Veselin Topalov : "Les Russes ont privatisé le championnat du monde"
Il admet être fatigué des ouvertures catalanes, et son triomphe aux Pays-Bas ne le console pas des offenses qu'il a subit ces derniers temps. Il compare sa situation actuelle avec celle dont Kasparov a souffert. Extraits de l'article de Yuri Vasiliev, paru dans « Sport Express » et traduit en espagnol par Manuel de los Reyes García Marquina pour le site de Chessbase.

Veselin Topalov : J'ai dernièrement eu des problèmes avec l'ouverture catalane. Ou plutôt, j'obtiens des positions normales, mais de mauvais résultats. J'ai vu tant de Catalanes que j'en suis fatigué.

Yuri Vasiliev : Quel est votre avis général sur Teimour ?
Veselin Topalov : Ils ont ri de nous quand nous avons accepté de jouer un match contre lui à Bakou, mais tous ont maintenant compris ce que nous savions alors déjà : que Radjabov est l'un des plus forts grands-maîtres au monde. Son talent est éminemment juvénile, de tendance Kasparovienne. Si nous considérons sa jeunesse, son énergie fantastique, sa motivation, son jeu brillant dans les parties avec un temps de réflexion limité et dans les blitz, il sera particulièrement dangereux dans les compétitions avec le contrôle du temps FIDE.

Yuri Vasiliev : Et qu'avez-vous à dire sur son voisin sur le piédestal, Levon Aronian ?
Veselin Topalov : Plus ou moins la même chose que sur Teimour. Le futur des échecs leur appartient.

Yuri Vasiliev : Parlons du présent. Est-vous satisfait de votre participation à Wijk aan Zee ?
Veselin Topalov : Je n'ai pas bien commencé ; dans la première partie, contre Motylev, je me suis trompé dans l'ordre des coups. Je suis satisfait avec la partie centrale du tournoi. Et il est évident que j'ai perdu un peu dans la phase finale. Avec la position que j'ai obtenu je ne devais pas perdre contre Svidler. Par contre j'ai eu de la chance contre Karjakin. Donc je ne me plains pas. D'une manière générale je suis content.

Yuri Vasiliev : Vous êtes le numéro un au classement mondial de la FIDE ; vous avez gagné sept points Elo, mais selon le règlement vous ne pourrez pas prendre part au Championnat du Monde au Mexique et votre demande de revanche contre Kramnik a été rejetée par le Conseil de la présidence de la FIDE... Que pouvez-vous nous dire sur cette situation ?
Veselin Topalov : Il est évident que c'est un scandale. Je ne veux pas vous offenser, en tant que représentant de la presse russe, mais ce que nous avons ici est pratiquement la privatisation du titre de champion du monde. Même si Kramnik ne gagne pas le tournoi du Mexique, il battra ensuite dans la revanche le vainqueur du tournoi. Et nous verrons alors pendant de nombreuses années une personne avec le titre de champion du monde qui n'est pas le meilleur joueur du monde, mais qui a privatisé le titre. Même en battant Kasparov lors d'un match, Kramnik n'a pas démontré être le meilleur joueur d'échecs du monde. Garry l'a toujours dépassé dans les tournois et était, évidemment, le plus fort. Mais la FIDE a essayé d'exclure Kasparov du Championnat du Monde. Il essaye maintenant de faire la même chose avec moi. Je crois que les tournois les plus importants se joueront maintenant en Russie ou en Allemagne, où Kramnik peut faire ce qu'il veut.

Veselin Topalov et Silvio Danailov :

Silvio Danailov : Je pense que la décision de la FIDE est un scandale total. Sa direction a refusé deux millions de dollars et rejeté notre demande de revanche, bien que nous ayons tout fait selon le règlement. Ils nous ferment la porte du championnat mondial du Mexique, alors que c'est moi qui ai trouvé les sponsors pour la compétition et Veselin m'a aidé à monter le projet et a fourni de gros efforts pour populariser les échecs dans cette région du monde. Nous sommes face à une discrimination évidente. Mais nous ne le laisserons pas comme ça. Et pour terminer, je n'ai pas de mots pour décrire cette dernière injustice flagrante : garantir à Kramnik un match revanche s'il ne gagne pas le tournoi du Mexique.

Yuri Vasiliev : Mais Kramnik a dit qu'il n'a rien entendu à ce sujet...
Silvio Danailov : Qu'il n'a pas entendu ?! Non seulement il l'a entendu, mais en plus c'est l'idée de ses amis et de son représentant ! Kramnik le sait parfaitement ! Mais je crois que toutes ces vilénies se termineront bientôt. Nous avons un appui sérieux ; nous avons nos ressources, nous allons amener la FIDE en justice. La somme minimale que nous exigeons de la FIDE est de cinq millions de dollars. La FIDE a bafoué ses propres règles et nous a causé de graves dommages matériels et moraux. Ils font ce qui n'est permis dans aucun autre sport : ignorer le joueur numéro un, qui au cours des deux dernières années a gagné six super-tournois et fut deux fois deuxième. Ils ont réussi à exclure Kasparov de la lutte pour le championnat du monde et maintenant ils souhaitent faire la même chose avec Topalov. Nous regrettons beaucoup d'avoir soutenu la candidature d'Iliumzhinov à Turin. Nous comprenons maintenant que nous avons commis une grave erreur. Mais tôt ou tard la justice triomphera.

Source : www.chessbase.com/espanola/newsdetail2.asp?id=4894


Publié le 14/02/2007 - 06:14 , Mis à jour le 14/02/2007 - 06:28