Jouez aux échecs en ligne, apprenez, progressez, informez-vous

« Licences B : la politique du chiffre »

Communiqué de Diego Salazar concernant les licences A et B de la F.F.E.

« La Fédération communique à longueur de temps sur les chiffres des licences. Comment démêler le vrai du faux ?

Les chiffres importants du document fédéral qui, en guise de bilan des deux derniers mandats, compare ceux de 2004 et de 2012 sont les suivants :

  • -1852 licences A (-6,6% ; 26 057 au lieu de 27 909)
  • -62 clubs (-6,5%; 880 au lieu de 942)

La Fédération fait partie des fédérations sportives et elle indique de manière très explicite dans sa rubrique Licences que la licence A est une licence sportive, et que la licence B est une licence loisir. Pourtant, elle glorifie les chiffres des licences B et passe sous silence ceux des licences A et du nombre de clubs.

Que cachent cette attitude paradoxale et cette propagande incessante ? Nous vous proposons d’y voir plus clair.

La conversion magique des licences B en licences A

Le 15 janvier dernier, la liste conduite par M. Battesti a publié, par son colistier M. Maufras, un article concernant le développement de masse et les licences B.

On ne vous dira pas ouvertement que l’augmentation des licences B est un enjeu politique. Il faut inventer des vertus à ces licences, par exemple la théorie selon laquelle l’augmentation des licences B serait la voie pour reconquérir le nombre de licences A perdues. Le démontrer nécessite une méthodologie scientifique…

La Fédération possède les données nécessaires pour mener une analyse de qualité. Cependant, la liste adverse nous présente un simple graphique, basé sur des données statiques (2 années : 2004 et 2012), et l’analyse se résume à la phrase relativement subjective : « on voit bien que… ».

Il paraîtrait qu’il y ait une linéarité entre la hausse des licences A et celle des licences B. Vérifions.

Voici les 18 Ligues ayant connu une progression de leurs licences B entre 2004 et 2012 :


Publié le 02/02/2013 - 22:41 , Mis à jour le 20/03/2013 - 22:08

Réagir à cet article

Haut de page ▲
Tous nos membres ayant un abonnement en cours de validité (hors période d'essai) peuvent commenter les articles. Abonnez-vous!

Les réactions (15)

  • fzbof

    Je viens de recevoir par mail la newsletter de la liste Battesti, sans l'avoir demandé bien sûr. Quelqu'un utilise t'il nos adresses mail (sans notre permission) pour de la propagande électoraliste ? J'espère que mon adresse n'a pas été obtenue à partir de listes détenues par la FFE. Le principe serait inadmissible...

    03/02/2013 10:15
  • XYZT

    Je suis licencié B depuis l'an dernier, via l'abonnement en ligne à Europe - Echecs et le site de la FFE. Je ne joue plus en club depuis 10 ans après avoir déménagé et ayant été licencié A (à Mulhouse, club dont je conserve d'excellents souvenirs) pendant 10 ans. Je ne joue plus qu'en blitz en ligne. J'ai repris cette licence par solidarité avec la communauté des échecs même si je n'ai plus de contacts avec des clubs.

    02/02/2013 19:07
  • ins-1094

    C'est vrai que le "débat" prend une tournure désagréable.
    N'est-il pas possible d'éviter les attaques politiciennes des uns envers les autres,et d'arriver à s'exprimer honnêtement?

    02/02/2013 12:12
  • Echiquiernazairie

    J'aimerai simplement que le "débat" entre les deux protagonistes à la présidence de la FFE arrête de donner cette image violente et puerile. L'image donnée est lamentable et scandaleuse.
    On parle de fair-play, de véhiculer des valeurs à nos adhérents, jeunes, adultes au sein des club... alors quelle doit être l'attitude de chacun.

    01/02/2013 17:40
  • centupion

    "Une licence B cache de nombreux profils différents et n’a pas la valeur globale d’une licence A."
    Le vrai licencié c'est celui qui fait des parties lentes ?
    Mais pourquoi finalement ?
    C'est ça la vrai question !
    La licence B cache de nombreux profils et c'est justement ce qui fait son intérêt et sa richesse.


    01/02/2013 14:02