Masterclass : la défense Est-indienne (2)

Le grand-maître Manuel Apicella, eGG-one school et Europe-Échecs présentent : « L'art du combat aux échecs : la défense Est-indienne » le mardi 3 octobre 2017 de 20h00 à 22h00.

Dans cette masterclass nous continuerons notre étude de la défense Est-Indienne (ou Indienne du Roi) à l'aide de parties jouées dans le fameux tournoi des candidats de Zurich en 1953. Tous les meilleurs joueurs de l'époque étaient présents lors de cette épreuve, à l'exception du champion du monde en titre Mikhail Bottvinnik.

La plus belle partie du tournoi : Averbakh-Kotov. Même si elle n'est pas issue de la défense Est-indienne, la structure de pions y est identique.
Les Noirs jouent et gagnent !

Deux futurs champions du monde : Tigran Petrossian et Vassily Smyslov. Ce dernier gagna le tournoi et put affronter l'année suivante Mikhail Bottvinnik, sans succès cependant, malgré un score final de 12 points à 12. Smyslov finira toutefois par s'imposer trois ans plus tard. Tigran Petrossian rencontrera lui aussi Mikhail Botvinnik et s'imposera dix ans après ce tournoi. Un ancien champion du monde : Max Euwe, vainqueur d'Alexandre Alekhine en 1935. Le vice-champion du monde David Bronstein, malgré ici aussi un score de 12 points à 12, auteur du livre « L'Art du combat aux échecs ».

David Bronstein distingue 3 groupes d'ouvertures

  1. Les principes classiques du développement des pièces avec l'occupation de l'espace libre et la création d'un centre de pions en évitant les affaiblissements. Exemples : le gambit Dame, la partie Espagnole, la défense Française...
  2. Les principes classiques sont utilisés uniquement par un seul camp, tandis que l'autre cherche l'activité des pièces et/ou une attaque contre les pions centraux adverses. Exemples : la défense Est-indienne, la défense Sicilienne, la défense Grünfeld, la défense Nimzo-Indienne...
  3. Les blancs n'occupent pas le centre sinon qu'ils le contrôlent à distance, cherchant ainsi le moment idoine pour déclencher les complications. Exemples : la Sicilienne fermée, le début Réti, l'Anglaise, la défense Est-indienne en premier...

« L'Art du combat aux échecs » est un livre de presque 500 pages. David Bronstein y commente, totalement ou partiellement, les 210 parties du tournoi. Depuis sa parution, l'ouvrage est devenu un classique de la littérature échiquéenne et a été traduit dans de très nombreuses langues. De fait, ce qui intéresse Bronstein, c'est l'affrontement des plans stratégiques des joueurs sur l'échiquier, plus que le caractère sportif de l'événement. C'est peut-être ce souci esthétique et intellectuel qui a assuré à l'ouvrage sa pérennité. L'ouvrage commence par un intéressant avant-propos de Max Euwe.

Interactivité : Une discussion à l'aide du tchat est possible. Je répondrai aux questions pertinentes.

Niveau requis : Pas de niveau minimum, mais certaines positions seront complexes. L'élève pourra revoir à son rythme les moments clés qui lui paraissent difficiles.

Contenu : Le cours comporte des explications sur la façon d'appréhender ce style de positions et des exemples de parties. Après chaque cours vous recevrez toujours un lien vers une base de parties et d'exercices à télécharger.

« L'art du combat aux échecs : la défense Est-indienne (2) »

Mardi 3 octobre 2017 de 20h00 à 22h00

Inscrivez-vous sur

http://school.egg-one.com/masterclass/home/masterclass_id/2893511

Si vous ne pouvez assister au direct vous recevrez le lien-vidéo

Comment s'inscrire ?

  1. Créez un compte si ce n'est déjà fait sur http://school.egg-one.com
  2. Réservez votre place sur la page de l'événement
  3. Quelques minutes avant l'heure, identifiez-vous sur le site eGG-one Chess
  4. Un bouton rouge « LIVE » sera présent sur cette page pour rejoindre la masterclass.

Pour rejoindre le tchat : dans la fenêtre à côté de la vidéo, entrez votre pseudo à « Nickname » puis cliquez sur « Join chat »; Vous pourrez ensuite intervenir avec votre pseudo. Replay : les inscrits pourront voir et revoir la vidéo à volonté, via un lien qu'ils recevront.

A propos de l'auteur

Manuel Apicella est né le 19 avril 1970 à Longjumeau (France), et a obtenu le titre de grand maître en 1995. Manuel Apicella a été le champion de France en 1992 à Strasbourg. Il a remporté le championnat par équipes à six reprises, en 1986, avec Caïssa, en 1989, 1992, 1996, 1997 et 1999 pour le club de Clichy. Il fait partie de l'équipe de France aux Olympiades d'échecs de 1994, 1996 et 2000. Professeur d'échecs depuis 1988, capitaine et entraîneur de l'équipe de France féminine championne d'Europe en 2001, c'est aussi le spécialiste français de la défense française.

Manuel Apicella

Publié le 05/08/2017 - 05:30 , Mis à jour le 04/10/2017 - 06:20
Les réactions
Tous nos membres ayant un abonnement en cours de validité (hors période d'essai) peuvent commenter les articles. Abonnez-vous!
Aucune réaction pour le moment