Manuel Apicella, un GMI au chômage
Voici une interview du GMI Manuel Apicella, extraite du dossier « Les plus belles parties du National (2) - Spécial théorie », dont "l'attaque Prié", à paraître dans la revue Europe-Echecs du mois de novembre 2006.

Manuel Apicella (GMI)
9e du National B avec 5/11 (+2 =6 -3)

Sur sa performance à Besançon
Je ne suis pas très content de mon résultat, d'autant que je rate la qualification pour jouer dans le A en 2007. J'étais un peu fatigué. J'avais fait deux bons tournois en juillet, à Montecatini (Italie) et à Cannes, que j'avais gagnés. Je m'était dit : jamais deux sans trois ! J'étais optimiste, mais le National, c'est toujours un tournoi différent. Tout le monde se connaît depuis des années. J'avais déjà joué contre certains de mes adversaires, il y a près de vingt ans, comme Renet, Miralles, Prié, Kosten, et même Relange.

Sur ses jeunes adversaires du B
Évidemment, j'aurais préféré jouer le A. Mais ce B était intéressant. C'était un peu les anciens contre certains des jeunes qui montent. Ils jouent bien. Ils ont sans doute plus de connaissances au niveau théorique, grâce aux ordinateurs. Mais au niveau de l'engagement, je ne les ai pas sentis très motivés. Quand je jouais à leur âge, il y avait plus de volonté de gagner.

Sur les prix en stagnation
J'ai près de vingt ans de carrière. Et je pense que c'est aujourd'hui un peu plus compliqué de mener une carrière professionnelle. Des clubs importants arrêtent. J'ai aussi l'impression qu'au niveau des prix, dans les tournois, il y avait les mêmes qu'aujourd'hui, voire qu'ils étaient plus élevés. C'est un peu curieux, étant donné l'inflation. Et puis, les joueurs FRA sont devenus beaucoup plus forts. C'est plus dur de gagner.

Sur sa recherche d'emploi
Le problème des joueurs, en France, c'est que nous n'avons pas de statut. On ne travaille pas assez pour avoir celui d'un travailleur indépendant. J'étais salarié depuis huit ans à Clichy, en CDI (Contrat à Durée Indéterminée), mais j'ai dû être licencié économique à échéance octobre. C'est compliqué, car j'ai droit au chômage, mais c'est une situation qui ne peut pas durer. J'ai été sacré champion de France en 1992. J'ai enseigné les échecs pendant près de vingt ans, et j'ai été le capitaine de l'Équipe de France Féminine au championnat d'Europe 2001, et aux Olympiades de Calvia en 2004. Si un club est intéressé par mes services, qu'il me contacte - et notamment, sur la Côte d'Azur, où je réside désormais.
Pour contacter Manuel Apicella : hyxiom@yahoo.fr - Tel : 06 70 23 07 78


Publié le 02/10/2006 - 11:23 , Mis à jour le 02/10/2006 - 11:30