Wesley So – Levon Aronian

Levon Aronian | Photo Lennart Ootes
Un peu de romantisme : Si l'Italienne revient au goût du jour, nous retombons généralement dans des schémas d'Espagnoles où les Blancs ont évité la finale berlinoise, au prix d'un déploiement plus aisé des forces noires. Levon Aronian, ne goûtant guère se faire dicter son jeu, nous propose un rapide sacrifice sur le talon d'Achille en f2, se rapprochant des parties romantiques dignes de l'école italienne.
Cet article est accessible aux abonnés au service Ouvertures - e4.
Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous pour bénéficier de tous vos services
Voir nos offres