La référence francophone du jeu d'échecs

Maxime Lagarde – Champion de France

Le nouveau n°3 tricolore a vécu un été de rêve en gagnant 100% de ses tournois, de l’open de Porticcio au National de Chartres. Interview et partie commentée par Maxime Lagarde.

Après être redescendu à 2599 au classement Elo du 1er juin, Maxime Lagarde a fini 1er de la 6e édition de l’open de Porticcio, avec 7,5/9 et le gain de 13 points. Il a ensuite remporté la 21e édition de l’open de Sant Marti, en Espagne, avec 8/9 (+15). Ce n’était que le début d’une moisson estivale prolifique.

Éthique professionnelle

Sa victoire lors de la 37e édition de l’open d’Andorre, avec 8,5/9, lui a valu un nouveau gain substantiel de 23 points. Sous la chaleur caniculaire, à Chartres, il s’est paré de son 1er titre national (+8). Au 1er septembre, le Niortais, Niçois d’adoption, est devenu le 90e joueur mondial avec un classement Elo à 2657. Quelle splendide métamorphose ! A 25 ans, Maxime a pris résolument sa carrière de joueur de haut niveau au sérieux. Il a optimisé sa préparation sur tous les plans : technique, physique et mentale. Les résultats n’ont pas tardé. Laurent Fressinet lui voit déjà un avenir à 2700 et plus. Maxime, délesté de la charge de ses études, en a le calibre. S’il continue à se forger ainsi un mental de champion, le top 50 mondial est l’un de ses objectifs naturels.

Préparation

Les cours qu’il a pu prendre avec Pavel Eljanov, payés par son club de Nice Alekhine, ont nécessairement constitué un déclic. L’Ukrainien avait secondé Gelfand lors de son match contre Anand en 2012. Il était aux côtés de Carlsen lorsque le Norvégien avait battu l’Indien à Chennai en 2013. Il avait aussi accompagné Mariya Muzychuk dans sa défense du titre mondial contre Yifan Hou en 2016. Eljanov est considéré comme l’un des meilleurs spécialistes de la préparation assistée par ordinateur. C’est une chance pour Maxime d’avoir pu partager quelques-uns des secrets de cet analyste hors pair. Le jeune GMI français a pu comprendre un peu mieux comment s’effectue le travail de recherche fondamentale. Un « coup inenvisageable » suivant les conclusions de l’ordinateur, par exemple, peut se révéler être la meilleure option dans l’absolu. Encore faut-il en avoir l’intuition ! C’est ainsi que s’enrichit chaque jour la théorie moderne.

Rapides de départage : une Hollandaise de haut vol

J'étais dos au mur, avec l'obligation de gagner avec les Noirs. La première partie rapide avait été une catastrophe (0-1 en 61 coups sur un début Réti). Je n’avais pas eu une seule chance, après un jeu quasiment parfait de Laurent. Dans la 2e, j’ai utilisé la défense Hollandaise, mon ouverture fétiche pour les parties importantes, et j’ai réussi à obtenir le genre de positions que j'apprécie. Cette victoire m’a remis en confiance.

Maxime Lagarde commente

Laurent Fressinet 0-1 Maxime Lagarde

Maxime Lagarde : « La métaphore d’un rêve… »

Quelles sont les émotions d’un jeune GMI qui gagne son 1er titre de champion de France ? Quelles ont été les clés de son succès ?

Titres en Rapides et Classique

« C'est fait ! Le vase de Sèvres que j'ai tant convoité secrètement est maintenant sur ma table de nuit, comme la métaphore d'un rêve qui ne s'arrête pas. Je dois bien avouer que même si j'avais remporté le titre de champion de France de rapides, en mai dernier, celui-là a une toute autre saveur.

Préparation

J’ai passé une mauvaise période en mars et avril. Je suis même redescendu à 2597 Elo au 1er juillet. J’ai décidé d’être plus sérieux dans mon approche de la compétition. Je regardais à peine les parties jouées par mon adversaire. Maintenant, j’essaie de les regarder toutes, pour comprendre son style de jeu, pour m’adapter et pouvoir jouer en fonction de ce qui me convient le plus. Je travaille les ouvertures plus en profondeur. Par exemple, si mon adversaire joue la Sicilienne Najdorf, avant, je me disais : Ok, je vais jouer une « sous-ligne ». Je voulais juste sortir « vivant » de l’ouverture, en n’étant pas moins bien. Je partais depuis « tellement bas ». C’était une catastrophe. Aujourd’hui, je cherche une idée intéressante. Je pousse ma préparation pour essayer d’obtenir un avantage dès le début.

Eljanov

Je suis plus rigoureux dans mon travail. J’essaie de pousser encore plus la théorie. J’ai l’avantage d’avoir une assez bonne mémoire. Mon club m’a offert de prendre quelques cours avec Pavel Eljanov, qui joue aussi pour Nice Alekhine dans le Top 12. On regarde ensemble une variante. Il a des idées, on les partage. Ensuite, il m’envoie des bases de données. J’ai été impressionné par sa façon d’utiliser ChessBase. Il ne s’arrête pas aux évaluations de l’ordinateur. Il essaie de trouver des coups. J’espère continuer à travailler avec lui. Il m’apprend beaucoup. C’est une question de budget.

Hygiène de vie

J'ai abordé ce National avec une concentration extrême. J’avais fait un sans-faute durant l’été. Pour la première fois, j’ai ressenti de la pression. Je m’étais préparé à long terme, en travaillant la théorie beaucoup plus que d’habitude. J’avais aussi adopté un mode de vie très sain, avec très peu d'alcool, voire pas du tout durant le National, et du sport autant que possible. A Chartres, j’étais vraiment dans ma bulle. J’étais seul dans ma chambre, au centre-ville, concentré à 100% sur mon objectif.

100% professionnel

Complètement, même si cela ne m’empêche pas de garder un œil sur la finance [Maxime a fait ses études supérieures dans ce domaine – NDLR]. Je ne suis pas « marginal ». Dès que j’ai fini un tournoi, je fais autre chose. J’ai d’autres activités, mais quand je vais à un tournoi, aujourd’hui, c’est pour le gagner ! »

Le ronde par ronde… jusqu’à la victoire !

La moyenne du tournoi s'élevait à 2572, mais bon nombre de joueurs valaient un classement supérieur, par rapport à leur classement. Mazé, Cornette, Gharamian ont dépassé les 2620 Elo et plus, mais ils avaient un classement inférieur à 2580. Que dire de Laurent Fressinet, que je considérais comme le favori ? C’est un ancien membre du club des 2700, mais il avait un Elo à « seulement » 2625. Le tirage au sort des appariements m'offrait 5 fois les Blancs, pour 4 fois les Noirs. Sur le papier, c’était un premier avantage.

Ronde 1 : 0,5-0,5 contre Feller

La première ronde m'opposa à Sébastien avec les Blancs. Il fut, pour moi, le joueur le plus "propre" dans ses parties. Cette entrée en matière fut difficile et j'ai dû défendre une position clairement inférieure qui se solda par une nulle.

Ronde 2 : Défaite contre Fressinet

Laurent était mon rival principal et ma plus grande « peur » du tournoi. Je fais un très mauvais choix d'ouverture avec les Noirs. J’opte pour la Grünfeld, une ouverture très théorique. Il récite simplement ses connaissances. Laurent a joué parfaitement, en ne me laissant aucun espoir. J’avais 0,5/2. Un tel score pour commencer n'aide évidemment pas à garder la confiance, mais je suis resté concentré. J’ai essayé de ne pas me laisser impacter par cette lourde défaite.

Ronde 3 : 1-0 contre Moussard

J'abordais cette partie avec l’objectif de marquer le point entier, coûte que coûte. J'affrontais mon compère et ami de toujours, Jules, le joueur le plus jeune du tournoi. Je savais que la partie allait être rocambolesque, du fait de nos styles de jeu respectifs. Il a joué parfaitement le début, obtint un avantage, mais la position était complexe d'un point de vue humain. Il commit une faute de calcul, malgré une bonne idée de sacrifice, qui le mena à la défaite.

Rondes 4 : 0,5-0,5 contre Gharamian

J’avais les Noirs contre Tigran, vainqueur du National en 2018. Ce fut une partie très solide. Je n’ai rien pu obtenir, malgré avoir tout tenté, y compris en finale (0,5-0,5 en 40 coups). A ce stade du tournoi, c’était une nulle logique.

Ronde 5 : 1-0 contre Édouard

Une partie très importante. Romain était seul 1er avec 3/4. Il m’a surpris dans l'ouverture, mais il joua ensuite un peu trop passivement. Je n’ai pas raté le coche en menant une attaque sur son Roi, sans les Dames (1-0 en 29 coups). Cette victoire m’a permis de rejoindre la 1re place ex aequo avec pas mal de joueurs, dont Romain et Laurent, avec 3 points.

Ronde 6 : 0-1 contre Favarel

C’était la ronde "à ne pas rater". Avec les Noirs, j'étais opposé à Julien Favarel, le plus faible Elo du tournoi. Julien a montré un niveau plus que correct, mais il commit quelques imprécisions, ce qui le mena à la défaite. Grâce à cette nouvelle victoire, j’ai pris la tête du classement en solitaire.

Ronde 7 : 0,5-0,5 contre Mazé

Sébastien est un très bon joueur, en manque de forme flagrant. Mon envie était d'empocher le point entier, mais il était mieux préparé, avec une plus grande expérience de la Berlinoise. Sébastien mit rapidement un terme à mes ambitions. Il égalisa, puis obtint facilement un petit plus, mais mon activité était suffisante pour la nulle. Statu quo au classement. Les 5 parties du jour se sont finies par la nulle.

Ronde 8 : 0,5-0,5 contre Cornette

La ronde la plus mouvementée du tournoi. Matthieu n’avait pas eu de chance, malgré un excellent niveau de jeu [Cornette scora 100% de nulles – NDLR]. La fatigue se faisait sentir. Après une mauvaise décision, j’ai dû défendre une position difficile, mais j’ai trouvé les coups précis pour empocher le demi-point. J'attendais impatiemment les résultats des parties Edouard-Moussard, une rencontre complètement folle, et Favarel-Fressinet. Elles devaient se conclure toutes les deux par la nulle. Arrivé à l’hôtel, j'eus la mauvaise surprise de voir que Laurent avait finalement gagné, comme Jules. Ils allaient avoir un appariement favorable à la dernière ronde. Ma stratégie de me contenter d'une nulle contre Gozzoli à la 9e ronde, pour m'assurer au moins le départage, était complètement bouleversée.

Ronde 9 : 1-0 contre Gozzoli

Je n’avais plus le choix. Comme Laurent et Jules, je devais faire « all in » et battre Yannick. J’ai opté pour une Anglaise pour éviter 1...e5. Je me sentais à l’'aise, avec une certaine attaque et l’initiative. Il a commis une erreur de calcul et m'a offert la victoire sur un plateau. La partie de Jules contre Favarel n'avait plus comme incidence que la 3e place. Laurent mit la pression contre Mazé et obtint le point complet. Le titre, une fois de plus, allait se jouer au tie-break.

Départage en Rapides : 1-1

Je ne me suis pas préparé spécialement pour ces deux parties rapides, étant déjà trop exténué après une semaine intense. J’ai commencé la première avec 1.b3, pour éviter toute théorie, mais Laurent, comme dans notre partie classique, joua simplement mieux que moi. Je n'avais plus d’autre choix que de tout envoyer dans 2e (cf. partie commentée). L'attaque fut simplement gagnante et je réussis à revenir au score !

Titre en blitz : 1,5-0,5 !!

Nous annulons le 1er blitz après une nouvelle Hollandaise. Laurent changea de variante et la partie fut très complexe. Nous avons raté de nombreux coups. C’était dû à la fatigue. A la fin, nous avons répété cinq fois la même position, mais j’ai mal réclamé la répétition. J’aurais dû d’abord arrêter la pendule. L’arbitre est intervenu. Laurent a récupéré une minute de plus. Très fair-play, il n’a pas cherché à me faire tomber en changeant de coup (0,5-0,5 en 44 coups). Dans le blitz retour, avec les Blancs, j'ai choisi mon autre ouverture fétiche, la Viennoise. Connaissant la position mieux que lui, j’ai pris rapidement l'avantage pour ne plus le lâcher (1-0 en 42 coups). Cette victoire était synonyme de titre !

Poker face

Je n'ai pas réalisé sur le coup que j'étais champion de France. J’ai gardé la même "Poker face" que durant le tournoi, dissimulant tout sourire devant les caméras. Sorti de l'arène, j’ai exulté après cet incroyable happy end ! Je tiens à féliciter Laurent, qui méritait ce titre autant que moi. Je voudrais remercier tous ceux qui m'ont soutenu avant et pendant le tournoi, et tous ceux qui m'ont envoyé des messages de félicitations. Enfin, et particulièrement, remercier mon club Nice Alekhine et son président Jean-Philippe Dubois, ainsi que SAP, notre sponsor, et son président Hanno Klausmeier !

Equipe de France

J'attends avec impatience de représenter la France lors du championnat d'Europe, à Batumi, et de maintenir ma nouvelle position dans le Top 100 mondial ! »

Article extrait de la revue Europe-Echecs N°702 — Octobre 2019 —
https://www.europe-echecs.com/la-revue-europe-echecs-detail.html?id=669

Article extrait de la revue Europe-Echecs N°702 — Octobre 2019 — https://www.europe-echecs.com/la-revue-europe-echecs-detail.html?id=669

Le magazine d'échecs Europe-Echecs fête ses 60 ans. Europe-Echecs est la plus ancienne revue d'échecs française toujours en parution... Merci à tous pour votre soutien et votre fidélité !

Abonnement à la revue Europe-Echecs : 6 mois = 34,95€ ; 1 an = 59,95€ ; 2 ans = 118,95€ https://www.europe-echecs.com/abonnement.html
Voir un exemplaire gratuit de la revue "en ligne" sur https://www.europe-echecs.com/mag/html5/683FR/index.html

— Jouez aux échecs en direct avec « Simple Chess » https://www.europe-echecs.com/jeu-direct.html
— SimpleChess Google Play https://play.google.com/store/apps/details?id=com.simplechess&hl=FR
— SimpleChess App Store https://itunes.apple.com/FR/app/simplechess/id394634657?mt=8


Publié le , Mis à jour le

Réagir à cet article

Haut de page ▲
Tous nos membres ayant un abonnement en cours de validité (hors période d'essai) peuvent commenter les articles. Abonnez-vous!

Les réactions (1)

  • stantigone

    Un peu en différé, merci beaucoup pour cet article, très intéressant !