La chronique de Georges Bertola du 12 décembre 2006
Deep-Fritz - Kramnik (RUS 2750), Sicilienne B86, Bonn 2006 Bronstein (RUS) - Rojahn (NOR), Défense des 2 Cavaliers, Moscou 1956

FRITZ CHAMPION DU MONDE
Le champion du monde Vladimir Kramnik s'incline face à l'un des meilleurs programmes sur le score de 4 à 2. (4 nulles et 2 défaites)
C'est clair, c'est net, la machine démontre sa supériorité et en espérant que les perfectionnistes nous épargneront le débat sur la question «L'homme est-t-il encore capable de battre l'ordinateur?»
Ce que l'on ne peut empêcher, il faut le vouloir. Ce monstre à la mémoire infaillible, à la puissance de calcul indicible, à la logique inexorable s'impose et tant mieux. La cause est entendue et je m'associe aux rires, sonores et rabelaisiens que nous inspirent la condition humaine car le monstre aux milles yeux a été privé de l'essentiel, il ne connaît pas le goût, la saveur et la jouissance que procure la victoire. Il ignore tout de la passion et de l'amour du noble jeu.
« Si je perds, cela signifie que les ordinateurs nous menacent désormais dans les dernières sphères qui étaient sous contrôle humain, comme l'art, la littérature ou la musique ».
Cette affirmation de Vladimir Kramnik me semble pour le moins erronée car dans ces domaines l'homme ressent principalement des émotions.
Il est temps de retrouver l'esprit chevaleresque, audacieux, flamboyant qui caractérise l'humain devant l'échiquier pour écarter définitivement l'ordinateur et le confiner à celui d'un médecin légiste lors de l'analyse post mortem de la partie.
Site officiel: http://www.rag.de/microsite_chess_com

DEEP FRITZ - KRAMNIK (RUS 2750)
Sicilienne B86
Bonn 2006

1.e4 c5 2.Cf3 d6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 Cf6 5.Cc3 a6 6.Fc4

Initie l'attaque Sozin Fischer qui était l'arme favorite du génial champion américain pour combattre la Sicilienne. Il me revient en mémoire cette remarque pertinente du champion roumain Florin Gheorghiu qui constatait que le répertoire des ouvertures de Fischer avait résisté à l'épreuve du temps après avoir été décortiqué par les ordinateurs et s'avère donc fondamentalement correct.


6...e6 7.0-0 Fe7 8.Fb3 Dc7 9.Te1!?

Bobby affectionnait un plan visant à ouvrir la colonne «f» pour valoriser la position active du fou de case blanche, Fritz opte pour un plan original axé sur la dynamique des pièces pour alimenter une attaque sur le roque.
9...Cc6 10.Te3 0-0 11.Tg3



Probablement qu'aucun humain n'aurait inquiété le champion du monde avec ce plan apparemment trop simpliste.

11...Rh8

Mais contre un ordinateur le doute s'installe...

12.Cxc6 bxc6 13.De2 a5 14.Fg5 Fa6 15.Df3 Tab8 16.Te1 c5

Les noirs ont une position confortable, ils exercent une supériorité au centre et menacent de s'emparer de l'initiative sur l'aile dame face aux possibilités adverses, très hypothétiques, d'attaque sur le roque.

17.Ff4 Db7

Sur 17...c4 18.e5!? cxb3 19.exf6 Fxf6 20.axb3 (20.Th3 !?) mettait un terme à l'initiative noire tout en conservant des perspectives d'attaque mais l'avenir semblait du côté de la paire de fous de Kramnik.

18.Fc1

Un repli défensif qui interpelle «Qui est mieux ?» Les prochains coups n'apporteront qu'une réponse sibylline.

18...Cg8 19.Cb1!

Alors que le coup de Kramnik était purement défensif, Fritz trouve une manœuvre subtile pour neutraliser l'initiative noire sur l'aile dame.

19...Ff6 20.c3 g6 21.Ca3



S'oppose à toutes possibilités de fragiliser l'aile dame avec la poussée «a3», maintenant seul les blancs ont de réelles chances de progresser sur l'aile roi. Les progrès dans la conduite du jeu positionnel des ordinateurs sont saisissants!

21...Dc6 22.Th3 Fg7 23.Dg4 a4 24.Fc2 Tb6



25.e5!!

Peut-être le tournant de la partie qui dynamise les pièces blanches tout en mettant le doigt sur le problème rencontré par Kramnik. Il n'a apparemment pas de solution satisfaisante pour défendre à la fois le roi et le pion «a4».

25...dxe5 26.Txe5! Cf6

Une jolie conclusion survenait après 26...Fxe5? 27.Dxe5 f6 28.Txh7! Rxh7 29.Dh5 suivi du mat.

27.Dh4 Db7 28.Te1 h5 29.Tf3 Ch7?!

A considérer une défense plus active avec 29...Cg4!? 30.Tf4 Ce5 31.Txa4 Cd3 etc.

30.Dxa4

La partie bascule dans un registre plus technique où les blancs ont obtenu un pion sans compensation.

30...Dc6 31.Dxc6 Txc6 32.Fa4 Tb6 33.b3 Rg8 34.c4 Td8 35.Cb5 Fb7 36.Tfe3 Fh6 37.Te5 Fxc1 38.Txc1 Tc6 39.Cc3 Tc7 40.Fb5 Cf8 41.Ca4 Tdc8 42.Td1 Rg7 43.Td6 f6 44.Te2 g5 45.Cb6 Tb8 46.a4 1-0

L'APPRENTI SORCIER N'EST PLUS
DAVID BRONSTEIN (19 février 1924 - 5 décembre 2006)

Le samedi 9 décembre la communauté suédoise fêtait «Santa Lucia» à la paroisse de la Croix d'Ouchy à Lausanne. Comme chaque année un défilé de jeunes beautés venues du nord donnait du corps à ce spectacle plus ou moins innocent.
C'est dans ces mêmes locaux, il y a peine plus de trente ans, que le GM David Bronstein était invité pour donner une simultanée.
Le vendredi 13 juin 1975, selon Pierre Meylan, l'un des trois jeunes mousquetaires des échecs vaudois avec Hassan Sadeghi et Diègo Garces qui aspiraient tous à devenir Grand Maître.
Pour la plupart d'entre nous c'était une première que de pouvoir affronter un tel géant en chair et en os. Bronstein adopta une attitude devant l'échiquier que j'ai rarement pu observer par la suite dans ce genre de spectacle. Il balançait à tort et à travers des sacrifices dont la correction restait à démontrer mais dont les complications submergèrent rapidement les possibilités de calcul des ses adversaires. Une sorte de variante des parties à avantages très pratiquées au XIX par Morphy et Anderssen où l'on rendait du matériel dès le départ alors qu'ici Bronstein créait le déséquilibre après tout au plus une dizaine de coups.
Face au génie bouillonnant de créativité et des coups surprenants qui sortaient du chapeau de celui que l'on surnommera plus tard «l'Apprenti sorcier» nous ne fîmes pas vraiment le poids.
Son côté facétieux et pince sans rire représentaient un des aspects les plus attachants de sa personnalité. Voici par exemple comment il définissait le jeu inimitable de Tal qui devint champion du monde en 1960.
«Comment Tal peut-il gagner ses parties? C'est extrêmement simple. Il place ses pièces au centre et puis il les sacrifie».
Par la suite j'ai eu l'occasion de le rencontrer à plusieurs reprises, la dernière fois c'était au Cap d'Adge, il y a 3 ans. Nous échangeâmes quelques propos sur son match avec Botvinnik où il devint co-champion du monde en 1951 (l'expression est de Max Euwe) après avoir perdu la dernière partie de manière surprenante. Il permit ainsi à Bovinnik d'égaliser au score alors que la nulle et le titre étaient à sa portée.

Un sujet sur lequel il ne voulait pas trop s'attarder mais j'insistais en lui rapportant les propos d'un de ses contemporains «Bronstein champion du monde, ce n'était pas pensable, il n'était pas membre du parti, son père venait d'être libéré du goulag après plusieurs années et Staline ne pouvait tolérer que le nom de son grand rival et ennemi, Bronstein alias Trotski, puissent renaître et s'imposer au pinacle des échecs mondiaux».
Pâle sourire de Bronstein puis, après un long silence, il répliqua : «On a dit et écrit pas mal d'âneries sur le sujet. J'ai subi des pressions et le titre m'aurait contraint à beaucoup trop de devoirs. J'ai choisi la liberté.»
(Mon ami Sadeghi me signale que les éditions OLMS vont publier son dernier ouvrage début 2007 «Secret Notes» (www.edition-olms.com). Peut-être Bronstein nous a-t-il réservé quelques révélations posthumes?
Puis il demanda un service: «Pouvez-vous me conduire chez un oculiste, je dois changer de lunettes car je n'y vois bientôt plus rien».
Les aléas de la vie sont parfois curieux et je ne pus m'empêcher de songer que pendant la seconde guerre mondiale Bronstein fut réformé et éloigné du front à cause de sa mauvaise vue. Cet handicap lui a peut-être sauvé la vie lorsque l'on connaît le lourd tribut qu'on dut consentir les Russes pour combattre l'invasion nazie.

A cette occasion, je lui ai demandé de me dédicacer plusieurs livres dont «200 Open Games» (Batsford 1970) et «The Chess Struggle in Pratice» son fameux traité de milieu de jeu sur le tournoi des candidats de 1953. A chaque fois, avant de signer, il tourna la page pour voir ce qu'il y avait au verso. Les séquelles sans doute de cette impitoyable époque stalinienne.

BRONSTEIN (RUS) - ROJAHN (NOR)
Défense des 2 Cavaliers
Moscou 1956

1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fc4 Cf6 4.Cg5 d5 5.exd5 Ca5 6.d3 h6 7.Cf3 e4 8.dxe4?!



Fischer dans Chess Life de décembre 63 commente:
«Bronstein, un des supermen russes originaux a effectivement gaffé et perdu une pièce en jouant 8.dxe4?? David, le bon coup est 8.De2»
Bronstein, bien sûr, n'a pas gaffé. Voici ce qu'il dit dans son livre «200 Open Games»:
«Lorsque je me préparais pour ma partie contre le maître norvégien Rojahn, je trébuchais sur une idée curieuse basée sur la force des pions mobiles. Je me souvins que Morphy aimait à jouer de cette façon mais il n'y avait pas seul mot sur le coup 8.dxe4 et pas une seule partie. Bien, je décidais de le risquer et d'en être l'instigateur. Après avoir obtenu l'accord de mes coéquipiers, je me lançais dans l'aventure.»
Ce qui distingue les deux grands champions est pointé par E. Agur dans son livre excellent «Bobby Fischer, une étude de son approche des échecs» (Grasset 1994).
«Pour Fischer 8.dxe4 était une gaffe perdant une pièce. Ce type de jeu spéculatif était vide de sens pour lui. Aussi longtemps que le résultat d'un coup quelconque ne pouvait être jugé selon des critères positionnels cohérents, il devait être évité. C'était pour lui une profession de foi, une affaire de conviction profonde.»

8...Cxc4 9.Dd4 Cb6?!

Selon Euwe meilleur était 9...Cd6! 10.Cc3 Cfxe4! 11.Cxe4 De7 12.0-0 Cxe4 13.Te1 f5 14.Cd2 Dc5 avec avantage noir. Jan Pinski dans son livre «The Two Knight Defense» (Everyman Chess 2004) poursuit avec 15.De5 Rd8 16.Cxe4 fxe4 17.Txe4 Fd7 18.Fe3 Dd6 19.Dd4 Ff5 et les noirs gagnent.
C'est apparemment excessif car pour la pièce les blancs ont 2 pions et le roi noir, resté au centre, empêche la liaison des tours.
Il faut aussi tenir compte de 9...b5!?, une recommandation du GM Flohr.

10.c4 c5?!

Selon Pinski meilleur était 10...Fe7 11.e5 Cfxd5 12.cxd5 Dxd5 13.Dxd5 (13.Cc3!?) Cxd5 etc.
Flohr proposait 10...Fb4!? alors que Vainstein indiquait 10...c6 11.c5 Cbxd5 12.exd5 Dxd5 comme parfaitement jouable.
L'inconvénient du coup de la partie est évident, il facilite la création du puissant centre mobile.
Toutefois rendre la pièce c'était admettre que l'idée de Bronstein était fondée sur le plan positionnel alors que le Norvégien s'évertuait, au contraire, à la conserver car il persistait à penser que 8.dxe4?? n'était qu'une gaffe.

11.Dd3 Fg4 12.Cbd2 Fe7

Ici, ou au coup suivant, Vainstein et Suetin sont d'avis qu'il fallait échanger le fou contre le cavalier pour éviter de perdre des tempi pour assurer sa sécurité et faciliter ainsi la mise en mouvement de la phalange de pions adverse.

13.0-0 0-0 14.Ce5 Fh5 15.b3 Cbd7 16.Fb2 Cxe5 17.Fxe5 Cd7 18.Fc3 Ff6 19.Tae1 Fxc3 20.Dxc3 Df6?!

A nouveau une imprécision qui permet d'illustrer un concept de Philidor. Les pièces au service de la phalange de pions pour soutenir sa progression avec, à la clé, une promotion. Ici Flohr recommandait 20...Te8!?

21.e5!



«L'audacieuse idée blanche s'avère être une arme formidable. L'impact de la chaîne de pions fait trembler les pièces noires qui doivent peu à peu battre en retraite pour assurer leurs arrières» remarquait Bronstein qui ne s'était pas laisser tenter par un coup tactique comme 21.Dh3 à cause de 21...Db2! (21...Df4! Flohr) 22.Cb1 Fe2 pointé par Suetin et Vainstein.

21...Df5 22.f4 Fg6 23.Ce4 Tab8 24.Df3 Fh7

Critiqué par Suetin qui proposait 24...Cxe5 25.fxe5 Dxe5 26.Cxc5 mais avec un solide pion passé «d5» de plus la cause était entendue.

25.g4 Dg6 26.f5 Db6 27.Dg3 f6?!

Les noirs, avec pourtant une pièce de plus pour 2 pions seulement, sont au bord du gouffre et ce coup précipite la fin. Il permet la création de 2 forts pions passés dont la valeur dépasse largement le fou de case blanche complètement hors jeu sur «h7». Flohr recommandait 27...Tfe8 pour tenter de prolonger la résistance.

28.e6 Ce5 29.h4 Rh8 30.g5 Tbc8 31.Rh1 Dd8 32.g6



Pur sadisme car après 32.gxf6 gxf6 33.Cxf6 Dxf6 34.Dxe5 +- les blancs obtenaient 3 pions passés liés.

32...Fxg6

Equivaut à un abandon mais, comme le remarquait Flohr, après 32...Fh8 le fou de cases blanches n'était plus qu'un rentier invalide. Une vérité qui n'est pas aussi facile à démontrer dans la pratique car après 33.d6 Te8 34.Txe7 dxe7 35.Dxe7, en rendant la qualité, tout danger de promotion était écarté et le fou pouvait renaître à la vie.

33.fxg6 b5 34.d6 Db6 35.d7 Cxd7 36.exd7 Tcd8 37.Cxf6! Dc6 38.Dg2 Dxg2 39.Rxg2

Le Norvégien renonça à poursuivre avec 39...gxf6 à cause de 40.Te7 mais d'une petite voix il questionna:
«Avez-vous oublié votre fou lorsque vous avez joué 8.dxe4!?»

1-0

Pour résumer, cette partie est un excellent préambule pour parler d'un livre original et important:

L'HERITAGE DE PHILIDOR - Jurag Nikolac
http://www.olibris.fr

C'est le dernier né de la collection Olibris.
L'auteur, le Croate Juraj Nikolac, apporte un regard moderne sur celui qui a révolutionné le monde des échecs avec cet aphorisme «Les pions sont l'âme des échecs ».
Le travail du Juraj Nikolac est remarquable à plus d'un titre. Il s'apparente aussi bien à ce qui caractérise un essai ou un ouvrage théorique. C'est essentiellement une réussite sur le plan de la technique du jeu, avec des explications concises, alimentées essentiellement par le verbe et non des variantes. L'auteur révèle, avec justesse, la modernité des idées de Philidor.
Un bémol pourtant, il ne répond pas à mes attentes sur le plan historique et la notice biographique est plus que succincte.
Voici quelques considérations historiques qui n'apparaissent pas clairement dans le livre.
Philidor fut trop en avance et incompris par ses contemporains. Il était pourtant en parfaite adéquation avec les problèmes de son temps. Le XVIII siècle fut celui des lumières, axé sur la raison, la liberté du progrès et de la connaissance avec pour conséquence un conflit entre les tenants de la raison et ceux de l'autorité des dogmes. Ce conflit trouvera son dénouement avec l'effondrement de l'ancien régime et de ses valeurs balayées par la révolution française.
L'analogie est frappante, Philidor dans son ouvrage publié en 1749, «L'analyse des échecs», anticipe sur les évènements. Les pièces de la première rangée symbolisaient l'ordre féodal dans le traité de Jacques de Cessoles «Livre des Mœurs des Hommes et des Devoirs des Nobles au travers du jeu des Echecs». Philidor les assujetit au service des pions de la 2ème rangée qui représentaient le peuple. Il provoque ainsi une véritable révolution.
Labourdonnais, vainqueur de Mac Donnel en 1844, reviendra aux valeurs de l'ancien régime et, même si comparaison n'est pas raison, l'analogie avec la Restauration (1814-1830) ne peut être écartée.
Voici le jugement de De Rivières sur le style de La Bourdonnais par rapport à Philidor:
«La Bourdonnais a, au contraire, inauguré une méthode plus hardie qui consiste à tout sacrifier, pièces et pions, à l'effet d'obtenir une attaque décisive.»

Dans son chapitre sur Philidor et Steinitz, l'auteur pointe avec justesse l'affiliation de Steinitz aux thèses de Philidor. Steinitz est le premier champion du monde de l'histoire mais aussi le premier à réussir une synthèse pour évaluer les forces qui agissent sur l'échiquier. Cette synthèse est basée sur l'espace, le temps et le matériel en comptabilisant des valeurs dynamiques (les pièces) et statiques (les pions).
Par contre, l'affiliation entre Philidor et Alekhine me semble plus acrobatique si ce n'est que tout est dans tout. Alekhine aimait les positions compliquées disait Euwe. Sa vision combinatoire était hors du commun et Kotov a tenté de cerner son style dans un ouvrage monumental qu'il lui a consacré:
«Une telle analyse permettrait également de situer Alekhine dans une évolution, de comprendre qu'il se rattache à La Bourdonnais (le centre), Morphy (l'attaque sur le roque), Steinitz (l'action sur les deux ales), Tschigorine (l'originalité) etc.»
Plus judicieux me semblerait, par contre, de quantifier l'apport de Philidor par rapport à l'œuvre majeure «Mon système» de Nimzovistch qui n'est qu'esquissée.

Le travail de Juraj Nikolac a l'avantage de rendre la place qui est due à Philidor au panthéon des échecs car au début du XX siècle le champion français n'était toujours pas pleinement reconnu à sa juste valeur. Voici par exemple ce qu'écrivait A. Goetz (Champion de France en 1914) dans son livre «Cours d'échecs» (Paris 1921):
«Philidor a crée ainsi consciemment la première stratégie des échecs, tandis qu'avant lui n'existait que des tacticiens. Et il a su l'imposer universellement, surtout grâce à son extraordinaire force personnelle, qui n'a jamais rencontré un rival de sa valeur. Et cependant, elle nous parait aujourd'hui bien désuète et rudimentaire, aussi peu maniable que la phalange macédonienne.»
Jurj Nikolac remet les pendules à l'heure en précisant: «Il s'avère que certaines des idées de Philidor, et notamment celle qui lui tenait le plus à cœur, la force de l'avance d'une phalange de pions, restent valables sous certaines conditions »
Un livre au-delà des modes qui inaugure un débat de fond important, traduit par Fabien Leclerq et Darko Anic, soutenu par un éditeur courageux, Olivier Letréguilly. http://www.olobris.fr

Pour les passionnés 2 importantes rééditions sont à signaler:
LIFE OF PHILIDOR G. Allen 1865
A SELECTION OF GAMES AT CHESS
Played by Philidor and his Contemporaries G. Walker 1835 http://www.moravian-chess.cz

De plus quelques articles de Dany Sénéchaud consacrés à Philidor valent le détour sur http://www.mjae.com

ANNONCES DE TOURNOI ET RESULTATS

UN PETIT SALUT AMICAL A NOS AMIS POLONAIS
Ce vendredi 15 décembre dans la soirèe à Varsovie: Grand tournoi de blitz. Ensuite le samedi et le dimanche, toute la journée, c'est le Championnat d'Europe de parties rapides. Vous pouvez suivre mes commentaires "en direct" au:
http://www.poloniachess.pl/amplico2006/index.php?lang=en
Krzysztof Pytel

ET NOS VOISINS
26-30 décembre 2006 : 3e open international de Vandoeuvre (9 rondes 1h30+30sec).
Renseignements : http://www.vandoeuvre-echecs.com/tournois.php
Liste des joueurs pour le moment : http://www.vandoeuvre-echecs.com/participants.php

19-25 février 2007 : 5e festival de Meurthe et Moselle à Nancy (des tournois fermés de 10 joueurs pour tous les Elo, 9 rondes 2h+30 sec, 110 joueurs et 11 groupes en 2006).
Renseignements : http://philippechess.free.fr/Festival2007/F07.html
MI Christophe PHILIPPE

GENEVE TOURNOI FINAL DES U12 ET U14
La finale annuelle, réunissant 12 participants par catégorie, a été organisée à Genève du 10 au 12 novembre 2006.
En U12, le tournoi fut très serré et la logique Elo relativement bien respectée avec la victoire du favori, le joueur de Winterthur Gabriel Gähwiler, qui s'impose au départage devant Lars Rindlisbacher et Patrick Grandadam, tous deux âgés de 10 ans seulement.
En U14, grosse surprise puisque les deux grands favoris Kambez Nuri et Sebastian Muheim terminent hors du podium. Le titre est remporté par Jonathan Rosenthal devant Jonathan Tordeur et Nicolas Grandadam.
(Pierre Meylan)
http://www.lechessblog.com/article-4498191.html

GENEVE INTERSCOLAIRE 2006-12-06
Le 12 novembre l'Ecole de Dardagny a remporté :
- le trophée de la Fédération Genevoise d'Echecs à l'école genevoise dont les 3 joueurs les mieux classés totalisent le meilleur score du championnat et,
- le trophée du Service des loisirs de la jeunesse à l'école genevoise réunissant le pourcentage de participants le plus élevé.
En marge des tournois, un débat intéressant sur l'enseignement des échecs à Genève a été animé par le Grand Maître Gilles Miralles.
253 jeunes joueurs ont participé à cette compétition.
http://www.lechessblog.com/article-4510336.html

OPEN DU JURA
Joué du 17 au 19 novembre classement final après 5 rondes :
1-2.Hamdouchi g (MAR 2582) et Lalic g (CRO 2491) 4,5 points. 3-9. Maze m (FRA 2510), Wenger (SUI 1841), Peric m SCG 2297), Cross (FRA 2064), El Mais (DSSUI 1919), Roelli (SUI 2075), Montavon (SUI 2118) tous 4 points. 10.Schaeffer (FRA 2065) 3,5 points etc. 94 participants
http://www.juraopen.org

OPEN DE LA GRUYERE
Joué du 24 au 26 novembre classement final après 5 rondes :
1-3. Avni Ermeni (2286), Lindo Duratti (2221) et Jacques Kolly (2269) tous 4.5 points ; 4-9. Jaspaul Bagri (2196), Tomohiko Matsuo (2236), Jean-Jacques Dousse (2124), Tobie Gobet (2007), Stéphane Gendre (2136), Olivier Chervet (2017) tous 4 points ; 10. David Burnier (2293) 3,5 points etc. 72 participants.

GENEVE ACTIV CHESS
Joué le 3 décembre, Richard Gerber m (2365) remporte le tournoi avec 6 points et devance Landenbergue m (2446), Stojanov (2319), Lamoureux m (2370) tous 5,5 points. Le premier junior, Aleksander Rusev, est 11ème avec 4,5 points et Numa Bertola 1er cadet, 14ème avec 4 points.
44 participants.
http://www.lechessblog.com/article-4788062.html

EPALINGES TOURNOI JUNIOR
Le 10 décembre, 7 rondes de 15 minutes.
E-mail: alexandre.bur@unine.ch
http://www.gelchess.ch
ZUG ACTIV CHESS
Le 10 décembre, 7 rondes de 25 minutes. 1er prix 300.-CHF
E-mail: willi.duerig@bluewin.ch

OPEN DE NOEL DE ZURICH
Du 26 au 30 décembre, 2 catégories. 1er prix 3000.-CHF
http://www.weihnachtsopen.ch

OPEN DE BERNE
Du 26 au 30 décembre, 7 rondes. 1er prix 2000.-CHF
http://www.beochess.ch

ASCONA OPEN AMATEURS
Du 26 au 30 décembre, 7 rondes, 1er prix 1200.-CHF (jusqu'à 2299 Elo)
http://www.luganochessopen.ch

BALE FESTIVAL D'ECHECS HILTON
Du 1 au 7 janvier, nombreux tournois.
http://www.beochess.ch

WIL CHAMPIONNAT SUISSE U10 U12 U14
Renseignements: E-mail hakarer@freesurf.ch

ALTDORF ACTIV CHESS
Le 7 janvier, 7 rondes de 25 minutes.
Renseignements: E-mail NSch@freesurf.ch

BADEN TOUNOI BLITZ
Le 7 janvier, 7-9 rondes de 5 minutes
Renseignements: E-mail kwilhelm@pop.agri.ch

BERNE BUMPLITZ ACTIV CHESS
Le 14 janvier plusieurs catégories, 7 rondes de 20 minutes
http://www.hasler-cs.ch/skb/

GRANGES ACTIV CHESS BALOISE
Le 14 janvier, 7 rondes de 25 minutes.
http://www.skgrenchen.ch

LE CHABLE/BAGNES ACTIV CHESS
Le 14 janvier, 7 rondes de 25 minutes, 1er prix 600.-CHF
Renseignements: E-mail jpguex@verbier.ch

GENEVE OPEN INTERNATONAL
Du 20 au 28 janvier, 9 rondes, 1er prix 3500.-CHF
http://www.geneve-echecs.ch

LES SITES INDISPENSABLES POUR SUIVRE L'ACTUALITE EN SUISSE:

* LE SITE DE LA FEDERATION SUISSE
http://www.schachbund.ch

* LE SITE DE LA FEDERATION VAUDOISE
http://www.fvde.ch

* LE SITE DU SWISS CHESS TOUR
http://www.beochess.ch

* UNION VALAISANNE DES ECHECS
http://www.uve-wsb.ch

* L'INFO SUR GENEVE
http://www.ceg.ch

A DECOUVRIR POUR LES PARTIES COMMENTEES:

* LE SITE DE REYES "MIEUX JOUER AUX ECHECS"
Avec la partie culture animée par Dany Sénéchaud.
http://www.mjae.com/

* DECOUVREZ LE SITE QUI MONTE A LA POINTE DE L'INFO!
Un travail exemplaire de la part de Thierry Foissez.
http://www.echiquier-nicois.org

* LE SITE DU FAMEUX CHRONIQUEUR DE LIBE JEAN-PIERRE MERCIER
http://echecs.blogs.liberation.fr/

* CHESS BASE et les fameux logiciels
http://www.chessbase.com
http://www.chessbase.ch

* LES EDITOS DE DAMIR LEVACIC
http://www.cannes-echecs.org/

* LE SITE D'ALEXANDRA KOSTENIUK
http://www.kosteniuk.com

* L'INFO EN ALLEMAND
http://www.schach.com/ie4/index.htm

* L'INFO EN ANGLAIS
http://www.chesscenter.com/twic/twic.html

* SOUTENEZ L'ACP LE SITE DES JOUEURS PROFESSIONNELS
http://www.chess-players.org/eng/index.html

* LES STAGES INTERNATIONAUX Echecs & Patrimoine en Provence.
http://www.echecsetpatrimoine.org

* UN PETIT CLIN D'ŒIL A :
CRISTOPHE BOUTON
http://echecs64.blog.20minutes.fr/

GILLES MIRALLES
Le mentor des juniors genevois
http://www.lechessblog.com

LA REVUE ITALIENNE
Torre & Cavallo Scacco !
http://www.messaggerie.it

* TRIBUNE DE GENEVE
Tous les samedis dans la "TRIBUNE DE GENEVE" une chronique d'échecs avec info, parties et études.

POUR M'ENVOYER UNE INFO OU UNE CRITIQUE CONSTRUCTIVE: Email: g.bertola@hispeed.ch

Georges Bertola

Les chroniques précédentes:
| Consultez la liste de toutes les chroniques et retrouvez toutes les parties commentées |

www.tribune.ch


Publié le 12/12/2006 - 10:28 , Mis à jour le 03/01/2007 - 15:33