Match : Jonathan Dourerassou - Slim Belkhodja : 3-1 !
Le match d'échecs intergénérationnel « Le DEFI » organisé par L'Échiquier Châlonnais, en 4 parties, entre le Grand Maître International Slim Belkhodja (46 ans) et le jeune espoir français Jonathan Dourerassou (19 ans) a vu la victoire de Jonathan Dourerassou sur le score de 3.0 à 1.0.

Ce match original se déroule du dimanche 24 février au vendredi 29 février à Châlons en Champagne dans les locaux du club, la Maison Clémangis, rue Nicolas Durand, une magnifique maison en pan de bois typique de l'art champenois. C'est dans ce cadre authentique que se tiendra le défi. Site officiel : www.echiquier-chalonnais.com avec parties en direct.

Cadence
Les quatre parties se joueront à la cadence de 40 coups en 1h40 puis 40 minutes K.O avec à chaque phase une incrémentation de 30 secondes par coup.

Départage
En cas d'égalité après les quatre parties les deux joueurs disputeront deux parties de 15 minutes par joueur avec un incrément de 10 secondes par coup.
En cas de nouvelle égalité on jouera un blitz au système « Armagedon ». Un tirage au sort désignera les couleurs. Le joueur qui obtiendra les Blancs disposera de 6 minutes (contre 5 à son adversaire) et devra impérativement gagner.

NomElo:1234Score final
Slim Belkhodja2478:0½½01.0
Jonathan Dourerassou2369:1½½13.0



1.Slim Belkhodja2478-Jonathan Dourerassou2369:0-1(35)Sicilienne Rossolimo
2.Jonathan Dourerassou2369-Slim Belkhodja2478:½-½(51)Sicilienne Taïmanov
3.Slim Belkhodja2478-Jonathan Dourerassou2369:½-½(47)Sicilienne fermée
4.Jonathan Dourerassou2369-Slim Belkhodja2478:1-0(36)Sicilienne Kalashnikov

PARTIE 4
DOURERASSOU - BELKHODJA
Sicilienne (variante Kalashnikov) 1-0, 36 coups

Comme on pouvait s'y attendre la défense Sicilienne a encore été à l'honneur lors de cette quatrième et ultime partie du défi Châlonnais entre Jonathan Dourerassou et le GMI Slim Belkhodja. Ce dernier, mené au score, n'avait plus n'avait plus le choix : il devait impérativement l'emporter avec les pièces noires pour espérer égaliser et décrocher un match de départage pour sauver son honneur.

Pour l'occasion Belkhodja décida de surprendre son adversaire en jouant de manière très active dès l'ouverture. Après 1.e4 c5 2.Cf3 Cc6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 e5 5.Cb5 d6 la variante Kalashnikov fit son apparition sur l'échiquier. Aucun lien de parenté avec le Russe Mikhail Kalashnikov, le tristement célèbre inventeur de la fameuse AK-47, une redoutable arme de guerre que l'on peut trouver de nos jours dans presque tous les supermarchés de la planète pour moins de 100 US$.
Son compatriote, le MI Konstantin Kalashnikov, lui, ne souhaite la mort de personne même si sa variante n'a rien de pacifique. Considérée comme l'une des variantes suspectes de la Sicilienne elle offre cependant aux Noirs des compensations tactiques et stratégiques intéressantes. Contrairement à la variante Sveshnikov (1. e4 c5 2.Cf3 Cc6 3. d4 cxd4 4. Cxd4 Cf6 5. Cc3 e5) les Noirs diffèrent la sortie du Cavalier f6 afin de pouvoir jouer f7-f5 pour contester le centre blanc.

Sans doute surpris Jonathan Dourerassou ne joua probablement pas la meilleure suite (6. c4) même si le coup 6. C1c3 est bien entendu parfaitement jouable. Le jeune espoir tricolore entama alors un véritable ballet de Cavalier et pour être franc je ne suis pas certain que cette partie puisse être montrée à des débutants. Comment en effet justifier le fait que les Blancs jouèrent huit fois (!) le même Cavalier lors des treize premiers coups (Cf3-Cxd4-Cb5-Ca3-Cc4-Cb6-Cd5-Cxe3) ? Et pour quel résultat ?

Après le 16e coup on a le sentiment que les Noirs n'ont aucun problème et que c'est exactement le type de position que Belkhodja avait en tête lorsqu'il décida de jouer la variante Kalashnikov. Mais il existe un fossé entre prendre l'avantage et concrétiser l'avantage pour obtenir le gain. Belkhodja a déjà été confronté à ce type de problème à deux reprises lors de ce défi et il avait par la suite justifié quelques mauvais choix dans les parties 1 et 2 en accusant la fatigue. Cette excuse ne tient plus aujourd'hui et rien ne justifie vraiment son enchaînement douteux après le 18e coup. Pourquoi en effet jouer 18...Fxe3 19. fxe3 Dg5 alors que le simple coup 18...a5 est suffisant pour conserver tous les atouts de la position ?

En face, Jonathan Dourerassou, déterminé, ne laissa pas passer l'occasion. Sérieux jusqu'au bout il exécuta une bonne série de coups pour s'imposer au 36e coup et remporter le match sur le score de 3-1.

Une belle prestation globale de la recrue Châlonnaise.

(Christophe Guéneau)

Châlons-en-Champagne, capitale de la Champagne-Ardenne est classée ville d'art et d'histoire et labellisée quatre fleurs par le jury national des villes et villages fleuris. Elle possède d'agréables sites touristiques et culturels à visiter.
Cette seconde édition permettra au brillant espoir tricolore, Jonathan Dourerassou, deux fois champion de France Jeunes, de progresser. Son adversaire, le Grand Maître International Slim Belkhodja, est l'un des meilleurs joueurs Africain de l'histoire.
L'Echiquier Châlonnais, club formateur reconnu et distingué par la Fédération Française des Echecs (FFE) en 2007 par le label « club formateur » encadrera ce projet ambitieux destiné à soutenir les jeunes joueurs (garçons et filles) les plus talentueux de notre pays.

Depuis quelques années, l'Echiquier Châlonnais, sous l'impulsion de son dynamique président, Diego Salazar, est devenu un acteur majeur du paysage échiquéen, non seulement Champenois mais aussi national, comme en témoigne l'organisation de la première phase du TOP 16 au mois de février 2007.
Le club ambitionne désormais d'organiser régulièrement des manifestations échiquéennes d'envergure. L'accent sera porté sur le nombre de joueurs mais aussi sur la qualité des participants.


Publié le 01/03/2008 - 00:00