Botvinnik – Portisch, 1968

Les champions sont éternels : bien que déjà perçu sur le déclin, Mikhaïl Botvinnik (1911–1995) produit ici sa partie la plus romantique. Les actions du champion du monde de 1948 à 1957, de 1958 à 1960 et de 1961 à 1963, débutées sur l'aile-Dame, s'achèvent avec fracas sur l'aile opposée où s'était réfugié le Roi noir.


Cet article est accessible aux abonnés au service Leçons par thème. Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous pour bénéficier de tous vos services

Pas encore abonné ? Découvrez la rubrique gratuitement !