Vera Menchik (1906-1944)

Vera Menchik et Alexander Alekhine
La domination de Vera Menchik 1927-1944 — Vera Menchik est née à Moscou le 16 février 1906, d’un père tchèque, originaire de Bohême. Il était l’intendant de plusieurs domaines appartenant à des nobles de l’Empire. Par Georges Bertola.


Les championnes du monde d’échecs

Vera Menchik est née à Moscou le 16 février 1906, d’un père tchèque, originaire de Bohême. Il était l’intendant de plusieurs domaines appartenant à des nobles de l’Empire, et sa mère, d’origine anglaise, était une gouvernante au service de ces mêmes employeurs.

La famille vivait confortablement dans un grand appartement lorsque survint la Révolution de 1917. Elle fut contrainte de le partager avec d’autres. Le père fut bientôt dépossédé de ses biens et la famille quitta la Russie en 1921.

Rapidement elle se disloqua, le père retourna en Bohème alors que la mère accompagnée de Vera et de sa sœur Olga s’installèrent en Angleterre à St.-Leonard, à proximité d’Hastings, chez la grand-mère maternelle.

Vera Menchik à 16 ans
Vera Menchik

Vera Menchik parlait couramment le russe et lors du tournoi de Londres 1927, joué en parallèle du tournoi des Nations (désigné plus tard comme la 1ère Olympiade car le tournoi se jouait par équipes contrairement à Paris en 1924), Vera Menchik fut présentée par la revue « Tidskrift för Schack » comme jouant sous les couleurs de la Russie. A cette époque elle parlait très mal l’anglais.

« On m’a souvent demandé ce qui m’a incité à jouer sérieusement aux échecs ? Dans d’autres circonstances, je n’aurais jamais passé mon temps de cette manière mais les échecs sont un jeu tranquille et, par conséquent, le meilleur hobby pour une personne qui ne parle pas l’anglais. » Vera Menchik

Le tournoi des Nations avait débuté le 18 juillet 1927 et c’est lors du 4ème Congrès de la FIDE tenu les 28,29 et 30 juillet qu’il fut décidé :

« Championnat pour Dames. Il est décidé d’instituer un championnat FIDE pour dames, celles-ci ne pouvant y participer que par l’intermédiaire de leurs fédérations respectives. La gagnante du tournoi de Londres Miss Vera Menchik est proclamée championne de la FIDE. » (Revue Suisse d’Echecs septembre 1927)

Vera Menchik obtint son titre de championne du Monde à l’issue du tournoi, alors qu’au début il n’était nullement question d’un titre mondial.

Vera Menchik s’était distinguée en participant à des tournois où souvent elle était la seule femme. Voici sa première victoire contre un maître, Abraham Baratz (1895-1975), un Roumain qui avait partagé la première place du premier championnat de Paris en 1925. En 1931, il s’établit en France et devint un sculpteur renommé. On lui doit la stèle sur la tombe d’Alekhine.

Abraham Baratz (14 septembre 1895, Bessarabie – 28 juillet 1975, Issy-les-Moulineaux)

D’après Hans Kmoch dans le « Neuer Wiener Journal »

Baratz,Abraham - Menchik,Vera, Hastings 1927-28, Ouverture Nimzo-Larsen [A06]

1.b3 d5 2.b2 f6 3.e3 g6 4.f3

4.f4 transpose dans l’ouverture Bird.

4...g7 5.h3 0-0 6.g4?!

« Dans le but de déstabiliser l’adversaire qui se développe logiquement sans se laisser perturber. Ce coup n’est pas bon. »

6...c5 7.g2 c6 8.d3 d7 9.bd2 c7 10.f1 fd8 11.g3?

« Ceci sera réfuté avec brio mais les blancs étaient déjà mal. »

Après 11.♘g3?

11...xg4 12.hxg4 [12.xg7 xe3!-+] 12...xb2 13.b1 c3+ 14.d2

« Forcé sinon suit simplement 14…Fxg4. »

14...e5!? 15.f3

« Si 15.f3 xd3+ (15...xg4!) 16.cxd3 xg3+-+ »

15...a5

« Menace 16…Fxd2 17.Dxd2 Cxf3. »

16.gf1 xa2 17.e2 a5

« Ici on pouvait jouer 17…Cxg4 mais les blancs sont tout de même perdus. »

18.f4 c6 19.f2 c7 20.f3 d4 21.e4 dxe3+ 22.g3

« Si 22.Rxe3 Fd4 -+ »

22...g7 23.xe3 e8 24.f1 h6! 25.c3

« Les blancs abusés par l’attitude défensive des noirs n’ont pas envisagé le coup puissant qui va suivre. »

Après 25.c3

25...xf4+!!

« La menace est 26.Rxf4 Fe5 mat car le pion h6 contrôle la case de fuite g5. »

26.f2 e5 0-1

La Grille du tournoi de Ramsgate 1929

Vera Menchik fut la première femme capable de se mesurer avec des hommes expérimentés et ceci au plus haut niveau. Elle est intégrée dans une sélection de joueurs étrangers opposée aux meilleurs britanniques. Son résultat exceptionnel la projeta sur le devant de la scène, le 2ème rang derrière l’ex-champion du Monde Capablanca à égalité avec Akiba Rubinstein !

Pourtant les chroniqueurs de l’époque sont loin de reconnaître sa vraie valeur :

« Sir Thomas a joué indifféremment défensif contre Miss Menchik, et s’est vraiment vaincu lui-même. » Tinsley

Cette partie nous montre que la compréhension de Vera sur le plan positionnel n’avait rien à envier à celle de ses meilleurs adversaires.

Dessin de Vera Menchik par Voellmy
Dessin de Sir George Thomas par Voellmy

Menchik,Vera - Thomas,George Alan, Kent County CA-22 Team ENG-Foreigners Ramsgate (1), 30.03.1929, Défense Grünfeld [D78]

1.d4 f6 2.c4 g6 3.g3 d5 4.g2 g7 5.f3 0-0 6.0-0 dxc4 7.a3 c6

Les Noirs ne peuvent conserver le pion c4, plus actif 7...c3 8.bxc3 c5!

8.xc4 bd7 9.c2 b6 10.cd2!?

Avec l’idée de pousser e2-e4 pour occuper le centre.

10...e8?!

Une manœuvre douteuse pour accentuer la pression sur d4.

11.b3 d6 12.e4

La domination du centre assure un net avantage positionnel.

Après 12.e4

12...d7 13.e3 e8?!

Renonçant à 13...e5 14.dxe5 xe5 15.xe5 xe5 16.f4 g7 17.ad1 c7 18.c5 d8 19.d2 f8 20.e5+- qui gagne une pièce.

14.ad1 c7 15.c1!?

Introduit la menace 16.d5.

15...b6?! 16.f4! e5

Si 16...d6 17.e5 f5 18.e6+-; Ou 16...b7 17.e5 et le pion c6 faible doit tomber 17...b8 18.d5!

17.dxe5 xe5 18.xe5 xe5 19.xe5 xe5 20.xc6

Les blancs ont un pion de plus et les noirs aucune compensation.

20...b8 21.c3 e7 22.d4 b7 23.c6 xc6 24.xc6 g7 25.c7 b4 26.c3 e7 27.fd1 e6 28.e5

Les blancs avec des pièces plus actives veulent forcer les simplifications.

28...fd8 29.h3 e8 30.xe6 xe6 31.xe6 xe6 32.c7

L’occupation de la 7e rangée assure l’initiative.

Après 32.♖c7

32...a5 33.dd7 f6?

Plus résistant 33...f8 34.f3 et grâce à l’occupation de la 7e et à la mobilité du Roi blanc, la partie restait pénible pour les noirs.

34.e5! f5 35.e6! fxe6

Forcé, si 35...f8 36.e7+-

36.g7+ f8 37.xh7 g8 38.cg7+ f8 39.xg6 d8 40.h8+ f7 41.xd8 xg6 42.d6 1-0

Après 42.♖d6 1-0

Sir George Alan Thomas (1881-1972) champion d’Angleterre en 1923 venait de remporter le titre de champion de Londres pour la 11ème fois. Connu pour son « fair play », Sir George A. Thomas afficha au final un score négatif contre Vera (+8 -9 =13). Cette même année au début du tournoi de Carlsbad, le joueur autrichien, le professeur Albert Becker (1896-1984) proposa la création du « Vera Menchik Club » dont les membres étaient ceux qui avaient perdu contre Vera Menchik et les candidats membres ceux qui avaient fait nul. Après avoir perdu les deux premières rondes, Vera se retrouva face à Becker…

« Trois caractéristiques remarquables de cette partie sont : puissante stratégie de l’ouverture jusqu’à l’échange des Dames ; suivi d’une impeccable technique ; et pour couronner le tout la touche artistique qui imprègne l’ensemble de la partie. » GM Tartakower

Capablanca et Menchik à Carlsbad en 1929

Menchik,Vera - Becker,Albert, Karlsbad-04 International Masters Karlsbad (3), 02.08.1929. Défense Hollandaise [A85]

1.d4 d5 2.f3 f6 3.c4 c6 4.c3 e6 5.e3 e4 6.d3 f5

Transpose dans le « Stonewall » de la défense Hollandaise.

7.e5!?

« Une idée splendide. » Tartakower

7...h4 8.0-0 d7

Intéressant est 8...d6 9.f3 xc3 10.bxc3 d7 += selon le GM Panov.

9.f4 e7 10.d2 xe5 11.dxe5!

Jusqu’ici tout avait été joué dans une partie Teichmann-Réti (Teplitz-Schönau 1922) qui se poursuivit avec 11.fxe5 g5! 12.f3? (12.e2!?) 12...xd2 13.xd2 xd4! avec gain d’un pion.

Après 11.dxe5!

11...c5 12.xe4 fxe4

Préférable 12.dxe4 !? selon Becker.

13.b3 d8

13...0-0 14.cxd5 exd5? (14...cxd5!? 15.xd5? d8!) 15.xe4! etc.

14.a4 e7 15.b4

Les blancs échangent leur « mauvais » Fou.

15...b6 16.xe7 xe7 17.cxd5 exd5?!

Ce coup logique permet d’améliorer la structure, mais 17…cxd5!? était préférable car maintenant les blancs vont exercer une pression sur la colonne "c".

18.ac1 b7 19.c3 f7 20.b4

Une invitation à jouer 20...c5 et c’est peut-être la suite critique selon la championne russe Bykova après 21.b5!? cxb4?! (21...0-0 22.c3 a6 23.d6 d7 24.fd1 +=) 22.d6+ e7 23.xf7 xf7 24.c7+ avec net avantage.

Après 20.♕b4

20...d8 21.fd1 a8

Si 21...e7 22.a4 avec la menace 23.Cxd5 gagne un pion.

22.h3 e7

Selon Becker une erreur car les noirs n’ont plus d’espoir dans la finale. Capablanca avait suggéré 22...h5 avec l’idée …Th6.

23.xe7+ xe7 24.b4

Les blancs s’opposent à la poussée c5.

24...d7?!

24...c5 25.bxc5 bxc5 26.b5 et les blancs gagnent un pion.; Plus résistant selon Bykova 24...c8!? 25.b5 hd8 26.bxc6 xc6 27.e2 += suivi de Cd4 et le Cavalier est légèrement supérieur au Fou.

25.d2 hd8 26.e2 c8 27.dc2 dc7 28.d4 g6 29.b5! d7

« En zeitnot Miss Menchik évite 30.d6 après quoi le sacrifice de la qualité 30...xd6 31.exd6+ xd6 suivi de la poussée c5 aurait donné de bonnes perspectives aux noirs. » Becker

Après 29...♖d7

30.f2! h6 31.g4 a6 32.d4 dc7 33.f5! g5 34.g3 b7 35.h4 gxh4+ 36.xh4 f7 37.h5 a5 38.bxa5 bxa5 39.b5 d7 40.e6+ 1-0

Après 40.e6+ 1-0
Alfred Becker

Alfred Becker le créateur du club fut ainsi le premier membre à en faire partie ! Vera Menchik ne put se soustraire à la dernière place mais elle marqua 3 points. Un résultat qui permit à Hans Kmoch d’éviter de justesse d’honorer son pari d’apparaître sur scène déguisé en ballerine si Vera avait obtenu plus de 3 points dans le tournoi…

Sa prestation dans ce fort tournoi de Carlsbad fut toutefois remarquée par le grand absent qui était présent en tant que journaliste :

« J’ai différé mon jugement final à propos de Miss Vera Menchik de Russie, parce que la plus grande prudence et l’objectivité sont nécessaires concernant quelqu’un d’aussi extraordinaire. Pourtant après 15 rondes, il est certain que c’est une exception absolue pour son sexe. Elle est très talentueuse et, avec plus de travail et d’expérience dans les tournois, elle réussira sûrement à passer de son stade actuel de joueuse émérite à celle de champion international de haut niveau. Elle a indiscutablement obtenu 3 points contre de forts maîtres, mais c’est peu connu du public qu’elle a obtenu des positions supérieures contre Euwe, Treybal, Colle et le Dr. Vidmar. Elle a perdu contre le Dr. Vidmar mais après une partie de 9 heures. Il est du devoir du monde des échecs de lui accorder la possibilité de progresser. » Le champion du monde Alekhine en 1929

Vera Menchik et Alexander Alekhine

Puis ce fut au tour de celui que l’on nomma par la suite le Président du club de succomber…

« Le grand évènement de cette 2ème ronde du tournoi de Hastings fut la victoire de Miss Menchik face au Dr. Euwe. La championne du monde a dû contrer une puissante attaque de minorité sur l’aile dame, mais elle se défendit magnifiquement. A l’ajournement, la position, Fou et 5 pions chacun, semblait égale, mais le champion hollandais essaya de forcer le gain et paya sa faute en abandonnant au 61ème coup. » British Chess Magazine

Max Euwe, né Machgielis Euwe (20 mai 1901 à Amsterdam et mort le 26 novembre 1981)

Euwe,Max - Menchik,Vera, Christmas Congress 1930/31-11 Premier Hastings Waverley Hotel (2), 30.12.1930. Gambit Dame [D63]

1.d4 f6 2.c4 e6 3.c3 d5 4.g5 bd7 5.e3 e7 6.f3 0-0 7.c1 a6 8.cxd5 exd5 9.d3 c6 10.0-0 e4

Les noirs invitent à simplifier, 10…Te8 suivi de 11…Cf8 est logique.

11.f4

11.xe7 xe7 12.xe4 dxe4 13.d2 f5 et Euwe préférait les blancs car les noirs ont le mauvais Fou.

11...xc3 12.xc3 e8 13.b1 f8 14.b4 g6 15.g3 d6 16.a4

Une typique attaque de minorité sur l’aile Dame.

Après 16.a4

16...xg3 17.hxg3 d7 18.fc1 f6 19.b5 axb5 20.axb5 ec8 21.c2 d8!?

Après 21...cxb5 22.e5! xc3 23.xd7 xc2 24.xf6+ gxf6 25.xc2 b4 26.b2 et les blancs récupèrent le pion avec la meilleure structure.

22.bxc6 xc6

Après 22...bxc6 += le pion arriéré sur la colonne « c » est la justification de l’attaque de minorité.

23.c5!?

Euwe évite les échanges car après 23.xc6 xc6 et le pion "b" passé a peut-être de l’avenir.

23...xc5 24.dxc5!?

Avec l’idée de libérer la case d4 éventuellement pour le Cavalier et de presser sur le pion "b" qui n’est plus passé mais arriéré.

24...a5 25.b2 a8

Faible 25...c7 26.b6 xb6 27.cxb6 c6 28.xc6! pointé par Euwe.

26.b6 f8 27.e5 a1 28.b1 xb1+ 29.xb1 e6

Préférable 29…Da4!? avec l’idée d’un échec perpétuel. (Euwe)

30.h2 d7?

30…g6!? pour donner un trou d’air pour le Roi.

31.xd7 xd7 32.c7?

Après 32.d6 c6 33.a2! (Euwe) et la faiblesse de la 8e rangée permettait de gagner un pion.

32...c8?!

Avec les Dames sur l’échiquier les noirs avaient plus de possibilités pour tenir la position, par exemple 32...c6 33.f5 g6 34.d7 a4 = Bykova

33.xc8+ xc8

« Les blancs sont nettement mieux dans cette finale, car les pions ennemis sont sur la couleur de leur Fou , de plus le Roi blanc est en mesure d’occuper la case forte d4. »

Après 33...♗xc8

34.a2 e6 35.g1 f8 36.f1 e7 37.e2 f6

Après 37...d7? 38.d3 c6 39.d4 et les noirs vont se retrouver zugzwang car si 39...f6? (39...h6 40.g4! f6 41.f3+-) 40.e4+-

38.d3 e5

Après 38...♔e5

39.g4!

Si 39.f4+? f5 40.d4 g4 41.xd5 xd5 42.xd5 xg3 43.d6 xg2 44.c7 h5 = Bykova

39...g5

Après 39...xg4 40.f4+ f6 (40...e6 41.e4!) 41.xd5 c8 42.c4! e6 43.e4+- Bykova

40.g3 xg4 41.f4+ gxf4 42.gxf4+ f6

42...e6 43.e4!+-

43.xd5 c8 44.f3?

Un coup étonnamment faible de la part de Euwe. Bykova indique l’intéressante variante 44.c3!? h5 45.b4 h4 46.a5 h3 47.b6 e7 48.c7 e6 49.xb7 c4 50.b8 f1 51.h1 g2 52.c6 xh1 53.c7 b7 54.xb7 h2 55.c8 h1+ 56.c6 avec des chances de gain.

Le plus prometteur est sans doute 44.e4! (Euwe) et le Roi blanc mobile peut intervenir si le pion "h" adverse avance trop tôt ou peut chercher à envahir le camp noir grâce à l’avantage d’espace.

44...e7 45.c4 d8 46.d5??

Une erreur qui ne permet plus de jouer pour le gain.

46...b6!

Un coup rendu possible à cause de la menace 47…Fb7.

47.c6 c7

Maintenant le pion c6 est bloqué et le pion b6 à nouveau passé.

48.e5 e6 49.f5 b3 50.f6 b5 51.g7?!

Les blancs pouvaient annuler après 51.e4! xc6 52.e5+ c5 53.h5 b4 54.g7 d4 55.xf7 xf7 56.e6=

51...b4

Après 51...b4

52.xh7? Définitivement perdant.

52.h5! et les blancs annulent : 52...xc6 a) 52...c2 53.xf7 xf5 (53...b3 54.xb3=) 54.d5 h5 55.e4 g4 56.e5 h4 57.e6 xe6 58.xe6 xc6=; b) 52...c4 53.xh7 b3 54.d1 xc6 55.g7 d6 56.f6 suivi de 57.Fxb3 et la poussée du pion "e".; 53.f6 c4 54.xf7 xf7 55.xf7 b3 56.g7 b2 57.f7=

52...c2 53.g7 b3 54.d5 b2 55.a2 xc6 56.f6 d6 57.e4 xe4 58.xf7 d5+ 59.xd5 b1 60.g7 g1+ 61.f8 xd5 0-1

Caricature de Vera Menchik

Vera Menchik allait conserver le titre mondial jusqu’à la seconde guerre mondiale avec des victoires éclatantes. Depuis Hambourg 1930, elle jouait sous le drapeau de la Tchécoslovaquie. En 1931 à Prague, alors que comme le remarquait le GM Salo Flohr, Vera Menchik ne parlait pas du tout le tchèque, elle réalisa un score parfait avec 100% des points possibles. Vera domina sans partage, que ce soit sur le plan de la compréhension du jeu ou sur le plan tactique, les échecs féminins.

Les gaffes étaient fréquentes chez ses adversaires, voici par exemple sa partie contre la Suédoise Katarina Beskow, sa plus dangereuse rivale lors du tournoi de Londres 1927.

« Dans le tournoi des Dames pour le championnat du Monde, Mlle Vera Menchik a prouvé pour la 3ème fois sa supériorité : elle surpasse toutes ses concurrentes grâce à ses compétences et possède une force de Maître. Miss Menchik aborde les échecs de manière pleinement scientifique et peut servir de modèle pour 99% des joueurs masculins. » Erwin Voellmy (rédacteur de la Revue suisse des échecs). On apprend que le Maître hongrois Maroczy fut l’un de ses mentors.

Caricature de Katarina Beskow

Vera Menchik « commente »

Menchik,Vera - Beskow,Katarina, World Women-ch03 Prague (5), 07.1931. Défense Nimzovich [E43]

1.d4 f6 2.c4 e6 3.c3 b4 4.e3 b6 5.f3

« Ce coup prématuré de la Dame n’apporte rien aux Blancs. Il a été joué ici 5.d3 b7 6.f3 avec un bon jeu. »

5...d5

« La meilleure réponse qui menace 6…Ce4. »

6.d3 b7 7.d2 bd7 8.h3 b8

« Il était possible de simplifier après 8...dxc4 9.xb7 cxd3 etc. »

9.cxd5 exd5 10.0-0 0-0 11.f4 e8 12.h3

Après 12.♕h3

12...e7??

« Erreur grossière qui perd au moins une pièce. Les Noirs pouvaient continuer ici avec 12...f8 »

13.cxd5 xd5 14.xh7+ 1-0

Une des figures parmi les plus énigmatiques, insolites de l’entre-deux guerres fut Sultan Khan (1905-1966). Il avait remporté le championnat de Delhi en 1928, la seule victoire importante avant son arrivée en Europe. A peine débarqué en Angleterre, il remporta le championnat britannique en 1929 et devint bientôt l’un des membres du « Vera Menchik Club » alors qu’il devait s’imposer à nouveau à deux reprises dans le championnat britannique, en 1932 et 1933.

Dessin de Mir Malik Sultan Khan (1905 à Mithka Thavana, Pendjab, - 25 avril 1966 à Sargodha, Pakistan)

Voici comment le décrit un de ses contemporains : « Dans l’agitation de la compétition, chacun pouvait remarquer un jeune homme, couleur de bronze, pas vraiment grand, bien que large d’épaules, plutôt mince. Il marchait tranquillement, absorbé par tout ce qui concernait les échecs, avant de s’asseoir impassible devant son échiquier, avec toute la patience d’un fakir. » Voellmy en 1931

Vera Menchik et Mir Malik Sultan Khan

« Commentaire » du GM Stahlberg

Sultan Khan,Mir - Menchik,Vera, Christmas Congress 1931/32-12 Premier Hastings White Rock Pavilion (6), 02.01.1932. Semi Slave [D45]

1.d4 f6 2.c4 e6 3.c3 d5 4.cxd5

« Un choix surprenant qui permet aux noirs d’échapper à toutes sortes de complications provenant de l’ouverture. »

4...exd5 5.f3 c6 6.c2 d6 7.e3

« Les Blancs traitent l’ouverture de manière très particulière ! Dans cette partie, opter pour un jeu passif et roquer du grand côté n’est pas une bonne idée, mais Sultan Khan était connu pour être un gentleman excentrique. »

7...bd7 8.d3 0-0 9.d2 e8

Les Noirs ont obtenu une bonne position, ils n’ont pas de faiblesse et disposent du contrôle la colonne e semi ouverte.

10.h4?!

Le début d’une aventure sur l’aile Roi qui ne trouve pas de véritable justification sur le plan positionnel.  Ce qui serait le cas si les Noirs avaient opté pour un « fianchetto » en jouant …g6.

Après 10.h4?!

10...f8 11.0-0-0 b5 12.g5 a5

« Ce coup naturel pour appuyer l’attaque n’est pas le meilleur, il fallait jouer 12...b8 13.e4 b4 14.a4 dxe4 15.xe4 xe4 16.xe4 b3! 17.axb3 e6 =+ »

13.e4 b4 14.a4 dxe4 15.xe4 xe4 16.xe4 e6

Après 16...♗e6

17.b1?!

« Après 17.b3! l’attaque noire était stoppée et les blancs disposaient de chances à peu près égales. »

17...b3! 18.axb3 b8 19.c5 xc5 20.xc5 xb3 21.de1 e6 22.c3

« Hasardeux 22.xa5 xd4 23.c3 xf2 24.hf1 (24.xc6 c2+! 25.a2 e7 26.hf1 b6!-+) 24...c5 25.xc5? (25.f5) 25...xc5 26.xc6 ec8-+ La suite pourrait être 27.e4 (27.f3 c4 28.h1 d3+ 29.c1 b3+ 30.d1 a8! et la menace de mat gagne du matériel.) 27...xe4 28.xe4 xc3 29.bxc3 c4+-+; 
22.xc6? xd4 23.c3 xe4! Bykova

22...xd4 23.xd4 xd4 24.f3 a4 25.f4 bc8 26.d3 e6 27.e5 c5 28.b5 ed8 29.e4

« Précipite la fin. Miss Menchik termine la partie avec brio. »

Après 29.♖e4

29...d4! 30.xd4 cxd4 31.d3 b8! 32.a1 b4 33.he1 e6 34.e5 a3

« Mortel ! Si 35.bxa3 Ta8! Et le mat suit en quelques coups. »

35.b3 xb3 36.c4 b2 37.xe6 fxe6 38.a5 d3 39.xa3 d2 40.d1 c2 0-1

Après 40...♖c2 0-1
Alexander Rueb et Vera Menchik à Varsovie en 1935

Vera Menchik remporta à trois reprises le championnat du monde féminin avec un résultat inégalé , elle ne perdit qu’une seule partie à Hambourg 1930 alors qu’elle réalisa un score parfait à Prague 1931, Folkstone 1933 et Varsovie 1935 avec 31 victoires d’affilées.

Vera Menchik et Agnes Stevenson (1873-1935)

A Varsovie une tragédie allait influer sur sa destinée. Madame Agnes Stevenson (1873-1935), épouse de Rufus Henry Streatfeild Stevenson (1878-1943) fut tuée sur le coup par l’hélice de l’avion lors d’une escale à Poznan, qui devait l’emmener à Varsovie. Vera Menchik épousera R.H.S. Stevenson deux ans plus tard alors qu’il était de 28 ans son aîné. Ce dernier était un joueur d’échecs surtout connu comme organisateur de tournois et secrétaire de la fédération britannique d’échecs. Ils se marièrent le 19 octobre 1937 et apparemment un fort lien les unissait. Toutefois M. Stevenson souffrait d’une maladie chronique du cœur et devait décéder des suites d’une crise cardiaque en 1943.

M et Mme Stevenson-Menchik

Sonja Graf (1906-1965) était devenue la plus grande rivale de Vera Menchik au milieu des années 30. Elle se distança rapidement des nazis dès la prise du pouvoir par Adolf Hitler et n’hésita pas à opter pour une carrière de joueuse d’échecs professionnelle qui impliquait de voyager constamment au grès des tournois mais la plupart temps elle résida en Angleterre. Sonja Graf, pour exprimer son opposition et son désir de liberté, adopta une tenue vestimentaire masculine, des cheveux courts, fumait devant l’échiquier, en totale opposition avec le modèle imposé de la femme idéale du national-socialisme « Kinder, Küche, Kirche ».

Le champion hollandais Max Euwe fut rapidement séduit par la jeune femme et la pris sous son aile. Il l’invita à plusieurs reprises à jouer en Hollande. La dernière semaine du mois de mars 1934, elle disputa un match en quatre parties à Amsterdam contre la meilleure joueuse du monde, Vera Menchik qui s’imposa avec 3 victoires pour une défaite. (Deutsche Schachzeitung avril 1934 p.104)

En 1937 Sonja Graf jouait encore sous les couleurs de l’Allemagne mais évitait soigneusement d’y retourner et le « Deutsche Schachzeitung » tint à préciser (Août 1936 p.231) « elle est russe de naissance et a grandi à Munich. » Selon les théories raciales de l’idéologie nazie, Sonja était assimilée aux « Untermensch » soit les races inférieures qui incluaient les juifs, les slaves et les tziganes dont elle-même parfois n’hésitait pas à se déclarer comme faisant partie de cette dernière catégorie.

Sonja Graf et Vera Menchik

La tenante du titre Vera Menchik avait accepté de jouer un match en seize parties contre Sonja Graf titre mondial en jeu. Le match eut lieu du 26 juin au 17 juillet 1937 en Autriche à Semmering à l’Hôtel Panhans. La FIDE n’était pas l’organisatrice du match mais le Président, le Dr. Rueb, n’avait aucune objection à formuler si ce n’est que le titre mondial féminin devait à nouveau être remis en jeu lors de la prochaine Olympiade qui allait se jouer à Stockholm. (BCM janvier 1937, p.22)

Rudolf Spielmann (1883-1942) fut choisi par Sonja pour l’aider dans son travail préparatoire du match au sommet. C’était un joueur au passé prestigieux, imaginatif, essentiellement un tacticien. Ce n’était peut-être pas le meilleur conseiller pour affronter une championne au style avant tout positionnel. C’était pourtant un pied de nez au pouvoir nazi car Spielmann, de par ses origines juives, ne pouvait plus participer à des compétitions en Allemagne et, l’année suivante, il sera contraint à l’exil après l’annexion de l’Autriche au Grand Reich pour trouver refuge en Suède lors de la seconde guerre mondiale.

Le match tourna rapidement à la débâcle car si Sonja réussit à faire jeu égal en conduisant les blancs (+2 =4 –2), elle fut complètement laminée avec les noirs n’obtenant qu’un demi-point sur 8 parties !

Le GM Rudolf Spielmann « commente »

Menchik,Vera - Graf Stevenson,Sonja, World Women-ch Menchik-Graf +9-2=5 Semmering (14), 13.07.1937. Semi-Slave [D46]

1.c4 e6 2.c3 d5 3.d4 f6 4.f3 bd7 5.e3 c6 6.d3 e7

« Il est recommandé d’entrer dans la variante de Meran avec 6…dxc4 suivi de …b5. »

7.0-0 0-0 8.e4 dxe4 9.xe4 

Après 9.♘xe4

9...xe4?!

« 9…b6 suivi de 10…Fb7 est considéré comme meilleur. »

10.xe4 f6 11.c2 c5 12.dxc5 a5

« Après l’échange des Dames les blancs seraient mieux. »

13.e3

« Cela force les noirs à reprendre le pion c5 avec le Fou. »

13...xc5 14.d2

« Maintenant ce retrait empêche la Dame d’accéder sur la case c5. »

14...c7

« Préférable 14…Fb4. »

15.c3 e7 16.e2 b6 17.g5!

« Si 17.xf6 xf6 18.e4 g6 19.xa8 b7 20.xa7 a8 les noirs ont les meilleures possibilités car les deux Fous sont très forts. »

Après 17.♘g5!

17...g6?!

« La position n’est plus défendable, Si 17...h6 18.xf6 xf6 19.h7 etc. » Cela reste à démontrer après 19...xb2 20.ab1 d8! 21.xb2 a6 avec du contre jeu car le Cavalier blanc ne peut plus revenir en jeu.

18.f3 b7 19.h3 h5

Après 19…e5 20.Tae1!

20.ad1 g4?

« L’erreur qui permet de conclure avec un joli tableau de mat ! » 20...ad8 21.xe6! (21.xg6! fxg6 22.xe6+ h8 23.e5 c6 24.xc6 xc6 25.xd8 xd8 26.f7+ est prometteur.)

21.d7!! 1-0

« La pointe car si immédiatement 21.Dxh5 Dxh2+! »

Après 21.d7!! xd7 22.xh5! gxh5 23.h7#

Après 21.♖d7!! 1-0
Rudolf Spielmann, né le 5 mai 1883 à Vienne et mort le 20 août 1942 à Stockholm

« Dans ma longue expérience de joueur, je n’ai jamais entendu parler d’un cas, où une femme, a décidé de l’issue d’une partie avec une telle combinaison. » GM Spielmann

Vera Menchik défendit victorieusement son titre aux Olympiades de Stockholm 1937 et Buenos Aires 1939 où elle joua cette fois sous les couleurs de l’Angleterre car depuis mars 1939, la Tchécoslovaquie envahie par les Allemands avait cessé d’exister.

Tabelle Buenos-Aires, 1939

A Buenos Aires sa grande rivale Sonja Graf avait obtenu une position gagnante contre Vera Menchik avant de commettre une erreur grave, ce qui provoqua chez Alekhine une remarque assez cruelle :

« Un coup incorrect, dont la faiblesse ne diminue en rien le fait que les noirs avaient obtenu une finale gagnante (Sonja Graf) mais plus ou moins accidentellement. Les noirs auraient obtenu une victoire méritée mais en même temps un titre mondial immérité. Immérité parce que la présente partie démontre très clairement qu’il est totalement injuste de persuader une joueuse de la classe de Miss Menchik de défendre son titre année après année dans des tournois composés de joueuses très inférieures. Il n’est pas surprenant qu’après avoir joué autant de tournois, elle ait perdu quelque peu son esprit combatif et de jouer avec désinvolture, très au-dessous de sa force. Mais ce genre de difficulté occasionnelle ne pouvait pas être possible dans un match important pour le titre mondial, un match mais pas un tournoi. »

L'équipe d'Angleterre en 1939 à Buenos-Aires

Baruch Harold Wood, Vera Menchik de Stevenson, Philip Stuart Milner-Barry, George Alan Thomas, Conel Hugh O'Donel Alexander, Harry Golombek

Alors que la deuxième guerre mondiale avait éclaté lors de l’Olympiade, Vera Menchik est bientôt de retour en Angleterre et voici ce qu’on peut lire dans la revue « Chess » d’août 1944.

« Toutes les autres nouvelles de ce mois sont éclipsées par la mort de Vera Menchik , notre éditrice et championne du Monde, en compagnie de sa mère et de sa sœur, des suites d’une explosion d’une bombe volante « V1 » dans la nuit du mardi 27 juin. La maison, où elles s’étaient réfugiées dans le sous-sol, a été rasée. Par une triste ironie, leur abri de jardin Anderson, tout comme l’abri de l’autre côté de la rue sont restés intacts. »

Les membres du Club Vera Menchik

Sources bibliographiques principales :

Vera Menchik, Bykova (Moscou 1957)

Vera Menchik, Robert B. Tanner (McFarland 2016)

Kralovna Sachu Vera Mencikova Jan Kalendovsky (2016)

Article de Georges Bertola, rédacteur en chef de la revue Europe-Echecs.

Le sourire de Vera Menchik
Toutes les parties commentées de l'article de Georges Bertola

Publié le , Mis à jour le

Réagir à cet article

Haut de page ▲
Tous nos membres ayant un abonnement en cours de validité (hors période d'essai) peuvent commenter les articles. Abonnez-vous!

Les réactions (2)

  • patbru54

    Super !!!

  • Azimut

    Je raffole des articles de Georges Bertola !
    Georges est un très grand historien des Echecs, et sa plume est absolument délicieuse !
    Superbe article !
    On en redemande !
    Un très grand bravo à Georges 😀