Shneider-Dreev, 1985
Dans le gambit Dame, d'une manière générale, les Noirs doivent jouer la poussée ...c5. Voici un exemple de ce qui arrive lorsque cette libération n'est pas jouée.
Accès abonnés
► Cet article est accessible aux abonnés au service Vidéos.
Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous pour bénéficier de tous vos services

Les réactions (2)
MarcQuenehen - 19/10/2013 23:09
Bonjour PoleNord,

Nous pouvons formuler une hypothèse au sujet du coup 9...Fd6 :
Dreev aurait voulu ne pas concéder un retard de développement trop important, la poussé c5 aurait donc pu être simplement différée dans l’ordre d’exécution de son plan sans qu’il puisse finalement y parvenir en raison d’un fort jeu positionnel de son adversaire.

Les Noirs échangent les Dames car sur un refus (par 33...Dd6 par exemple) les Blancs auraient pu combiner avec 34.Txc6 Txc6 35.Txc6 Dxc6 36.Dxa7.

Bien que le roque noir est concédé quelques affaiblissements (avec notamment la poussée du pion f) on ne peut raisonnablement pas l’attaquer avec simplement une Dame et un Cavalier, le jeu se porte donc naturellement sur les faiblesses nombreuses de l’aile Dame noire (pion a5 isolé, c6 arriéré, cases faibles c5 et d4), l’exploitation de ses faiblesses est facile et surtout dénuée de tout risque.

PoleNord - 14/10/2013 19:51
Bonjour Marc

Vous dites que les Noirs doivent jouer c5 !
AU 9eme coup, ils avaient la possibilité de le faire. mais ils ont joué à la place Ff8-d6 ! Pour quelles raisons, d'autant que Dreev savait qu'il devait jouer c6-c5 et qu'il n'a jamais pu le faire après ?

Lorsque les Blancs cherchent à jouer une finale de Tours suite à la structure de pions avantageuse, ils cherchent à échanger les Dames et pièces légères. Dans ce cas pourquoi les Noirs acceptent cet échange après l'avoir dans un 1er temps refusé et n'y avaient-ils pas pour les Blancs une autre stratégie basée sur la faiblesse du Roi noir et donc son attaque mais en conservant les Dames ? Le roi noir étant plus faible que son homologue blanc !

Bien cordialement