Les Anglais capotent
Chess Promotions Ltd a annoncé retirer son offre pour l'organisation en 2012 du Championnat du Monde. Elle en rejette la responsabilité sur la FIDE, qui a répondu par un communiqué cinglant. Ilya Levitov, vice président de la Fide en remet une couche.

En 2012, les Jeux Olympiques se tiendront à Londres. Beaucoup de fans d'échecs rêvaient déjà à la finale du Championnat du Monde d'échecs, qui devait se tenir concomitamment.

Chess Promotion Ltd a commencé à discuter de cette organisation en février 2010 avec la FIDE. Après avoir versé 50 000 euros pour s'assurer une option, elle envoya le 21 juillet 2010 une proposition de contrat, avec des termes financiers similaires à ceux du Championnat du Monde de Sofia en 2010.

Les deux parties n'ont pas réussi à parvenir à un accord, et les discussion ont repris en janvier 2011. Chess Promotion Ltd mis alors en demeure la Fide d'accepter le contrat avant le 29 janvier. Ne recevant aucune réponse, la société anglaise a décidé de retirer son offre.

  Le communiqué complet de Chess Promotion Ltd sur le site de Chessbase.

La Tour de Londres et le "concombre"
© Laurent C. | http://www.flickr.com/photos/laurentcgeo/5422004584

La réponse de la Fide

Israel Gelfer, vice-président de la FIDE, a répondu par une lettre ouverte lui aussi.

Après un rappel des faits, il explique que la proposition londonienne différait de celle de Sofia, notamment au niveau des prix. La Fide avait accepté de négocier , par exemple une réduction de 20% des prix, et accepta de discuter cette version du contrat en janvier 2011.

Mais lors de cette réunion, Chess Promotion Ltd s'en est tenu à sa proposition, en raison de la perte d'intérêt des sponsors, due à la non-participation de Magnus Carlsen à cet événement.

La Fide a relevé 36 différences entre les 2 versions du contrat, dont certaines inacceptables, comme le fait que la Fide soit responsable de l'acquittement des taxes pesant sur les joueurs.

Gelfer explique qu'en fait, la vraie raison de l'abandon de Londres est que le sponsor n'était plus intéressé, en raison de l'absence de Magnus Carlsen.



  La lettre ouverte d'Israel Gelfer.


Candidature de l'Inde ?

Suite au retrait de la candidature de Londres, l'Inde serait tentée d'accueillir le match qui opposera Anand à son challenger. Selon un article du Times of India, la Fédération indienne aurait fait part de son intérêt lors du comité directeur de la Fide qui s'est tenu à Antioche (Turquie) les 4 et 5 février 2011.


Ilya Levitov, vice président de la Fide, en rajoute

Dans une interview au site SportExpress, Levitov reprend les arguments développés par Gelfer. Il explique que suite au retrait de Carlsen, les organisateurs ne souhaitaient plus organiser l'évènement, mais ne voulaient pas perdre la face en renonçant directement. Aussi ont-ils, selon Levitov, eut des exigences inacceptables, notamment financières. Il précise aussi que les organisateurs exigeaient de choisir le remplaçant en cas de forfait d'un joueur.

Il a été démenti sur ce point par Malcolm Pein. Interrogé par Chessbase, l'organisateur londonien a fourni un extrait du contrat, où il est bien stipulé que le choix d'un éventuel remplaçant incombe à la Fide.

Ceci jette le doute sur la crédibilité du vice président de la Fide. Interrogé sur le lieu où se tiendra la finale du Championnat du Monde, Levitov suggère que l'Azerbaïdjan (si un des joueurs azéris accède à la finale), la Bulgarie (si Topalov se qualifie), ou la Russie (avec Kramnik ou Grischuk) pourraient être intéressés. Comme le remarque Chessbase, il n'est étonnamment pas fait mention de l'Inde.

Quant au futur cycle, il explique que la Fide prendra en compte les remarques de Carlsen, et que le perdant du Championnat du Monde ne devrait pas avoir de privilèges. Néanmoins, comme le remarque le site allemand, les objections du Norvégien concernaient les privilèges accordés au Champion du Monde.


Publié le 19/02/2011 - 22:45 , Mis à jour le 20/02/2011 - 00:00