Botvinnik – Capablanca, 1938

La partie que nous allons analyser, avec l'aide des notes de Garry Kasparov, appartient au trésor du jeu d'échecs. Elle démontre que la vision stratégique de Botvinnik était déjà supérieure à celle du plus grand génie de la vieille garde.

Cet article est accessible aux abonnés au service Leçons par thème. Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous pour bénéficier de tous vos services

Pas encore abonné ? Découvrez la rubrique gratuitement !