Ljubomir Ljubojevic - Albin Planinc, 1971

Albin Planinc
Les grandes parties du passé par Georges Bertola. « Nous connaissons beaucoup de joueurs d'échecs avec de bonnes idées [...] mais il y en a beaucoup moins qui parviennent à les réaliser. Ceux qui le peuvent nous les appelons les grands joueurs d'échecs. Eh bien, Albin Planinc était l'un d'entre eux. » Spassky


Au début des années 70 les joueurs venus de Yougoslavie, souvent titrés, affluent dans les Opens en Occident. De 1970 à 1976 le tournoi international de Bienne voit par exemple les Yougoslaves s’imposer à 5 reprises , 1970 Pedrag Ostojic, 1971 Staminir Nikolic, 1972 Milan Vukic et en 1973 Vukic partage la 1e place en compagnie du Hongrois Janos Flesch, 1975 Miso Cebalo Miso et 1976 Dragutin Sahovic.

Albin Planinc vs Tigran Petrosian, Amsterdam 1973

Dans le classement FIDE de juillet 1971 la Yougoslavie comptait déjà plus d’une vingtaine de Maîtres Internationaux et près d’une dizaine de Grands-Maîtres. Svetozar Gligoric et Borislav Ivkov avaient la stature de candidats au titre mondial et Bruno Parma avait été sacré champion du monde junior en 1961.

Miodrag Todorcevic

C’était l’une des nations échiquéennes phares de cette époque. La France n’avait au contraire qu’un seul Maître International, inactif, André Muffang (1897-1989) et son meilleur joueur Miodrag Todorcevic (né en 1940) originaire de Belgrade était classé à 2450 Elo. Todorcevic obtiendra le titre de MI en 1977 et celui de GM en 1989.

Albin Planinc (1944-2008), un des joueurs les plus originaux de cette époque, avait ses propres idées sur le Roi des jeux. Lorsque l’inspiration était au rendez-vous, il était capable de vaincre les meilleurs. Mais parfois la source semblait se tarir et il pouvait perdre contre beaucoup plus faible que lui avec des passages à vide qui pouvaient entraîner plusieurs défaites consécutives. Planinc était redouté mais imprévisible.

Son premier grand succès, le « Mémorial Vidmar » à Ljubljana en 1969, il n’était pas encore titré, créa une énorme surprise. Il devançait des GM confirmés, Gligoric, Unzicker, Tringov, R. Byrne, Matanovic, Gheorghiu etc. Planinc jouait en amateur employé dans une fabrique de bicyclettes. Quelques semaines plus tard à Skopje il est 15e avant-dernier…

Albin Planinc

« Du point de vue psychologique, cette attitude paradoxale est simplement le résultat de son style et de toute son approche des échecs. Il devait être très motivé comme tous les grands stratèges. Comme Don Quichotte, il affrontait des géants, oubliant les adversaires de moindre importance. Il ne sait tout simplement pas être Sancho Pancha, se tenir fermement les deux pieds sur terre. L'essentiel aux échecs ce sont les idées, les calculs rationnels (peut-être des détails mineurs) n'ont pas d'importance. »

C’est ainsi que ses collègues yougoslaves le perçoivent en 1976 dans « Yugoslav Chess Triumps » (Chess Informant Belgrade 1976).

Il faut ajouter aussi qu’après son premier succès, Planinc avait envisagé une carrière de joueur d’échecs. Le GM Pachman avait pointé l’exploit : Un joueur sans titre devance 10 grands-maîtres. (Decisive Games in Chess History – L. Pachman- London Pitman 1975)

« Un joueur inconnu a remporté le premier prix et rempli les conditions pour l'attribution du titre de Grand Maître. Un titre qu'il ne pouvait pas recevoir car les règles de la FIDE ne permettent pas de tels sauts. Un joueur doit d'abord être maître avant de pouvoir devenir grand-maître. » GM Pachman

« Je me souviens de ce tournoi. Dans la dernière ronde j’avais joué une Sicilienne pour entrer dans une position déséquilibrée, ce qui a entraîné de folles complications. Planinc l’avait emporté dans le zeitnot. Nous sommes nés la même année et le même mois. Un homme réservé, correct à l’échiquier, plutôt introverti ne cherchant pas trop le contact. » GM Gheorghiu en 2021

Sa mère s’était immédiatement opposée à cette idée devant les incertitudes et le manque de sécurité matérielle que pouvait offrir une telle profession. Il fut alors quelque peu déstabilisé et envisagea même d’arrêter de jouer.

Toutefois le jeu d’échecs était populaire en Yougoslavie. Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, le maréchal Tito avait imposé, avec l’aide de l’URSS, un régime communiste en faisant de la Yougoslavie une « démocratie populaire ». En 1948 la Yougoslavie qui affichait une priorité d’indépendance nationale face aux exigences de de l’URSS provoqua la rupture entre Staline et Tito.

L’une des conséquences fut que la première olympiade d’échecs de l’après-guerre, jouée à Dubrovnik, subit le boycott de l’URSS et de ses alliés du « Bloc de l’Est ».

Tito se rapprocha de l’Occident et fonda sa politique sur le « neutralisme » et le « non alignement ».

Tito à Skopje en 1972

« Fin octobre 1971, Tito se rendit en visite officielle à Washington pour jouer le rôle d’intermédiaire entre les deux grandes puissances. A cette occasion, il négocia auprès des Américains la rédaction d’un communiqué commun par lequel ces derniers déclaraient que la paix et la sécurité en Europe étaient indivisibles, qu’elles devaient donc concerner « toute l’’Europe. » Joze Pirjevec (Tito CNRS Edition 2011)

Pour les joueurs d’échecs yougoslaves ce fut une opportunité de se rendre dans les pays de l’Europe de l’Ouest en toute légalité, alors que le rideau de fer restait une réalité pour les autres. Ils écumèrent les Opens en remportant les premiers prix.

Dans ces années-là j’affrontais pour la première fois un Grand-Maître dans une simultanée, Dragoljub Janosevic (1923-1993) venu de Serbie. Un évènement car cela n’arrivait pas souvent et j’étais d’autant plus impressionné lorsqu’il affirma :

« J’ai un score positif contre Bobby Fischer (+1 =2 ) et obtenu des victoires contre les meilleurs Soviétiques, Botvinnik, Bronstein, Petrosian et Tal. »

Dragoljub Janosevic

Janosevic avait la réputation d’être un brillant joueur « à l’aveugle » et en 1950 il avait établi son record sur 20 échiquiers avec 14 victoires et 6 nulles. Il avait obtenu le titre de MI en 1948 et celui de GM en 1965. Après son exhibition il nous raconta quelques anecdotes, allumant cigarette après cigarette, les fumeurs étaient alors nombreux parmi les joueurs.

« C’était pendant le championnat de Yougoslavie, seul Pirc et moi étions libre. Nous étions censés être de la chair à canon pour les meilleurs Hongrois et Soviétiques à Budapest en 1965. Le tournoi vit la victoire des GM Szabo, Taimanov et Polugaievsky mais je m’en sortais plutôt bien, surtout avec les Hongrois, distancé d’un point et demi des vainqueurs, ce qui m’a permis d’obtenir le titre de Grand-Maître. »

Albin Planinc et Boris Spassky

À Amsterdam en 1973 c’est la consécration au niveau international pour Planinc. Il partage la première place en compagnie de Petrosian devant le champion du monde détrôné Boris Spassky. Eblouissant dans les 10 premières rondes, accumulant victoire après victoire, Planinc distançait de 2 points, Petrosian, son plus proche poursuivant. Dans la 11e ronde, face à l’ex-champion du monde, il perd ses nerfs et la partie. Dans la suivante, il chercha à forcer une position égale contre Szabo, avant de s’écrouler à nouveau nerveusement contre Quinteros dans la 13e ronde. Ebranlé par une fin de tournoi ou rien n’allait plus, il se ressaisissait en annulant face à Spassky après avoir obtenu une position avantageuse pour remporter une dernière victoire contre le Hollandais Enklaar et partager la 1e place.

Planinc faisait office d’épouvantail pour l’élite des joueurs et son style sans compromis était parfois comparé à celui de Tal. Pourtant, alors que Tal vivait une période d’invincibilité depuis l’Olympiade de Skopje invaincu pendant 86 parties, Planinc alternait victoires et défaites. Au tournoi de Wijk aan Zee joué quelques mois auparavant, il avait marqué plus de victoires que Tal mais encaissé 5 défaites dont une de la part de l’ex-champion du monde.

La première fois que le nom de Planinc apparut dans les meilleures parties de l’Informateur, c’était dans le numéro 12. Orthographié parfois Planinec (notamment dans le recueil des meilleures parties de l’Informateur « La crème de la crème » publié en 2008), mais il s’agit bien du même joueur !

J’ai choisi l’une de ses plus brillantes parties pour illustrer son talent. Extraite d’un tournoi en Serbie, à proximité de la frontière roumaine dans la petite ville de Vrsac fin septembre début octobre 1971.

A l’époque j’avais entendu parler de ce joueur brillant qui collectionnait les prix de beauté en compagnie d’un autre joueur devenu légendaire Dragoljub Velimirovic (1942-2014) car plusieurs de ses parties avaient été publiées dans « Europe-Echecs » .

Drasko Velimirovic, par Sylvain Zinser

« -Je t’offre la nulle, Albin, tu as détruit mes analyses !

Planinc hésita pendant quelques secondes pour ensuite refuser énergiquement en disant : Non, Drasko, je ne peux accepter parce que ma position est perdue ! »

Tiré d’un dialogue entre Drasko Velimirovic et Albin Planinc au championnat de Yougoslavie à Novi Sad en 1975, remporté par Velimirovic.

Albin Planinc est né le 18 avril 1944 pendant la guerre à Brise en Slovénie. De père inconnu, élevé par sa mère et sa grand-mère, il vécut son enfance dans la pauvreté. Il devint un brillant joueur d’échecs avant de passer ses dernières années dans une clinique psychiatrique à Ljubljana.

Une biographie très intéressante « Forgotten Genius The Life and Games of Grandmaster Albinc Planinc » signée Georg Mohr et Adrian Mikhalchishin vient de paraître (Thinkers Publishing 2021). Un parcours incroyable, tragique, de ce « génie » qui, comme Bobby Fischer, tira sa révérence à 64 ans, le 20 décembre 2008. A lire absolument !

Il a connu quelques difficultés dans ses relations avec les Dames, même à l’échiquier comme on peut le voir, il aimait à les sacrifier…

Lors du récent tournoi du Cap d’Agde, j’ai échangé quelques propos à son sujet avec le MI serbe Slavisa Peric (né en 1953). Une vieille connaissance et un habitué depuis des décennies des opens qui se jouent en Europe.

« Je me souviens qu’il était craint par les meilleurs. Un grand talent mais trop instable, trop irrégulier. » MI Peric

Comme à l’accoutumée, Peric tenait son stand avec les dernières nouveautés venues de « L’Informateur » et notamment « Secrets of Positional Chess » signé par le MI Dejan Nestorovic et le GM Nikola Nestorovic (Chess Informant 2021) et cette partie, avec son extraordinaire sacrifice de Dame, est mise en exergue à sa juste valeur.

« Il convient de noter que, comme c'est souvent le cas, le jeu agressif de l'adversaire peut être contré avec succès par un sacrifice matériel positionnel, changeant ainsi radicalement le rythme du jeu. Le camp qui semblait obligé de défendre prend soudain l'initiative. Vous devez garder à l'esprit cette règle importante, car elle s'applique à tous les joueurs d'échecs, indépendamment de leur force objective et de leur niveau de jeu. » GM Nestorovic

Son adversaire Ljubomir Ljubojevic (né en 1950) était le plus grand espoir des échecs yougoslaves. Il s’affichait comme le digne successeur de Gligoric pour se hisser jusqu’à la 3e place du classement mondial. En 1971 il obtint le titre de GM avec une victoire retentissante au tournoi de Palma de Majorque, invaincu en compagnie d’Oscar Panno, devançant des joueurs de la stature de Portisch, Reshevsky, Andersson, Csom et Larsen.

Ljubomir Ljubojević
Albin Planinc

Ljubojevic,Ljubomir - Planinc,Albin - Boris Kostic Memorial-02 Vrsac, 09.1971 - Partie Espagnole variante Arkhangelsk [C78]

1.e4 e5 2.f3 c6 3.b5 a6 4.a4 f6 5.0-0 b5 6.b3 b7!?

Installer le Fou sur la grande diagonale est logique, mais de nos jours 6…c5 est sous le  feu des projecteurs. À l’époque cette variante n’avait pas encore une grande notoriété. Elle avait été analysée et pratiquée depuis le début des années 60 par quelques joueurs d’Arkhangelsk, une ville portuaire importante du Nord russe à une centaine de kilomètres du cercle polaire. C’était une période d’expérimentation comme le remarquait le GM Keres : « Avec ce coup, de nouveaux systèmes de défense pour les Noirs ont récemment été élaborés, qui devront être étudiés de plus près. »

Ljubojevic- Planinc, après 6...b7

7.d4

« C'est le coup le plus énergique et le plus forçant par lequel les Blancs essaient de réfuter l'ensemble du système. Cette variante est très  importante car les Noirs n'ont aucun moyen de l'éviter. Heureusement, les Noirs ont des possibilités suffisantes pour obtenir un contre-jeu. » MI Panczyk

Le tranquille 7.d3 pour jouer fermé avait permis une égalisation facile après 7...e7 qui transpose dans une variante anti gambit Marshall. J’ai pu observer deux des meilleurs joueurs du monde qui ont poursuivi avec 8.c3 (8.c3 0-0 9.e1 h6 10.bd2 e8 11.d4 f8 12.d5?! (12.a3!? d6! GM Parma) 12...a5 13.c2 c6 Unzicker,W-Planinc,A Ljubljana 1969, avec un bon jeu noir selon Keres.) 8...0-0 9.a3 d4! 10.xd4 (10.xe5!? xb3 11.cxb3 d5! et l’ouverture du jeu au service de la paire de Fous offre des compensations) 10...exd4 11.d5 xd5 12.exd5 c5 13.dxc6 dxc6 14.e1 c5 et les Noirs sont bien. Vachier Lagrave,M (2789) - Carlsen,M (2855) Paris 2016

Par contre une suite populaire est 7.e1 c5 8.c3 0-0 (par la suite les Noirs ont tenté un plan aventureux 8...d6 9.d4 b6 10.g5 h6 11.h4 d7 12.a4 0-0-0 avec l’idée de pousser les pions « g » et « h ».) 9.d4 b6

Ljubojevic- Planinc, après 9...b6

Une position basique de cette variante que Planinc a bien défendue. Voici quelques exemples : 10.e3 (10.g5 h6 11.h4 d6 12.a4 et ici :

12...exd4 (12...e8 13.axb5 axb5 14.xa8 xa8 15.d3? (15.d5 a5 16.xf6 xf6 17.a2 c6 18.a3 += Mikhalchishin) 15...a5 (15...exd4 16.cxd4 a5 0-1 (35) Ostojic,P-Planinc,A Novi Travnik 1969) 16.a2 (Kasparov préfère 16.c2 exd4 17.xf6 xf6 18.cxd4 g5! 19.h3 c6 20.d1 avec des chances à peu près égales.) 16...exd4 17.cxd4 g5 18.e5 (18.xg5 hxg5 19.xg5 +=) 18...c4! 0-1 (35) Ostojic,P-Planinc,A Novi  Travnik 1969)

13.axb5 axb5 14.xa8 xa8 15.cxd4 e8 16.c3 (16.d5 e5 17.xe5 xe5 18.c2 c6 19.g3 e8 =+ ½-½ (80) Kuzmin,G-Planinc,A Zagreb 1975) 16...g5 avec une pression désagréable sur le centre pour les Blancs. 17.g3 a5 et ici : 18.d5 (18.e5 xf3 19.gxf3 xb3 20.xb3 xd4 21.e6 est jugé peu clair mais les Noirs ont la meilleure structure. ½-½ (38) Ciocaltea,V-Planinc,A Ljubljana/Portoroz 1973) 18...b4 19.a4 e7 20.a2 xe4 21.xb4 f5! 22.c2? e8! 23.d4 f4 24.f5 e5 25.xh6+ g7 26.g4 xf2!! 0-1 (26) Enklaar,B-Planinc,A Amsterdam 1973)

10...exd4 11.cxd4 a5 12.d5 xe3 13.xe3 e8 14.bd2 xb3 15.xb3 c6 16.dxc6 dxc6 17.c1 c8 18.b4 d7 19.b3 c5! 20.xc5 e7 21.ec3 xc5 22.xc5 xc5 23.xc5 xe4= ½-½ (29) Buljovcic,I-Planinc,A Novi Sad 1975

7...xd4

Est considéré comme inférieur par le MI Panczyk.

7...exd4 et ici il indique une vieille variante proposée par l’ex-champion du monde Euwe : 8.e5 g4 (Les Noirs ont essayé d’améliorer avec 8...e4 9.d5!? (9.c3 dxc3?? (9...a5!?) 10.d5+-) 9...c5 10.xd4 xd4 11.xb7 xb7 12.xd4 sans convaincre.) 9.h3 h6 10.xh6 gxh6 11.d5 g7 12.e1 0-0 13.xd4 avec un net avantage.

8.xd4

Planinc avait réussi avec succès à contrer le tactique 8.xf7+ xf7 9.xe5+ g8 10.xd4 c5 11.d1 e8 (11...e7 12.f3 xe4= Kasparov) 12.g4 xg4 13.xg4 xe4 (13...h5 gagne  un tempo pour développer la Tour) 14.xe4 xe4 15.d1 e8 16.e3 d6 17.c3 xc2 18.d2 f5 19.f4 f7 20.a3 c4 ½-½ (20) Robatsch,K-Planinc,A  Ljubljana 1969

8...exd4

Ljubojevic- Planinc, après 8...exd4

9.e5

Ljubo préférait l’option de Fischer 9.c3 xe4 10.e1 et ici il recommandait 10...e7!? (10...h4 est aussi intéressant) 11.g4 0-0 12.xe4 xe4 13.xe4 f6 14.d2 e8 avec des chances égales dans cette position compliquée.

9...e4 10.c3 d3

Ljubo jugeait inférieur 10...dxc3 11.f3 mais cela n’est pas le cas après 11...d5 12.exd6 f6! 13.e1 0-0-0 14.dxc7 xc7 15.xf6 xf6 16.xc3 c5 avec un jeu agréable pour les Noirs selon Kasparov. ½-½ (42) Vitolinsh, A (2415)-Mikhalchishin,A (2460) Daugavpils 1978

Par la suite c’est 10...c5 qui fut expérimenté par le maître Kozlov d’Arkhangelsk, un exemple 11.cxd4 xb3 12.xb3 h4 et si 13.e3 xg2! avec un échec perpétuel.

11.xd3

N’est pas meilleur 11.f3 e7 12.d2 c5 un coup solide.

Planinc poursuivit de manière beaucoup plus aventureuse et spectaculaire avec 12...0-0-0!? 13.xe4 xe5 14.e1 f5 15.g3 e8!

Ljubojevic- Planinc, après 15...e8!

16.d6+ xd6 17.xe8 hxe8 Les Noirs ont sacrifié la Dame pour une Tour et 2 pions pour l’initiative. 18.f4?! (Critique est 18.f4 c5+ 19.h1? (19.f1!) 19...e2 20.d1 xg2+ 21.xg2 xg2?? (21...e1+! 22.f1 xf1+ 23.g2 xd1-+) 22.xg2 e8 23.d2 +=) 18...d2! 19.f1 e1 20.xd6 de8 21.f3 d5!

Ljubojevic- Planinc, après 21...d5!

22.f4? (22.f4 c4 23.xc4 d1 24.d3 xf1+ 25.xf1 e2 et les Noirs conservent l’initiative.) 22...c4 23.h4 xf1+ 24.h2 e2 25.xc7 ff2! 26.d6 xg2+ 27.h3 h2+ 28.g3 eg2+ 29.f4 xh4+ 30.xf5 h6! 0-1 (30) Minic,D-Planinc,A Zagreb 1975. Une partie extraordinaire !

13.d5 xd5 14.xd5 c6 avec des chances égales. 15.d4 d6 16.f3 d7 ½-½ (16) Tringov,G-Tseshkovsky,V Zagreb 1975

11...c5 12.g3 xb3 13.axb3 e7

Les Noirs peuvent développer une dangereuse initiative après 13...h5 Une idée du GM Bisguier 14.g5 e7 15.xe7?! xe7 16.xg7? l’ouverture de la colonne « g » ne peut que favoriser les Noirs. 16...0-0-0 17.f3 c5+ 18.h1 hg8 19.f6 e3-+ GM Mikalchishin

14.g5?!

Une nouveauté douteuse qui vise à empêcher le « 0-0-0 ». 14.b4 e6 15.e3 d6 16.f4 h5 17.h3 0-0-0 18.d2 h4 mentionné par Ljubo. Bogdanovic,R-Planinc,A Sarajevo 1970

14...e6 15.f4?

Ljubojevic- Planinc, après 15.f4?!

Il est logique de soutenir le pion central mais cela affaiblit le roque. « Le moment critique de la partie fut la décision de Ljubojevic d’avancer son pion « f »  affaiblissant ainsi définitivement la grande diagonale a7-g1. » GM Nestorovic

Ljubo a indiqué comme le plus solide 15.d2!? h6 16.e3 d6 17.fe1 et les Blancs résistent au centre.

15...f6!

Un coup gratifié d’un « ! » par Ljubo qui jugeait la position clairement supérieure pour les Noirs. Prometteur était aussi 15...h6!? et ici 16.h4 (16.f5!? xb3 17.d2 xb2 18.e3 0-0-0 et les Blancs n’ont probablement pas de compensations suffisantes pour les 2 pions sacrifiés.) 16...g5! 17.fxg5 c5+ 18.h1 hxg5! 19.xg5 (19.xg5 h3! 20.f4 f6! 21.xf6 g8 22.f2 e3-+) 19...f8! 20.g3 g8 21.g5 e7 22.h4 xg5 23.hxg5 e8-+ MI Panczyk

16.exf6

« Après 16.f5 b6+ 17.e3 c5 18.xc5 xc5+ 19.h1 0-0 les Noirs obtenaient une excellente position. » GM Mikalchishin

16...c5+ 17.h1 gxf6!!

Ljubojevic- Planinc, après 17...gxf6!!

18.e1

C’était l’idée de Planinc qui implique un extraordinaire sacrifice de Dame. L’ouverture de la colonne « e » semblait très dangereuse, mais le champion slovène a calculé très loin car il avait cette idée en tête depuis son 15e coup.

18...0-0-0 19.xe6 dxe6 20.e1

L’autre possibilité pour éviter le mat était 20.d2 xd2 21.xf6 f8 et l’activité des pièces noires offre une compensation avantageuse pour le sacrifice de Dame.

20...fxg5 21.d2

« Les Blancs se précipitent pour développer un Cavalier pour fermer la longue diagonale blanche en f3 et arrêter au moins en partie l'attaque des Noirs. Cela a l'air vraiment effrayant : deux Tours sur des colonnes ouvertes et une belle paire de Fous pointée sur le Roi. » GM Mikalchishin

Les Blancs n’ont pas le temps de jouer 21.fxg5 hf8 22.d2 xd2! 23.xd2 f2-+

21...gxf4 22.xe6+

Si 22.f3 e3 permet de conserver le pion de plus.

22...b8 23.f3

Ljubojevic- Planinc, après 23.f3

Avec un bilan matériel légèrement favorable aux Blancs (Tour + Fou + pour la Dame) mais l’activité et la mobilité des pièces noires font la différence.

23...hg8

Plus précis 23...e3! avec l’intention de doubler les Tours sur la colonne « d » 24.f7 d6 pointé par le GM Mikalchishin

24.c4?!

« Les Noirs sont en capacité de combiner différentes activités le long des colonnes « d » ou « g ». Après 24.e2 g6 25.b4 e3 26.d1 dg8 » GM Mikalchishin

Intéressant est 24.f5!? avec une attaque double, par exemple 24...e3 25.xh7 h8 26.f5 et l’attaque noire ne semble pas offrir plus que l’égalité après 26...xf3 (Les Noirs disposent encore de 26...d6!? pour maintenir l’initiative avec des chances de gain.) 27.gxf3 d2 28.h3 g8 29.h4 gg2 30.h3 g3 31.e6 gg2=

24...b4?!

Avec le souci de maintenir l’aile-Dame fermée mais 24…e3 était sans doute plus précis.

25.f1?!

« Dans des  situations similaires, le défenseur ne peut être sauvé que par un grand avantage matériel et un sacrifice en retour, seulement si l'occasion se présente. » GM Mikalchishin. Donc 25.f5 e3 26.xh7!?

25...g6 26.f5

La Dame cherche à conserver de l’activité mais revenir en défense avec 26.e2 était plus résistant.

26...e3 27.h3

Ljubojevic- Planinc, après 27.h3

Un trou d’air pour le Roi. Maintenant 27.c2 permet 27...d2! 28.xg6 hxg6 29.xd2 xd2 et la paire de Fous domine la Tour.

27...g3!

Avec avantage décisif selon Ljubo. « Quel rôle a joué le pion f4 qui fournit aux Noirs deux bases, sur e3 et g3 ! Ce n’est plus qu'une question de temps avant que les fortifications blanches ne s'effondrent et Planinc a favorisé les choses très activement » GM Mikalchishin

28.xh7

Cette fois la capture est réalisée dans des conditions défavorables. Les pièces noires sont devenues très menaçantes. Un peu plus résistant était 28.c5 dg8 29.c2 c6 pointé par le GM Mikalchishin

28...xf3!

Permet d’éliminer l’un des principaux défenseurs des cases noires du Roi.

29.xf3

Sur 29.gxf3 Ljubo entrait dans un réseau de mat après 29...d2 30.h4 gg2 comme il l’a indiqué dans ses commentaires.

29...d1+ 30.h2 g1+ 31.h1

Ljubojevic- Planinc, après 31.h1

31...g7!

La Tour ne peut être prise à cause de l’échec à la découverte et la menace est 32…f2+ 33.h2 g3+ 34.xg3 hxg3 mat.

32.h8+

Si 32.c2 e1! renouvelle la menace et 33.g4 fxg3 gagne sur le champ.

32...b7 33.d3

Sur 33.g4 xg4 qui a été pointé par Ljubo mais le simple 33...e7 qui menace 34...d4+ est plus efficace.

33...e1 34.g3 d4+ 35.h2 ge7 0-1

Ljubojevic- Planinc, après 35...ge7 0-1

« Pour Albin Planinc se battre avec passion sur l'échiquier était son credo et sa réelle dévotion, il n'a jamais voulu rien sacrifier pour des demi-points ou quelques meilleures places dans la tabelle du tournoi. La variante d’Archangelsk de la Ruy Lopez était une arme mortelle entre les mains de ce Don Quichotte slovène. » GM Kavalek

« Planinc avait des idées incroyables qu'il a également appliquées sur l'échiquier. Nous connaissons beaucoup de joueurs d'échecs avec de bonnes idées, appelons-les des joueurs d'échecs intéressants, mais il y en a beaucoup moins qui parviennent à les réaliser. Ceux qui le peuvent nous les appelons les grands joueurs d'échecs. Eh bien, Albin Planinc était l'un d'entre eux. » Spassky 10e champion du monde

« Je tiens à remercier Gérard Demuydt pour la mise en ligne de mes articles et tous les lecteurs de leur soutien. » Georges Bertola

Biographie d'Albin Planinc

Principales sources
– L’Informateur d’Echecs 12 (Beograd 1972)
– Yugoslav Chess Triumphs (Belgrade 1976)
– A Gnat May Drink J. Hinton (Great Britain 1999)
– Archangel and New Archangel Panczyk & Emms (Everyman Chess 2000)
– La Rivoluzione Teorica degli Anni Settanta Kasparov (Edizioni Ediscere 2008)
– The Life and Games of Grandmaster Albinc Planinc - Georg Mohr et Adrian Mikhalchishin (Thinkers Publishing 2021)

La partie Ljubojevic,Ljubomir - Planinc,Albin - Boris Kostic Memorial-02 Vrsac, 09.1971 commentée.

Publié le , Mis à jour le

Réagir à cet article

Haut de page ▲
Pour commenter cet article, connectez-vous ou créez votre compte.

Les réactions (2)

  • ZORGLUB94

    Superbe mais il y a une coquille dans l'analyse qui intervient après 31.. Tg7!, 33...Df3+ est impossible. On ne voit pas trop comment une dame volante pourrait atterrir sur la tour blanche et en plus faire échec au roi donc il faut remplacer ce coup par
    33...Fg3+.

  • Icare

    Merci à Georges Bertola et à Gérard Demuydt pour leurs chroniques historico-échiquéennes. Comme toujours, c'est intéressant, et riche.
    Je sais, les compliments qu'on leur adresse sont répétitifs. Mais que dire d'autre?