Rossolimo : la vision d'un artiste (2)
Nicolas Rossolimo (1910-1975)
Lors du tournoi de Noël, au cercle Caïssa, Rossolimo réalisa un sans faute avec 100% des points et devança Mme Chantal Chaudé de Silans (1919-2001) la meilleure joueuse de France.

LE CHAMPION DE FRANCE

Louis Betbeder

Dans le numéro de décembre 1943 de la revue « Caïssa », Louis Betbeder Matibet (1901-1986) commente une partie de Rossolimo pour illustrer un thème qui lui est cher, l’initiative.

« Qu’est-ce qu’avoir l’initiative durant une partie ou une phase d’une partie ? C’est évidemment, diriger les opérations, imposer sa pression à l’adversaire qui doit se défendre contre les attaques qu’on lui porte ou les menaces qu’on fait peser sur son jeu. » Betbeder

D’après les commentaires de Betbeder


Rossolimo,Nicolas - Huber,Arthur
Paris, 1943

Début Zukertort-Réti [D05]


 

1.f3 f6 2.b3 e6 3.b2 d5 4.e3 e7 5.d4 0–0 6.bd2 b6 7.d3 b7 8.0–0 bd7 9.c4

« Etablissant la tension au centre. La défense quasi symétrique choisie par les noirs en face du développement à la Nimzovich des blancs est rarement adoptée parce que laissant une initiative prolongée au joueur en premier. La présente partie n’est certes pas faite pour démentir cette opinion. »

9...c8 10.c2 h6

« 10…c5! aurait pu être joué avec la menace d’une liquidation au centre favorable en raison de la dame blanche exposée sur la colonne c. »

11.ac1 c5

« Ce coup n’a plus la même portée; les blancs, ayant entre-temps développé leur tour sur c1, peuvent retirer la dame sur b1 où elle conserve le contrôle de la case e4. »

12.b1 e8

« Une perte de temps. 12…Tc7 suivi de …Da8 et …Tfc8 eut été plus logique. »

13.fd1 c7 14.e5 xe5 15.dxe5 d7 16.f4 a8 17.cxd5 xd5 18.e4 c6 19.c4 f8 20.c2 d8 21.e1 cd7 22.cd1 b7

« Les derniers coups ont éclairci la position : les blancs ont des perspectives d’attaque sur l’aile roi, alors que les noirs ont une majorité sur l’aile dame ; d’autre part ils possèdent le contrôle de la seule colonne ouverte. »

23.e2

« Pare la menace 23…Txd3 24.Txd3 Fxe4.»

23...h7?

Après 23...b5! 24.a5 b6 25.xc6 le coup intermédiaire 25...c4+ amenait de complications favorables aux noirs.

24.g3?! c7?!

24...b5! était toujours possible car 25.a5 b6 26.xc6 c4+ 27.g2 xc6 28.bxc4 bxc4 et le pion passé offrait du contre-jeu.

25.a4! b7 26.h4

Confronté à une attitude attentiste, les blancs paralysent progressivement l’adversaire.

26...h8 27.f2 g8 28.f5! h8 29.e3 f8 30.f6 g6 31.d6 b8 32.c4

Domination spatiale, activité et mobilité pour les pièces blanches. La pression exercée sur un jeu resserré des noirs provoque la faute.

32...g5?

Il fallait patienter avec 32…Rg8!?

33.xf7+! xf7 34.xe6

Ouvrant la route aux pions passés.

34...fd7?

Il n’y a plus de défense satisfaisante pour s’opposer à l’avance des pions passés.

35.xd7 xd7

Si 35...xd7 36.xd7 xd7 37.e6+–

36.e6 xd1 37.xd1 gxh4 38.f7+ g7 39.e7 1–0
 

Lors du tournoi de Noël, au cercle Caïssa, Rossolimo réalisa un sans faute avec 100% des points et devança Mme Chantal Chaudé de Silans (1919-2001) la meilleure joueuse de France. Une dame d’une grande classe qui a dirigé de nombreuses années le cercle Caïssa et dont je conserve un excellent souvenir. Elle m’avait été présentée par Fritz Ronsperger, multiple champion de Lausanne, qui trouva chez elle réconfort et hospitalité lorsqu’il vécut une période difficile à la fin de sa vie.

Mme Chaudé de Silans et Stephan A. Popel

Rossolimo « commente »

Rossolimo,Nicolas - Chaude de Silans,Chantal
Paris, 1943

Ouverture Anglaise [A30]
 

1.f3 f6 2.b3 g6 3.b2 g7 4.c4 c5 5.g3 d6 6.g2 c6 7.d4 cxd4 8.xd4 e5?

« Ce coup fera perdre des temps aux noirs. »

9.c3

« Et non 9.0–0 car alors le coup précédent des noirs serait justifié et une attaque très forte pourrait être dirigée contre le roque 9…h5 suivi par h5–h4 etc. »

9...0–0 10.0–0 b8 11.d2 d7 12.h3

« Pour parer 12…Dc8 suivi de 13…Fh3. »

12...c8 13.h2 c5 14.d5

« Pour empêcher 14…Ceg4 15.hxg4 Cxg4 16.Rg1 Dxd4. »

14...fe8

« Il n’est pas avantageux de jouer 14…Cxd5 15.cxd5 à cause de 16.f4 et 17.Tc1. Mais les blancs gagnent une pièce. »

15.f4 c6 16.b4 xc4 17.fc1 a6 18.b5 a4 19.bxc6 bxc6 20.xf6+ xf6 21.b3 xb2 22.xb2 c5

« Moment le plus difficile de la partie, car les blancs doivent établir un plan. Ce plan consistera à attaquer le roque adverse affaibli déjà par la poussée g6 et privé de pièces défensives. Les pions f4 et g3, protégés par des pièces amenées sur l’aile du roi, partiront donc à l’assaut. Le pion e2 restera à sa place pour servir d’obstacle aux tours noires lorsqu’elles pénétreront sur la 2ème rangée. »

23.d2 b6 24.f1 eb8 25.e3!

« Un coup intermédiaire qui force les noirs à affaiblir leur position. »

25...e6

« Si 25…Fe6 alors 26.g4 ! »

26.ad1! c4

« Si 26…Dxa2 27.Cxc5. »

27.d4!

« Ici on peut également jouer 27.Cc1 après quoi les pions a2 et e2 seront protégés par le cavalier et l’attaque des tours noires sera paralysée. Toutefois le cavalier placé en d4 domine tout le centre des opérations, ce qui compense la perte du pion a2. »

27...b2 28.g4! xa2 29.f5 exf5 30.gxf5 a5! 31.fxg6 hxg6 32.f3

Plus expéditif 32.Txf7!! Rxf7 33.Df4 avec attaque gagnante.

32...e5+ 33.h1 e7 34.d5 c8 35.b7

35...e8?

Après 35...Ta3!, qui empêchait le coup suivant, rien n’était encore vraiment clair.

36.d5 e6 37.xe6 fxe6 38.f7! xf7 39.xc8+ g7 40.xe6 f6 41.xc4 a5? 42.c7+ 1–0

Le tournoi se termine le 15 janvier 1944.

« Rossolimo s’engage dans l’armée américaine, revient à Paris après la guerre et obtient la citoyenneté française. »

Et Dominique Thimognier de préciser : « Il s’agit d’une déclaration de Pierre Biscay, Président de la FFE à un journaliste belge en août 1945 lors du championnat de France qui avait lieu à Roubaix (L’Echiquier Belge août 1945.p.691). Biscay indique qu’il n’est pas encore revenu à Paris en août 1945. Le timing m’a paru plausible. Je sais que certains Français se sont engagés dans l’armée américaine et que certaines unités françaises libres ont été aussi intégrées dans l’armée américaine. »

En août 1944 Paris est libéré !

En août 1944 Paris est libéré !

De retour en France en 1946, Rossolimo signe quelques chroniques « La théorie pratique Les principes généraux » dans « L’Echiquier de Paris » et participe régulièrement à des compétitions au cercle « Caïssa ». La partie ci-dessous l’oppose au maître Stepan Popel (1909-1987) au parcours à peu près similaire. Né en Galicie dans l’Empire austro-hongrois, il joua longtemps sous les couleurs de la Pologne. Lors de l’avancée de l’Armée rouge en 1944, il se trouvait à Cracovie et réussit à s’enfuir à l’Ouest pour rejoindre la France.

Nicolas Rossolimo
Stephan A. Popel

Rossolimo « commente »

Rossolimo,Nicolas - Popel,Stephan
Paris, 1946
Début Réti [A12]

 

1.f3 d5 2.b3 f6 3.b2 f5 4.c4 e6 5.g3 e7 6.g2 0–0 7.0–0 c6

« La théorie conseille 7…h6 pour assurer la retraite du fou. »

8.d3 bd7 9.h4 g6

« En jouant 8…Fg4 9.h3 Fh5 10.g4 Fg6 les noirs auraient provoqué l’affaiblissement du roque blanc. »

10.xg6 hxg6 11.d2 b6 12.e3 ad8 13.e2 fe8 14.f4 d6 15.d4

« Pour empêcher 15…e5. »

15...f8 16.c5 c7 17.g4

« Ayant stabilisé le centre, les blancs préparent une attaque de flanc. »

17...b6

« Les noirs cherchent une contre-attaque sur l’aile dame. »

18.g5 h7

« Si 18…Ch5 19.b4 et 20.Ff3. »

19.b4 bxc5?

« Il était préférable de jouer 19...a5 20.a3 axb4 21.axb4 a8 mais de toute façon les noirs manquent d’espace. »

20.bxc5 a5 21.b3 a4 22.c2

« Regroupement des forces. Le plan des blancs consiste à disposer leurs pièces de la façon suivante : Fd3, puis jouer h4, amener une ou deux tours sur la colonne h et continuer par h4–h5. Devant une telle menace, il ne reste pour le roi noir que la fuite. »

22...b8 23.f2 e7 24.h4 hf8 25.f1 f5

« Les noirs ont assuré à temps la fuite de leur monarque. »

26.h2 f7 27.g2

« Les blancs sont obligés de changer leur plan d’attaque par suite de la poussée f7–f5, car la prise en passant du pion f aurait dégagé les noirs. »

27...a5 28.h3 b4 29.c1 a4 30.d3 a5 31.c1 a3 32.c3 a8

« Par leurs derniers coups, les noirs ont cherché à créer des contre-chances sur l’aile dame, mais leur pion a3, s’est aventuré trop loin, et les blancs songent déjà à la possibilité de le conquérir. De plus, le cavalier des blancs occupe à présent une position beaucoup plus active qu’auparavant. J’estime donc que cette démonstration des noirs ne peut tourner qu’à leur désavantage. Il est vrai qu’en face des menaces qui se préparent sur leur aile roi, les noirs pensent que seul un contre-jeu sur l’aile dame des blancs est susceptible de les sauver même au prix du pion a. »

33.e2 d8 34.h5

« Seulement maintenant, après les manœuvres préparatoire : Th2, Dh3, Fe2, cette poussée est efficace puisque les noirs ne peuvent plus jouer 34…gxh5 35.Dxh5 Cg6 (35…g6 36.Dh8 avec forte attaque) 36.Dxg6! Rxg6 37.Fh4 et 38.Ff7 mat. »

34...c7 35.h6

« Evidemment pas 35.hxg6+ xg6 suivi de 36…Th8. »

35...gxh6 36.xh6 e7?! 37.b4 d8 38.h3

« Voyant le roi noir en fuite, les blancs changent encore une fois de plus leur fusil d’épaule et s’en prennent au pion a3. Leur avantage consiste surtout en espace, donc dans la possibilité de manœuvrer plus rapidement. »

38...e7 39.f1 h7 40.b1 e8 41.b3 df8 42.c1 xg5 43.xa3

« On pourrait jouer aussi 43.gxf5. »

43...b7 44.a6 f3+ 45.g2 xb4 46.xb4 xh2 47.d2 g4 48.e2 f6 49.a6 g5 50.xc6 gxf4 51.exf4 g7+ 52.f1 e4 53.e1 g6

54.h5! d7 55.xc7+! xc7 56.a3 b7?

« Plus de résistance permettait 56.Tbg8. »

57.a8 1–0

Paris retrouve peu à peu son rôle de grande capitale européenne et en février 1947 le « Traité de Paris » est signé. Il est l’aboutissement des discussions de la « Conférence de Paix » tenue l’année précédente.

Traité de Paris 1947

D’un côté les Alliés, vainqueurs de la seconde guerre mondiale face aux vaincus, anciens alliés européens de l'Allemagne au sein de l'Axe mais pas l'Allemagne elle-même. (Italie, Royaume de Roumanie, République de Hongrie, République populaire de Bulgarie et République de Finlande).

Ce traité engendre d’importantes modifications territoriales et il définit les montants que devront verser les vaincus à titre de réparations de guerre.

C’est aussi les prémisses de la guerre froide qui va bientôt opposer les deux grandes puissances dominantes, l’URSS et les Etats-Unis.

Mais, pour les Parisiens, c’est le retour à une vie normale et à une certaine joie de vivre.

Affiche Yves Montand

Rossolimo remporte son 4ème titre de champion de Paris en 1947, il s’impose contre le triple champion de France Aristide Gromer (1908-1966)

D’après les « commentaires » de Camil Seneca

Rossolimo,Nicolas - Gromer,Aristide
Paris, 1947

Ouverture Réti [A09]

 

1.f3 d5 2.c4 d4 3.e3 c5

Soutenir le pion avec 3…Cc6 !? offre plus de ressources.

4.b4 dxe3 5.fxe3 b6?!

Critique est 5...cxb4 6.d4 f6 7.d3 g4 8.0–0 c6 9.bd2 e6 10.b2 e7 etc. avec des chances égales.

6.b2

A considérer 6.bxc5!? car si 6…bxc5 7.Ce5! avec la menace 8.Df3 pose des problèmes.

6...f6 7.d4 e6 8.bd2 b7?!

Logique 8…cxb4!?

9.bxc5! bxc5 10.d3 c6 11.0–0 e7 12.e2 c8

« Ce coup d’une efficacité douteuse retarde le roque que les blancs rendront bientôt inopérant. » C. Seneca

13.ad1 b6 14.a1 a6 15.h1 b4 16.b1 cxd4 17.exd4 c7

Il n’était pas trop tard pour roquer ou même au coup suivant.

18.e5 c6 19.g4!? d8? 20.d5!

Une rupture décisive.

20...xd5?! 21.xf6+ gxf6 22.xf6 xf6 23.e4! d4? 24.xf6+ f8 25.f2! xc4 26.d7+ e8 27.xf7+ d8 28.f6+ c7 29.e5+ b7 30.e4+ c6 31.b1+ a8 32.fc1 b7 33.xc4 1–0

Rossolimo publie en 1947 « Les Echecs au coin du feu », un petit opuscule d’une trentaine de pages avec des positions extraites de ses parties et de ses études. Tartakover signa la préface.

« Maître de la partie pratique, en même temps que celui de l’étude artistique, un bon maître tout court, sachant enseigner et transmettre une parcelle de sa science aux autres, voilà ce qui distingue le Maître Nicolas Rossolimo dans le Panthéon contemporain des Echecs. » Tartakover

Son grand retour est sa participation au tournoi international de Paris en 1947 :

« En réalité, le tournoi international des Maîtres de 1947 n’a pas eu lieu! En effet il se réduisit rapidement à un duel, une course effrénée entre deux joueurs : le vétéran Tartakover et le jouvenceau Rossolimo, tous deux fraîchement naturalisés Français et qui ont fourni jusqu’à la huitième ronde un travail de robots, ne connaissant ni défaillance, ni fatigue.

Camil Seneca

Ce n’est que dans les deux dernières rondes que les nerfs du plus jeune n’ont plus tenu le coup, de sorte qu’il dut se contenter du deuxième prix tandis que mon résultat final : 9 points sur 9 parties, a provoqué de la part des amateurs deux remarques :

Un optimiste a dit : - Décidément, on est porté à croire qu’aux échecs il n’y a pas de hasard.

Un sceptique a répliqué : - S’il y avait eu encore une dixième partie à jouer, Tartakover l’aurait certainement perdue. » Tartakover dans « L’Echiquier de Paris ».

D’après les commentaires de Camil Seneca qui fut son entraîneur.

Son adversaire est présenté par Tartakover comme « l’expert helvétique en graphologie ».


Huber,Arthur - Rossolimo,Nicolas
Paris, 1947

Début Colle [A47]

 

1.d4 f6 2.e3 b6 3.d3 b7 4.f3 c5 5.bd2 c6 6.c3 g6

« Contre le solide système Colle adopté par les blancs, les noirs jouent volontiers les deux fianchetti, laissant à l’adversaire l’initiative des opérations au centre mais conservant pour eux le privilège d’une attaque de flanc. »

7.0–0 g7 8.e4 cxd4 9.cxd4 0–0 10.a3 c8 11.b4 h5! 12.b2?!

« Les blancs auraient dû empêcher l’infiltration du cavalier avec 12.Cb3. »

12...f4 13.b3?!

« Les blancs ont tort de permettre l’échange de leur fou de cases blanches, car d’une part leur centre perd de sa puissance et, d’autre part, leurs cases blanches pourront être facilement attaquées. »

13...xd3 14.xd3 d5!

« Pour les raisons précitées, les noirs poussent, au moment opportun, leur pion dame avec le double dessein de briser le centre et de s’emparer des cases blanches. »

15.fe1?!

Acceptant la création d’un pion isolé, un moindre mal était 15.e5.

15...dxe4 16.xe4 e6

« Les premières escarmouches se soldent par la mise en valeur du fou b7 dont la diagonale est dégagée de tout obstacle sérieux et par la faiblesse évidente du pion isolé d4. »

17.ad1 e7 18.e5 f5 19.b3?!

« La manœuvre de la dame qui abandonne le centre au profit d’une aventure sur l’aile gauche est douteuse. Meilleur 19.f3 afin d’assurer au cavalier e4 un soutien plus ferme. »

19...d5 20.a4 xe4!?

Très fort était 20…Ch4! avec l’idée 21…Cxg2.

21.xe4 d5 22.e2?

Affaiblit trop la 1ère traverse, plus résistant 22.Tde1.

22...fd8

Plus expéditif 22...b5! 23.xa7 xe5 24.xe5 b3+– qui gagnait une pièce.

23.h3 h4 24.f3?

« Sous-estimant la virulence de l’attaque. Nécessaire 24.f4 »

24...b5!

« D’abord rejeter la dame loin du jeu. »

25.xa7 xe5 26.xe5

26...xe5!! 27.dxe5 xd1+ 28.h2

Si 28.f2 c2+ 29.e3 xg2+ 30.e4 e2+ 31.e3 xe3#

28...c2 29.g3 xg2+! 30.xh4 g5+ 31.h5 h1 0–1

Pour la première fois Rossolimo joue au sein de l’équipe de France. Les 21 et 22 juin, il joue au 2ème échiquier dans les salons de Caïssa à Paris, derrière Tartakover et remporte ses deux parties opposé à Jan Foltys (1908-1952) dans un match contre la Tchécoslovaquie.

Jan Foltys (1908-1952)

Foltys,Jan - Rossolimo,Nicolas
FRA-CSR Paris (1), 1947

Défense Française [C07]

 

1.e4 e6 2.d4 d5 3.d2 c5 4.gf3 c6 5.exd5 xd5 6.c4 d8 7.0–0 f6 8.e2 cxd4 9.b3 e7 10.d1 0–0 11.bxd4 xd4 12.xd4 b6 13.c3 d7 14.e5 fd8 15.xd7 xd7 16.xd7 xd7 17.e3 c5 18.g5 c8 19.d1 f8

Les blancs disposent de la petite qualité avec la paire de fous et sont légèrement mieux mais pour l’instant les noirs menacent 20…Fxf2 pointé par Chéron.

20.b3 h6 21.h4 g6 22.g3 d8 23.xd8+ xd8 24.c2 f8 25.b4 b6 26.e4?!

26.Dd3!? pour échanger les dames et essayer de valoriser la majorité sur l’aile dame était un plan prometteur suggéré par Chéron.

26...g5!

La faiblesse de la 1ère rangée permet de trouver un contre-jeu adéquat. Les noirs vont s’emparer peu à peu de l’initiative en activant leurs pièces alors que les blancs s’égarent sous-estimant les menaces.

27.xb7?!

Très risqué, 27.Fc2 reconnaissant l’erreur était préférable.

27...c1+ 28.f1 xc3 29.b1 e5!?

« Empêchant le fou de défendre le pion b4 par Fg3–d6 ce qui fixe la Dame blanche à la défense de ce pion pour quelques temps. » Chéron

30.a6 d4 31.d3 d7 32.h1

La passivité des pièces blanches devient problématique. Si 32.h3? e4! 33.xe4 xg3–+

32...d2 33.f3 b6 34.e4 c4 35.h3?

Une défense possible était 35.e1! e2 36.d3 e3 37.f2! pour entrer dans un final de fous de couleurs opposées.

35...e3 36.f4 f5! 37.f3? e4 38.e1 c2 0–1
 

A Bruxelles les 13 et 14 juillet, au premier échiquier, Rossolimo est opposé à Robert Lemaire (1916-1994), qui avait partagé la première place du championnat de Belgique 1946 en compagnie d’Alberic O’Kelly de Galway (1911-1980), et il remporte à nouveau deux victoires.

Alberic O’Kelly de Galway et Robert Lemaire

Rossolimo,Nicolas - Lemaire,Robert
Bruxelles, 1947

Début Betbeder [D01]

 

1.d4 f6 2.c3 d5 3.g5

une partie Rossolimo-Castaldi (Hilversum 1947) se poursuivit avec 3.f3 e6 4.g5 h6 5.xf6 xf6 6.e4 b4 7.d3 0–0 8.0–0 b6 9.e2 c5 10.exd5 xc3 11.e4 d8 12.d6 f8 13.bxc3 c6 14.xc6 d7 15.e4 ac8 16.e5 1–0 (16) Nicolas Rossolimo-Vincenzo Castaldi Hilversum NED 1947

3...f5 4.f3 c5 5.e4 cxd4 6.xf6 dxc3 7.xc3 dxe4 8.b5+?!

La théorie retient 8.xd8+ xd8 9.0–0–0+ ui offre une dangereuse initiative pour le pion sacrifié.

8...c6 9.e2 d5?

Une perte de temps, critique était 9…e6! avec la possible arrivée de la dame sur h4.

10.d1 e6 11.c4 exf3 12.xe6 fxe6 13.xf3 xc2

Les noirs obtiennent un deuxième pion mais leur retard de développement va poser des problèmes très difficiles.

14.d2 f5 15.0–0

Toutes les pièces blanches sont actives alors que les pièces noires sont paralysées sur l’aile roi.

15...d8 16.xd8+ xd8!

Si 16...xd8 17.b5+ c6 18.e5 e4 19.f4! d5 20.a4 a6 21.xc6+ xc6 22.c4! récupérait le matériel avec bientôt 2 pions passés sur l’aile dame.

17.g5 d7?!

Immédiatement 17…Re8 était plus coriace.

18.d1+ e8 19.xe6 xe6 20.xe6 d8 21.d7+ f7 22.f1+ g6?

Après 22...g8 23.a4 h5 24.d1 f7 (24...c6 25.d7!) 25.b3 h6 26.d7 et l’activité déployée par les pièces blanches leur permet de jouer pour le gain.

23.e8+ h6 24.f5

Menace 25.Th5 mais 24.h4! avec la menace 25.Fd2 était plus fort.

24...g6 25.d5 1–0

En juillet 1947, Rossolimo remplace Xavier Tartakover au tournoi zonal de Hilversum aux Pays-Bas. Le Belge O’Kelly, invaincu, l’emporte haut la main.

« Le représentant de la France à Hilversum, Nicolas Rossolimo, a eu un mauvais départ au tournoi zonal, dû à un manque d’habitude des grands tournois. Mais alors que dans la première moitié du tournoi il ne fit qu’un point sur 6 parties, il réalisa ensuite 5 points et demi sur 7 et put terminer honorablement 7ème sur 14. » Le Bulletin Ouvrier des Echecs

Un petit tournoi, toujours à Hilversum joué début août vit Rossolimo devancer Ludek Pachman dans son groupe.

Petite déception au 23ème championnat de France à Rouen :

« Pour la 4ème fois, Maurice Raizman l’emporte sur ses dangereux rivaux. Rossolimo, en raison de son tout dernier succès à Hilversum, partait grand favori mais a joué bien au dessous de sa forme habituelle. Il s’adjuge néanmoins le 2ème prix de beauté. » L’Echiquier de Paris

D’après les commentaires de Camil Seneca

Rossolimo,Nicolas - Aubert,Charles
FRA-Ch Rouen (5), 09.09.1947

Ouverture Reti [A13]

 

1.f3 d5 2.g3 f6 3.g2 e6 4.c4 c6 5.0–0 b5

« Voici une conception déjà exploitée par certains maîtres russes qui ne manque pas de fond : opposer à l’action néfaste du fou g2 un mur, un stonewall, soutenu à sa base par le fou de cases blanches. »

6.d3 b7 7.c2 bd7 8.f4 c8 9.c3 bxc4 10.dxc4 e7 11.ad1 h6?!

« Une perte de temps, préférable 11…0–0 »

12.e4 dxe4?

Fautif car ouvrir la colonne d, alors que les noirs n’ont pas terminé le développement, pose des problèmes difficiles.

13.xe4 xe4 14.xe4 b6

« Si 14…0–0 15.Ce5 +–, on décloue le cavalier auquel on réserve une fonction plus digne sur f6 et puis, en roquant, on neutralise la colonne d par l’opposition des tours et le jeu semble ainsi s’acheminer vers une bonne petite nullité… »

15.xd7! xd7 16.e5+ e8 17.g6!? f8

Après l’acceptation du sacrifice, les blancs gagnent 17...fxg6 18.xg6+ f8 19.e5 f6 20.d6+ g8 21.h3+–

18.xe7 xe7 19.e3 c7?!

Meilleur 19...b4 pour empêcher l'arrivée du fou sur c5, mais après 20.e5 c5 21.a3 b6 22.xb7 xb7 23.xc5++–

20.c5+ e8? 21.e1

Décisif 21.Fh3! avec la menace 22.Fxe6.

21...g6? 22.h4 h8? 23.f6 h7 24.h3 d7 25.xe6 xe6 26.xe6+ fxe6 27.xg6+ 1–0

 

En 1948, 5ème titre de champion de Paris pour Rossolimo, excellente 2ème place à Bad Gastein en compagnie du Grand-Maître Pal Benko, tous deux distancés d’un demi-point par le Grand-Maître suédois Erik Lundin.

Une victoire importante qui contribua à populariser sa variante contre un théoricien de grande renommée, l’Autrichien Hans Müller (1896-1971).

D’après les commentaires du GM Neil McDonald dans « The Sicilian Bb5 Revealed » (Batsford 2005)

Rossolimo,Nicolas - Mueller,Hans
Bad Gastein (4), 1948

Sicilienne Rossolimo [B52]

 

1.e4 c5 2.f3 d6 3.b5+ d7 4.xd7+ xd7 5.0–0 c6 6.e2

« Rossolimo veut attaquer ; en effet il rejetait les positions verrouillées qui pouvaient survenir après 6.c4 e5. L’idée derrière ce coup de Dame est de préparer Td1 et d2–d4 avec une initiative au centre. »

6...e6 7.d1 d5?

« Les noirs auraient dû se contenter d’un coup de développement comme 7…Cf6 et, après 8.d4 cxd4 9.Cxd4 Fe7, ils obtenaient une position solide quoique légèrement inférieure à cause de l’avantage d’espace des blancs. »

8.exd5 xd5 9.c3 d7

« Müller croyait avoir stabilisé le centre car il contrôlait 3 fois la case d4. Il avait aussi éliminé le pion e4. Donc il supposait que rien de spectaculaire ne pouvait survenir lors des prochains coups, les noirs pouvant achever le développement de l’aile roi avec une bonne position. Malheureusement, il avait sous-estimé les possibilités dynamiques des blancs après quoi il n’aura plus assez de temps pour se développer. »

10.d4! xd4 11.xd4 cxd4 12.e3!

« La pointe, les noirs ne peuvent tenir le pion d4. Après l’ouverture de la colonne d, ils vont souffrir du retard de développement des pièces de l’aile roi. »

12...c6

Mais après 12...c5 13.e4 b6 14.c3 f6 15.xd4 xd4 16.xd4 e7 17.d6+ f8+– la lutte restait difficile.

13.xd4 c8

« Il peut sembler étrange de dépenser un précieux tempo avec ce coup de tour mais 13...f6 14.c4 a6 15.b5! d5 16.d1 et toutes les pièces blanches sont mobilisées pour l’attaque avec la menace 17.Txd5! suivi de 18.Cc7. »

14.ad1 a6 15.d2 e7 16.e4

16...f8

Si 16...xc2 17.d8++– perd la Dame ou le roi 17...xd8 18.d7+ f8 19.c5+ e7 (19...xc5 20.xc5+–) 20.xd8+ xd8 21.xd8#

17.a5

Introduit à nouveau la menace 18.Td8! Fxd8 19.Txd8 +–

17...f5?

Une meilleure possibilité était 17...f6!? 18.xf6 xf6 19.d7 et les noirs ont encore quelques ressources malgré la tour h8 hors jeu.

18.d6 xd6?

Complètement perdant mais si 18…Td8 19.Cxf5 +–

19.xd6 xc2 20.e5!? e8? 21.d7 1–0
 

Amédée Gibaud

Cette même année, il gagne son premier titre de Champion de France :

« Le championnat de France a eu lieu cette année du 10 au 20 septembre à Paris. Devant l’absence d’un nombre impressionnant de maîtres et notamment du tenant du titre Maurice Raizman, cette épreuve ne fut pour le favori Rossolimo qu’une promenade d’autant plus facile que notre ami Gibaud se trouvait en mauvaise santé. Le niveau de jeu était très moyen. » Le Bulletin Ouvrier des Echecs

Ce championnat ne suscita pas l’enthousiasme et aucune trace d’une partie mémorable. Une illustration de son système face à Amédée Gibaud (1885-1957) quadruple champion de France.
 

Rossolimo,Nicolas - Gibaud,Amédée
Paris, 1948

Sicilienne Rossolimo [B31]

 

1.e4 c5 2.f3 c6 3.b5 g6 4.0–0 g7 5.c3 a6 6.xc6 dxc6 7.d3 f6 8.e3 b6 9.h3 h6 10.h2 e5 11.e2 g5 12.g3 c7 13.h5 xh5 14.xh5 e6 15.fd1 0–0–0 16.e2 f5 17.exf5 xf5 18.f1 e6 19.g3 f8 20.a3 b7 21.d2 e7 22.c3 d5 23.e1 e8 24.xe5 d7 25.ad1 c8 26.c4 dd8 27.h5 g4 28.h4 f8 29.g6 xc4 30.dxc4 xd1 31.xd1 xe5 32.f6 e8 33.d8 e7 34.xe5 xd8 35.g7 b8 36.xg4 xh4 37.f5 g5 38.f4 f6 39.b3 d4+ 40.h2 b5 41.xh6 h8 42.g8+ xg8 43.xg8 c7 44.g4 d7 45.g5 e6 46.h6 1–0

Pour valoriser son titre le Cercle Caïssa organisa un match entre Rossolimo et Tartakover :

« Cette rencontre qui est prévue pour le courant novembre, ne manquera pas de susciter un très vif intérêt chez tous les joueurs de la région parisienne, en raison de la valeur respective des deux adversaires. » L’Echiquier de Paris

Après 10 parties, le match se termina avec une victoire chacun et huit nulles.

Caricature de Tartakover par Baratz

Claude Lemoine (né en 1932), plusieurs fois champion de France et dont les chroniques qu’il publiait dans le journal « Le Monde » sont encore dans toutes les mémoires, m’a rapporté de Rossolimo ce portrait intéressant :

Claude Lemoine

« Je me souviens de lui à la grande époque du Cercle Caïssa présidé par Mme Le Bey Le Taillis. On y trouvait Tartakover, Molnar, Baratz, Muffang, Camil Seneca, beaucoup de grands-maîtres étrangers. Rossolimo passait de temps en temps. Quand je l'ai connu, il était chauffeur de taxi. Je me souviens de son accent, un mélange new-yorkais et titi parisien. Dans une rencontre internationale où je devais affronter un grand maître de niveau mondial, Rossolimo est venu me voir avant la partie pour m'expliquer comment gagner. Il m'avait conseillé de haïr mon adversaire avant la partie et pendant la partie. Un exercice fort difficile qui m'avait permis cependant de faire nul, un résultat fort satisfaisant. Il était jeune, sportif et dégageait de la sympathie. On ne sait pas vraiment quelles étaient ses activités en dehors du taxi… »


Georges Bertola

Je tiens à remercier Claude Lemoine, Alain Pallier, Dominique Thimognier et Gérard Demuydt pour la mise en ligne de mes articles. Le Musée Suisse du Jeu de La Tour-de-Peilz pour m’avoir permis de consulter l’importante bibliothèque de feu Ken Whyld. www.museedujeu.ch

Georges Bertola

 
Les parties commentées à télécharger et à visualiser.

Publié le 30/04/2016 - 15:57 , Mis à jour le 30/04/2016 - 17:32
Les réactions
Tous nos membres ayant un abonnement en cours de validité (hors période d'essai) peuvent commenter les articles. Abonnez-vous!
Aucune réaction pour le moment