La référence francophone du jeu d'échecs

La chronique de Georges Bertola du 27 juin 2006

Pelletier (2585)- Knoedler (2374), CSE 2006; Volokitin (2660) - Barsov (2525), Turin 2006; Naiditsch (2664) - Carlsen (2646), Turin 2006; Kosintseva T. (2489)- Cmilyte (2470), Turin 2006; Kosintseva T. (2489) - Zatonskih (2433), Turin 2006; Bacrot (2708) - Kamsky (2671), Turin 2006.

SUPERBE TOURNOI DE GMI À BIENNE

Le festival d'échecs de Bienne aura lieu du 22 juillet au 4 août. Une participation relevée est annoncée pour le tournoi des GMI catégorie 17 (moyenne Elo 2662). La tête de série numéro un est Alexander Morozevich, actuel 8ème mondial (RUS 2730 Elo) et déjà vainqueur à deux reprises à Bienne. Le meilleur junior en exercice, Teimour Radjabov 19 ans (AZE 2717), est l'autre grand favori. Une victoire serait bienvenue pour celui qui a défié l'actuel champion du monde FIDE Topalov en vertu d'une nouvelle règle, pour le moins douteuse, dépasser la barre des 2700 points Elo et assurer un financement d'un million de dollars. Une pratique ploutocrate en vigueur à la fin du 19ème et début du 20ème siècle. A quoi servent donc les cycles de qualifications?

Il faut compter aussi avec Andrei Volokitin (UKR 2660) qui vient de fêter ses 20 ans et co-vainqueur en 2005 avec Boris Gelfand qui lui jouera le super tournoi de Dortmund au même moment. Le «bas» du tableau reste très fort avec le champion cubain Lazaro Bruzon (CUB 2652), le prodige Norvégien Magnus Carlsen (2646), qui poursuit son ascension vertigineuse, et notre champion Yannick Pelletier (SUI 2585) qui s'est toujours surpassé à Bienne.

ACCENTUS LADIES

En parallèle pour la 3ème fois le tournoi féminin, avec un niveau toujours plus élevé, sera l'autre grand évènement du Festival. Les participantes ; Pia Cramling 4ème mondiale (SWE 2520), Monika Socko (POL 2465), Yelena Dembo (GRE 2464), Almira Skripchenko (FRA 2423), Anna Muzychuk (UKR 2419) Ekaterina Atalik, championne d'Europe en titre (TUR 2393).

Nombreux tournois. http://www.bielchessfestival.ch/

Voici une partie extraite de la 4ème ronde du championnat suisse par équipes où Yannick démontre que l'initiative, appuyée par un jeu de pièces dynamiques, permet de compenser avantageusement les faiblesses structurelles.

PELLETIER (2585)- KNOEDLER (2374)

Bogo Indienne E11

CSE 2006

1.d4 e6 2.c4 Cf6 3.Cf3 Fb4 4.Cbd2 0-0 5.a3

Les blancs invitent à échanger le fou contre le cavalier pour se retrouver avec l'avantage de la paire de fous.

5...Fe7 6.e4 d5 7.e5 Cfd7 8.b4 dxc4

Un bon plan pour stabiliser l'aile dame est 8...a5 9.b5 c5 10.Fb2 cxd4 11.Fe2 Cc5 12.Fxd4 Cbd7 13.a4 Bareev-Bocharov (Russie 2005) et Bareev recommande 13...f6 14.0-0 b6 15.exf6 Fxf6 16.cxd5 exd5 17.Cb3 Fb7 =

9.Fxc4

Possible est 9.Cxc4 Cb6 10.Dc2 Fd7 Slavina-Kovalevskaya (Russie 2005) et ici 11.Ca5!? avec des problèmes sur l'aile dame.

9...Cb6 10.Fb3 Fd7 11.0-0 a5 12.bxa5 Txa5

1.e4 e6 2.d4 d5 3.Cc3 Fb4 4.e5 c5 5.a3 Fxc3 6.bxc3 Ce7 7.Dg4 0-0

Pendant de nombreuses décades défendre le pion «g7», face au tranchant 7.Dg4, en roquant du côté de la mort était considéré comme trop risqué. Maintenant cette variante est ambitieuse et s'impose comme l'une des principales de la Winawer.

8.Fd3 Cbc6

Sur 7...f5 voir Charbonneau-Pelletier (La Roche sur Yon 2006) chronique du 1.06.2006

9.Dh5 Cg6 10.Cf3 Dc7 11.Fe3 Cce7!?

Le cavalier vient soutenir la défense de l'aile roi tout en offrant des perspectives à la dame via la colonne «c».

L'approche la plus directe recommandée par Watson dans «Play the French» (Everyman 2003) est 11...c4 12.Fxg6 fxg6 13.Dg4 Fd7 14.h4 Tf5 15.h5 gxh5 16.Txh5 Taf8 (16...Txh5 !? Watson) et toutes les pièces noires sont mobilisées. Voici un exemple instructif pour illustrer les ressources défensives 17.Th3 Da5 18.Rd2 Fe8 19.Cg5 Txg5!? 20.Dxg5 Fg6 21.Thh1! b5 22.Dg4! Ff5 23.Dd1 Db6 24.Db1 a5 25.Db2 Tc8! avec un jeu très actif, mais est-ce assez pour le sacrifice de la qualité? Kobalia-Kosytrev (Bienne 2004)

12.h4 Cf5

Selon Kindermann, auteur d'une monographie sur la variante, ce coup est sanctionné par un «?», selon lui seul 12...Fd7 est correct.

13.Fd2

Toujours selon Kindermann meilleur 13.g4 Cxe3 14.fxe3 qui offre un net avantage blanc. Pas vraiment convaincant après 14...cxd4 15.cxd4 Dc3 16.Re2 Fd7 etc.

13...f6

1.e4 e5 2.Cf3 Cc6 3.Fc4 Cf6 4.Cg5

Un coup de mazette selon Tarrasch, pour Pinski dans «The Two Knights Defence» (Everyman 2004) définitivement correct!

4...d5 5.exd5 b5!?

Carlsen conteste l'initiative avec ce sacrifice de pion aventureux analysé en 1941 par le maître américain Ulvestad.

6.Ff1

Le refus est considéré comme la meilleure réplique par la théorie car sur «e2» le fou est exposé à l'échange après 6...Cd4. Voici 2 autres variantes:

a)6.dxc6?! bxc4 7.Cc3 h6 8.Cge4 Cxe4 9.Cxe4 Dd5 10.Df3 Fe6 11.0-0 0-0-0! et les noirs ont des compensations dynamiques (paire de fous) pour l'affaiblissement structurel. Bahram-Hector (Stockholm 1998)

b)6.Fxb5?! Dxd5 7.Fxc6 Dxc6 8.0-0 Fb7 9.Df3 e4 10.Db3 0-0-0 11.Dh3 Rb8 Kan-Konstantinopolsky (Moscou 1945) =+ Estrin

6...h6

Considéré avec suspicion, la suite critique est 6...Cd4 7.c3 Cxd5 avec plusieurs possibilités dont voici les principales:

a)8.Ce4 (8.h4!?) Ce6 (aventureux est 8...Dh4) 9.Fxb5 Fd7 10.Fxd7 Dxd7 et ici:

a1)11.0-0 Fe7 12.d4 exd4 13.cxd4 0-0 avec des chances égales Narciso Dublan-Kuzmin (Balaguer 1997)

a2)11.d4 exd4 12.cxd4 Fb4 13.Cbc3 0-0 14.0-0 Tad8 avec des compensations pour le pion Wehner-Karpatchev (Neuhausen 2004)

b)8.cxd4 Dxg5 9.Cc3!? exd4! 10.Fxb5 Rd8 11.Fc6 Cf4! 12.Fxa8 Cxg2 13.Rf1 Fh3 Ninov-Cheparinov (Bulgarie 2005) 14.Db3!? Dg4 15.Db8 Rd7 16.Db5 =

7.Ce6?!

Ce coup n'est bon qu'en apparence selon Pinski. La suite retenue comme critique est 7.Cxf7 Rxf7 8.dxc6 Fc5 9.Fe2! mais h5!? 10.d4 (10.0-0 Cg4 11.h3 Dh4) Dxd4 11.0-0 Dxd1 12.Td1 Fg4 offre un contre-jeu acceptable selon Van der Tak et Nijboer. Carlsen a certainement prévu un renforcement.

7...fxe6 8.dxc6 Fc5 9.d3

Probablement trop statique, la pratique retient 9.d4!? (un sacrifice de dégagement) Fxd4 10.Fd3 0-0 11.0-0 Dd5 12.De2 a6 13.c3 Fb6 =+ Morozevich-Piket (Londres 1995).

9...0-0 10.Fe3 Fxe3 11.fxe3 Dd6 12.Cd2 Dxc6 13.e4

1.e4 c5 2.Cf3 Cc6 3.Fb5 g6 4.Fxc6 dxc6

Pour avoir concédé un pion doublé, les noirs ont obtenu la paire de fous et ouvrir la diagonale à la préférence par rapport au plus positionnel 4...bxc6.

5.d3 Fg7 6.h3

Les blancs, au contraire, cherchent à restreindre l'activité des fous noirs.

6...Cf6 7.Cc3 Cd7

Un coup qui vise à recycler le cavalier sur «e6» via «f8», précédé par la poussée «e7-e5», pour disputer avantageusement le contrôle du centre.

8.Fe3 e5 9.Dd2 h6

Une nécessité si les noirs veulent éviter l'échange du fou de case noire.

10.0-0 De7 11.Ch2 Cf8 12.f4 exf4 13.Fxf4

Possible est 13.Txf4. Une partie Svidler-Grischuk (Wijk aan Zee 2005) se poursuivit avec 13...Fe6 14.Tf2 0-0-0 15.Taf1 Cd7 16.Ce2 f6 17.Da5 Rb8 18.b4 f5 19.bxc5 fxe4 20.d4 avec une position à double tranchant, Svidler indique la longue variante 20...g5 21.Cg3 Thf8!? 22.Cg4 Txf2 23.Txf2 Tf8 24.Txf8 Fxf8 25.Cxe4 Fxg4 26.hxg4 a6 27.Ff2 Dxe4 28.Dd8 Ra7 29.Dxd7 Dxc2 30.Dd8 Dd1 31.Rh2 Fxc5 32.Fg3 Dxd4 33.Fb8 Ra8 34.Fd6 qui conduit à l'échec perpétuel.

13...Ce6 14.Fg3 Cd4!?

La pratique retient 14...Dg5 15.De1 Cd4? 16.Df2! 0-0 17.Fd6! Fxh3 18.Ff4 et malgré le fait que les noirs obtiennent 3 pions pour la pièce, les pièces blanches sont trop actives pour prétendre à l'égalité. Shirov-Van Wely (Monaco 2005)

15.Tae1!

Si 15.Cd1 Dg5!? 16.Df2 Ce2! Palliser.

15...0-0

Sur 15...Fe6 16.Cd5! cxd5 17.exd5 provoque un clouage désagréable et révèle un des avantages de 15.Tae1!

16.e5!

Avec l'idée d'activer le cavalier sur «e4» pour exercer une terrible pression sur les cases noires.

16...Ff5 17.Ce4 Fxe4 18.Txe4 Tad8?

Une meilleure résistance était offerte par 18...Cf5 19.Ff2 b6 20.b4!? cxb4 21.g4! et le cavalier n'avait pas de bonnes cases après 21...Ch4 22.Dxb4 Dxb4 23.Txb4 g5 24.Fxh4 gxh4 25.Cf3 car la structure noire est sérieusement endommagée.

19.Fh4 g5

1.e4 e6 2.d4 d5 3.Cc3 Cf6 4.e5 Cfd7 5.f4 c5 6.Cf3 Cc6 7.Fe3 a6 8.Dd2

Un plan de la variante Steinitz développé par Boleslavski qui vise à accélérer le «0-0-0».

8...b5 9.a3

Utilisé par Kasparov à Linares en 2003 pour s'opposer au développement énergique noir sur l'aile dame qui rend le «0-0-0» périlleux.

9...g5!?

Une provocation qui vise à déstabiliser le centre.

1.d4 d5 2.c4 c6 3.Cc3 Cf6 4.e3 g6 5.Cf3 Fg7

Position classique de la variante Schlechter de la Grünfeld.

6.Fe2 0-0 7.0-0 a6!?

Nous sommes à la frontière de la Slave/Grünfeld, cette position est aussi répertoriée sous D15.

8.a4!?

Logique pour s'opposer à la poussée «...b7-b5».

8...Fg4

Ici 8...a5 pour exploiter la faiblesse de la case «b4» avec la manoeuvre «Cb8-a6-b4» est intéressant.

9.Db3 Ta7 10.h3

Une partie Ehlvest-Miles (Bienne 1996) se poursuivit avec 10.a5!? e6 11.h3 Fxf3 12.Fxf3 Cbd7 13.Td1 Dc7 14.e4 += (Ehlvest).

10...dxc4

Pour gagner un tempo sur la dame sinon les noirs peuvent endommager l'aile roi.

11.Dxc4 Ff5?!

Kamsky veut conserver sa paire de fou mais cette case de repli est trop exposée.

12.Cg5!

CRISTOPHE BOUTON

http://echecs64.blog.20minutes.fr/

GILLES MIRALLES

Le mentor des juniors genevois

http://www.lechessblog.com

LA REVUE ITALIENNE

Torre & Cavallo Scacco !

http://www.messaggerie.it

* TRIBUNE DE GENEVE

Tous les samedis dans la "TRIBUNE DE GENEVE" une chronique d'échecs avec info, parties et études.

POUR M'ENVOYER UNE INFO OU UNE CRITIQUE CONSTRUCTIVE: g.bertola@hispeed.ch

Georges Bertola

www.tribune.ch

Publié le , Mis à jour le