Le pat en finales de pièces mineures (1)
Les deux domaines d'application les plus communs sont les finales de Dames et pions et de Rois et pions. Il y a pourtant une autre grande catégorie de finales qui a été généralement ignorée pour autant qu'il s'agisse du pat : les finales de pièces mineures. [FINALE]

Palevic - Luzniak
Par correspondance, 1981

Rechercher des occasions de pat est un des stratagèmes majeurs que le défenseur devrait essayer en tentant de sauver des finales inférieures. Les deux domaines d'application les plus communs sont les finales de Dames et pions et de Rois et pions. Il y a pourtant une autre grande catégorie de finales qui a été généralement ignorée pour autant qu'il s'agisse du pat : les finales de pièces mineures. La raison de cet oubli est apparemment à rechercher dans le fait qu'une pièce mineure n'a nulle part la « domination de cases » que possède la Dame, ni bien sûr le caractère exclusif de la finale de Rois et pions. Par conséquent, le pat semble juste apparaître furtivement quand on joue une finale de pièce mineure. Cela arrive cependant encore assez fréquemment pour qu'on lui accorde l'attention nécessaire. Dans cet article, j'examinerai les cas de pièces mineures contre pions. Les qualités requises pour « trouver » les occasions de pat sont: une attitude combative (« Je vais tout essayer pour annuler »), l'imagination et la connaissance des positions de pat thématiques. Parfois, c'est avant tout de l'imagination qu'il faut. C'est merveilleusement illustré par la position suivante.

1.f6+
Les Blancs semblent être dans une situation désespérée étant donné qu'une défense passive avec 1. Cf2? bxç2 2. Cd3 Rç4! 3. Cç1 d5 etc. est sans espoir, et les finales de Rois et pions résultant du sacrifice de Cavalier paraissent également perdantes. Voyez cependant à quoi les Blancs arrivent après:

1...e6
Le Roi noir est trop éloigné après 1...Re5 2. Cd7+ Re6 3. Cf8+ Rf7 4. ç3! bxç3 5. bxç3 Rxf8 6. Rb2 et les Blancs annulent.

2.c3! bxc3
Nulle aussi est la finale de Rois et pions après 2...xf6 3.cxb4 Après le coup du texte, les Blancs semblent perdus car 3. bxç3 Rxf6 4. Rb2 Rg5 suivi de 5...Rxh5 est sans espoir. MAIS...

3.e4! c2 4.c5+!! dxc5 Pat. ½-½
Si les Noirs ne prennent pas, 5.Cxb3 arrête le pion «ç» et le pion blanc «b» devient un pion passé.


D'autre part, un esprit combatif est la planche de salut dans la position suivante.

Safranska,A - Melachvili
URSS, 1977

Il est évident que la seule chance des Blancs consiste à échanger le dernier pion noir et ce qui devrait leur laisser un espoir, c'est la situation momentanément très gauche du Cavalier. Dans la partie, les Blancs jouèrent le coup insipide 1. ç3? et abandonnèrent après 1...Cb8!. Les pions blancs peuvent être à présent bloqués et ils seront capturés le moment venu. Par exemple: 2. Rd3 (2. ç4 Cç6+ suivi de 3...b4) 2...Rç6 3. Rç2 Re5 4. Rd3 Ca5 5. Rç2 Re4 6. Rb2 Rd3 7. b4 Cç4+ 8. Rb3 Rd2 etc.

Pourtant, grâce à une simple mais jolie possibilité tactique, les Blancs peuvent compliquer les choses et il en ressort un motif de pat sauveur.

1.c4! b4 2.c5+!! d7!
La nullité est immédiate après 2...xc5 3.c4 a6 4.b5 et le pion noir est perdu.; Après l'évident 2...c6 3.c4 b7 4.b5 a7 5.a5 les Noirs n'ont pas non plus de perspectives de gain puisque leur Cavalier reste collé en a6. Le fin coup du texte est destiné à tester la résolution des Blancs.

3.d5 c7 4.d4! b8 5.c4 c6 6.b5

6...b7
L'essai sur l'autre côté aboutit à un pat similaire: 6...d7 7.c4 e6 8.b5 d5 9.a4!! xc5 (Les Noirs ne peuvent améliorer leur jeu par 9...d4 10.b5 c3 parce qu'après 11.xc6 xb3 12.d6 les deux camps font Dame.)

7.a4!! a6 ½-½
Autrement, les Blancs oscillent entre b5 et a4, mais maintenant le Roi est trop contenu.

Article du GMI Edmar Mednis paru dans le numéro 426 de la revue Europe-Echecs de Septembre 1994


Publié le 23/12/2009 - 15:13 , Mis à jour le 11/01/2010 - 17:24