Rossolimo : la vision d'un artiste
Xavier Tartakover et Nicolas Rossolimo
Nicolas Rossolimo a remporté quelques victoires dont plusieurs avec sa nouvelle spécialité; 3.Fb5 dans la Sicilienne. Bulletin Ouvrier des Échecs, juillet 1948.

L’amateur

Nicolas Rossolimo

Lors d’une de mes rencontres avec le Grand-Maître Yuri Averbach en 2012 (Voir la revue Europe Echecs N° 617 et 618) ce dernier avait classé les meilleurs Grands-Maîtres en différentes catégories : les « tueurs », les « lutteurs », les « joueurs », les « chercheurs » et finalement les « artistes ». Il avait cité deux noms pour cette dernière catégorie, Tal, une personnalité devenue légendaire de l’histoire du jeu, et Nicolas Rossolimo dont la trace s’estompe peu à peu si ce n’est que son nom est toujours associé à une variante de la Sicilienne.

Ceci a attisé ma curiosité car Rossolimo n’a jamais fait partie des prétendants au titre mondial et il était le seul joueur que l’on peut qualifier de second couteau dans ce prestigieux aréopage.

La première partie qui m’a laissé un souvenir indélébile se trouvait dans un livre de l’ex-champion du monde Max Euwe « Position et combinaison ». Elle révélait un côté artistique qui me semblait provenir d’un magicien, une succession de sacrifices d’une rare beauté.

Son adversaire, Ivan S. Romanenko (1916-1994) était un joueur d’origine biélorusse qui émigrera en 1949 aux Etats-Unis. La référence de cette partie est souvent Bad Gastein en Autriche à proximité de Salzburg mais Romanenko ne figurait pas sur la liste de participants.

La variante Rossolimo

Par contre le « Bulletin Ouvrier des Echecs » (juillet 1948) précisa :

« Un important tournoi qui vient de se terminer à Bad Gastein en Autriche a vu la victoire du maître suédois Lundin avec 15 points devant ex-aequo Rossolimo et Benko 14,5 points.

Bad Gadstein 1948

La seconde place de Rossolimo est très honorable, le champion français a remporté quelques victoires particulièrement admirées dont plusieurs avec sa nouvelle spécialité 3.Fb5 dans la Sicilienne, notamment Hans Müller et Kottnauer. A l’issue de ce tournoi, un match amical entre Rossolimo et le champion salzbourgeois Romanenko a vu la victoire du premier avec une victoire et une nulle. Voici la brillante partie de ce match. »

Rossolimo,Nicolas - Romanenko,Ivan
Salzburg, 1948

Défense Sicilienne [B31]


1.e4 c5 2.f3 c6 3.b5

Une idée très ancienne, reprise et employée avec beaucoup de succès par Rossolimo à Bad Gastein. Molnar dans le Bulletin Ouvrier des Echecs.

3...g6

Sachant combien Rossolimo est dangereux dans sa variante préférée, les noirs choisissent, sur le conseil de Grünfeld, la défense du fianchetto recommandée par Alekhine. Molnar dans le Bulletin Ouvrier des Echecs.

Une miniature : 3...e6 4.0–0 f6 5.e1 d5?! 6.exd5 xd5 7.e5 c7 8.f3 d6 9.xc6 bxc6?? (9...0–0!) 10.xd5! xh2+ 11.h1 0–0 12.h5 1–0 Rossolimo,N-Kottnauer,C Bad Gastein 1948

4.0–0 g7 5.e1 f6 6.c3 d4?!

« Perdre du temps dans l’ouverture est toujours dangereux, mais lorsque ce sont les noirs qui commettent la faute, le risque est doublé. Correct était le logique petit roque. » GM Razuvayev

7.e5! g8?

« Forcé puisque 7...xb5 8.exf6 xc3 perd de suite après 9.fxg7! » GM Razuvaiev
Pourtant une option intéressante était 7...h5!? car la position du cavalier à la bande n’est pas simple à exploiter, par exemple 8.d3 qui menace 9.g4 8...0–0! 9.g4 d5 avec des complications peu claires.

8.d3 xb5?!

Au vu de ce qui va suivre ceci est probablement fautif.

9.xb5 a6?!

« Ce coup naturel est l’erreur décisive. Plus résistant aurait été 9…Ch6. » GM Razuvaiev

10.d6+!! exd6

L’ouverture de la colonne e va faciliter la poursuite de l’attaque mais après 10...f8 11.e4 b6 12.d4 les blancs ont l’initiative, les noirs, déroqués et en retard de développement, sont mal.

11.g5!

Si immédiatement 11.exd6+ f8 et le fou de cases noires peut défendre depuis la case f6.

11...a5 12.exd6+ f8

Le pion d6 paralyse l’aile dame et c’est sur l’ouverture de la colonne e que va se construire toute l’attaque.

13.e8+

Le plus prosaïque 13.De2 gagnait aussi mais donner une tour pour un tempo c’est vraiment de l’art !

13...xe8 14.e2+ f8 15.e7+ e8

15...xe7 16.xe7+ g8 17.g5+–

16.d8+!! xd8 17.g5 1–0 La simple menace 18.Cxf7 mat est imparable.

Kiev 1910

Nicolas Rossolimo est né le 28 avril 1910 dans l’Empire russe à Kiev où il passe son enfance. C’est ici qu’il apprend à jouer aux échecs, une ville où l’on pratique volontiers les échecs au fameux « Café Warsaw ». Dans l’une de ses salles enfumées, on peut parfois observer des célébrités se livrer à de rudes batailles sur l’échiquier, de la stature de David Janowski (1868-1927), Fyodor Duz-Khotimirsky (1879-1965) sacré quatre fois champion de Kiev et plus tard le jeune Efim Bogoljubov (1889-1952). « Les joueurs sont absorbés dans de longues réflexions, buvant du mauvais café, un cigare au coin des lèvres soufflant un nuage de fumée sur un échiquier disposé sur une petite table en marbre » témoignera Fyodor Duz-Chotimirsky.

Fyodor Duz-Chotimirsky

Malheureusement le « Café Warsaw » ne survivra pas aux vicissitudes de la Révolution de 1917 et à la guerre civile qui voit Kiev occupée à tour de rôle par différentes factions, dix changements de régime ou d’occupants au moins, avant de tomber définitivement aux mains des bolchéviques en 1920.

La deuxième guerre mondiale verra le bâtiment complètement détruit lorsque l’armée Rouge sera encerclée par les troupes allemandes. La ville sera occupée par les nazis de septembre 1941 à novembre 1943.

Guerre russo-japonaise

Son père Spiridon Rossolimo, d’origine grecque mais né en Russie, était un artiste peintre qui jouissait d’une certaine notoriété. Il avait été envoyé en Mandchourie comme peintre officiel des armées pendant la guerre russo-japonaise en 1904-1905. Il devait rendre compte des batailles alors que sa mère, une aristocrate Xenia Nikolaevna, née Skougarevsky, était une intellectuelle, polyglotte, correspondante de guerre. Ils se rencontrèrent à cette occasion. (Alain Pallier d’après un entretien avec son fils Alexandre Rossolimo)

Nicolas II Kiev 1911

Le 14 septembre 1911, lorsque le premier ministre de l’Empire tsariste Piotr Stolypine, qui accompagnait le tsar Nicolas II, est assassiné à Kiev, Spiridon Rossolimo, proche des mouvements nihilistes, fut bientôt suspecté d’avoir fait partie du complot et contraint de quitter la Russie en 1913. Il parvient à rejoindre le continent américain car il était encore possible de partir à l’étranger ou de rompre un mariage sans formalités. « En 1916 son père est directeur de l’Académie des Beaux Arts d’El Salvador en Amérique Centrale, vers 1920 après son arrivée à New York, il continue sa carrière de portraitiste dans son « Spiro Studio » sur Broadway. » (Alain Pallier).

Nicolas reste en Russie aux côtés de son frère et de sa mère. Cette dernière, dépossédée de tout, est contrainte à une reconversion difficile pour assurer sa subsistance.

Rossolimo « commente » dans le Bulletin Ouvrier de 1937

Rossolimo,Nicolas - Leyzermann
Moscou, 1927
Gambit de Budapest [A52]

 

1.d4 f6 2.c4 e5 3.dxe5 g4 4.e4 xe5 5.f4 ec6 6.e3 a5!?

« Jusqu’ici les coups sont joués suivant la théorie, 6…a5 est une nouveauté. »

7.f3 b4+ 8.bd2 e7 9.d3 f5?! 10.0–0! d6 11.a3 xd2 12.xd2! 0–0 13.c2

« La pression des blancs s’accentue, les noirs, sans désavantage matériel, ont pourtant une mauvaise partie. »

13...fxe4? 14.xe4 h6 15.ae1 d8

16.d1!!

La ponctuation est de Rossolimo, pourtant la poursuite de l’attaque avec 16.h7+ h8 17.c3 avec la menace 18.Fxg7! était la suite la plus efficace. La vision de Rossolimo est celle d’un artiste…

16...g4?! 17.h3 f5 18.d5+ h7? « Mieux était ici 18...Rh8. » 19.g5+! g6

« On voit que 2 pièces défendent le roi noir, le fou f5 et la tour f8. L’idée des blancs est de supprimer ces 2 pièces après quoi le mat est facile à construire contre un roi privé de défenseurs. »

20.e6+! f6

« Si 20...xe6 21.xe6 e7 22.xf8+ xf8 le fou et la tour défendant le roi sont échangés et la suite est facile 23.e4+ f7 24.c3 etc. »

21.xf6+ gxf6 « Si 21…Dxf6 22.Ff7 gagne. » 22.h5+! xh5 23.f7+ g6 24.g4+ h4 25.e1# 1–0

« Il est amusant de remarquer que si, au 16e coup, les noirs n’avaient pas perdu un temps en jouant 16…Fg4 au lieu de 16…Ff5, les blancs n’auraient pas de pion à h3 et toute la brillante combinaison ne marcherait pas. »


« Son oncle Grigory Ivanovich Rossolimo est un très célèbre neurologue, encore de nos jours le "Réflexe de Rossolimo" est utilisé dans les bilans neurologiques. » (Dominique Thimognier)

Grigory Ivanovich Rossolimo

En 1917 son oncle Grigory Ivanovich Rossolimo (1860-1928) disposait d’une chaire de neuropathologie à l’université de Moscou et a pu sans doute leur venir en aide. Depuis la deuxième moitié des années 20, sa mère était en grand danger car Staline dirigeait l’Union soviétique d’une main de fer. Du fait qu’elle était polyglotte, elle fut suspectée de cosmopolitisme et jetée en prison pendant près d’un an. Grâce à la nationalité de son mari elle a réussi, en se procurant un passeport grec, à quitter l’URSS en 1929. Après un bref passage à Prague, elle se réfugie en France, accompagnée de ses deux fils.

Ambiance au Café de Paris 1930

Nicolas Rossolimo, qui avait atteint le niveau de « 1ère catégorie » à Moscou fréquente les clubs parisiens et devient rapidement un habitué du « Café de la Régence » et du « Cercle Potemkine ». Fondé en 1926 par un aristocrate, émigré, venu de Saint-Pétersbourg, Piotr Potemkine (1886-1926) qui est l’auteur de la devise de la FIDE « Gens una sumus ». Le club accueille en sein de nombreux émigrés, V. Matveeff, L. Monosson, O.Blum tous trois sacrés « champion de Paris », des joueurs aujourd’hui oubliés. (Alain Pallier)

Club Potemkine, 1932 avec Rossolimo tout à gauche.

Nicolas Rossolimo côtoie des émigrés comme lui, notamment Eugène Snozko-Borovski (1884-1954), les Grands-Maîtres Ossip Bernstein (1882-1962), Xavier Tartakover (1887-1956) et le sculpteur et maître d’origine roumaine Abraham Baratz (1895-1975).

Voici l’une de ses premières victoires publiée dans « La Stratégie ». Elle nous révèle ce qui sera sa spécialité, maximaliser la puissance de son jeu de pièces au service de l’attaque de mat.


Rossolimo,Nicolas - Gotti,Marius
Paris, 1932

Défense Hollandaise [A85]

 

1.d4 d5 2.f3 c6 3.e3 e6 4.d3 f5 5.c4 f6 6.c3

Dans cette position « Stonewall » un plan intéressant est d’essayer d’échanger le mauvais fou après 6.0–0 d6 7.b3 e7 8.b2 0–0 9.c1 b6 10.a3 c5 avec des chances égales.

6...d6 7.d2 0–0 8.e2 e4 9.0–0–0?! d7 10.e1 df6?!

Après 10...b5!? pour provoquer l’ouverture des lignes les noirs mettaient le doigt sur la position aventureuse du roi adverse.

11.e5! xc3 12.xc3 e4 13.e1 c5 14.f3 cxd4 15.exd4 g5+ 16.b1 xe5 17.dxe5 c5 18.c2 dxc4 19.xc4 b6 20.g1

Prépare la poussée g4 pour donner un rôle majeur au fou de cases blanches.

20...a6

21.h4 e3 22.d2!? xe5?

« Une erreur. Cette prise les expose à une forte attaque à cause de l’action du fou de cases noires sur la grande diagonale ; mieux valait 22…De2 avec un jeu à peu près égal. » La Stratégie

23.c3 c7 24.g4 f7 25.gxf5 exf5

« Une position classique d’attaque : deux fous, deux tours et une dame visent le roi adverse très faiblement défendu. » La Stratégie

26.g5

Ici le jeune Rossolimo pouvait conclure avec brio après 26.xf5 xf5 27.xg7+ xg7 28.xg7 xg7 29.g1+ f8 30.xh7 d3+ 31.c1 e8 32.g8+ f8 33.xf8+ xf8 34.h8+ avec un gain facile.

26...e7 27.h5? af8? 28.dg1 e6 29.xf5 xf5 30.xf5 f4? 1–0

En 1933, 1935 et 1936, il remporte le championnat de Paris, qualifié de « gréco-russe », et devient un joueur très redouté. Dans cette partie, c’est sa compréhension du jeu de position qui s’affirme. Un exercice de domination spatiale qui conduit à un véritable écrasement positionnel. La fin s’est jouée dans une grande confusion.

Rossolimo « commente » dans La Stratégie

Rossolimo,Nicolas - Vernay,Etienne
Championnat de Paris, 1936
Est indienne [E61]

 

1.d4 f6 2.e3 g6 3.d3 g7 4.c4 d6 5.c3 0–0 6.ge2 e5 7.0–0 bd7 8.g3 e8 9.dxe5 dxe5 10.e2

« Si 10.e4 pour empêcher la poussée f7–5 les blancs affaibliraient leur case d4 et les noirs pourraient y installer définitivement un cavalier fort gênant. »

10...c6

« 10…f5 était préférable. »

11.b3 c7 12.a3 e8 13.ge4

« Menaçant 14.Cd6 ! »

13...f8

« Sur tout autre coup l’entrée du cavalier sur d6 donne un réel avantage aux blancs. »

14.xf8 xf8 15.d6 e6?

« Perte de temps ; il fallait jouer tout de suite 15…Te7. »

16.c5 e7

« En effet, les blancs menaçaient 17.Fc4 et, tôt ou tard, il aurait fallu fuir. »

17.c4 ce6 18.b4 c7 19.f4

« Les blancs qui ont l’avantage, ont intérêt à ouvrir le jeu. »

19...exf4 20.exf4 g7

« Pour éviter la poussée f4–f5. »

21.ce4 e6 22.f6+ h8 23.d4!

« Immobilisant le cavalier noir à g7 car l’échec à la découverte serait fatal aux noirs. »

23...xc4 24.xc4 fe6 25.c3 a5

« Avec leur position gênée, les noirs doivent entreprendre quelque chose. »

26.a3 b6

« Si 26…axb4 27.axb4, ce sont les blancs qui bénéficient de la colonne ouverte. »

27.h4?!

« 27.f5! était plus fort. »

27...bxc5 28.bxc5 d8 29.h5 gxh5

« Pour éviter 30.h6 et ses conséquences fâcheuses. »

30.ad1 a7

« Menaçant l’échange des dames par 31…Dxc5. »

31.h1 b8

« Si 31...xc5? 32.xc5 xc5 33.xf7+ xf7 34.xd8+ et gagnent. »

32.e1?!

Plus pointu était 32.f5! avec la menace 33.Cxh5. 32...xc5 33.e1+–

32...a4 33.e5

Joué avec l’idée 33…Dxc5? 34.De4 +–

33...b3? Un peu mieux 33…Cf8. 34.e4 1–0

Rossolimo n’est encore qu’un amateur très talentueux et comme beaucoup de Russes exilés qui ont choisi la France, il gagne sa vie comme chauffeur de taxi. Fringant, d’une stature athlétique, il pratique régulièrement le judo et obtient le grade de ceinture marron.

Il participe à ce qui était annoncé comme un très grand tournoi et qui se joue dans le cadre de « L’Exposition internationale des Arts et des Techniques appliqués à la Vie moderne » à Paris en 1937 :

« Maintenant il nous faut des joueurs par centaines ! Aussi est-il certain que nombre d’amateurs étrangers aménageront leur voyage à l’Exposition de manière à contribuer à cette manifestation sans précédent, en France tout au moins. » Le Bulletin Ouvrier des Echecs

Le tournoi sera dans un premier temps repoussé. A cette époque, il régnait une grande confusion. Depuis 1936, les mouvements sociaux nés du Front populaire entraînent de grands retards dans les travaux (sauf pour le pavillon de l'URSS) et de nombreux incidents sur les chantiers. L'ouverture est prévue symboliquement le 1er mai, date importante pour un gouvernement de Front populaire. Finalement l'Exposition ouvre le 25 mai, avec moins d'un mois de retard sur le calendrier prévu. Le jour de l'ouverture les deux pavillons principaux, qui se font face, reçoivent la médaille d'or de l'Exposition : celui de l'Allemagne nazie et celui de l'URSS.

Exposition de Paris 1937

Rossolimo remporte le tournoi international de Paris 1937 qui réunissait 9 participants mais aucun grand nom. Il devance Kaiser et Monosson.

Voici sa victoire contre le maître Imre König (1901-1992) né dans l’Empire austro-hongrois et qui jouait sous les couleurs de la Yougoslavie.

Konig,Imre - Rossolimo,Nicolas
Paris, 1937

Défense Pirc [B04]

1.e4 g6 2.d4 g7 3.f3 d6 4.c4 f6 5.e2 0–0 6.e5 dxe5 7.dxe5 d5 8.h3 c5 9.0–0 b6 10.b3 c7 11.a3 a6 12.f4 e6 13.ad1 d7 14.fe1 h6 15.c3 c6 16.e3 e7 17.c4 f5 18.c3 c6 19.c2 ad8 20.xd8 xd8 21.g4 e7 22.e3 d7 23.h2 g5 24.g3 g6 25.d1 xe5 26.xe5 dxe5 27.xd8+ xd8 28.e1 d6 29.f1 f4 30.h2 g2 0–1

Celui organisé l’année suivante sera beaucoup plus étoffé.

Grille du tournoi de Paris 1938

Voici sa victoire face au maître franco-polonais Joseph Cukierman, (1899-1940). Après avoir vécu en Russie, Cukierman remporta le championnat de Moscou en 1920, puis il s’établit en France vers 1928 et remporta le championnat de Paris en 1930. Il exerçait la profession de médecin. A cette époque, la situation devait être compliquée pour les émigrés de l’Est, car après ceux qui avaient fui le bolchevisme une nouvelle vague de réfugiés essayaient d’échapper aux purges staliniennes. Le roman de Jean-Michel Guenassia « Le Club des incorrigibles optimistes » illustre avec talent l’ambiance des clubs d’échecs de l’époque.

Finalement Cukierman mourra dans des circonstances demeurées floues. Sa mort par suicide a été annoncée brièvement par les revues anglaises pendant l’été 1941 alors que selon le journal « Combat », il est mort tragiquement à Castres en 1940. (Une découverte de Dominique Thimognier). De par ses origines juives, il était exposé aux persécutions du gouvernement de Vichy car, à partir d’octobre 1940, les préfets pouvaient interner les étrangers de « race juive » dans des « camps spéciaux ».

Xavier Tartakover

Tartakover « commente »

Rossolimo,Nicolas - Cukierman,Joseph
Paris, 1938

Gambit de la Dame [D65]

1.d4 d5 2.c4 e6 3.c3 f6 4.g5 e7 5.e3 bd7 6.f3 0–0 7.c1 a6 8.cxd5

« Cette méthode de simplifications (connue sous le nom de variante de Carlsbad) a été jouée quelquefois dans le match Alekhine-Capablanca, et elle n’est pas sans malice. »

8...exd5 9.d3 c6 10.c2 e8

« Un bon plan qui libère la case f8 pour le cavalier. »

11.0–0 f8 12.e5

« Un coup audacieux. »

12...d6?!

« Une autre façon de parer le danger croissant est 12…Cg4! »

13.f4!

« Une imposante construction que les noirs ont mal jugée, pensant qu’ils pourraient exploiter la faiblesse e3. »

13...e7 14.h3 h5 15.xe7 xe7 16.f3

« Protégeant le pion e3 de la possible menace 16…f6. »

16...h4

« Une sortie optimiste de la Dame. Notons qu’après 16...f6 17.g4 xg4?? 18.hxg4 le cavalier n’a plus de case. »

17.g4

« Stratégie impressionnante. »

17...f6?

« Le retour du cavalier sur f6 était impératif. »

18.xh7+

« Un choc terrible. »

18...xh7 19.g6 1–0

« Avec gain de la Dame et de la partie. »

Il se distingua avec une excellente deuxième place derrière l’ex-champion du monde Capablanca. Il n’encaissa qu’une seule défaite et cette partie contribuera à sa notoriété.

Il faut relever l’absence d’Alekhine, qui venait de reconquérir son titre et s’était absenté pour donner quelques simultanées à l’étranger.

« Tirant profit de la présence de José R. Capablanca, un tournoi double ronde sur invitation a été organisé dans les salons du club Caïssa, 6 rue Presbourg à Paris du 5 au 16 janvier sous l’égide de M. Tauber. Le Dr. O.S. Bernstein officiait comme arbitre.

Après une lutte acharnée où rien n’a pu être décidé avant la dernière ronde, lorsque les deux leaders qui s’opposaient ont partagé le point, Capablanca invaincu a remporté le tournoi.

Un demi-point derrière lui, se classait N. Rossolimo, un talentueux joueur parisien, natif de Grèce. » American Chess Bulletin

José Raúl Capablanca

Capablanca,Jose Raul - Rossolimo,Nicolas
Paris (3), 1938

Gambit de la Dame [D66]
 

1.d4 f6 2.c4 e6 3.c3 d5 4.g5 e7 5.e3 0–0 6.f3 bd7 7.c1 c6 8.d3 h6 9.h4 dxc4 10.xc4 b5 11.d3 a6 12.a4 b4 13.e4 xe4 14.xe7 xf2 15.xd8 xd1 16.xd1

Une nouveauté par rapport à la partie Vidmar-Asztalos (Maribor 1934)

16...xd8 17.xc6 b7

« Les noirs auraient pu simplifier plus discrètement par 17…e5! » Tartakower

18.c7 xf3+ 19.gxf3 b6

Intéressant 19...e5!? 20.e4 ac8 21.xc8 xc8 22.b7 et le fou se montre supérieur au cavalier selon le GM Spielmann. Pas clair après 22...d8! 23.xa6 c5 24.b5 exd4 ui offre des chances égales selon le GM Khalifman

20.c6 xa4 21.c2

Menace la position du cavalier à la bande avec 22.Rb3 ou 22.Ta1.

21...db8 22.a1 b3+! 23.c1 b4 24.xa6 b6 25.d2 e5?

« Les noirs voient qu’avec un jeu tranquille ils sont condamnés à perdre, aussi se lancent-ils dans une combinaison osée ; mais comme il est de règle pour la combinaison de désespoir, celle-ci se heurtera à une réfutation inattendue. » GM Spielmann

C’est pourtant une grave erreur qui coûte un pion, après 25...f8! 26.a3 une position jugée préférable aux blancs par Khalifman mais 26...d5 fait mieux que résister.

26.dxe5 c4+?

Le coup perdant, 26…Tb8 permettait encore de lutter.

27.c3 xe5 28.c5 b6

29.d3!! 1–0

Avec la case h7 dans le viseur, la faiblesse de la 8e rangée permet de gagner une pièce.

Xavier Tartakover et Nicolas Rossolimo

En 1939 Rossolimo s’impose à nouveau au championnat international de Paris, devançant Xavier Tartakover. Voici sa victoire contre Léon Monosson (1892-1943), originaire de Biélorussie, vainqueur du championnat de Paris en 1934. Il mourra au camp de concentration d’Auschwitz.

Le jeu de Rossolimo est créatif, entreprenant et riche en complications mais encore loin d’être correct.

Rossolimo,Nicolas - Monosson,Leon
Paris, 1939
Début du pion Dame
[A47]

1.d4 f6 2.f3 e6 3.e3 b6 4.bd2 b7 5.d3 c5 6.0–0 c6 7.a3 d5 8.b3 d6 9.b2 0–0 10.e5 Le système Zukertort. 10...d7

La pratique retient 10...c8 11.f4 e7 12.f3 c7 13.dxc5 bxc5 14.g4 xg4 15.xg4 g6 avec des chances égales.

11.f4 f5 12.g4?!

« Risqué en vue d’embrouiller la position. » MI Grob

12...xe5

Critique 12...cxd4 13.exd4 xe5 14.dxe5 (14.fxe5 g5!) 14...c5 et l’aile roi affaiblie offre les meilleures perspectives aux noirs.

13.dxe5 g6

Trop statique 13…Ce7!?

14.g5?

« Meilleur était 14.f3 fxg4 15.g5! » MI Grob. Ce n'est pas tout-à-fait clair après 15...cxe5!? 16.xe6 h4 17.xf8 g3! 18.e2 xd3 19.cxd3 xf8 avec des complications peu claires.

14...a6

Le sacrifice 14...dxe5! explosait le centre car 15.fxe5 xg5+ 16.h1 (16.f2 f4!) 16...d4! avec des chances d’attaque pour les noirs.

15.f3 b5 16.c4!? bxc4 17.bxc4 a5 18.c3 xc4 19.b1?

« Une jolie combinaison. » MI Grob

19...c7?

Après 19...xe3! 20.e1 xf1 21.xb7 c8! (21...d4? 22.a5 c8 23.c7 gagnant une pièce était pointé par Grob. Ce coup intermédiaire mettait les noirs en difficultés.) 22.b2 d4–+

20.xc4 dxc4 21.a5 c6

« Si 21...xa5? 22.xb7 avec une forte pression. » MI Grob

22.d6!? xd6 23.exd6 xf3 24.xf3 ab8 25.c1 b3 26.a4 d3 27.c7 c3 28.g2 e5

Les noirs ont un pion de plus et bloquent le pion adverse passé.

29.f2?! xe3 30.fxe5 xe5 31.fc2

31...f4?!

Les noirs veulent construire leur victoire sur ce pion passé.

« Mieux valait 31...d3 » selon le MI Grob. En effet, après 32.d7 xc1 33.xc1 d3 34.d8 fxd8 35.xd8 xd8 36.xc3 c8 la finale est sans espoir pour les blancs.

32.xc3 f3+ 33.f1 d3 34.d1 c4 35.a5?!

Un piège !

35...e5 36.d7 xa5 37.xc4 xg5??

Après 37...d5 38.c3 xd7 39.cxd3 xd3 40.xd3 f5 les noirs conservaient l’avantage.

38.xd3 f2

39.f3!! d5 40.c8 1–0

« Une partie pleine de finesses et de malices. » MI Grob (Champion Suisse en 1939)


Rossolimo s’était quelque peu lié avec l’artiste Marcel Duchamp, ce dernier était un adepte des « hypermodernes » qui s’opposaient aux « classiques » en privilégiant le contrôle du centre avec les pièces, et les fous en « fianchetto ». Cette partie a certainement dû lui plaire.


Cukierman,Josef - Rossolimo,Nicolas
Paris, 1939

Défense Est-Indienne [A48]

1.d4 f6 2.e3 g6

Une partie opposant les mêmes adversaires s’était poursuivie de manière plus classique 2...d5 3.f3 f5 4.d3 e6 5.xf5 exf5 6.0–0 bd7 7.c4 dxc4 8.c2 g6 9.xc4 b6 10.b3 g7 11.c3 fd5= Cukierman-Rossolimo (Paris 1936)

3.f3 g7 4.d3 0–0 5.b3 c5 6.b2 cxd4 7.exd4 c6 8.a3 d5 9.d2 c7

10.g3?!

Un affaiblissement pour éviter 10…Cf4.

10...b6 11.c4?! c7 12.a4 d5 13.e2 g4 14.a5 b4 15.xb4 xb4 16.a4 c6 17.bd2 b5! 18.a1 e6 19.xb5 cxd4 20.xd4 xd4 21.xd4 xd4 22.a4 e5 23.c3?!

Initiative, domination spatiale et paire de fous pour les noirs, après ce coup faible la partie est perdue.

23...ac8! 24.c4 c3 25.a2 dxc4 26.xc4 fd8 27.f3 xf3 28.f1 e4 29.f2 xd2 30.axd2 d8 0–1 La menace est 31…Txd2 suivi de 32…e3.

La guerre mondiale éclate en septembre 1939. Rossolimo vient d’avoir un fils, Alexandre, et sa carrière de joueur d’échecs n’est plus une priorité.

Déclaration de guerre 1939

« Il va de soi que les graves évènements que nous traversons ont laissé la plus grande place à l’anxiété, et remis à des temps meilleurs nos luttes pacifiques devant l’échiquier.

Pour ces raisons le Tournoi-Championnat de France et ses annexes qui devaient se jouer au Havre et à Rouen ont été annulés. » La Stratégie

Dans son dernier numéro de 1940, on peut lire dans « La Stratégie » qui avait vu le jour en 1867 :

« La presse échiquéenne française. La mobilisation, la censure, la pénurie de papier imposent de telles restrictions à la presse que les échecs n’y ont plus la moindre place. Une exception : rendons hommage à l’activité de notre confrère Gaston Legrain qui tient toujours le flambeau des Echecs d’une main ferme et persévérante dans l’Action Française avec sa rubrique paraissant le lundi. »

En février 1940 se joue, au Cercle Philidor, un tournoi maître remporté par Xavier Tartakower qui devance Léon Monosson. Le dernier tournoi important avant l’occupation de la France par les Nazis.

A Paris en septembre 1941 est organisé le championnat de France. La compétition s’applique à la zone occupée seulement précise « La Revue Suisse D’Echecs. » Il est remporté par Robert Crépeaux (1900-1994 champion de France en 1924 et 1925). Rossolimo, qui a toujours la nationalité grecque, n’est pas de la partie.

Drapeau nazi sur Paris

Rossolimo, comme beaucoup de Parisiens, vit la dure expérience de l’occupation et de la collaboration du régime de Vichy dirigé par le maréchal Pétain.

Les Français manquent de tout : de nourriture, de matière première, et doivent subir la discrimination, la répression via la Gestapo pour les résistants et la persécution pour les juifs. Pourtant, même dans ce contexte terrible, la vie continue et, en août 1943, Rossolimo participe au tournoi international de Caïssa, puis au tournoi de Noël la même année.

La revue Caïssa

Je tiens à remercier Alain Pallier, Dominique Thimognier heritageechecsfra.free.fr, Gérard Demuydt pour la mise en ligne de mes articles, et le Musée Suisse du Jeux de La Tour de Peilz www.museedujeu.ch pour m’avoir permis de consulter l’importante bibliothèque de feu Ken Whyld.

Georges Bertola

 
Toutes les parties commentées de l'article.

Publié le 07/04/2016 - 00:03 , Mis à jour le 07/04/2016 - 19:39
Les réactions (2)
Tous nos membres ayant un abonnement en cours de validité (hors période d'essai) peuvent commenter les articles. Abonnez-vous!
GeorgesBertola - 07/04/2016 16:33
Merci ,
c'est toujours un plaisir que de partager une passion et l'histoire des échecs est passionnante!
Une Encyclopédie, un projet ambitieux . Pour l'instant je ne peux que vous inciter à lire ou relire "L'histoire des champions d'échecs" de Nicolas Giffard probablement ce qu'il y a de mieux disponible en français.

WhiteChacal - 06/04/2016 15:03
Bonjour,

Félicitations à Georges Bertola pour cette rubrique de qualité et toujours aussi bien documentée !

Meilleures salutations

PS : à quand l'Encyclopédie sur l'histoire passionnante des échecs ?