Jouez aux échecs en ligne, apprenez, progressez, informez-vous

Toto, t'as t'y ton vélo ?

Le billet quotidien d'Yves Marek sur la partie majoritaire Karpov - Reste du Monde, disputée à l'occasion du Tour de France.

Yves Marek

C'est le titre d'une chanson de Pierre Dac, celui qui a si bien dit que "si l'on n'avait pas inventé la roue, les coureurs du Tour de France seraient condamnés à porter leur bicyclette sur le dos", et qui avait passé une petite annonce "musulman cherche pour sa femme vélo avec roue voilée".

L'étape d'aujourd'hui, après une journée où les couleurs des uniformes chamarrés se sont ajoutées à celles des maillots sur les écrans, partant de Limoux, bien connue pour sa blanquette, de joyeuses idées de vin blanc qu'on boit sous les tonnelles viennent à l'esprit avec les souvenirs de chansons inspirées par le vélo.

La grande Mireille a encouragé les coureurs avec la célèbre chanson écrite par Jean Nohain "Bon courage , Messieurs du vélo!", Jean Dréjac a écrit "il a le maillot jaune" et en 1969, une chanson célébrait Merckx avec un refrain enthousiaste "Eddy prend le maillot jaune/C'est vraiment un as du sport/ Eddy prend le maillot jaune/ oui c'est Eddy le plus fort!".

Plus récemment, Miossec dans "le critérium" a filé la métaphore cycliste avec

"J'aimerais tant m'échapper du peloton/

Aspirer quelques secondes d'éternité/

Je m'en remplirais plein les poumons/

Et dans ton corps les soufflerais/

Mais je n'ai jamais connu la gloire/

Remporter le critérium /

C'est pas rien crois-moi/

Mais t'embrasser sur le podium /

Là c'est tout pour moi

Je voudrais que tu vois comme/

J'en chie pour toi /

Pour trois fleurs sur le podium /

Ah ça j'en bave crois-moi"

Et il est bien vrai, comme le chantait les soeurs Etienne que

"Faire le Tour de France/

C'est le rêve de tous ceux qui ont un vélo/

La seule espérance /

Du titi, de l'arpète et du mécano

Faire le Tour de France /

Arriver à Paris en vainqueur/

Etre sacré Roi des pédaleurs."

Dès l'enfance, à la maison, pendant que "papa pique et maman coud", les jeunes joueurs d'échecs faisaient leurs premières parties et , en zeitnot, fredonnaient " avec le temps va, tout s'en va", pour entonner, au moment de croquer la Dame, "elle est épatante, cette petite femme là !". Puis, participant aux premières compétitions par équipes de nationale VII, les joueurs d'échecs découvraient le Fou chantant. Aujourd'hui, en voyant le peloton rouler sur la "route enchantée", Sanchez remporter sa première étape à Foix, le jeu du reste du monde s'ouvrir avec la prise d'un pion au milieu de "la mer", Anatoly Karpov en réponse, faire danser son cavalier en c4, ils peuvent chanter "Y'a de la joie !!"

Yves Marek

auteur de "Art, échecs et mat" (éditions Actes Sud)

Anatoly Karpov | Photo : Claude Baranton (DR)
La partie après 16.Cc4

Publié le 15/07/2012 - 18:41 , Mis à jour le 24/08/2012 - 17:42

Réagir à cet article

Haut de page ▲
Tous nos membres ayant un abonnement en cours de validité (hors période d'essai) peuvent commenter les articles. Abonnez-vous!

Les réactions (0)

  • Aucune réaction pour le moment