Kramnik battu par José Eduardo Martínez Alcántara, qu'il accusait de tricher

Clash of claims

Valdimir Kramnik et José Martínez - Photos Lennart Ootes
L'ancien champion du monde Vladimir Kramnik, qui accusait José Eduardo Martínez Alcántara de tricher sur internet, a perdu lors du match organisé avec le grand maître mexicain.

Depuis plusieurs mois, Vladimir Kramnik s'est lancé dans une croisade contre de nombreux joueurs, qu'il accuse de tricher lors de parties en ligne. L'ancien champion du monde avait notamment relancé la polémique autour d'Hans Niemann, avant de s'en prendre à Hikaru Nakamura.

Plus récemment, il avait accusé José Eduardo Martínez Alcántaran, classé 2612, d'avoir triché lors d'un tournoi organisé en ligne. Le grand maître mexicain a alors proposé à Kramnik de disputer un match avec toutes les garanties nécessaires pour prouver qu'il a joué de façon honnête. 

De fil en aiguille, l'idée a pris forme avec l'organisation du "Clash of claims", nom intraduisible mais qui évoque le conflit entre les affirmations des deux joueurs.

L'affrontement s'est déroulé au Casino Granvia de Madrid du 7 au 9 juin 2024. Les joueurs ont disputé 36 parties à la cadence de 3 minutes + 2 secondes par coup, la moitié face-à-face devant un échiquier, l'autre moitié par ordinateurs interposés. Ce match était évidemment sous haute surveillance de la part des arbitres. 

Kramnik perd son pari et ses accusations tombent à l'eau

José Eduardo Martínez Alcántara s'est imposé 15,5 à 11,5, battant ainsi en brèche les accusations de Kramnik. Saluons le panache du Mexicain, qui avait tout à perdre dans cette rencontre ! Si le match a été serré devant l'échiquier, José Martínez a pris un net ascendant lors des parties jouées sur ordinateur, ce qui prouve à nouveau que les deux pratiques ne sont pas tout à fait identiques. Certains joueurs sont plus à l'aise que d'autres devant un écran : une question d'habitude sans doute !

Jouez et gagnez comme José Eduardo Martínez Alcántara avec les blancs

José Eduardo Martínez Alcántara 1-0 Vladimir Kramnik

31. Fa7! Joué avec une poignée de secondes à la pendule, et gagne en force. Si Dxa7 Txd8, et si Dc8 Tac1

31... g5 32. hxg6 Cxg6 33. Df6 Txd1 34. Fxb8 Avec un énorme avantage pour les blancs, qui s'imposeront au 56e coup.

"Le coup Fa7 est une preuve manifeste de triche...

sauf qu'il a été joué devant un échiquier !" (Anish Giri, sarcastique)

Cet exemple prouve que José Eduardo Martínez Alcántara est tout à fait capable de trouver des coups brillants en quelques secondes et sans aide extérieure. Il ne faut pas chercher derrière chaque coup d'éclat une assistance informatique !

Quels sont les enseignements de ce duel ?

Kramnik a obtenu exactement l'inverse de ce qu'il souhaitait. En s'inclinant, il a prouvé que loin de tricher, José Eduardo Martínez Alcántara était simplement plus fort que lui.

Malheureusement, Vladimir Kramnik n'a pas digéré ce résultat, et continue de blâmer le "système", malgré les conditions de jeu qui ne laissent aucune place au doute quant à l'intégrité du grand maître mexicain. Selon l'ancien champion du monde, l'écoulement du temps visible sur son écran présenterait des anomalies. Or, ces micro-ajustements des temps affichés sont courants, afin d'accorder le temps affiché à l'écran avec celui sur le serveur.

Autre piste pour expliquer ces anomalies : les ordinateurs utilisés par les joueurs étaient neufs, pour exclure toute possibilité de modification du système. Problème : les mises à jour, nombreuses lors du premier lancement d'une machine, n'avaient pas été finalisées... 

Mais Kramnik a écarté les explications techniques, accusant l'organisateur David Martinez, organisateur du match et salarié de chess.com, de partialité. L'ancien champion du monde a ensuite expliqué que sa défaite au Clash of claims était moins nette que lors des parties disputées en ligne. Chacune de ses interventions a pour objectif de créer le doute, sans pour autant apporter d'éléments tangibles.

"Il était difficile de prévoir la signification que cette image aurait quelques minutes plus tard. Kramnik prépare son ordinateur, tout juste ouvert, sous le regard amusé de José Martínez." (Federico Marín)

Cette fuite en avant qui montre que le climat actuel de suspicion peut faire perdre toute lucidité même aux plus grands champions. Les cas de triche existent bel et bien, ne sont pas rarissimes, mais dans le cas présent le match offrait toutes les garanties nécessaires à un duel équitable. L'attitude de Kramnik nous semble donc contre-productive : la triche en ligne est très présente, menace l'intégrité du jeu d'échecs et nécessite des mesures fortes, mais l'ancien champion du monde semble se tromper de cible.

Les réactions amusées des grands maîtres

Anish Giri - photo Lennart Ootes

Anish Giri n'a pas manqué l'occasion de placer un bon mot pour tourner en dérision l'attitude de Kramnik : "Maintenant que la possibilité de triche a été éliminée, les bugs vont devenir le pire danger pour le jeu d'échecs".

Comme souvent, les propos du Néerlandais sont à prendre au second degré !

Nous ne souhaitons pas manquer de respect à Vladimir Kramnik, véritable légende vivante des échecs, et seul joueur (humain) a avoir battu Kasparov lors d'un match de championnat du monde. Nous admettons volontiers que la triche existe, et qu'elle est un véritable fléau qui instille le poison du doute dans de nombreux tournois en ligne, et même en présentiel. Cependant, ce match démontre que José Martínez est tout simplement meilleur que le Russe, en particulier lorsqu'il s'agit de jouer devant un écran.

Cet entêtement dans les accusations, proche de la paranoïa, révèle plutôt la difficulté pour les géants des années 2000 à accepter les changements dans le monde des échecs. Avec l'âge, les performances diminuent, et il n'est pas illogique que Kramnik, à 48 ans et à la retraite depuis 5 ans, ne parvienne plus à dominer un jeune grand maître comme José Martínez.

La génération biberonnée à internet parvient désormais à tenir tête aux géants des années 2000 grâce à une pratique régulière en ligne, et des méthodes d'apprentissage nouvelles. La transformation des échecs, liée au numérique, ne peut se résumer à la triche qui fait les gros titres et nous empêche parfois d'observer des évolutions plus profondes et positives, en particulier pour la progression de nombreux joueurs.

L'équilibre semble ténu entre la légitime prise de conscience face au danger que constitue la triche, et la paranoïa. Comme pour beaucoup d'autres sujets, la nuance est nécessaire !

Laissons le mot de la fin à Levon Aronian qui a bien résumé la situation : 

Levon Aronian - photo Lennart Ootes

Le match entre Kramnik et Alcantara a été passionnant et a prouvé plusieurs choses.
1. José a beaucoup de respect envers Vlad et a accepté toutes ses conditions de jeu.
2. Les niveaux d'échecs en ligne et devant l'échiquier peuvent varier considérablement.
3. Ma génération manque de compétences dans le maniement de la souris :)

Les parties du Clash of Claims


Publié le , Mis à jour le

Réagir à cet article

Haut de page ▲
Pour commenter cet article, connectez-vous ou créez votre compte.

Les réactions (12)

  • ghassen1992

    la triche aux échecs est un cancer on est tous d'accord, cependant kramnik à une allergie aux triche un peut plus qu'il faut. selon moi si quelqu'un ce comporte de cette manière c'est qu'il l'a déjà fait avant. pour une fois je crois les accusations de topalov en 2006 et l'histoire des toilettes 50 fois en 60 minutes

  • Cajunmaster

    On devrait pouvoir convenir, en effet, que rien ne prouve rien, tous azimuts.
    On devrait comprendre que les gens se battaient en duel pour bien moins que ce que Kramnik crie sur les toits, calomniant, de fait, a tout va.
    On devrait prendre en pitie les victimes, de Jospem a Navara, qui se sentent obliges de se defendre.
    Enfin, on pourrait reconnaitre que Jospem a "obtenu" reparation, entierement a ses risques, sans avoir recours a un sanglant duel a l'aube !
    Tout est bien qui finit bien !?

  • LucieMcPeugeot

    Autant que j'en ai compris des vidéos que j'ai vues (mon niveau russe étant ce qu'il est je peux me tromper) Kramnik n'accuse pas jospem (j'ai la flemme d'écrire le nom entier) de tricher, mais il pointe des séries de résultats qui devraient inciter chess.com à vérifier les performances. D'ailleurs lors d'un "titled tuesday" lorsque Kramnik abandonne avant le début d'une partie contre jospem, il dit bien que ce n'est pas contre son adversaire mais en protestation devant l'inaction de chess.com.
    Les résultats de ce match ne montrent rien en matière de triche ou non : il y a une différence de quarante points et des brouettes en faveur de jospem au classement de blitz fide et à un point près on arrive au 15.5 / 11.5 des parties en ligne. Mais au titled tuesday jospem aurait des performances bien meilleures d'après Kramnik, mais comme ça se joue en 3+1 alors que ce match était en 3+2 bon courage pour tirer des conclusions :-)

  • Lesdeuxlions

    Bien d'accord avec Cajunmaster sur l'essentiel du commentaire. Sur la triche "physique", on peut penser qu'elle est en fait très limitée, car dans les tournois importants des précautions importantes sont prises, le délai de 15 ou 30 à la diffusion étant la première d'entre elles, le scan corporel étant un autre. Il me semble, mais je peux me tromper, que la paranoia entretenue par certains fait plus de mal qu'autre chose. Si un jour on veut totalement sécuriser, la FFE pourrait passer un contrat de consulting avec n'importe quel chargé de sécurité d'Ambassade car il doit y avoir des moyens assez simples de détecter et de brouiller toute communication électronique sur un périmètre donné. Si en revanche une triche est détectée, cela ne me choquerait pas que l'organisation poursuive au pénal le tricheur, dans la mesure où la distribution des prix est faussée et qu'il y a un préjudice financier, mais on a alors les moyens de preuve de la justice.

  • Cajunmaster

    Kramnik est KO debout, oublions-le !
    Cessons aussi de tout melanger. Chess.com veut faire son beurre, cela se comprend mais ne devrait pas obscurcir que le jeu sur internet n'est qu'une amusette.
    N'oublions pas non plus que le jeu par correspondance, qui avait un certain prestique lorsqu'Alberic O'Kelly devenait champion du monde, est entierement livre aux tricheurs ou que le blitz n'a jamais rien eu a voir avec les "echecs classiques" affectionnes par Botvinnik.
    Concentrons-nous sur les competitions "en presentiel" ou il faut absolument que la triche soit bannie (jusqu'a l'apparition des cyborgs d'Elon Musk...)
    Il serait aussi assez interessant de savoir quelle part des analyses, des livres, etc., que vendent les chessable de ce monde sont l'oeuvre de leurs "auteurs" plutot que de Stockfish et ChatGPT ;-)