. » Valeri Beim disserte sur près d'une page pour conclure : « On en déduit qu'il aurait dû se contenter de parer la très désagréable menace h6 en jouant lui-même 11...h6, mettant provisoirement en veilleuse ses ambitions offensives. Les blancs auraient bien évidemment répondu 12.Th3 couvrant le cavalier avec la tour. ».
Une opinion partagée par le GM Jon Speelman qui attribue un « ?! » dans son livre « Best Chess Games 1970-80 ».

Pour l'essentiel voici ses arguments :

« Le fou est une pièce de grande valeur et s'en séparer en offrant par-dessus le marché une case idéale à la dame sur une diagonale clé sont des concessions positionnelles énormes et Smyslov pensait avoir de bonnes raisons de s'y résoudre. »
Valeri Beim répond lui-même à cette interrogation :

« ...Les blancs prenaient un peu trop leurs aises positionnellement, en annexant de l'espace sur l'aile alors que le centre est attaqué. En termes généraux, la méthode de réfutation de ce type de stratégie agressive était déjà bien connue dès le XIXe siècle : il faut contrer au centre. Dans la position blanche, la cible se voit comme le nez au milieu de la figure, il s'agit du pion e5-soutenu par le cavalier f3. »
Puis suivent deux objections à ce raisonnement logique :

1. Le centre blanc est-il si faible que ça ?
2. Cette action initié par le 11ème coup blanc injecte une grosse tension dans la position, les pièces sont en contact direct, avec pour corollaire la multiplication des variantes à analyser très précisément. Or, c'est précisément dans ce domaine que Smyslov, comme nous allons le voir a commis une erreur. Ce qui m'apparaît vraiment extraordinaire c'est que ce qui est considéré comme une catastrophe ne peut pas être encore vraiment démontré de manière convaincante.

12.Dxf3 dxe5 13.h6 gxh6?!

Valeri Beim met lui-même le doigt sur le problème car les noirs disposaient d'une suite moins compromettante pour éviter de dynamiser la tour. Cette partie est utilisée notamment comme modèle par le GM Nigel Davies pour démontrer comment une tour de l'aile roi peut participer à l'attaque depuis sa case initiale. « The Power Chess Program » (Volume 1 p.25)

Ici plusieurs biographies de Stein, signées Gufeld, Lazarev, Keene, Potma etc. analysent cette partie mais ne nous sont malheureusement d'aucune aide avec des commentaires assez superficiels.
Valeri Beim renforce sérieusement avec 13...g6!? 14.dxe5 c6 (Speelman indique seulement que le fautif 14...Cxe5? était sanctionné par 15.Df6) 15.Fg5 Dc7, et je cite Beim « les blancs avaient l'avantage mais on pouvait résister bec et ongles »

Personnellement, je trouve que le problème posé par la solidité ou non du centre blanc reste entier et donne quelques arguments pour justifier 11.Fxf3!? et que le côté statique de la position noire offre encore une solide résistance au jeu dynamique des blancs. Certes le jeu créatif et original de Stein a amené une position prometteuse mais la situation est encore assez confuse pour conclure à un avantage décisif. Quelques suggestions :

a) 16.Ff6 Cxf6 17.Dxf6 0-0-0
b) 16.De2 b5!? (dynamique, pour ouvrir la colonne « c » ou obtenir la case « d5 ».
c) 16.Dg3 Cf5

Toute l'ambiguïté de ce sujet passionnant mais difficile est contenue dans cette affirmation de l'auteur :
« On peut dire d'une manière très générale que si le terme « statique » concerne les objets au repos, celui de « dynamique » s'applique aux objets en mouvement. Mais c'est la question de l'essence de la dynamique échiquéenne qui reste en suspens, tout comme celle de sa statique, les deux étant inséparables, comme l'avers et le revers de la médaille. » :

Sur un plan plus général les commentaires des parties sont excellents, ils atteignent un niveau rarement égalé et j'ai particulièrement apprécié ceux de la partie LPUTIAN-IVANCHUK ou « ...le joueur ayant obtenu un avantage statique parvient à mettre sous l'éteignoir l'activité adverse avant d'exploiter ses propres atouts. » À lire absolument.

ECHECS ET LITTERATURE : LE GAMBIT DU DIABLE
Une nouvelle exhumée des archives de la défunte Union Soviétique vient de paraître. Publiée à l'origine sous le titre « Les échecs » en 1923, son auteur Yakov Braun est aujourd'hui un illustre inconnu car, persécuté dès les années 20 par la censure, il fut victime des purges staliniennes et fusillé en 1937.
Ce texte consacré aux échecs est étonnant et se déroule dans une atmosphère où la guerre civile bat son plein et la population juive subit des pogroms. Le personnage central est un vieux juif, horloger et joueur d'échecs invaincu depuis 18 ans.
L'ambiance est parfois assez cruelle mais réaliste (Yakov Braun était un joueur d'échecs passionné) et l'écriture rappelle quelque peu Boulgakov.
Je retiens notamment cette remarque du vainqueur à l'issue de la partie.
« Vous savez, vous jouez parfois de manière fine, très intéressante. Je pense qu'un jour, vous finirez par gagner une partie contre moi. »
Yakov Braun Le gambit du diable (Ed. Le Cherche Midi 2007)

CARNET ROSE
Le 22 avril 2007 Alexandra Kosteniuk donnait naissance à Francesca Maria à Miami. Félicitations à Alexandra et Diego !

ANNONCES DE TOURNOI ET RESULTATS
La meilleure joueuse du monde à Bienne!

La meilleure joueuse du monde prendra part au 40e Festival international d'échecs de Bienne du 21 juillet au 3 août 2007. La Hongroise Judit Polgar (30 ans, no 13 mondiale) a confirmé sa participation et sera aux côtés du Russe Alexander Morozevich (29 ans, no 8 mondial) et du Norvégien Magnus Carlsen (16 ans, no 24 mondial) l'une des principales attractions du 40e anniversaire. Parmi les autres célébrations, un tournoi exhibition de blitz (parties-éclair de 5 minutes) aura lieu le dimanche 22 juillet avec les meilleurs grands maîtres présents au Festival.

Pour marquer l'événement, ce sont cette fois-ci dix joueurs de premier plan qui se disputeront la victoire lors du Tournoi des grands maîtres de Bienne (ils étaient 6 les années précédentes). La compétition devrait atteindre le niveau de catégorie 18 (moyenne des points Elo des grands maîtres), soit l'un des plus élevés du calendrier international.

Les apparitions dans les tournois fermés de Judit Polgar, seule femme à rivaliser avec l'élite masculine, sont toujours plus clairsemées. Bienne sera l'un des rares rendez-vous où la joueuse de Budapest sera à l'affiche cette année. Judit Polgar n'était plus apparue au Palais des Congrès depuis 1993 et le tournoi interzonal du championnat du monde.

Avec ses trois premières vedettes engagées, Bienne pourra fièrement présenter un participant aux championnats du monde de Mexico de septembre 2007 (Morozevich) et deux prétendants au tournoi des candidats d'Elista de juin 2007 (Polgar, Carlsen), dernière étape avant les championnats du monde de Mexico. Le grand maître biennois Yannick Pelletier représentera les couleurs helvétiques au Festival. Les noms des six autres participants seront dévoilés ces prochaines semaines.

Au total, au moins neuf tournois se disputeront durant la quinzaine du Festival. Plus de détails sur le site officiel, http://www.bielchessfestival.ch, avec possibilité de s'inscrire en ligne.

Pour plus d'informations :
Peter Bohnenblust, président du comité d'organisation, OK-Präsident tél. 032 344 58 51
Olivier Breisacher, responsable de presse, Pressechef 079 612 09 19
Email: media@bielchessfestival.ch

CHAMPIONNAT SUISSE PAR EQUIPES
Ligue nationale A ronde du 3 juin 2007
Reichenstein - Schwarz-Weiss Berne 7:1 (Sokolow - Klauser 1:0, Volke - Curien 1:0, Kühn - Adler 1:0, J.-N. Riff - Rufener 1:0, Wirthensohn - Kappeler ½:½, Drabke - Brönnimann 1:0, Weindl - E. Schiendorfer ½:½, Kamber - F. Schiendorfer 1:0).
Lucerne - Mendrisio 2:6 (Dautow - Istratescu ½:½, Atlas - Godena 0:1, Papa - Glek ½:½, Züger - Bellini ½:½, Lötscher - Costa 0:1, Kurmann - Sedina ½:½, Almada - Patuzzo 0:1, Räber - Mantovani 0:1).
Sorab Basel - Wollishofen 5½:2½ (Ivanisevic - Prusikin 1:0, Stojanovic - Carron 1:0, Filipovic - Hochstrasser 1:0, Siegel - Zenklusen ½:½, Serafimow - O. Moor ½:½, Brendel - R. Moor 0:1, Partos - Fierz ½:½, Maier - Gähler 1:0).
Riehen - Bienne 3½:4½ (Hickl - Landenbergue ½:½, Buss - Gallagher 0:1, Kaenel - Cvitan 0:1, Ekström - Domont 1:0, Rüfenacht - Pytel 1:0, Flückiger - Georg 0:1, Aumann - Bohnenblust 1:0, Schmidt-Schäffer - Robert 0:1).
Zurich - Winterthour 6:2 (Kortschnoi - Ballmann 1:0, Jenni - Huss ½:½, Gabriel - Forster ½:½, Vogt - Sutter 1:0, Grünenwald - Georges 1:0, Brunner - Steckner 1:0, W. Hug - Schauwecker ½:½, Friedrich - Gattenlöhner ½:½).
Classement après la 4ème ronde: 1. Reichenstein 7 (20½). 2. Sorab 6 (19½). 3. Mendrisio 6 (18½). 4. Bienne 6 (16). 5. Lucerne 5 (15½). 6. Zurich 4 (18½). 7. Winterthour 3 (14½). 8. Wollishofen 3 (13). 9. Riehen 0 (13). 10. Schwarz-Weiss Berne 0 (11).
Les meilleurs joueurs: GM Ivan Ivanisevic (Sorab), MI Lorenz Drabke, MI Jean-Noël Riff (les deux de Reichenstein), MI Andreas Huss (Winterthour) 3½ points sur 4 parties, GM Jörg Hickl (Riehen), MI Beat Züger (Lucerne), MI Claude Landenbergue (Bienne), MI Roger Moor (Wollishofen), MI Branko Filipovic, MF Oliver Brendel (les deux de Sorab) 3 sur 4. Tous les résultats sur http://www.schachbund.ch
107ème CHAMPIONNAT SUISSE INDIVIDUEL
Leukerbad (VS) du 12 au 20 juillet, nombreux tournois.
http://www.leukerbad.ch

40ème FESTIVAL D'ECHECS DE BIENNE
Du 21 juillet au 3 août, nombreux tournois.
http://www.bielchessfestival.ch

OPEN DE MARTIGNY
Du 3 au 6 août, 7 rondes à l'Hôtel du Parc. 1er prix 1500.- CHF
http://www.uve-wsb.ch

LES SITES INDISPENSABLES POUR SUIVRE L'ACTUALITE EN SUISSE:

* LE SITE DE LA FEDERATION SUISSE
http://www.schachbund.ch

* LE SITE DE LA FEDERATION VAUDOISE
http://www.fvde.ch

* LE SITE DU SWISS CHESS TOUR
http://www.beochess.ch

* UNION VALAISANNE DES ECHECS
http://www.uve-wsb.ch

* L'INFO SUR GENEVE
http://www.ceg.ch

A DECOUVRIR POUR LES PARTIES COMMENTEES:

* LE SITE DE REYES "MIEUX JOUER AUX ECHECS"
Avec la partie culture animée par Dany Sénéchaud. http://www.mjae.com/

* DECOUVREZ LE SITE QUI MONTE A LA POINTE DE L'INFO!
Un travail exemplaire de la part de Thierry Foissez. http://www.echiquier-nicois.org

* LE SITE DU FAMEUX CHRONIQUEUR DE LIBE JEAN-PIERRE MERCIER
http://echecs.blogs.liberation.fr/

* CHESS BASE et les fameux logiciels
http://www.chessbase.com et http://www.chessbase.ch

* LES EDITOS DE DAMIR LEVACIC
http://www.cannes-echecs.org/

* LE SITE D'ALEXANDRA KOSTENIUK
http://www.kosteniuk.com

* L'INFO EN ALLEMAND
http://www.schach.com/ie4/index.htm

* L'INFO EN ANGLAIS
http://www.chesscenter.com/twic/twic.html

* SOUTENEZ L'ACP LE SITE DES JOUEURS PROFESSIONNELS
http://www.chess-players.org/eng/index.html

* LES STAGES INTERNATIONAUX Echecs & Patrimoine en Provence.
http://www.echecsetpatrimoine.org

* UN PETIT CLIN D'ŒIL A : CRISTOPHE BOUTON
http://echecs64.blog.20minutes.fr/

GILLES MIRALLES Le mentor des juniors genevois
http://www.lechessblog.com

ECHECS -X
http://www.echecs-x.com
Un nouveau site avec des actualités, portraits de joueurs, parties commentées. Du bel ouvrage.

ECHIQUIER LEMPDAIS
http://echiquierlempdais.hautetfort.com/
Un voisin à visiter.

LA REVUE ITALIENNE
Torre & Cavallo Scacco ! http://www.messaggerie.it

* TRIBUNE DE GENEVE
Tous les samedis dans la "TRIBUNE DE GENEVE" une chronique d'échecs avec info, parties et études.

POUR M'ENVOYER UNE INFO OU UNE CRITIQUE CONSTRUCTIVE : g.bertola@hispeed.ch

Georges Bertola

Les chroniques précédentes:
Consultez la liste de toutes les chroniques et retrouvez toutes les parties commentées

www.tribune.ch


Publié le 05/06/2007 - 00:35 , Mis à jour le 21/06/2007 - 17:51