La ronde 8
Michael Adams | Photo @ Ray Morris-Hill
Une ronde 8 où les favoris ont joué des coudes pour se placer au mieux avant la ronde finale. 3 nulles aujourd'hui et victoire de Kramnik.

La troisième édition du London Chess Classic se déroule du 3 au 12 décembre 2011 au «Olympia Conference centre de Kensington». Jour de repos le 7 décembre.

Site officiel www.londonchessclassic.com avec parties en direct à 15 h 00 (heure française), ronde 9 à 13 h 00, avec commentaires en streaming.

  • Malcolm Pein, le directeur du tournoi, a annoncé que cette année il y aura un exempt à chaque ronde qui participera aux commentaires des parties du jour. La cadence est de 40 coups en 2 heures, puis 20 coups en 1 heure et enfin, 15 minutes + 30 secondes par coup pour le reste de la partie. Application des «Sofia Rules» et victoire à trois points.
  • Les joueurs ne peuvent pas annuler sans le consentement de l'arbitre en chef et seulement pour: une triple répétition des coups, 50 coups consécutifs sans coup de pion ni aucune prise et les positions complètement nulles. Dans ce dernier cas l'arbitre principal peut être conseillé par le MI Malcolm Pein, directeur du tournoi, ou par le GM Julian Hodgson.
  • Le départage final est déterminé par : 1) Nombre de victoires. 2) Nombre de victoires avec les Noirs. 3) Résultat individuel entre les deux joueurs à égalité. Dans le cas improbable où il y aurait encore égalité, alors: 4) 2 parties de 15 minutes + 2 secondes par coup. 5) Armageddon: 6 minutes + 2 secondes contre 5 minutes + 2 secondes où la nulle suffit aux Noirs pour l'emporter. S'il y a plus de deux joueurs à égalité, des séries de parties rapides seront menées dans un tournoi double-ronde.
Le classement après la ronde 8 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Score/Perf.
1. Kramnik, Vladimir g RUS 2800 * ½ ½ 1 ½ . 1 1 1 15 (5.5/7) 2963
2. Carlsen, Magnus g NOR 2826 ½ * 1 ½ ½ ½ . 1 1 13 (5.0/7) 2902
3. Nakamura, Hikaru g USA 2758 ½ 0 * ½ 1 1 ½ 1 . 12 (4.5/7) 2850
4. McShane, Luke J g ENG 2671 0 ½ ½ * . ½ 1 1 1 12 (4.5/7) 2852
5. Anand, Viswanathan g IND 2811 ½ ½ 0 . * ½ 1 ½ ½ 8 (3.5/7) 2750
6. Aronian, Levon g ARM 2802 . ½ 0 ½ ½ * 1 ½ ½ 8 (3.5/7) 2733
7. Short, Nigel D g ENG 2698 0 . ½ 0 0 0 * ½ 1 5 (2.0/7) 2586
8. Howell, David W L g ENG 2633 0 0 0 0 ½ ½ ½ * ½ 4 (1.5/8) 2569
9. Adams, Michael g ENG 2734 0 0 . 0 ½ ½ 0 ½ * 3 (1.5/7) 2518


# Nom Prénom Gain Nulle Perte Score / Parties Départages Elo Perf.
1 Kramnik Vladimir 4 3 0 15.0 / 7 2 gains noirs 2800 2963
2 Carlsen Magnus 3 4 0 13.0 / 7 3 gains blancs 2826 2902
3 Nakamura Hikaru 3 4 0 12.0 / 7 1 gain noir 2758 2850
4 McShane Luke J 3 2 2 12.0 / 7 3 gains noirs 2671 2852
5 Anand Viswanathan 1 5 1 8.0 / 7 1 gain noir 2811 2750
6 Aronian Levon 1 5 1 8.0 / 7 1 gain blanc 2802 2733
7 Short Nigel D 1 2 4 5.0 / 7   2698 2586
8 Howell David W L 0 4 4 4.0 / 8   2633 2569
9 Adams Michael 0 3 4 3.0 / 7   2734 2518

Remerciements à Mark Crowther de The Week In Chess pour les tableaux et les pgn

Résultats de la ronde 8 du 11 Décembre 2011 à 15 h 00
Viswanathan Anand (2811) - Magnus Carlsen (2826) : ½-½ (33) Gambit Dame
David Howell (2633) - Levon Aronian (2802) : ½-½ (54) Pirc autrichienne
Luke McShane (2671) - Vladimir Kramnik (2800) : 0-1 (69) Espagnole berlinoise
Hikaru Nakamura (2758) - Nigel Short (2698) : ½-½ (90) Début anglais
Michael Adams (2826)   Exempt, commentera les parties.

Le petit jeu des joueurs exemptés étant terminé, sauf pour les deux derniers, nous y voyons maintenant plus clair. Cette ronde 8 est évidemment déterminante pour le résultat final et il est nécessaire aussi de la mettre en perspective avec la 9e et dernière ronde pour tenter de deviner les intentions des joueurs: McShane - Anand ; Nakamura - Adams ; Short - Carlsen et Kramnik - Aronian.

On remarque ainsi que Levon Aronian ne pourra guère faire mieux que la 5e place. L'Arménien affronte la lanterne rouge, un David Howell dépassé par la force des top mondiaux. Hikaru Nakamura, après avoir vu passer devant lui 3 concurrents hier, va bien entendu tout tenter pour l'emporter contre Nigel Short aujourd'hui. L'issue du duel entre McShane et Kramnik est  quant à lui indécis: l'Anglais joue 1.e4, le Russe la berlinoise, une ouverture dans laquelle les Blancs ont quand-même plus de possibilités de faire nulle que les Noirs de gagner. A noter que Luke McShane est premier au départage.

Le choc de la journée est évidemment la rencontre entre le champion du monde Viswanathan Anand et le numéro un mondial Magnus Carlsen. Il faut être objectif, Anand a raté son tournoi. Nous l'avons déjà dit dans les commentaires de la ronde 4, et nous ne pouvons que répéter: Le match pour le titre mondial contre Boris Gelfand n'est pas loin et Anand ne veut sans doute pas dévoiler son répertoire d'ouvertures préparé pour ce duel. D'un autre côté, si un champion du monde ne peut plus gagner sans un répertoire ultra-pointu, c'est qu'il y a un problème.

Viswanathan Anand

Viswanathan Anand, dit « Vishy Anand », est né le 11 décembre 1969 à Chennai en Inde. Il devient champion du monde FIDE en décembre 2000 après deux finales perdues en 1995 (contre Garry Kasparov) et en 1998 (contre Anatoli Karpov). Il perd son titre lors du championnat du monde FIDE 2001-2002. Depuis le 29 septembre 2007, Viswanathan Anand est champion du monde d'échecs (titre unifié) et a défendu deux fois son titre avec succès en battant Vladimir Kramnik en octobre 2008 et Veselin Topalov en avril–mai 2010. Joyeux anniversaire Vishy !

 

Ni Carlsen, ni Anand n'auront forcé leur talent. Ils ont fait nulle en moins de deux heures. Dans la variante du Gambit Dame choisie, le jeu des Blancs est basé sur la faiblesse du pion "d5". Grâce aux échanges massifs, ce problème est résolu. Ils gagnent même un pion, que les Noirs leur laissent sans problème, car la finale de Tour est complètement nulle. Partage du point signé au 33e coup.

Position après 17. Tfc1

 

Dans la conférence d'après match, Vishy Anand indiqua que Tfc1 (au 17e) était une faute de main, qui facilite la tâche des Noirs, car après l'échange en b5 et 18. ...Dc6 les Blancs doivent retirer leur Cavalier en c3, et les Noirs peuvent tout échanger.

Anand a indiqué qu'il n'avait pas assez confiance en ses capacités de calcul en ce moment pour tenter 19. Da4 au lieu du retour du Cavalier.

 

 

 

 

Partie baroque entre Nakamura et Short : pas un seul échange avant le 30e coup !

Position après 30. Cb5

Comme le soulignaient avec humour Anand et Carlsen en analysant la position, l'Américain a un talent particulier pour placer ses pièces sur des cases étranges, et trouver des ressources dans des positions étranges.

Après quelques échanges et le contrôle de temps, la position est toujours aussi fermée. Et c'est au terme d'une longue partie (90 coups !) que les deux joueurs partagent le point.

 

 

 

 

 


Levon Aronian a tenté de surprendre son adversaire, en utilisant la défense Pirc. Il l'avait jusqu'à présent surtout utilisée en blitz, précisait-il après la partie. David Howell a opté pour une variante agressive comme son nom l'indique, l'attaque autrichienne. Elle consiste à lancer une marée de pions au centre de l'échiquier. Il a obtenu un léger avantage, sa paire de Fous étant plus forte dans cette position ouverte que le couple Cavalier-Fou des Noirs. Mais comme à chaque partie, l'Anglais s'est retrouvé dans un sévère zeitnot (beaucoup de coups à jouer en peu de temps). La position s'est simplifiée et si il a réussi à conserver un Fou supérieur au Cavalier, il y a trop peu de pions sur l'échiquier pour une issue décisive. Les deux joueurs partagent le point au 54e coup.

Luke McShane a probablement laissé passer son avantage dans le zeitnot. Auteur d'un audacieux sacrifice, il semblait avoir une position prometteuse, tenant en joue le Roi noir coincé en h8 avec son Fou sur la grande diagonale noire.

McShane-Kramnik après 39... d5

Mais contraint par le temps, il gaffait juste avant le 40e coup (39. d5 ?, auquel les moteurs d'analyse préfèrent Rf5). Heureusement pour lui, Vladimir Kramnik n'a pas vu pas la réfutation directe (39... f2!), et a préféré retirer sa Tour en d6. La poignée de secondes avant le 40e n'a pas suffit à l'Anglais pour voir que 40. Rf5 conservait toujours les meilleures chances. A la place, il est contraint de sacrifier pour empêcher la promotion du pion f, et la Tour de plus du Russe semble suffisante pour assurer le gain, bien que l'activité du Roi blanc et ses pions avancés restent une menace. Kramnik n'a pas commis d'erreur, et remporte le point au 69e coup.


Publié le 11/12/2011 - 14:00 , Mis à jour le 12/12/2011 - 17:14
Les réactions (31)
Tous nos membres ayant un abonnement en cours de validité (hors période d'essai) peuvent commenter les articles. Abonnez-vous!
RedFox - 11/12/2011 22:14
@EE
quelques petites erreurs dans les départages

Kramnik 2 gains noirs
Carlsen 0 gain noir
Nakamura 1 gain noir
McShane 3 gains noirs


JPG64 - 10/12/2011 14:53
Evidemment, l'aspect psychologique est plus qu'intéressant, mais la difficulté de la retransmissions, c'est la durée. Contrairement à ce qui a été évoqué en parlant d'autres sports (tennis cité par Kempelen80), l'action aux échecs (au moins en partie longue) est à mon avis mieux mise en évidence par les analyses faites par des spécialistes qui peuvent nous aider à comprendre ce qu'il se passe sur l'échiquier. Si on doit rester devant son écran à regarder les visages des joueurs et l'échiquier, je pense que je vais trouver la partie très longue... avec les commentaires et les analyses en direct cela m'intéresse davantage.
L'idéal serait sans doute d'avoir le tout, mais il me parait illusoire d'avoir 3 caméras par échiquier (1 sur chaque joueur, une au dessus de l'échiquier !!!); imaginez les moyens nécessaires pour retransmettre le London Chess Classic, au moins 12 caméras (et ça serait bien pire pour des tournois avec plus de joueurs !). Alors qu'avec les moyens déjà en place, échiquier DGT, moteurs d'analyse puissants, des bons commentateurs (y compris un des participants !) on peut facilement suivre les actions sur différents échiquiers; ensuite à la fin de la partie nous avons en direct les commentaires des joueurs eux-mêmes, à chaud, en nous expliquant leurs idées. Personnellement, je trouve que c'est déjà très bien !
Kempelen80 - 10/12/2011 14:06
Salut JPG64 je comprends ce que tu veux dire, oui c'est important de suivre les coups joués sur l'échiquier, mais n'oublions pas qu'il y a des hommes derrière tout cela, et de voir les attitudes des joueurs dans les différents moments de la partie est important, même si parfois ils ne montrent pas grand chose de leur émotion (sauf Kasparov pour citer une exception). C'est souvent très subtil. En tout cas pour moi, l'aspect psychologique, la réalité des réactions humaines ainsi que le bois de l'échiquier et la beauté des pièces ont une grande importance, c'est indissociable de l'aspect technique de la partie. Personne ne joue de la même façon avec un échiquier en plastique ou devant un ordinateur que contre un joueur humain. Pour les tournois retransmis c'est pareil Il faut que l'on puisse retrouver l'ambiance d'une salle de tournoi, le silence entrecoupés de quelques bruits (déplacement des joueurs, bruit de chaise etc).
francoisfrancois - 10/12/2011 08:06
"Après la ronde 5, Nakamura et Carlsen possèdent tous deux 3,5 points, mais la victoire à 3 points place Nakamura un point devant Carlsen alors que l'Américain a perdu contre le Norvégien. Où est la logique de ce pointage ?"

Bizarre comme point de vue. Avec le système traditionnel, on peut trouver le même type de configuration ou le premier au classement s'est pourtant fait battre par le deuxième ... ?

RevolverOcelot - 09/12/2011 23:45
Pour populariser les échecs, oui on veut voir la chemise d'Anand et la coupe de cheveux de Carlsen. Comment intéresser les non initiés sinon ??

Les échecs étaient populaires avec des phénomènes comme Fischer ou les 2 KK. Mais qu'avons nous à présenter à un grand public à part des parties nulles (il y en avait pourtant pas mal avec les KK...)?

Le jeu d'échecs peut supporter tous les supports, passer tous les âges et intéresser tout le monde. Pas grand chose n'est fait...