Jouez aux échecs en ligne, apprenez, progressez, informez-vous

Coupe du Monde (1/2 finale)

La victoire de Peter Svidler sur Ruslan Ponomariov propulse le Russe en finale, rejoint par Alexander Grischuk qui l'a emporté contre Vassily Ivanchuk dans des départages palpitants.

Coupe du Monde d'Echecs FIDE, Khanty-Mansiysk (Russie) du 28 août au 20 septembre 2011. Trois places sont qualificatives pour les matchs des candidats. «Les perdants des demi-finales se disputeront la 3e place en même temps et avec les mêmes règles que la finale.» Ashot Vardapetian, Chef Arbitre

Cadence: 90 minutes pour les 40 premiers coups, puis 30 minutes pour le reste de la partie, le tout avec un ajout de 30 secondes par coup.

Départages: En cas d'égalité après les deux parties classiques, le tie-break se jouera en deux parties rapides de 25 minutes + 10 secondes par coup, puis, si nécessaire, deux parties de 10 minutes + 10 secondes, puis deux blitz de 5 minutes + 3 secondes, et enfin, un blitz «Armageddon», avec 5 minutes pour les Bancs qui doivent gagner et 4 minutes pour les Noirs. 3 secondes par coup sont ajoutées avec le 61e coup.

 

Les résultats des 1/2 finale

Le premier nommé a les Blancs dans la première partie.

# Nom Elo Féd - Nom Elo Féd : P1 P2 TB
1 Peter Svidler (2739) RUS - Ruslan Ponomariov (2764) UKR : ½-½ 1-0 ---
2 Alexander Grischuk (2746) RUS - Vassily Ivanchuk (2766) UKR : ½-½ ½-½ 2½-1½

[Le résumé du départage, parties N°4]

[Le résumé du départage, parties N°3]

[Le résumé du départage, parties N°2]

Ivantchuk - Grischuk, après 27.Tc1

[Le résumé du départage, parties N°1] Le tirage au sort des couleurs (qui a lieu pour chaque départage), a donné les pièces blanches à Alexander Grischuk dans la première partie du départage. Rappelons que le Russe a, à ce jour, un score positif de 4,0 points à 2,0 en parties rapides. Ivanchuk ne craint pas de rejouer une défense Française, mais Grischuk préfère varier en choisissant la variante d'avance. L'ouverture suivra une partie entre deux amateurs, Schulze,A-Schwalbe,G/Wuerttemberg 1992/GER, 0-1 (51), jusqu'à 15.h4. de nombreux échanges ont laissé un pion de plus aux Noirs, mais une mauvaise structure. Récupérer le pion échangeait la dernière pièce mineure et nous eûmes droit à une finale d'abord avec 4 Tours et pions, puis 2 Tours et pions. Les Blancs avaient un avantage et Grischuk, malgré un retard important à la pendule joua sa chance à fond. Dans cette finale apparemment banale, le Russe augmenta son avantage jusqu'à la victoire !

Grischuk - Ivanchuk, après 39.Rh3

[Le résumé des demi-finales, parties N°2] Comme son adversaire hier, Peter Svidler ne craint pas de jouer ses ouvertures habituelles et Ruslan Ponomariov affronte donc une défense Grünfeld. Et comme hier, l'Ukrainien et champion du monde FIDE 2002, est arrivé avec une petite mais précoce surprise, 7.Da4+. Après le nouveau coup 8...Cc6, on ne savait plus qui avait surpris qui. Les Dames échangées, Svidler laissa une qualité en prise après la fourchette d'un Cavalier blanc en f7 sur les Tours en d8 et h8, en prenant un, puis deux pions au passage. Un pion noir fut rendu, mais le Russe restait avec la paire de Fous et trois pions sur l'aile-dame. Moralité, 7.Da4+ ne fut qu'un pétard mouillé. Sans attendre, Peter Svidler mettait en marche sa majorité de pions et Ponomariov se retrouvait en danger ! Après 28.Te2 Ff5!, la situation devenait critique, les moteurs d'analyses commençaient à s'affoler et les commentateurs ne  voyaient pas comment Ruslan Ponomariov allait pouvoir éviter la défaite. Le pion 'b' noir fut bientôt rejoint par le pion 'ç' et Peter Svidler est en finale !

Ruslan Ponomariov jouera pour les trois places qualificatives des matchs des candidats, en même temps et avec les mêmes règles que la finale. Les joueurs éliminés en ½ finales remportent 50.000$ (environ 34.500€), le perdant de la finale 80.000$ (55.000€) et le vainqueur de la Coupe du Monde 2011 recevra 120.000$ (82.500€).

Sur la table d'à côté, le premier coup de Vassily Ivanchuk 1.Cf3, aurait pu mener à bien des débuts différents. Finalement l'ouverture a transposé dans la défense Ragozine du gambit dame. A ce moment-là, sur le streaming, on pouvait voir les deux Ukrainiens faire les cent pas (Ponomariov avait joué 7.Da4+) et les deux Russes la tête dans les mains, cherchant la meilleure façon de continuer. La partie retrouvera les sentiers battus et les coups suivants joués très rapidement... jusqu'à 18...Tac8 où Ivanchuk fit une pause, même si l'ont trouvait encore 11 parties dans les bases de données. L'Ukrainien avait-il une préparation spéciale pour cette partie ? 20 minutes de réflexion plus tard, Vassily joua le coup le plus utilisé, 19.Fe2 et après 19...Fc6 (répondu à tempo par Grischuk), les 6 parties déjà jouées avec cette position s'étaient achevées par la nulle. La position restait en effet équilibrée après 20.Ff3. La partie échappa enfin des bases avec 21.Rh1, au lieu de 21.Fxd5 joué par Kempinski,R (2619)-Georgiev,K (2645), Moscow 2006, ½-½ (26). 23.Tae1 laissait Grischuk avec 7 minutes à la pendule mais une bonne position. La partie s'accéléra subitement avec 26...Dg7 27.Te4! menaçant de gagner la Dame par 28.Tg4. Grischuk, qui jouait avec 3 minutes et Ivanchuk 16, joua 28...Fxf1 avec 1'15", donnant la Dame pour les deux Tours blanches, mais dut laisser une qualité sur le très fort 30.Fb7! Le contrôle du temps passé, les Blancs avaient l'avantage, mais la position noire était encore solide. Nulle au 43e coup. 

Peut-être que Ruslan Ponomariov pouvait obtenir une position confortable avec un petit avantage, mais durable, s'il avait joué 13.Tc1. Au lieu de cela, après 13.Tb1, les Noirs ont fait le grand-roque (un scénario rare dans cette ouverture), et le jeu est devenu très pointu. La phalange de pions noirs sur l'aile-dame était très prometteuse et j'ai décliné sans hésitation une offre de nulle de Ponomariov. Les Blancs n'ont pas défendu de la manière la plus tenace et ont abandonné peu après le 40e coup. [Peter Svidler]

Alexander Grischuk: Au premier abord j'ai aimé ma position, mais ensuite j'ai fait quelque chose d'inexplicable, un non-sens complet, et j'ai dû donner la Dame dans une position très difficile. J'ai raté 30.Fb7, mais le moment critique du jeu s'est produit lorsque Vassili a joué 32.Dd4, car après 32...h5 le gain est très difficile pour les Blancs, peut-être que les Noirs ont même une forteresse. 32.g4 semble plus fort.

-Etes-vous satisfait du résultat?

Alexander Grischuk: Eh bien, je n'ai jamais eu de chances de gain, mais je pouvais perdre très facilement...

-Vassily Ivanchuk, pensez-vous que 32.g4 lieu de 32.Dd4 donne aux Blancs de meilleures chances de gain ?

Vassily Ivanchuk: Peut-être, mais il n'y a pas de suite forcée là non plus 32...Fxg4 33.Df6+ Rg8 34.Qxh5 Ff5... Il est fort possible que 32.g4 soit meilleur.

-Quand Alexander Grischuk était en manque de temps, avez-vous tenté d'en profiter ?

Vassily Ivanchuk: J'ai été aussi très court en temps, alors j'ai essayé de jouer en fonction de la position.

Ivanchuk - Grischuk, après 30.Fb7!
Ponomariov - Svidler, après 39.Td1

[Le résumé des demi-finales, parties N°1] Au petit jeu du : « devine quelle ouverture je vais te jouer », Vassily Ivanchuk aurait certainement remporté le prix de la surprise. Une défense Française variante Rubinstein qu'il n'avait jusque-là joué qu'une seule fois : Leko,P (2749)-Ivanchuk,V (2750), Morelia-Linares 2007, ½-½ (38). Grischuk avait déjà affronté 6 fois cette ligne, avec de bonnes statistiques : +3 et =3, dont un blitz et une partie en simultanée. Nous ayant déjà habitué à une consommation importante de temps, cette fois-ci, Grischuk est carrément parti dans les abysses avec seulement 30 minutes à la pendule dès le 15e coup. Pendant que son adversaire ukrainien possédait 1 h 00 pile après 14...Cd7. Un rapide bilan après 15.Cd3 soulignait un grand avantage d'espace pour les Blancs et une position passive mais solide (normal c'est un variante Rubinstein), chez les Noirs. Heureusement pour lui, Grischuk a ensuite accéléré le rythme. Dans la position noire, la vue de cette Dame coincée en c8 entre ses deux Tours et bloquée devant par ses pions était à la limite du supportable. Sur 21.dxe5 Cxe5 a libéré la Dame de son emprisonnement passager. Alexander n'a alors pris aucun risque et a proposé nulle en jouant 22.Cxe5. Les échanges qui seraient survenus  ensuite laissaient en effet une position complètement égalisée.

A côté, nettement moins original, Ruslan Ponomariov et sa variante berlinoise de l'Espagnole. Néanmoins, Ruslan n'était pas venu pour prêter le flanc à de mauvaises surprises et a varié assez rapidement. D'abord 7...h6, beaucoup moins fréquent que 7...a6, qu'il a d'ailleurs joué : Areshchenko,A (2694)-Ponomariov,R (2754), Kiev UKR 2011, ½-½ (18) et dès le 10.Fa4 de

Peter Svidler la partie était sortie des bases de données. Un premier moment critique (le seul en fait) est survenu après 19.Df3. En cas d'échange des Dames le pion doublé des Noirs en b6 aurait sans doute joué un rôle. Ruslan répliqua cependant par le très bon 19...Cdf4 ! et, en jouant 20.Fxf4, Svidler a proposé nulle... ce qui fut accepté ! Ponomariov a obtenu ce qu'il était venu chercher.

Ivantchuk - Grischuk
Ponomariov - Svidler

Quelques statistiques


Publié le 15/09/2011 - 14:00 , Mis à jour le 20/09/2011 - 12:15

Réagir à cet article

Haut de page ▲
Tous nos membres ayant un abonnement en cours de validité (hors période d'essai) peuvent commenter les articles. Abonnez-vous!

Les réactions (2)

  • ins-1055

    Les nerfs d Ivan en encore frappés,vraiment dommage!!
    félicitation au grinch.

    14/09/2011 14:51
  • ins-1063

    Etonnant Grishuk en conférence de presse; autant on a parfois l'impression en partie qu'il s'ennuie, autant en conférence de presse il est clair que ça lui casse les pieds.
    et je reste correct...

    12/09/2011 10:30