Comment calculent les grands maîtres

Alexis Hinsberger (1907-1996) peintre, graveur et sculpteur français d'origine espagnole.
Les décennies passent, et malgré tout ce que l'on peut trouver de nos jours sur Internet en vidéo, pdf, stream, etc. la réponse à la question : « comment calculent les grands maîtres », reste encore et toujours relativement floue. Nous ressortons donc un très vieil article d'Adriaan de Groot pour connaître les pensées d'un joueur pendant qu'il prépare un coup.


Réflexion et choix aux échecs (Thought and Choice in Chess) d'Adriaan de Groot, maître international et professeur de psychologie, un mémoire de doctorat publié en néerlandais en 1946, fait notamment remarquer que les joueurs plus forts ne calculent pas forcément plus, mais mieux. Nous ne prétendons pas donner en une page une idée détaillée du contenu très riche de ce volume de près de 500 pages; nous nous contenterons d'exposer sur un exemple la méthode employée.

Nos lecteurs pourront ainsi en avoir une idée précise — et même s'ils le désirent se placer dans des conditions voisines de celle de l'épreuve et comparer leurs résultats à ceux des grands maîtres qui se sont soumis à l'expérience. Article publié dans la revue Europe-echecs N°82 du mois de novembre 1965.

Après 16...♕b6?

Il s'agit de connaître les pensées d'un joueur pendant qu'il prépare un coup ; plusieurs positions furent soumises, en 1938, à Alekhine, Kérès, Fine, Euwe, Flohr, Tartakower et ainsi qu'à des maîtres et joueurs moyens. Voici une de ces positions et les commentaires exprimés à haute voix par quelques-uns des GM.

I.es lecteurs désirant se soumettre au test doivent cacher la suite et noter leurs remarques et hypothèses successives, leur choix final ; les GM ont réfléchi de 6 à 15 minutes.

1. Compte rendu de Paul Kérès (6 minutes)

« Jetons un coup d’œil à la position. Bien, c'est une belle position ! Qui est mieux ? Difficile. Regardons d'abord ce qui peut être pris. 1.h6 et 2.xf7 est insuffisant. 1.xc6 peut-être ? II faut reprendre avec le Pion; avec la Tour cela coûterait un Pion et avec la Dame ce n'est pas possible non plus, vraiment, donc 1.xc6 bxc6 2.xd5 cxd5 3.f3. Peuh ! Cela paraît gagner une pièce. (Pause.) Le Pion b2 est attaqué. (Immédiatement.) 1.xd5 peut-être ? Rien de particulier. Calculons quand-même. 1...xd5 2.xf6 et 3.d7, peut-être même 3.xd5 d'abord. 1...xd5 coûte une pièce. 1...exd5 2.f3 peut-être ? Vérifions 2.f3. Que vont faire les Noirs ? 2...Rg7; alors par exemple 3.g4 gagnera probablement. Bien, les Blancs gagneront par 1.xd5. »

2. Compte rendu d'Alexandre Alekhine (9 minutes)

« À première vue, j'ai le souvenir obscur d'une partie Botvinnik-Vidmar (Nottingham). II y a une certaine ressemblance : la même position de Dame en d3. Type d'ouverture : Gambit Dame accepté. En une demi-heure, je pourrais retrouver logiquement les coups qui ont amené la position. Le Pion b2 est-il réellement attaqué ? Ou bien est-ce que ce n'est pas essentiel ? Possibilités des Blancs ? Quels coups méritent d’être envisagés ? 1.xd5 : 1...xd5 n'est pas bon; donc exd5. Alors le f6 devient un peu faible. 2.g4 et 2.e1 peuvent suivre ou aussi 2.xd5 et 3.e1 ; ou peut-être 2.f3. En tout cas, 1.xd5 est le coup séduisant. Mais regardons d'autres possibilités. 1.g4 est à envisager mais ne semble pas aussi bon. 1.xd5 peut-être : ...xd5 2.xd5 xg5 avec beaucoup de possibilités de prise, mais, à première vue, pas convaincant. 1.xc6 et première vue bxc6 suivrait, ce qui renforce d5, c'est dommage. En tout cas, les Blancs sont nettement mieux. Je serais heureux d'avoir cette position en tournoi. Y a-t-il d'autres coups décisifs à part 1.xd5 ? 1.xd5 est très fort c'est certain. 1.xc6 bxc6 : pression sur c6, la paire de Fous ; très agréable aussi. mais la position promet plus. Vérifions encore. Bien, si j'étais court de temps. je jouerais 1.xd5. »

3. Compte rendu de Salo Flohr (10 minutes)

 « Un Gambit Dame accepté ou une Caro.Kann. I.e f6 est faible, mais d5 est un point fort. I.e Pion d4 est isolé, donc faible. Les chances des Blancs sont dans l'attaque, celles des Noirs en finale. II faut examiner 1.xd5 ou peut-être xd5. 1.xd5 paraît non. Est-ce que cela donne un avantage décisif ? De toute façon, il n'y a pas d'autre coup qui gagne immédiatement. II faut regarder d'abord s'il y a quelque chose de décisif. 1.xd5 et maintenant seulement 1...exd5 est possible ou alors on joue par exemple 2.f3 ou 2.e1. Pas de décision directe. Peut-être neutraliser d'abord le c6 ? 1.xc6 et alors bxc6. Alors On peut continuer positionnellement par 2.a4. Possible aussi 1.xc6, 2.xd5 et 3.f3. 1.xc6 est bon en tout cas ; s'il n'y a rien de décisif, il faut maintenir un petit avantage. La paire de Fous et les Pions noirs faibles. Mais attendez, ne peut-on pas gagner la qualité ? 1.xc6 bxc6 (forcé, 1...Txc6 ne tient pas) 2.xd5 3.xf6 et 4.d7 (Sic). Oui, 1.xc6 paraît bon. Je le joue. »

4. Compte rendu de Reuben Fine (8 minutes)

 « Une Caro-Kann ou un Gambit Dame accepté. Manifestement. les Noirs ont eu à se défendre d'une attaque sur la diagonale en poussant g6. Les Blancs doivent jouer pour l'attaque, sinon ils n'ont rien. Attaquer f7 ? Ou non ? Les Noirs ont quelques menaces. ...xb2 est probablement impossible. Essayons. 1.e4. prenez-le. 1.d2, alors les Noirs échangent sur c3 et jouent 2....e4, cela ne marche pas. 1.xd5, pas satisfaisant. 1.fe1, par exemple : 1...xb2 2.xd5 xd5 3.xe7 xe7 4.b1 xa3 5.d5 b6, il n'y a rien. Peut-être d'une autre façon : 1.fe1 xb2 2.xd5 (xd5 n'est pas bon 3.xd5 xg5 4.b1 a2 (ou d2 ?, non, alors 7.xe7+) puis d2. Les Bancs n'ont rien. 1.e1 xb2 et maintenant autre chose : pas satisfaisant non plus. (Brève pause.) Mais que penser de 1.xd5 la qualité est perdue, donc les Noirs doivent jouer exd5. Et alors peut-être 2.fe1 ou mieux 2.f3 ou 2.g4. Oui 1.xd5 est le meilleur coup. »

Coups choisis par d'autres joueurs

Max Euwe 1.xd5 (15 minutes). Lodewijk Prins 1.xd5 (18 minutes). Nicolaas Cortlever 1.fe1 (18 minutes). Salo Landau 1.xd5 (15 minutes). Weinstein 1.xd5 (2 minutes un quart). Mlle Heemskerk 1.xd5 (7 minutes). Mme Roodzant 1.xc6 (25 minutes). Des amateurs de force variée ont donné, en réfléchissant de 7 à 28 minutes, 1.xd5 (3 fois), 1.b1, 1.h4, 1.h6, 1.xc6 :  aucun n'a indiqué 1.xd5 qui est objectivement le meilleur et mène à un gain démontrable. Voir la partie telle qu'elle fut réellement jouée par l'auteur du livre dans l'applet ci-dessous.

De Groot,Adriaan - Scholtens,C. Pays-Bas, 1936. Gambit Dame [C07]

Publié le , Mis à jour le

Réagir à cet article

Haut de page ▲
Tous nos membres ayant un abonnement en cours de validité (hors période d'essai) peuvent commenter les articles. Abonnez-vous!

Les réactions (1)

  • Ethan34

    Il y a un très bon ouvrage : Psychologie du joueur d'échecs, Olibris édition.
    par un docteur en psychologie cognitive : Dr Chassy et notre GMI Darko Anic. Tout est là! la section entrainement est exceptionnelle de vérité.